7.5/10

Hors de prix

Argent content

Hors de prix est un joli conte, à ceci près que la Princesse cherche son Prince
dans les hôtels de luxe, et exige de celui-ci qu'il lui offre robes, sacs, chaussures et dîners de rêve. La princesse, c'est Irène (Audrey Tautou) et lorsque Jean (Gad Elmaleh) croise son regard, il craque. Et on le comprend. Sauf que Jean ne roule pas franchement sur l'or, étant donné qu'il n'est qu'un pauvre garçon de bar dans un palace. Le costard de serveur et le cadre idyllique aidant, Irène le prend pour ce qu'il n'est pas : un riche de plus à qui s'accrocher. Mais la supercherie ne pourra pas tenir éternellement.

Bien que très prévisible, Hors de prix est une comédie qui se laisse savourer. Les éclats de rire provoqués par certaines scènes compensent sans peine les quelques faiblesses du scénario. Mais ce qui fait tout particulièrement la force du film, c'est le couple Gad Elmaleh - Audrey Tautou. Lui, il est plus charmeur et
touchant que jamais. Incarnant un personnage à la fois timide, gauche et déterminé, il parvient à tomber très juste. Quant à elle, elle sort enfin de ses rôles de gentille fifille un peu fade auxquels elle nous avait malheureusement habitués. Nous la découvrons vénale, paumée, effrayée par la solitude. Et, comble du bonheur, tous les deux partagent une complicité qui crève l'écran.
Sous couvert d'une gentille comédie, Pierre Salvadori dépeint un monde et des styles de vie plus qu'extravagants. Dans l'univers d'Hors de prix, tout se monnaye, surtout l'amour. Mais les paillettes et les bijoux clinquants semblent dissimuler une solitude amère. Certes, ce n'est pas le film intellectuel de l'année, mais ça aide à freiner ses envies de luxe.


Pierre Salvadori livre une comédie optimiste dans un monde où l'argent est roi. C'est le moment de redécouvrir deux excellents comédiens, sous un angle plutôt inhabituel. Et c'est aussi et surtout l'occasion de rire à de nombreuses reprises des pitreries des deux héros dans un univers qui n'est pas vraiment le leur.

A découvrir

Poséidon - DVD

Partager cet article

A propos de l'auteur

5 commentaires

  • Vincent.L

    15/12/2006 à 00h29

    Répondre

    Pierre Salvadori livre une comédie optimiste dans un monde où l'argent est roi.


    Moi je trouve ça terriblement déprimant (à part la fin bien sûr). Vendre son corps, soit pour une richesse superficielle et temporaire, soit pour un amour en toc avec une fille qui vit dans le faux, c'est une vision que j'ai trouvé plutôt effrayante. Et c'est pour ça que j'ai aimé le film. Ca montre bien les excès liés à l'argent (l'intérêt maladif d' Irène pour le luxe) et à l'amour (l'amour incensé de Jean pour Irène).

    Et puis un Elmaleh plus tendre que bouffon, ça rend très bien. J'ai pensé à Chaplin à de nombreuses reprises, c'est dire...

    7/10.

  • Anonyme

    15/12/2006 à 00h56

    Répondre

    Oui, c'est exactement ça. C'est optimiste par la fin, l'amour qui triomphe, tout ça. et effectivement très déprimant le reste du temps.

  • weirdkorn

    15/12/2006 à 08h51

    Répondre

    D'accord avec vous sur le fond. Ok pour la partie romantique, ça passe, beaucoup moins pour une comédie. Il doit y avoir deux scènes vaguement comiques en tout. En plus, ce n'est pas toujours bien écrit et l'histoire pourrait être largement mieux exploitée. Donc plutôt déçu dans l'ensemble.

  • Neofire

    15/12/2006 à 19h38

    Répondre

    Peut-être un ton en dessous du précédent Salvadori, "Après vous", notamment du point de vue du rythme (un ptit coup de mou sur la fin) et de l'interprétation (Elmaleh impeccable mais Tautou largement plus à l'aise en femme gouailleuse qu'en femme fatale), mais reste à mon goût un très bon film, drôle et classe en toute circonstance, et aussi brillamment mis en scène, ce qui est quasiment un cas unique dans la comédie en France.

  • hiddenplace

    12/01/2007 à 12h33

    Répondre

    Quel dommage qu'Audrey Tautou minaude toujours autant, dans un rôle aussi différent de d"habitude pourtant... Je ne suis décidément pas fan de son jeu, à part dans Amélie Poulain où il était justifié.

    Sinon, ça se laisse regarder, après une journée un peu fatigante, mais ce n'est pas la comédie du siècle... d'ailleurs, comme l'a très bien dit Weird, ce n'est pas une comédie.
    Les commentaires de Vincent sont selon moi très justes: le film souligne quand même assez bien la pathologie des personnages: la compulsivité d'Irène pour les objets de luxe et la compulsivité de Jean à vouloir se faire aimer *à tout prix*

    Mais le sujet aurait pû être beaucoup plus riche et intéressant, si la psychologie des personnages n'était pas taillée à la serpe, surtout celui de Jean : j'ai lu dans Première que Gad Elmaleh s'était forcé à ne pas en faire trop, du coup, son personnage, à force de vouloir s'effacer, devient casiment transparent à l'écran... c'est le but, mais c'est un peu trop caricatural pour moi.

    Quant aux personnages secondaires, les nuances de leurs traits de caractère sont quasiment inexistantes. et là je rejoins Aurélie, tout est très prévisible.

    Si le but était de faire dans le superficiel comme c'est le thème du film, c'est plutôt réussi mais il me semblait que c'était justement le fond du film, pas sa forme

    Enfin, je ne me suis pas trop ennuyée, c'est déjà une bonne chose.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques