8/10

Iron Man 2

L'univers Marvel s'étend : ce deuxième épisode d'Iron Man sert d'amorce pour les autres adaptations à venir, les Vengeurs en tête. Dans les thèmes abordés, rien de bien neuf par rapport au précédent, mais la qualité d'exécution reste de premier ordre.

Il y a deux ans, Iron Man s'imposait comme un des plus beaux fleurons du genre super-héroïque, parvenant à introduire un personnage de l'écurie Marvel au grand public tout en fignolant un discours subtil sur le rapport de l'homme à sa propre dangerosité. Aujourd'hui, la suite réunit une bonne partie de l'équipe d'origine (deux changements notables : Don Cheadle remplace avantageusement Terrence Howard malgré leur maigre ressemblance, et John Debney compose la musique à
la place de Ramin Djawadi), avec la mission d'introduire de nouveaux personnages et de créer des ramifications vers les autres films de l'univers Marvel. Rien n'est impossible pour le réalisateur Jon Favreau, qui a amplement démontré qu'il savait jongler avec les contraintes du cinéma d'action sans se prostituer à ses codes...

Tony Stark (Robert Downey Jr.) a révélé au monde qu'il était Iron Man. Profitant de sa notoriété pour utiliser son armure à des fins pacificatrices, il a fait le tour du globe en flic autoproclamé, donnant des corrections aux affreux de tous poils. Après six mois de ce régime, il se retrouve confronté simultanément à trois problèmes destinés à se croiser. Premier problème : le gouvernement américain veut récupérer sa technologie pour l'exploiter à des fins militaires ; son principal concurrent Justin Hammer (Sam Rockwell) se frotte les mains. Deuxième problème : le réacteur qui le maintient en vie depuis sa captivité en Afghanistan a désormais tendance à l'intoxiquer, l'acheminant de plus en plus rapidement vers une mort douloureuse ; cette dégradation est décuplée par l'utilisation de l'armure, et il n'ose pas en faire part à ses amis James Rhodes (Cheadle) et Pepper Potts (Gwyneth Paltrow). Troisième problème : Ivan Vanko (Mickey Rourke), physicien russe grunge, se construit un armement similaire à celui de Stark en utilisant les travaux de son propre père ; animé d'un esprit de revanche quasi-nihiliste, il
compte bien donner une sévère fessée au wonder boy yankee.

Du premier opus, on retrouve le fond : la course à l'armement et à la technologie est montrée comme une escalade sans fin générant une coupable dépendance, l'arrogance américaine y est clairement stigmatisée, et Tony Stark est toujours le seul super-héros à se battre quasi-exclusivement contre ses propres créations... ou celles de son père (les relations filiales sont effleurées ici de façon rapide mais sensible). On retrouve également l'agréable mélange d'humour (parfois bien grivois pour un film familial) et de gravité (Stark apparaît incroyablement seul), ainsi que la solide galerie de personnages secondaires qui se voient efficacement développés (même le chauffeur Happy Hogan, incarné par Jon Favreau lui-même, investit davantage l'écran). Surenchère oblige, la perte de Jeff Bridges est compensée par l'arrivée de Mickey Rourke, Sam Rockwell et Scarlett Johansson, sans parler de la présence "cerise-sur-le-gâteau" de Samuel L. Jackson en Nick Fury badass à la tête d'un SHIELD de plus en plus actif. Cette prolifération de super-gens confère à Iron Man 2 un aspect résolument plus ‘comic book' que son prédécesseur, ce qui lui permet de servir de trait d'union explicite
vers les adaptations à venir : Les Vengeurs, bien entendu, mais également les unitaires Captain America, Nick Fury et Thor. Les spectateurs qui avaient apprécié le premier pour son côté quasi-crédible en seront pour leurs frais : cette fois, on est dans le too much qui dépote, on doute que les protagonistes puissent réellement survivre à ce qui leur arrive. Mais l'esprit n'est pas dénaturé pour autant, et le spectacle ne vire pas à la farce gorgée d'effets spéciaux ; on apprécie d'ailleurs le rythme intelligemment construit autour des dialogues, et non autour d'une succession de scènes d'action à la Michael Bay.

Les puristes regretteront peut-être que le personnage de Rourke soit un amalgame de la Dynamo Pourpre (Anton Vanko dans la BD) et de Whiplash (parfois traduit sous le nom de Blacklash), mais le parallélisme qui est tracé entre lui et Stark fonctionne de façon plutôt efficace. L'apparition de War Machine, alter ego surarmé d'Iron Man, consolera aisément les fanboys tout en achevant de convaincre le reste du public que les gens de Marvel Films savent décidément assurer un spectacle cinématographique cohérent et de qualité depuis qu'ils s'occupent eux-mêmes de leurs adaptations.


A découvrir

Camping 2

Partager cet article

A propos de l'auteur

16 commentaires

  • nazonfly

    19/02/2009 à 11h18

    Répondre

    Stallone et Lundgren.... Raaaaahhhhh j'espère qu'un jour quelqu'un aura les couilles de les réunir plus Chuck Norris, Jean-Claude Van Damme, Schwarzenegger, Steven Seagall, Bolo Yeung et Brigitte Nielsen.

  • el viking

    19/02/2009 à 16h59

    Répondre

    ah... le rêve pour tout américain... et le cauchemar pour tout les coréens du nord et terroristes du monde entier!

  • Veterini

    27/02/2009 à 16h50

    Répondre

    Oh j'aime bien Rockwell, j'espère que que Justin Hammer c'est un super-vilain plus classe que l'autre avec sa grosse armure pourri.

  • weirdkorn

    30/04/2010 à 23h32

    Répondre

    J'avais bien aimé le premier. Le deuxième ne me laisse pas le même goût. Ca se regarde bien mais comme le dit la critique, c'est souvent "too much". Après, peut-être que ça suit des éléments du comics que je ne connais pas mais il y a des éléments qui arrivent et n'apportent pas grand chose au film...


    Par contre, respect pour la scène de la course automobile...

  • Anonyme

    01/05/2010 à 19h30

    Répondre

    Oublions la bonne surprise qu'était le 1er opus. Ce secons volet est passablement ennuyeux. La relation Stark/Pot qui fonctionnait à merveille dans le 1er tombe à plat. Le méchant de service est bien naze. La seule bonne surprise à mon gout est Scarlett, je la trouve simplement parfaite dans son rôle (et tellement agréable à regarder!).

  • Anonyme

    02/05/2010 à 21h54

    Répondre

    Vraiment ennuyant, c'est d'une longueur... l'impression d'attendre 3 heures avant de voir une scene d'action convenable et c'est finit. Mon voisin a même piqué un roupillon en plein milieu du film (verydick) ! Vraiment, ça vaut pas le coup pour ceux qui n'ont pas de temps ni de l'argent à perdre.


    En plus, le côté psychologique des persos (egocentrie, megalomanie) est tellement poussif qu'ils en sont comiques, et niveau science c'est egalement tellement poussif que s'en est risible (un nouvel element chimique avec un rayon laser et une clé à molette...). Vraiment... il y a que Mickey Rourke qui sauve un peu le film.


     


     


     

  • Anonyme

    03/05/2010 à 12h58

    Répondre

    Excellent article, comme d'habitude ! 


    Une nouvelle fois, il faut rester après le générique...


    Je dirai simplemet ceci : "Monsieur, nous l'avons trouvé !" 


    Sinon Mickey Rourke s'est exprimé de façon très intéressante sur son personnage sur Euronews (on prut retrouver la vidéo sur le site de cette chaîne et on compte bien aussi la diffuser sue Comic Screen). 


     

  • Anonyme

    10/05/2010 à 22h01

    Répondre

    Nan mais c'est n'importe quoi là!!! On va pas voir un film juste pour voir les dernières minutes d'après le generique de fin ! C'est absurde, c'est même plus absurde qu'absurde.


    C'est nul, et puis c'est tout. 


     


    D'ailleurs, j'ai déjà oublié l'histoire... mais y avait il une histoire ?


     


     


     

  • el viking

    11/05/2010 à 23h38

    Répondre

    moi j'ai trouvé ça plutôt pas mal... bon, d'un certain côté, j'ai pas vu le 1er, c'est peut-être d'ailleurs pour cela que le côté "too much" ne m'a pas trop dérangé...


     En revanche, NickFury et miss Scarlett, bof, bof, bof... le premier est pas très ressemblant (oui, bon, il est noir, d'accord, mais il aurait au moins pu avoir des cheveux!) et la seconde est un peu trop... insipide... Bizaremment, même l'autre agent de Nick Fury, qui n'apparait pourtant que trente seconde en tout pour quinze de dialogue, a plus de présence dans le film...

  • riffhifi

    12/05/2010 à 00h39

    Répondre

    oui, bon, il est noir, d'accord, mais il aurait au moins pu avoir des cheveux!


    Je vais damer le pion à Canette Ultra pour te répondre : ce Nick Fury est calqué sur la version "ultimate", qui était dessinée d'après le visage même de Samuel L. Jackson. Et sans cheveux.


    En revanche, en 1998, David Hasselhoff incarnait un Nick Fury blanc et chevelu, dans un horrible dtv qui a fait trembler les plus braves des spectateurs.

  • Canette Ultra

    12/05/2010 à 08h28

    Répondre

    Mais mais ... tu me dames le pion !


    c'est exactement ça... un accord entre les gars d'Ultimate et Samuel les liant à la vie à la mort.

  • el viking

    12/05/2010 à 11h32

    Répondre

    oh? autant pour moi, alors...


     celà dit, le film avec David Hasselhoff m'a l'air grandiose, à quand la critique sur Krinein?

  • siduri

    12/05/2010 à 12h19

    Répondre

    En revanche, en 1998, David Hasselhoff incarnait un Nick Fury blanc et
    chevelu, dans un horrible dtv qui a fait trembler les plus braves des
    spectateurs.


    Je confirme. Nombreux sont ceux qui sont tombés ce soir là.


     

  • Nicolas

    13/05/2010 à 22h54

    Répondre

    Indubitablement inférieur au premier, plus bavard, moins intéressant, et un final un peu toc au regard de toutes les problématiques abordées au cours du film. Mais ça reste quand même très regardable

  • kou4k

    13/05/2010 à 23h01

    Répondre

    J'ai trouvé la scène de la course automobile complètement démesurée et très peu crédible...


    Un service de sécurité totalement inexistant et un gros méchant armé de seulement 2 fouets qui fait fuir tous les flics présents pour un tel évènement...


    Vraiment, ça tient pas la route une seconde. Ils auraient pu trouver quelque chose pour justifier que personne ne vienne déranger le duel entre Stark et le russe, mais ils ne se son même pas foulés à faire le moindre effort de logique.


    Pour l'ensemble et le reste, tout comme Nico.

  • Umbriel

    03/06/2010 à 11h25

    Répondre

    J'ai fini par le voir !! Enfin, mais en VF (beurk).


    Autant j'avais vraiment adoré le 1 (au point d'aller le voir 2 fois au ciné), autant celui-ci très très bof...  La liaison entre le 1 et le 2 est maladroite... Où est le Tony Stark, certes un peu fou et excentrique, sérieux de la fin du 1 ? Son personnage suit la même évolution dans le 2 que dans le 1. 


    Il y a un faux rythme dans le milieu du film, c'est assez pénible (et pas vraiment intéressant). On veut nous montrer le héros seul, mourrant, mais non, ça ne le fait pas (il était plus attachant dans le 1). 


    Bref, comme souvent, après un 1er opus vraiment réussi, Hollywood fait une suite nettement moins bonne. 


    Ah oui, et je ne me suis pas fait avoir comme pour le premier. Se taper 10 mn de générique pour voir une séquence de 30 sec, non merci ^^ Vive Youtube  

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques