4/10

I'm Still Here

I'm Still Here est sorti le 13 juillet dernier dans les salles obscures françaises, soit quasiment dix mois après sa diffusion américaine. Précédé d'une réputation sulfureuse, le film de Casey Affleck met en scène la déchéance de Joaquin Phoenix, reconverti pour l'occasion en star ratée du rap. Vrai-faux documentaire laborieux, I'm Still Here n'est finalement qu'un film mineur qui ne fera pas date dans l'histoire du cinéma, se fourvoyant dans un trip égocentrique hypocrite.


DR.
Si vous êtes coutumiers de l'actualité cinématographique, I'm Still Here doit vous dire quelque chose, même vaguement. En effet, le film, réalisé par Casey Affleck (le petit frère de Ben Affleck), a fait couler énormément d'encre à cause de son principal acteur, Joaquin Phoenix. Le 28 octobre 2008, il annonce à la télévision qu'il décide de mettre fin à sa carrière dans le cinéma pour se dévouer entièrement à son autre passion, la musique. Tout le monde était un peu étonné, si ce n'est sous le choc, en apprenant le retrait d'un si talentueux acteur du monde du cinéma. Plus le temps avançait et plus l'idée de le revoir devant la caméra paraissait impossible, The Hollywood Reporter publiant même un article sur un prochain album qui serait produit par Puff Daddy en personne. Sauf que le 10 septembre 2010 sort sur les écrans I'm Still Here : The Lost Year of Joaquin Phoenix, un documentaire relatant la percée de l'acteur dans le show-business musical, le montrant dans un piteux état physique. Le public ne savait pas trop ce qu'il fallait en penser, partagé entre la vérité ou la fiction. Quelques jours plus tard, Joaquin Phoenix et Casey Affleck (accessoirement son beau-frère) vendent la mèche : tout ceci était planifié de A à Z. Immédiatement, le buzz s'installe et I'm Still Here devient LE film à voir…


DR.
Quand on a la prétention de tromper son monde en réalisant un vrai-faux documentaire, la moindre des choses, c'est de faire en sorte que le mensonge narré soit crédible et que n'importe quelle personne puisse y croire, ce que ne propose pas I'm Still Here. Alors certes, cela peut paraître bien facile de le déclarer à l'heure actuelle, quand la vérité est connue de tous, mais en toute honnêteté, dès le début, on devine que nous avons devant nous un canular de piètre envergure. Tous les clichés possibles et imaginables sont utilisés pour montrer la déchéance artistique de Joaquin Phoenix à l'écran, de son langage devenu subitement outrancier à son apparence physique « clochardesque ». On se demande encore comment une personne qui dispose de toutes ses facultés intellectuelles a pu tomber dans le panneau tant la supercherie se voyait à des kilomètres à la ronde. Après ce constat, qui arrive au bout d'une vingtaine de minutes, I'm Still Here n'est plus le documenteur qu'il se prétendait être, mais plutôt une démonstration du talent de Joaquin Phoenix. Ni plus, ni moins.


DR.
Et heureusement que Joaquin Phoenix a le talent nécessaire pour sauver du naufrage la production. Décuplant ses capacités d'acteur pour se mettre dans son personnage de star déchue broyée par les médias, notamment la presse people, l'acteur et le réalisateur se posent pourtant les bonnes questions et tentent d'y donner des réponses, en particulier sur le mal que peut apporter la perversité médiatique. Si l'acte est noble en soi, le procédé est légèrement hypocrite du fait que I'm Still Here utilise également le déchaînement médiatique pour faire sa publicité. Quoi qu'il en soit, c'est assez réussi dans l'ensemble puisque même en sachant que tout ceci n'est qu'une supercherie, certaines scènes nous mettent réellement mal à l'aise de par notre voyeurisme, spécialement lorsque JP (comme on doit l'appeler) se poudre le nez ou s'amuse avec des prostituées.


DR.
Mais au final, rien y fait, I'm Still Here ressemble bien plus à une private joke qu'à un film voulant véritablement dénoncer les dérives du star-system. Se prenant pour des Dieux apportant la connaissance aux petits spectateurs que nous sommes sur les coulisses hollywoodiennes, Casey Affleck et Joaquin Phoenix se fourvoient totalement en proposant un vrai-faux documentaire débordant d'arrogance. Au lieu d'opter pour une mise en scène simple et efficace type Michael Moore, les deux compères étaient persuadés que leurs seuls talents respectifs suffiraient largement à berner tout le monde. Alors peut-être qu'une fois arrivé à un certain stade de célébrité, on devient aussi antipathique que l'est Joaquin Phoenix version rappeur (quoi qu'il n'y a pas besoin d'être célèbre pour être détestable), mais l'usage grotesque de clichés décrédibilise tout l'ensemble. I'm Still Here est donc réservé uniquement aux inconditionnels de Joaquin Phoenix – qui confirme encore une fois qu'il est un acteur débordant de talent -, et ceux qui veulent voir le film en espérant se retrouver face à un chef-d'œuvre peuvent d'ores et déjà oublier. Il y a bien mieux ailleurs.

A propos de l'auteur

6 commentaires

  • riffhifi

    21/07/2011 à 09h48

    Répondre

    Je ne suis pas sûr que Joaquin Phoenix soit suffisamment célèbre pour que ce genre de trip attire l'attention du grand public ! C'est un bon acteur, mais les gens le connaissent surtout comme "le gars qui a joué dans Gladiator", ou "le mec qui jouait Johnny Cash dans Walk the Line". Le même truc avec Brad Pitt, sombrant dans la drogue et frappant Angelina Jolie, ça aurait pu faire du bruit.http://cinema.krinein.com/i-still-here-23233/critique-16686.html

  • naweug

    21/07/2011 à 12h42

    Répondre

    Justement, Gladiator et Walk the line ont rencontré un certain succès auprès du grand public. Peut-être que ça les poussera à voir ce "truc"... qui ne m'attire absolument pas, étant pourtant assez fan de l'acteur (pas trop d'avis sur le réalisateur, à part son bon Gone baby gone qui était une adaptation d'un polar de Dennis Lehane).

  • riffhifi

    21/07/2011 à 12h44

    Répondre

    Gone Baby Gone était réalisé par Ben Affleck, pas Casey... il se contentait de jouer dedans

  • Canette Ultra

    21/07/2011 à 13h14

    Répondre

    Plutôt d'accord avec Riff.
    Surtout que le film arrive dix mois après chez nous sans aucunes promo digne de ce nom.

    Aux USA, il avait fait des fausses apparitions, des vraies, entretenu le suspense, etc

  • riffhifi

    21/07/2011 à 13h30

    Répondre

    En plus ça sort le même jour que Harry Potter, autant dire que ça passe bien inaperçu !

  • naweug

    22/07/2011 à 00h25

    Répondre

    riffhifi a dit :
    Gone Baby Gone était réalisé par Ben Affleck, pas Casey... il se contentait de jouer dedans


    Effectivement, tu as totalement raison. Un moment d'égarement de ma part Par contre, je ne l'ai pas beaucoup aimé en Patrick Kenzie, qui avait une toute autre image dans ma tête.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques