7/10

James Bond : Skyfall, la confirmation

Après le reboot réussi de la franchise, avec Casino royale en 2006, le James Bond suivant, Quantum of solace (2008), avait plutôt déçu. La surprise du nouveau traitement plus réaliste passée, cet opus n'avait rien apporté de vraiment neuf. Autant dire que Skyfall était attendu au tournant, surtout que Sam Mendes en est aux commandes. Oui, Mendes, l'homme d'American Beauty, des Sentiers de la perdition et des Noces rebelles. Un habitué des oscars, réalisateur incontournable du cinéma indépendant américain, plus célèbre pour sa direction d'acteur que pour ses scènes d'action, en somme.

Choix étonnant donc, qui m'a fait aller voir ce film par curiosité, moi qui suis plutôt allergique aux James Bond en règle générale.


Le regard émerge de l'ombre
L'ouverture du film, où James apparaît en ombre chinoise, accompagné des deux premières notes annonciatrices du célèbre thème musical, m'a fait rire. J'ai trouvé ça ridicule. Tellement, pensais-je, que ça devait être fait pour. Sur le coup j'ai même cru qu'on nous passait OSS 117... Mais finalement, à la fin du film, on comprend ce que Mendes à voulu dire avec cette introduction: "Hey les gars, voici, James Bond, l'icone (représentée par l'ombre chinoise) aux codes préétablis (sa posture, fidèle à l'imagerie bondienne, et la musique) que vous avez tous l'habitude de voir". Mais en cassant la musique, il nous révèle aussi qu'il ne faut pas s'attendre à voir une énième caricature de l'espion anglais (comme la période Pierce Brosnan a pu nous donner). Puis, lorsque Daniel Craig avance vers la caméra et fait sortir son visage de l'ombre, révélant son regard sombre et viril, nous avons la confirmation que James Bond, le mythe iconographique, ne sera pas de ce film. Dans ce regard, pourtant si fugitif, on ressent la psychologie d'un personnage finalement torturé, qui en a vu des vertes et des pas mûres. On est loin du dandy décomplexé que nous avions l'habitude de voir.

Ainsi, le film poursuit bien le chemin tracé par Casino Royale, plus crédible, plus réaliste, plus sombre. Mais il lui ajoute une dimension plus intime aussi, où le héros ne se bat plus pour une mission ou un pays, mais pour ses propres convictions. Le rôle du grand méchant est lui aussi écrit sur ce même principe, Javier Bardem incarnant à merveille la folie douce d'un homme qui ne cherche pas à flatter son propre égo par la quête de pouvoir, mais qui tente plutôt de d'effacer une souffrance psychologique par la vengeance pure et simple.

Ainsi, si les figures incarnées par Bond et son ennemi ne sont pas fondamentalement changées (on reste sur l'axe classique du bien contre le mal), c'est plus leurs rapports qui ont été affinés, dépassant l'idée de symbole pour quelque chose de plus humain. Mais ne vous inquiétez pas, la dose de testosteronne est toujours là, mais plus subtilement dosée. En est la preuve, le rôle joué par la James Bond Girl, rapidement expédié, lui aussi symptomatique de cette volonté de casser les schémas.


X-men ou au Silence des agneaux ?
Bien entendu, tout n'est pas magnifique et fabuleux. Sinon la note serait bien meilleure (notez que les fans de ce type de film, dont je ne fais pas partie, le noteraient certainement plus que je l'ai fait). L'histoire, bien que plutôt bien ficelé, ne surprend pas réellement. Difficile de passer après The Dark Knight, dont le scénar et les thématiques sont assez proches. Sam Mendes, bien qu'assez brillant ici, ne parvient pas à dépasser ses modèles, et ses références sont un peu trop évidentes et confère une impression de déjà-vu assez lassante. La fin aussi, symbolisant le retour aux sources, ne se prive pas de symboles un peu trop appuyés, avec ses flammes, sa glace et sa chapelle.

Au final, on pourrait surtout lui reprocher ce que beaucoup acquiescent justement : à savoir de moins jouer sur cet aspect iconique. Finalement moins fascinant, James Bond est ramené à un niveau à peine un cran au dessus du commun des mortels. Sa dimension mythologique est mise à mal, surtout qu'il n'est pas mieux loti que la quasi-totalité des héros hollywoodiens actuels, Jason Bourne en tête de liste. Pour l'instant le succès est au rendez-vous, car les enfants qui ont été fascinés par le personnage ont grandi et mûri. Mais ceux d'aujourd'hui qui découvrent le personnage incarné par Daniel Craig, lui confèreront-il le même statut mythique en grandissant? L'avenir nous le dira.

Partager cet article

A propos de l'auteur

10 commentaires

  • Guillaume

    01/11/2012 à 09h43

    Répondre

    Totalement d'accord avec ton dernier paragraphe, et pour moi c'est ce qui fait que le film est plutôt décevant, voire raté.

    James Bond déchu qui remonte sur les rails, ce n'est plus James Bond. Je sais que la mode est le côté sombre des choses (les superhéros brillants ont du passer par là pour être crédibles - notamment Batman).
    Tout est traité trop rapidement, alors que le film est plutôt long et qu'on en sent lourdement les longueurs.
    Le héros n'est que l'ombre de lui-même, et il fait plus Indiana Jones dans le 4, que retraité de la CIA dans Taken. Pourtant, on s'en doute, tout ira mieux après.
    Q est un petit nouveau. Mais il ne donnera pour ainsi dire aucun gadget. Dans le genre son intérêt, merci.
    La James Bond Girl est pour le moins anecdotique.
    Le grand méchant, pourtant très bien joué, n'a aucune envergure. Pas de plan machiavélique pour dominer le monde. Non, juste de la vengeance personnelle. Du coup, on se demanderait presque pourquoi on a besoin de James Bond. C'est plus vraiment de l'espionnage tout ça.
    Voilà, ça manque de panache, ça manque de classe. Ça manque de brio.

    PS : et pourtant, j'aime bien le côté réaliste qu'incarne Craig. Il est agent secret, il est payé pour être efficace, pas pour faire des ronds de jambes.
    http://cinema.krinein.com/-21806/skyfal ... 19940.html

  • FredleBelge

    11/11/2012 à 01h15

    Répondre

    Evidemment, c'est tellement plus facile pour les spectateurs de s'identifier à un demi-dieu qu'à un être humain.
    Sinon 7 pour le meilleur James Bond jamais réalisé? Et 7,5 pour Taken 2, vraiment?

  • hiddenplace

    11/11/2012 à 13h23

    Répondre

    Ce sont deux personnes différentes qui ont fait la critique, ceci expliquant cela. Le ressenti peut être différent, et n'engage que son auteur
    Quant à Skyfall, mon avis est biaisé parce que je n'ai jamais été plus fan que ça du personnage de Ian Flemming, mais j'ai trouvé cet opus assez sympathique, sans être transcendant. J'aurais probablement mis la même note... Le film met un peu de temps à démarrer, puis après se regarde bien. Daniel Craig est toujours aussi charismatique, comme d'hab (toute façon il pourrait jouer Chucky, ce serait pareil ) et Javier Bardem est un méchant cool quoiqu'un peu caricatural par moment, la perruque blonde fait un peu peur, d'ailleurs^^ La fille ne sert à rien (celle rencontrée dans le très beau temple en Thaïlande (?), d'ailleurs très beau décor à ce moment-là) mais j'ai cru comprendre que les femmes ne servaient hélas pas à grand chose dans les James Bond en général, à l'exception de Vesper, peut-être ? Tout au long du film, d'ailleurs, il y a quelques clins d’œil aux anciens James Bond (la voiture, la musique d'origine, le nom de l'agent(e) révélé à la fin), comme si on voulait que celui-ci soit un mélange du canon et du nouveau, plus humain, incarné par Daniel Craig.

    Et sinon, je ne suis pas non plus une inconditionnelle de la chanteuse Adele, mais le générique de début m'a beaucoup plu dans son ensemble, visuellement surtout ; mais avec la musique, ça me semblait être beaucoup plus proche du style des anciens génériques que les derniers.
    Voilà, donc je retiens surtout qu'il était divertissant et que la photo est bien sympathique la plupart du temps, après je ne suis pour ma part toujours pas entrée dans le "culte" qui est voué au personnage, donc je ne crie pas au chef d’œuvre non plus.

  • Loïc Massaïa

    12/11/2012 à 12h39

    Répondre

    j'aurais mis 4,5 a Taken 2
    meme si je comprend l'avis de Guillaume sur le côté "prendre le filmpour ce qu'il est". D'ailleurs, il l'exprime très bien dans son article.

    Sinon pour Skyfall, j'ai moi aussi beaucoup aimé le générique. Sans etre non plus un fan d'Adèle (loin de là même)

  • Guillaume

    12/11/2012 à 13h26

    Répondre

    Ah oui, si on était parfaitement objectif, Taken 2 c'est loin d'être un chef d'oeuvre du cinéma. Plutôt tout le contraire.
    Mais pour son côté prêt à l'emploi, c'est formidable.
    Skyfall, même si je ne l'ai pas trouvé terrible est dans l'absolu bien meilleur que Taken 2. Mais Skyfall en tant que James Bond, très moyen.

    C'est un peu comme essayer de comparer un restau gastronomique, ou même n'importe quel restau en général, à McDo, on sait qui est le meilleur.
    Pourtant, le jour où l'on veut de l'efficacité, manger en 10 minutes chrono, on sait qu'un seul peut rendre ce service.

  • Loïc Massaïa

    12/11/2012 à 15h44

    Répondre

    Guillaume a dit :
    Pourtant, le jour où l'on veut de l'efficacité, manger en 10 minutes chrono, on sait qu'un seul peut rendre ce service.


    Picard ?
    non parce que Mcdo des fois avec les files d'attente...

    mais sinon on voit ce que tu veux dire

  • hiddenplace

    12/11/2012 à 19h00

    Répondre

    Bah quand on a rien pour réchauffer, Picard, c'est pas si pratique (à part les macarons, mais il faut les laisser décongeler 1 ou 2 heures avant de les manger^^)

  • Loïc Massaïa

    12/11/2012 à 20h38

    Répondre

    hiddenplace a dit :
    Bah quand on a rien pour réchauffer, Picard, c'est pas si pratique (à part les macarons, mais il faut les laisser décongeler 1 ou 2 heures avant de les manger^^)

    Guillaume n'a pas précisé s'il avait un micro onde à disposition.
    Mais bon on dérive, on dérive...

  • Guillaume

    12/11/2012 à 21h49

    Répondre

    Tu fais bien d'en parler. Il est au SAV depuis un bon mois maintenant.
    MERCI SAMSUNG !

  • Noctenbule

    13/12/2012 à 11h00

    Répondre

    Je partage globalement l'avis de Guillaume sur Skyfall. Je me suis fait un peu chier. Une James Bond girl?? Ah bon, il y en avait une? Tout est un peu fade. Même le méchant, j'aurais voulu un vrai méchant comme le Chiffre.
    Un peu déçue, mais très bon générique et très belle bande son.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques