6.5/10

I, Robot

Rage against machines

Eté = blockbuster. La règle inévitable, la règle parfaite, celle qui peut engendrer le maximum de profits. Peu surpris donc de voir arriver un nouveau soulèvement des machines un an après celui de Schwarzy et ses Terminators, flanqué d'une autre grosse star du film d'action à pépettes, monsieur Will Smith en l'occurrence. Car il n'est pas inconcevable de penser que sous les traits du film à gros budget construit pour en mettre plein les mirettes, un certain nombre de lois régissent le monde du blockbuster ; et qu'en tant que lois, celles-ci peuvent bien sûr être transgressées (exemple : Spiderman 2). Un petit parallèle avec l'histoire de I, Robot, tirée d'un livre de Isaac Asimov, qui, malgré le postulat d'une confrontation éthnique et d'une réflexion sociologique (0% de matières grises), s'y réfère aussi scrupuleusement que devraient le faire les robots face à leurs propres lois internes. Rappelons ces trois lois :

  • Un robot ne peut porter atteinte à un humain, ni le laisser exposé au danger.
  • Un robot doit obéir aux ordres des êtres humains, sauf si ceux-ci entre en contradiction avec la première loi.
  • Un robot doit protéger son existence dans la mesure où celle-ci n'entre pas en contradiction avec la première ou la deuxième loi. 

Des règles plus que basiques dans un monde où le robot est un engrenage de la vie quotidienne, jamais transgressées jusqu'à ce jour de 2035... Où un robot est suspecté d'assassinat. Voilà de quoi fournir un commode petit film d'action solidement basé sur les trois lois du blockbuster. Rappelons ces trois lois :

1° Un blockbuster ne peut exister sans le concours d'une star reconnue et appréciée.

Schwarzenegger dans Terminator 3, Johnny Depp/Orlando Bloom dans Pirates des Caraïbes, Will Smith dans I, Robot. Il est intéressant de constater que dans la majeure partie des cas, la star n'est présente que pour donner un peu d'envergure au film à travers l'affiche, et pas pour camper un personnage extrêmement fouillé. Will incarne donc un flic légèrement allergique aux robots pour une raison finalement pas très justifiable, impliqué dans une prétendue affaire de suicide plus qu'il ne devrait l'être. Enfin, ça, c'est la théorie. Car à l'écran rien ne transparaît. Démarche chaloupée façon Bad Boys, la gâchette facile, et le petit côté « monsieur je sais tout » qui fera de lui un héros contesté, tout du moins au début. Bref, pas de quoi délivrer un Oscar, mais de quoi attirer la foule.

2° Un blockbuster ne peut exister sans l'apport d'un humour tout public.

Règle très importante ! Les blagues du Terminator dans T3, les blagues de Sparrow dans Pirates des Caraïbes, et la répartie de Del Spooner dans I, Robot. Des blagues drôles, des blagues moins drôles, en quantité suffisante pour conférer une façade humoristique bien visible. En bref, pour déstresser et s'aérer un peu la tête. Un aspect démesurément prédominant en considérant la maigre partie vouée à la partie censée « sérieuse » du film, sur l'acceptation de chacun, et la partie un peu scientifique où s'égarent des mots comme « âme », « responsabilité », et « interprétation ».

3° Un blockbuster ne peut exister sans d'impressionnantes scènes d'action.

Et là, ça doit dépoter. Je vous parle de la destruction de toute une rue dans Terminator 3, ou de l'affrontement vivants/morts vivants de Pirates. Le soulèvement des machines 2003 brillait par un final déstabilisant à défaut de filmer une réelle révolution, c'est entièrement l'inverse pour celle de 2004. Une révolte confinée sur une seule zone urbaine, malheureusement, mais servie par des effets spéciaux pointus conférant une vélocité et un charisme redoutables à des pantins de métal... enfin de pixels, en l'occurrence. Les textures font parfois un peu plastiques, mais niveau animation, c'est presque du sans faute. Bien sûr, toutes ces jolies petites marionnettes vont allègrement se faire démonter par le héros qui n'attendait que ça, à la joie du spectateur qui n'attendait que ça.

En somme, un blockbuster très conventionnel dans son concept, servi sur la base d'une recette comédie/action qui a déjà fait ses preuves et qui continue d'alimenter les films de l'été. Pas trop cérébral, certes, mais divertissant et pas trop mal mené.

A découvrir

San-Antonio

Partager cet article

A propos de l'auteur

7 commentaires

  • weirdkorn

    28/07/2004 à 00h00

    Répondre

    Vraiment un bon film ce I, Robot, faisant plus que remplir son contrat de divertissement. Comme la dit Nicolas, on y retrouve tous les éléments habituels composant un blockbuster mais dune façon réellement accrocheuse et réussie. Quand lhistoire est bonne, cest là que lon voit la différence. Le scénario est plus que correct, maniant très bien les rebondissements et lintrigue générale. Lhumour nest pas déplaisant, ce Will Smith, toujours le mot pour rire. Quant à laction, elle est assez phénoménale. Du début à la fin, cest quasiment de laction non-stop ou en tout cas une multitude deffets spéciaux totalement au service de lhistoire et pas linverse. Et comme la qualité de ces scènes est excellente, on na pas de quoi sennuyer une seule seconde.
    Bref, I, Robot cest un film comme on aimerait en voir plus souvent. Une bonne histoire servie par des effets spéciaux et des acteurs qui le sont autant, le tout sur un rythme qui ne faiblit jamais. Un divertissement plus que réussi!

  • Kassad

    29/07/2004 à 00h01

    Répondre

    Effectivement les scènes d'actions sont biens rendues et voir les robots faire du Jiu-jitsu entre eux est assez amusant. On ne s'ennuie pas trop durant la projection c'est vrai. Cependant je trouve la construction du scénario un peu trop mécanique (hihi) à mon goût : une séquence d'ouverture où will-spooner-smith montre ses obsessions, un héro tarabusté par un secret qui vient de son passé, il a raison contre tout le monde etc. etc. Je sais bien que les blockbusters doivent se conformer à certaines règles mais là c'est un peu too much et le clin d'oeil du robot fait vraiment trop penser au "asta la vista baby" de terminator. Et finalement ce qui aurait pu faire l'originalité du film (en le traitant différement de blade runner qui lui aussi approchait ce thème), qu'est ce qui fait l'humanité d'une créature, est plutôt expédié au profit d'un blabla creux (le discours du scientifique est quand même risible pour qui a fait un minimum d'informatique).

    Au final je dirai que c'est un film qui vaut la moyenne mais pas plus. A louer en DVD lors d'une soirée glauque d'automne.

  • barzange

    03/08/2004 à 00h02

    Répondre

    hum... pompeux est le mot qui me vient à l'esprit.
    Scénario qui pourrait valoir la peine (surtout lorsque l'on adapte Asimov), moyens techniques considérables... mais pas une réussite à mon sens.
    Will Smith en fait trop (ou pas assez selon les goûts), le ton que le film dégage est trop solennel (pompeux)... puis chacun ses goûts.
    Je n'aime pas voir un réalisateur faire un film vraiment moyen d'un bon scénario.
    5 parce-que je n'ai pas détesté mais 5 parce-que je vous conseille d'attendre sa sortie en dvd.

  • nazonfly

    04/08/2004 à 00h03

    Répondre

    C'est trop cool de revoir Will Smith dans un film d'action à la Men In Black. Par contre j'ai trop pleuré juste avant l'injection des nanites, et la fin aussi a failli me faire pleurer tellement c'était beau... Beau d'ailleurs comme Will Smith sous la douche!
    En plus les Converse de Will Smith sont disponibles!! Et puis les Audi c'est vraiment trop de la balle! Sans compter son super lecteur JVC!!!

    Bon sans déconner...
    Ne revenons pas sur le relation entre l'histoire et l'univers de Asimov... Toute l'intelligence de Asimov semble s'être envolée au profit de la blockbusterisation.
    Ne revenons pas non plus sur l'intérêt de ce flic, une fois de plus en marge du système policier, un bon flic avec un gun, un bon flic qui roule des épaules quand il marche...
    Ne revenons pas sur les effets spéciaux magnifiques, on sent à la fois l'influence de la Guerre des Clones et du Seigneur des Anneaux.
    Ne revenons pas sur le dénouement de la fin et le happy-end.

    Seules deux scènes ont retenu mon attention : il y a une certaine majesté dans le mouvement du robot vers la salle d'exécution, et la scène du rêve est très intéressante. L'histoire aurait mérité de porter sur ce genre de relations entre les robots et les humains, plutôt qu'un traditionnel vilain (même s'il y a une petite mais toute petite portée philosophique).

    I, Robot est un film dont on sort assez réjoui en se disant qu'on a assisté à un bon spectacle, mais plus on en parle, plus on se rend compte de ses écueils.
    Ah oui, au fait, heureusement que Alex Proyas est crédité comme réalisateur à la fin sinon je ne l'aurais pas reconnu, tant la machine hollywoodienne l'a digéré...

  • Alain

    08/08/2004 à 00h04

    Répondre

    Finalement je suis allé le voir avant-hier et j'ai été quand même agréablement surpris... comme je l'avais plus ou moins deviné avant sa sortie, le film est inspiré par le travail d'Asimov et non directement adapté.
    Côté film, il est agrèable de voir que Proyas renvoit la balle non sans clin d'oeil aux frères Wacho qui dans leur temps avaient eux aussi utilisé le style de Proyas pour le climax des Matrix. Alex se lance dans un film non dénué de sens à grand renfort d' effets spèciaux haut de gamme et surtout de "cinématographie virtuelle" inventée pour les deux derniers opus matrixiens. On a droit alors a des séquences à couper le souffle comme celle de la camèra qui virevolte autour de la poutrelle ou se tiens Will Smith et le robot, les images de synthèses présentes tout au long du film frisent une certaine perfection, il faut bien l'avouer. Bien entendu, j'en entends déjà qui crient au scandale ! Proyas, plein d'images de synthèse... ou est passé son Climax habituel ? Détrompez vous, car l'univers cher à Alex est quand même la... regardez la chambre de Will avec tout le décors Kitch, le ventilo à la pale cassé au plafont, le reveil a gros chiffres des années 70... bref, le mélange est moins subtil que dans ses autres productions, mais adapter de la S.F tout en gardant un certain esprit de rattachement à diverses époques n'est pas si aisé. Quand au scènario, il est excellent, dans un esprit Minority Report avec un petit quelque chose en plus.
    Conclusion, j'ai beaucoups aimé et je le conseille vivement.

  • Prinncess

    15/08/2004 à 00h05

    Répondre

    Will Smith ! J'adore cette acteur donc ma critique ne sera pas très constructive (bien que je n'ai pas aimé MIB2 et Wild Wild West).
    I, Robot n'est pas très original (même concept que A.I., Blade Runner) mais tout de même excellent. Les effets spéciaux sont grandioses. Les répliques de Will toujours aussi cinglantes et à mourir de rire, le voir nu sous la douche montre bien qu'il est encore loin de la bouée autour de la taille (malgré ce qu'il a pu dire dans une interview).
    Ce n'est pas un film qui marquera dans les mémoires mais très divertissant et il y a juste ce qu'il faut d'action, ni trop, ni trop peu (dans Bad Boys 2 c'était un peu trop poussé).
    Aller le voir ne vous fera pas perdre votre temps.

  • neo2

    26/08/2004 à 00h06

    Répondre

    Un exelent film qui mélange action et réflexion. Le personnage principal évolue tout au long du film pour finalement accorder son amitié à un robot, Sonny, qu'il arrive à considérer comme une "personne" et non plus comme "quelque chose". Une évolution intéressante et que l'on peut rapporter a l'actualité (racisme, peur de l'"autre" qui est différent....)
    Un blockbuster divertissant et qui fait réfléchir, avec un Will Smith au mieux de sa forme, de super séquences d'action et des effets spéciaux impréssionnants.
    LE FILM DE CETTE ETE.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques