4.5/10

Jackpot

Cameron Diaz et Ashton Kutcher se disent oui. Nous, on leur dit non.

Joy (Cameron Diaz) se fait larguer par son bellâtre de fiancé, et Jack (Ashton Kutcher) est viré de l'entreprise de son propre paternel. Où part-on pour oublier ses soucis ? Las Vegas ! Joy et Jack s'y rencontrent, s'y bourrent la tronche comme des rats, et s'y retrouvent la bague au doigt. Tout deux sont d'accord sur un point : ils doivent divorcer dans les plus brefs délais. Mais un coup de manivelle heureux fait gagner au couple trois millions de dollars, qu'ils refusent de partager. Le jugement est sans appel : la somme est bloquée, et sera reversée après six mois de vie commune...


Vous en conviendrez, le concept peut faire furieusement penser à une comédie romantique du tonneau de Comment se faire larguer en dix leçons, dont je vous recommande la critique (celle-ci vous permettra d'identifier très précisément les codes inhérent au genre). Jackpot en est une sorte d'erzatz, à ceci près que les protagonistes n'ont pas réellement besoin de faire semblant de s'apprécier. Ils se détestent, bien, et n'hésiteront pas à user des coups les plus tordus pour faire craquer leur tendre moitié, et la pousser à faire une croix sur les quelques millions de dollars en jeu. Un prétexte, certes, à la comédie un peu trash, mais devions-nous en demander plus ? Kutcher et Diaz y font des étincelles et prennent un pied évident à pourrir leur vie de couple et à imaginer toutes sortes de saletés, parfois incroyablement proches d'un quotidien classique. Tout du moins, dans une première partie, car il est de notoriété publique que la comédie romantique ne saurait tolérer une autre fin que celle écrite dans les saints commandements. Et si le doute est donc permis dans les premières dizaines de minutes, il apparaîtra bien vite, et durement, que Jackpot ne sera pas le vilain petit canard de la famille. Une fois cette voie express empruntée, néant absolu. Les gags disparaissent, les surprises également, et il faudra attendre le générique de fin pour retrouver l'esprit décalé du début. Le plat aura néanmoins refroidi, et c'est avec une impression mitigée que l'on sort de la salle, conscient d'avoir vu un film assez alimentaire avec pourtant un bon potentiel de début. Je vous passe les détails sur les quelques débuts de morale exprimés au cours du film, rien de bien intéressant à développer.

Jackpot a tout de la comédie romantique : un couple qui fonctionne pas mal, un concept amusant, et bien malheureusement une charte scénaristique désespérément classique. Si les frasques du couple peuvent amener le sourire et même parfois provoquer le rire, les échanges s'affaiblissent assez rapidement pour se finir dans la mièvrerie la plus totale.

A découvrir

Doll graveyard

Partager cet article

A propos de l'auteur

4 commentaires

  • weirdkorn

    15/05/2008 à 23h30

    Répondre

    Complètement d'accord. On connaît la fin et toute l'évolution de l'histoire avant même de la connaître. Néanmoins, c'est une bonne comédie, souvent drôle, avec un tandem qui fonctionne pas mal. Donc avis plutôt positif au final.

  • Luz

    16/05/2008 à 14h26

    Répondre

    Weird, tu es allé voir Jackpot?

  • weirdkorn

    16/05/2008 à 22h41

    Répondre

    Ouais, j'avoue que je pensais pas y aller mais y a pas grand chose en ce moment... En fait je voulais surtout savoir comment toucher le gros lot. Et selon ce que nous montre le film, il faut se saouler avant, donc y a peu de chances que ça marche avec moi. Damned.

  • Luz

    16/05/2008 à 23h23

    Répondre

    Ah oui effectivement.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques