6.5/10

Isolation

Une boucherie d'organismes génétiquement modifiés

A la suite d'une expérimentation génétique qui a mal tourné, des embryons de vache évoluent de manière dégénérée, tuant tout sur leur passage. Partant de ce scénario assez maigre, l'irlandais Billy O'Brien tisse très efficacement Isolation, un film d'horreur crasseux et répugnant à souhait. Avec une tension croissante, son premier long métrage invite le spectateur dans une petite ferme irlandaise égarée de l'agitation urbaine. Dans cette campagne humide, la solitude de l'existence est largement perceptible. Les bovins, avec leurs airs crétins, affichent un côté aussi rassurant que terrifiant d'imprévisibilité.

Sans s'attarder avec des détails inutiles, le réalisateur propose une horreur sanguinolente et, chose plutôt rare, relativement réaliste. Avec une grosse pincée esthétique du The Thing de John Carpenter, Isolation fait proliférer des créatures mutantes, de véritables erreurs de la nature qui se vengent par leur soif frénétique de destruction. Lors de nombreuses scènes avec les vaches, le spectateur lambda a intérêt à avoir le coeur et l'estomac bien accrochés. La scène de mise à bas vaut par exemple son pesant de cacahuètes dégoulinantes de liquides ensanglantés. Pour cacher un manque de budget évident, le réalisateur abuse des effets de caméra incontrolée où l'on ne voit pas grand chose. Sans surprise, l'interdiction aux moins de 12 ans apparaît largement insuffisante. Devant un tel étalage de boucherie, avec plusieurs dissections d'animaux et d'humains, des corps troués, des doigts coupés et des tirs explosifs de perceuse, le long métrage a de quoi choquer et décourager les plus sensibles.

Associer Isolation aux affaires de vaches folles et de grippe aviaire n'est pas mal à propos. Centré sur une mauvaise manipulation génétique, il avance une histoire classique de raté scientifique. Grâce à une réalisation équilibrée, le film séduit particulièrement dans sa deuxième partie avec des scènes d'autopsies et de tueries crédibles et marquantes.

A découvrir

American Dreamz

Partager cet article

A propos de l'auteur

3 commentaires

  • tyler

    09/06/2006 à 12h00

    Répondre

    Ca doit etre quelque chose de voir des vaches tueuse mutante en plus

  • kou4k

    09/06/2006 à 22h31

    Répondre

    il a osé écrire un scénario comme ca!

  • Anonyme

    19/06/2006 à 17h19

    Répondre

    Un scénario dont la lecture du pitch peut sembler ridiculer, des acteurs inconnus, des moyens moindres et des effets bricolés, voila comment on peu résumer Isolation.

    Un film dont le talent du réal est incontastable, malgré plusieurs impairs, le réalisatateurs suggère quand il le faut et montre avec intelligence, en découle un film au rythme lent mais stressant, car l'ambiance est très bien géré, l'image est sale, le lieux est sale et glauque et les personnages sombre et loin des caricatures, mise à part la bestioles, on crois facilement à cette histoire et ça fait du bien de revoir un film à l'anciennence, ça faisait longtemps même si le sujet lorgne un peu trop du côtés du film de monstre pour dynamiser un film qui perd un peu de souffle sur la fin, c'est bien tenté, un peu raté mais ça n'enlève pas le réalisme du l'horreur et la finesse du scénario.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques