6.5/10

Hulk

Le géant vert pique sa crise

Une poussée de colère et il devient tout vert, réduisant en lambeaux sa si belle chemise à carreaux et son pantalon vachement costaud à l'entrejambes. Cette singulière image demeure en nous, il faut bien l'avouer, à travers la série télé 100% kitsch d'un scientifique se transformant en culturiste peint en vert dès que le sang lui montait un peu trop à la tête. Je laisse les puristes rajouter que Hulk est à la base un comics américain, et que le vrai monstre verdâtre n'avait plus vraiment de proportions humaines une fois fou de rage. Et c'est l'esprit de la bande dessinée qu'a choisi de garder Ang Lee, réalisateur mondialement applaudi pour l'ensemble de sa carrière, bien que beaucoup la restreigne à Tigre & Dragon, annonçant directement la couleur : son Hulk ne sera pas un "Marvel Film" comme les autres.


Sans cesse tourmenté par des cauchemars récurrents, fruits d'un violent passé oublié, Bruce (Eric Bana) se désespère de faire aboutir ses recherches médicales. Par accident, il est exposé à de fortes radiations mortelles qui auraient certainement suffi à le réduire en cendres, mais un facteur inexplicable intervient et le protège de la mort certaine qui l'attendait. Pour Bruce, c'est le début des problèmes : outre les cauchemars de plus en plus fréquents, son père David (Nick Nolte) ressurgit de nulle part et pose le doigt sur un point sensible de l'équilibre de Bruce...

Que ceux qui pensent avoir affaire avec un blockbuster classique peuvent prendre la page suivante directement. En deux mots : Ang Lee. Nous ne sommes pas en train de parler de n'importe qui, et l'associer à un projet tel que Hulk a de quoi déboussoler. Et aussi peut-être un peu rassurer. Car, indéniablement, Hulk témoigne de la patte talentueuse du maître. Jamais film de héros américains estampillé "comics" n'avait pu refléter autant d'immersion dans l'esprit d'une bande-dessinée. A l'écran, cela se traduit par un déluge d'effets visuels, d'une réalisation ambitieusement menée, louable à partir du moment que l'on en apprécie le concept. Une bonne partie des scènes du film se découpent alors en vignettes amovibles, fondant chaque plan entre eux par une multitude de procédés, exposant simultanément plusieurs aspects d'une action ; parfois, les visages se détourent pour se fondre avec le plan suivant en tout simplicité, comme une page colorée de je ne sais quel magazine de super-héros bariolé. C'est étrange. C'est peut-être déroutant. Mais le résultat est là : le film flirte à s'y damner avec la construction narrative d'une bande dessinée, empilant les plans fixes en rappelant sans cesse que Hulk est avant toute autre élucubration un comics et qu'il entend bien ne pas l'oublier.

Mais Ang Lee ne pouvait pas s'en arrêter là. Vis-à-vis des X-Men, Spider-man, et autres Daredevil, l'ambition du réalisateur est à la mesure de la colère de son personnage tout vert. Tout le monde s'attend à un énorme pop-corn movie où un molosse synthétique s'amuse à écraser des voitures en braillant comme un wookie. Et même s'il est vrai que l'idée est jouissive, on ne peut s'empêcher d'espérer un chouia de réflexion supplémentaire. Et c'est cette téméraire ambiguïté recherchée qui constitue le noyau des sentiments tout aussi ambigus qu'un spectateur peut avoir en découvrant les aventures de Bruce Banner. A l'image d'une première heure difficile, impact violent de la forme du film d'une part, et du sentiment profond qu'il souhaite se doter par son fond d'autre part. Ang Lee construit Banner aux yeux des spectateurs pour mieux le détruire plus tard, avec parcimonie et sans limite de temps. Une première partie plutôt déroutante, pour la masse s'attendant à une transformation rapidement expédiée et un début de castagne dès les trente premières minutes.

Basculement, Bruce Banner se révèle Hulk (et oui, il l'est depuis l'enfance à son insu) suite à un accident malheureux. Hulk : colosse vert numériquement construit, doté d'une considérable propension pour la destruction et d'une créativité très salutaire quand il s'agit de défendre ses intérêts, bien loin de ce qu'un acteur humain pourrait réaliser. Le Hulk de Ang Lee se rapproche donc plus de celui que l'on pourrait admirer dans les jeux vidéo adaptés comme Marvel versus Capcom, que des talents d'acteur d'un Lou Ferrigno (l'acteur musculeux qui se colorait en vert dans la série). Et l'on aurait probablement apprécié que Lee se restreigne dans certains aboutissements de la force prodigieuse de son personnage. Ceux qui se gaussaient de Li Mu Baï en train de voler de toit en toit dans Tigre & Dragon pourraient nerveusement se moquer d'une créature toute verte entamer un sprint pour finalement réaliser des bonds de sept lieues. Des sauts hautement comparables à la force du personnage, reprochables dans la mesure où Hulk devient personnage de manga plus que de comics quand l'idée lui prend de bondir partout.

Et au-delà de l'aspect numérique de ce personnage démesurément mis en image, le film nourrit son fond de deux pivots - réflexions critiquables mais néanmoins heureusement présentes, évitant à Hulk de sombrer dans la destruction / jeu vidéo que l'on pouvait redouter. Au premier plan, le lourd historique de Bruce Banner, se refusant à considérer l'existence de son père David Banner, lui et ses expériences scientifiques. Sartre posa un jour l'idée que l'enfant était un monstre fabriqué avec les regrets des parents, Bruce ne saurait mieux communier cette idée avec la réalité. Mais c'est pourtant le trait psychologique le plus lourd à supporter par le spectateur, parfois trop grossier, se ridiculisant dans un final pas très compréhensible et peut-être bien hors de propos. Les sentiments contradictoires de Banner avaient largement de quoi remplir une fonction psychologique, dépeignant la transformation en une volonté de s'exprimer, de devenir libre de ses faits, gestes, et émotions. Une rage inégalable qui n'est autre que la représentation refoulée d'une partie de lui-même, allant jusqu'à confier qu'il apprécie le fait de pouvoir manifester sans limite cette colère enchaînée au fond de son être.

Mais que dire alors du choix de Eric Bana pour le rôle titre, si ce n'est qu'il n'a certainement été choisi que pour des considérations physiques. Car difficile de trouver des adjectifs mélioratifs pour qualifier le casting, médiocrement inspiré et relativement mal doublé, si l'on exclut une Jennifer Connelly larmoyante à souhait. Mention passable pour la bande originale également, moyennement collante et remarquable, du Danny Elfman dans ses moments les moins convaincants.

Une première heure lourdement scénarisée, dévoilant l'ambition démesurée que souhaitait offrir Ang Lee à la réalisation de ce nouveau Marvel film, aux frontières de la psychologie discutable, du pop-corn movie, et du film conceptuel. Déplaisant par moments, hautement louable par d'autres, Hulk n'est pas vraiment le film que l'on attendait, et c'est certainement son principal atout, arrachant son mérite dans la virtuosité de son réalisateur plus que dans les délires visuels des effets spéciaux ou la justesse de son propos. Il est néanmoins rare de voir un film de super-héros avec un fond aussi solide, même s'il reste aisément contestable.

A propos de l'auteur

5 commentaires

  • Djak

    03/07/2003 à 00h00

    Répondre

    Bon mon cher collègue CSBlack ayant résumé le film je vais juste me borner à donner mon avis.
    Tout d'abord commençons par les points positifs vus qu'il y en a peux:
    - La musique signé Elfman le compositeur de tim Burton est sympas si on oublie les musqie clichés c'est à dire les musiques orientales quand on arrive dans le dunes américaines!par exemple.
    - La qualité graphique du film, mais bon avec de l'argent dorénavent c'est pas dur de faire quelque chose de beau.
    Et puis je crois que c'est tout en fait. Donc, deux bon point alors pour être gentil je met 2.
    MAis voilà, il n'y a réellement que cela de bien dans ce film. Pour rester homogène, une petite liste de la nulité de ce film:
    - Le scénario est vraiment mal foutu et pas bien amené, on met 3/4Heures à commencer le film! Mais bon, on va me dire que cela respecte le comics de Hulk.Ok
    - Les personnages sont vraiment creux et pitoyables. Ah Jennifer toi qui n'avais fait que des bons films ( Dark City, Hot Spot, Requiem For A Dream...) tu viens de tomber vraiment bas dans mon estime. Jouer le rôle d'une cruche sans cervelle qu'on a envie de matraquer à chaque fois que tu parles. Et toi le héros pas charismatique pour un sou, pas crédible. Ang Lee qul est cette fausse histoire d'amour a deux euros cents que tu nous a pondu. Alors au débuts ils osnt séparés et l'héroine lui parle comme une merde. Puis ils devient monstre alors elle l'aime à la folie on dirait mais le trahis au moins...tout le film. Et toi Hulk comme un gros poivron vert tu ne vois rien.Balance lui une grosee taloche oui.T'on cerveau serait-il atrofié?
    - Autre point négatif, c'est la linéarité du film qui de surcroit dure 2h20!!!! Bah oui le monstre vert s transforme on envoir donc les soldats...Pas assez fort donc place aux supercopters...petit joueur, alors on envoie les tanks...à la poubelle eux aussi, allez zou on envoie les avions de chasses eux aussi inutile donc logiquement on finis pas envoyer...je vous laisse deviner...perso je le savais dès le début...la Bombe A.
    - ET la fin,Ah La LA. ils ont été chercher cela où? La bataille avec le père vraiment ridicule et brouillons. En plus il fait tout les élément sauf le feu! Bah oui le feu cela aurait été fun quoi.("ton ironique").
    Je pourrais je crois continuer pendant pas mal de temps mais faut dire que je serais mort avant d'avoir tout raconté ce qui m'a fais pitiédans ce film. Et pourtant je suis bon public surtout des films de l'oncle Bens. MAis la, au bout d'une heure avoir envie de partir cela ne m'étais pas arrivé depuis longtemps. Pour conclure, un exemple de la nulité de ce film c'est que les spectateurs dans la salle se faisaient tellement chiés de mon côtés que tout le monde, dont moi, parlaient tout le temps pour moins s'ennuyer.
    Et j'aimerais donc bien que l'on arrète de se cacher derrière l'argument "oui mais tu connais rien aux comics" ou "cela respecte le comics". Car comme argument de la qualité d'un film c'est 0.
    Si il y en a qui on envie d'écouter ces personnes et de perdre de l'argent ...A bonne entendeur salut

  • Eminence ORSON

    03/07/2003 à 00h01

    Répondre

    Bon film sans plus je n'est pas besoin d'en dire des tonnes c'est 2H20 bien sympathique. Le film en lui même est très beau accompagné d'une très bonne bande son. De plus j'ai trouvé l'idée de l'écran séparé très marrante bien qu'un peu trop utilisée à mon avis !

  • weirdkorn

    04/07/2003 à 00h02

    Répondre

    L'idée de confier un blockbuster à un réalisateur étranger était louable mais finalement il n'y a rien de fondamentalement différent entre ce film et d'autres productions du même genre. Même si le rythme est plus long avec notamment une exposition assez lente et même si les sentiments prennent une place plus importante, on se retrouve en face d'un film à gros budget plutôt formaté à montrer par moment les nouveautés d'ILM. Mais le problème est que ces effets spéciaux ont du mal à passer parce que Hulk qui joue au kangourou dans l'Arizona, çà se rapproche plus du comique qu'autre chose. Je suis loin d'être un connaisseur de Hulk mais pour ses capacités, ils n'ont pas exagérer. De plus le digital ne permet pas de retranscrire l'émotion comme un acteur vivant, en fait c'est comme Yoda pour Star Wars 2 mais en plus grand. Côté scénario, l'histoire passe mais on a l'impression qu'à Hollywood il faut toujours en rajouter surtout pour l'histoire du père et la toute conclusion.

  • Reivilo

    19/04/2004 à 00h03

    Répondre

    Hulk.... c'était difficile de faire pire que la série... pourtant Ang lee a réussi ! Ce film est immonde !!
    Ca commence par 1h d'intro hyper lourdingue (et hyper mal jouée), qui est censée "respecter le comic"... je me souvient pas que le comic était soporifique à ce point.
    Bon bref, arrive la première transformation... et la on se dit que le budget, c'est clair, il a surtout servi a payé les responsables des effects spéciaux, c'est vachment bien fait. D'ailleurs c'est la raison pour laquelle je met pas 0 mais 1 au film.
    Malheureusement, c'est pas un bon effet spécial qui fait un film, parce qu'après, mon dieu quelle rigolade !!!
    Dans l'ordre : Hulk contre les chiens mutants pas beaux (a mourir de rire), Hulk contre l'armée (en plusieurs épisodes, j'adore l'épisode HULK CONTRE LES TANKS, c'est désopilant), puis le super final de la mort : Hulk contre son propre pere qui lui aussi se transforme en super machin, et la... c'est l'apothéose !!! La bataille est pitoyable, les effets spéciaux sur le père pathétiques, et en plus, on y pige rien.
    Et puis le film est bourré d'invraisemblances en tout genre, ma préférée étant bien sur la scene du schrapnell... où l'on decouvre que Hulk a des reflexes tellement super développé, que Neo et Spiderman passe pour asmathiques, a coté... après quoi, visiblement très satisfait de sa performance, le géant vert enchaine des sauts entre les dunes complêtements foireux compte tenu du fait que Hulk est sensé être fort mais pas hyper mobile...
    Sans oublié l'ultime détail qui achève le film : la super trouvaille visuelle qui consiste a faire un arrêt sur image pour ensuite découper l'écran façon BD... même au Bigdil, ils avaient pas osés....

  • Anonyme

    08/12/2009 à 17h18

    Répondre

    "Hulk personnage de Manga plus que de comics quand lui vient l'idée de bondire partout ?"


    Il faut savoir que c'est justement fidéle car le Hulk des comics peut faire des bonds de plusieurs kilomètres, une des caractéristique que les non-connaisseurs oublient.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques