7.5/10

Hors de contrôle

Mel Gibson revient en force dans un polar bien foutu avec aux commandes un Martin Campbell dans son style sombre qu'on aime tant. Mel a vieilli certes, mais a gardé tout son talent et son charisme qui crève l'écran.

Il aura fallu attendre huit ans pour retrouver Mel Gibson en tant que premier rôle. Huit ans où le gaillard a réalisé deux films, dont l'un très controversé Mel à la classe avec une portière
Mel a la classe avec une portière
(La Passion du Christ) et l'autre très ignoré malgré ses nombreuses qualités (Apocalypto), quelques épisodes de la série Les Sauvages et fait parlé la presse people avec ses frasques digne de Mad Mel ! Martin Campbell, le ressusciteur  de James Bond après Goldeneye et Casino Royale, a réussi à ressortir l'Arme Fatale de sa retraite. Car il n'est pas trop vieux pour ces conneries. Et Hors de contrôle, son petit dernier, le prouve : Mel Gibson a du charisme et il manquait furieusement dans le monde du septième art.

L'his­toire de Hors de contrôle, adaptée de la mini-série britannique Edge of Darkness (réalisée par le même Martin Campbell et diffusée en 1985 sur la BBC) est assez classique. Thomas Craven (Mel Gibson) est un inspecteur de la Brigade Criminelle de Boston. Lorsque sa fille se fait assassiner  sous ses yeux,  il pense  naturellement, que le criminel le visait lui. Le flic va faire son enquête, et découvrir que toute cette histoire pue le complot et le secret défense. Une longue descente aux enfers, dirigée  à la méthode Campbell, de manière froide et sombre. Le titre français du film est d'ailleurs très mal choisi, tout comme la bande annonce d'ailleurs, car Hors de contrôle Tu vois c'est l'histoire de Toto qui...
Tu vois c'est l'histoire de Toto qui...
n'est pas du tout un film d'action, mais plutôt un polar politique teinté de drame. Les scènes d'action ne sont donc pas légions, mais lorsqu'elles entrent en scène,  elles sont cinglantes de violence et de réalisme. Mais le film nous montre surtout ce que peut ressentir un homme qui perd son seul enfant. Mel Gibson est d'ailleurs toujours aussi performant dans les scènes dramatiques. L'émotion nous porte, et on se prend d'affection pour ce père qui a tout perdu en une poignée de secondes. Sa quête de vengeance prend tout son sens, le scénario étant plutôt bien ficelé et l'ensemble se suit avec plaisir. Les personnages secondaires sont d'ailleurs également aussi très bons, et apportent  une réelle dimension à cette histoire. Ray Winstone tout d'abord, qui est un mystérieux personnage, Darius Jedburgh,  ayant pour rôle d'effacer les traces de ce genre de crimes et qui va aider Thomas Craven dans sa quête de vérité, ou encore Danny Huston, parfait dans son rôle de PDG véreux, qui voit en ce flic une menace pour sa société.

Hors de contrôle est donc un bon film. Un bon polar, classique certes, mais diablement efficace. On retiendra une réalisation aux petits oignons, et des scènes T'as froissé mon imper' enfoiré!!
T'as froissé mon imper' enfoiré !!
d'actions rares mais poignantes. L'émotion tient une grande part dans la réussite de ce film. Les scènes où Thomas Craven parle à sa fille, seul chez lui, sont touchantes. On arrive à se mettre dans sa situation, que l'on ne souhaiterait à personne. Un bon point également pour la bande sonore du film, qui sans faire dans la démesure, nous propose des bruitages de qualité et qui apporte un plus lors des changements de rythme, ainsi qu'une musique qui arrive à bonifier les séquences filmés. 2010 signe le retour de Mel sur nos écrans, et Hors de contrôle fait partie du haut du panier.

Partager cet article

A propos de l'auteur

Le fanboy Xbox de l'équipe

    0 commentaires

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

    Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

    Rubriques