6.5/10

Jarhead, la fin de l'innocence

« Jarhead » signifie « tête de jarre » en argot anglais. Il désigne le nom que se donnent les marines entre eux. A l'été 1990, Anthony Swofford (Jake Gyllenhaal) est envoyé par les Etats-Unis pour participer à l'opération « Tempête du désert ». L'offensive est destinée à faire chuter le dictateur irakien Sadam Hussein qui vient d'envahir le Koweit. Arrivé dans le désert saoudien, une effroyable attente commence pour Anthony et ses copains de section...

Le réalisateur d'American Beauty et des Sentiers de la Perdition a choisi d'adapter le livre « Jarhead » d'Anthony Swofford, publié aux Etats-Unis en 2003. Le troisième film de Sam Mendes aborde le thème de l'attente en temps de guerre. Si des explosions et la conscience de guerre sont présentes, l'action sur le terrain est presque absente. Ces jeunes hommes qui voulaient « tuer de l'irakien » se retrouvent à lutter quotidiennement contre la chaleur, la fatigue, l'ennui et contre eux-mêmes. Dans une première partie, le réalisateur anglais excelle dans l'ironie qu'il donne aux entraînements militaires d'un bataillon de tireurs. Bien pensée et rythmée, cette sorte de Full Metal Jacket est teinté de réalités frissonnantes, telles la dureté de l'armée, le désir irréfléchi de tuer et la montée de démences. Sans temps mort et sur fond de tubes de Bobby McFerrin ou Public Enemy, Mendes enchaîne des scènes formidablement interprétées par Jake Gyllenhaal (Donnie Darko, Le Jour d'Après).

Dans une seconde partie, Jarhead s'égare dans un manque de pertinence et d'émotion. Si les montées de fièvre d'Anthony sont admirables de crédibilité et de tension, certaines scènes d'attente sont tout bonnement inutiles. A force de vouloir absolument montrer le vide de l'inactivité et l'inexistence d'un ennemi palpable, Mendes perd son spectateur dans la monotonie. La carence d'émotion est contrastée. Si d'un côté l'absence et les doutes liés aux compagnes des soldats sont bien rendus, le final apparaît presque raté. En dépis de propos relatant les effes catastrophiques de toute guerre sur ses participants, le film déçoit. Comparé au récent Lord of War d'Andrew Nicoll, l'impact de Jarhead a l'air minuscule. La dénonciation des politiques américaines est incomparable, tout comme la qualité de narration.

Bénéficiant du grand talent de réalisateur de Sam Mendes, Jarhead livre de superbes images de puits de pétrole en flame et un humour noir sympathique. Mais à force de s'étaler dans l'attente, il oublie le bien-fondé de certaines scènes et ne s'arrête pas suffisamment sur l'aspect choquant du film : envoyer des soldats pourrir au soleil pour rien. Un ensemble finalement trop superficiel.

Partager cet article

A propos de l'auteur

18 commentaires

  • raidenjeff

    12/01/2006 à 15h46

    Répondre

    juste une petite rectification

    le vrai titre c'est "JARHEAD"

    les taglines française genre "la fin de l'innocence" font vraiment pitié. Le titre est "Jarhead".

  • Vincent.L

    12/01/2006 à 18h06

    Répondre

    Juste un petit truc: si tu veux te plaindre, tu peux écrire aux traducteurs français qui s'en occupent . Le titre en entier traduit en français contient "la fin de l'innocence". Tous les médias ont repris le titre en entier...

  • Neofire

    12/01/2006 à 23h07

    Répondre

    Juste une petite rectification
    C'est Sam Mendes, pas Mendens.

  • schiste

    12/01/2006 à 23h14

    Répondre

    raidenjeff a dit :
    juste une petite rectification

    le vrai titre c'est "JARHEAD"

    les taglines française genre "la fin de l'innocence" font vraiment pitié. Le titre est "Jarhead".

    [quote]Vincent.L a dit :
    Juste un petit truc: si tu veux te plaindre, tu peux écrire aux traducteurs français qui s'en occupent . Le titre en entier traduit en français contient "la fin de l'innocence". Tous les médias ont repris le titre en entier...[/quote]

    Ce que Vincent a critiqué est la version française de "Jarhead". En france il sort sous le titre "Jarhead, la fin de l'innocence". Si un Internaute lis la critique, puis cherche les scéances du film, il vaut mieux qu'il est le titre français. Ici ca ne poserai que peu de problemes. Mais prends un autre film, Les noces Funebres par exemple, en anglais Tim Burton's Corpse Bride... un lecteur aime la critique, va au ciné et demande quand ils le diffusent... patatras, la guichetiere est etudiante, s'en fout de Burton, et ne connais que le titre français

    Donc, le titre en VO est Jarhead, mais etant un site français critiquant, ici, des films sortis en France, il est logique que le titre de la critique soit celui en francais.

    De plus si tu avais lu attentivement la critique tu aurais pu voir ceci:

    dans la critique a dit :


    Titre original : Jarhead

  • Vincent.L

    13/01/2006 à 10h31

    Répondre

    Pour le "Sam Mendens", c'était une faute de frappe répétée en début et en fin de phrase. Merci donc de me l'avoir indiqué, c'est corrigé.

  • raidenjeff

    13/01/2006 à 12h58

    Répondre

    Le titre n'a pas été traduit...

    c'est une tagline inutile, un ajout pour faire genre.

  • Vincent.L

    13/01/2006 à 17h50

    Répondre

    Une tagline inutile certes mais qui constitue le titre...

  • Protos

    17/01/2006 à 12h24

    Répondre

    A part le titre... c'est bien comme film? J'ai adorré American Beauty, alors j'imagine que j'aimerai ce film puisqu'il est du même réalisateur. Il y a aussi Lord of war, et Good Night and Good Luck en ce moment. Ils ont rien sorti pendant les fêtes de fin d'année (hormis kong et potter), et voilà qu'ils sortent tout en janvier.

  • Choucroot

    30/01/2006 à 15h47

    Répondre

    "Bénéficiant du grand talent de réalisateur de Sam Mendes, Jarhead livre de superbes images de puits de pétrole en flame et un humour noir sympathique. Mais à force de s'étaler dans l'attente, il oublie le bien-fondé de certaines scènes et ne s'arrête pas suffisamment sur l'aspect choquant du film : envoyer des soldats pourrir au soleil pour rien. Un ensemble finalement trop superficiel."

    Ce dernier paragraphe resume parfaitement ce que je pense de ce "full metal jacket like".
    Pas etonnant d' entendre des choses comme "ho je suis decu y a pas assez de mort" ou " moi aussi j'veux etre marine" en sortant de la salle (Bon faut etre con je vous l acorde).

  • kou4k

    07/08/2006 à 23h01

    Répondre

    rhaaa p***** de monde de ***gnrlm****krfffff***pssstttt***gna!

    ma freebox qui lache, le SAV pitoyable de free, 1 mois sans net, et voilà que le concours me passe sous le nez...

  • iscarioth

    07/08/2006 à 23h57

    Répondre

    Nicolas a dit :
    - Christophe Chanard, de Grenay


  • Nicolas

    08/08/2006 à 07h42

    Répondre

    ?

  • iscarioth

    08/08/2006 à 12h26

    Répondre

    J'habite à Grenay . Mais je ne connais pas cette personne.

  • mateoguitare

    08/08/2006 à 16h32

    Répondre

    Grenay dans le 62 ?

    J y ai sejourne quelques mois dans mon enfance avant de faire un bond de quelques kilometres pour atterir a Mt St Eloi!
    J en profite pour saluer tous les 62 ( mefie-te) !

  • iscarioth

    08/08/2006 à 17h49

    Répondre

    Ouais, Grenay dans le 6-2

    C'est la folie, ma petite ville de 5 000 habitants connait un rayonnement national

  • KaSuGayZ

    08/08/2006 à 19h55

    Répondre

    Je suis du 62 mais je n'ai pas l'honneur de connaître Grenay.

    C'est proche de ?

  • iscarioth

    08/08/2006 à 22h55

    Répondre

    C'est proche de Liévin, qui est proche de Lens.

  • KaSuGayZ

    09/08/2006 à 10h02

    Répondre

    Outch c'est le farwest pour qqun de la côte comme moi...

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques