2/10

honneur du dragon (L')

L'horreur du dragon

De quoi en pleurer, ni plus ni moins. Que tous les fans de Ong Bak et de Tony Jaa sortent leur mouchoir avec L'Honneur du dragon (Tom Yum Goong). Le deuxième film de la nouvelle star asiatique du cinéma de baston vient de sortir et c'est la grosse catastrophe. Pourtant, on ne peut rien reprocher à Tony Jaa si ce n'est d'avoir accepté de jouer dans cette nullité cinématographique. Le spécialiste du muay thaï se révèle toujours aussi impressionnant physiquement mais même cela ou la présence en caméo de Jackie Chan ne peut aider à relever le niveau d'un pur nanar.

Une bouse d'éléphant, c'est gros

Vous vous souvenez de l'histoire de Ong Bak ? Elle était nulle, ou au mieux très basique, on est d'accord ? Et bien figurez vous que le film pourrait concourir dans la catégorie meilleur scénario au festival de Cannes comparé à ce que l'on trouve dans l'Honneur du dragon.
Il était une fois un gentil éleveur d'éléphant, animal tout mignon tout gentil, qui pratiquait les arts martiaux. Pourquoi ? Sûrement comme ça, pour le fun de dire t'as vu je peux faire un flip arrière sur le dos de mon pachyderme. Toujours est-il qu'on ne rigole pas avec un mec qui patauge tout la journée dans la boue avec son meilleur ami et qu'il faut encore moins le lui voler et l'amener en Australie. Oui, on a beau être un paysan, on sait toujours prendre l'avion et retrouver du premier coup les vilains braconniers. On ne trompe pas facilement un éleveur d'éléphants, qui en plus a bonne mémoire ! Et il peut faire encore mieux, du genre les taper, les frapper, les battre, les cogner, les fracasser, les démolir, les brutaliser, les corriger et j'en passe. Il paraît même qu'il sait parler mais ça n'est qu'une légende urbaine. Bref, il se passe des trucs dont on se contrefiche éperdument tant les scènes de transition sont inexistantes et la pseudo intrigue qui en découle incompréhensible.

C'est pas la Jaa

« Oui mais les méchants s'en prennent bien plein la tête ? » Ah, une voix vient nous rappeler le but ultime du genre : la tatane. Malheureusement, le film déçoit également à ce niveau. Là où Ong Bak se révélait être un pur produit de démolition à base de coups portés avec les coudes, les genoux et tout ce qui se révélait pointu, l'honneur du dragon semble être avant tout conçu comme un cours pratique pour chiropracteur malintentionné. Les coups ne sont quasiment jamais réels et Tony Jaa préfère casser ou tordre tout ce qui lui passe sous la main. Les os, les articulations, les tendons, tout ça craque et croustille mais ne laisse jamais le même effet qu'un bon double coup de genoux dans la tête. On retiendra tout de même un superbe combat contre un spécialiste de la capoeira au milieu d'une maison en eau entourée par le feu (Dieu seul sait comment ils sont arrivés là). Niveau cascade et acrobatie, c'est encore une fois moins bon que le précédent faute à une réalisation fadasse (finis les ralentis) et à un manque de moyens ou d'envie (les casse-cous pas chers sont tous morts ?). On y retrouve notamment une des premières règles du nanar d'action : le saut en contre-plongée avec réception impeccable grâce à une jolie coupure bien visible. Quand même Tony Jaa fait cela, ce n'est pas bien sérieux...

Muay-baille

On sent une envie évidente de copier Ong Bak, les Jackie Chan, voire les productions Besson mais n'est pas réalisateur qui veut. Le film ressemble en fait à un mauvais jeu vidéo. C'est moche, les quelques effets spéciaux sont immondes, les effets de caméra horribles, la musique nulle et on passe d'un adversaire à un autre comme dans Tekken. Les personnages n'ont aucune profondeur et tous les acteurs jouent mal. Résultat, on s'ennuie grandement dans la première partie et on attend courageusement la fin dans la seconde. Même l'action n'est pas jouissive...

L'Honneur du dragon correspond en tout point à ce que l'on appelle communément un nanar. Le film n'a ni queue ni tête et semble n'avoir été pensé que pour revoir Tony Jaa dans de nouvelles prouesses physiques. Mais il y a un hic, l'acteur a beau être aussi fort que possible, s'il est mal filmé on ne verra qu'un type mal filmé.

A découvrir

Aeon Flux

Partager cet article

A propos de l'auteur

6 commentaires

  • Ingel

    09/02/2006 à 10h47

    Répondre

    Concernant le scenario, c'est le meme shema que Ong Bak, un gentil, auquel des mechants vole quelques chose au heros, il les retrouve, se venge fin de l'histoire.
    Il faut savoir que dans les pays asiatiques, se genre d'histoire est beaucoup plus mis en valeurs dans la plupart des familles que en occident, la ou le dernier Ozon peut etre compris. Il faut que sa se termine bien, et que le mechant se s'en tire pas.
    Finalement ce scenario primaire n'est pas plus mal, pour appuyer un divertissement tel que [i]Honneur du dragon (L'), car evidamment que le realisateur en avait rien a foutre du scenario, l'interet du film, resident dans les scenes d'actions.

    On sent une envie évidente de copier Ong Bak, les Jackie Chan, voire les productions Besson mais n'est pas réalisateur qui veut.


    En fait, c'est le meme realisateur d'Ong Bak de Prachya Pinkaew , normal si les styles se retrouvent ..

    Bref, si on a aimer Ong Bak, je voit pas ou on aimerais pas celui la, une histoire bidon au service de scene d'action charger d'exploser la retine ( dernier en date dans ma memoire Le Transporteur 2, personnellement, j'me suis bien marrer avec ce nouveau film de Tony Jaa, etant plus sympa en mise en scene qu'Ong Bak. Au moins un film qui affiche clairement sa couleur sans etre complexer du gland, contrairement a un The Island[/i] ou une enorme arnaque où Bay a voulu faire un film intellectuelle d'action ...

  • Cineman

    16/02/2006 à 22h05

    Répondre

    (Attention gros spoiler)
    Très bonne critique , en particulier le résumé de l'histoire j'ai adoré
    On pensait en effet ne pas pouvoir faire pire que Ong back niveau scénario et bien si c'est possible .
    Tout est ici évidemment mise en oeuvre pour introduire la baston et de ce coté la , notre petit tony jaa ne se pose pas de questions .
    L'infiltration c'est pas trop son rayon , lui quand il rentre dans un batiment c'est pour tous casser : des portes jusqu'aux fenêtres en passant par tout ce qui reste , tony est une véritable entreprise de démolition à lui tout seul .
    Mais comme l'a dit weirdkorn , ce qu'il préfère avant tout casser c'est les os et là tous les kinés du monde entier peuvent aller se rhabiller tellement il excelle dans le domaine .
    Si vous avez mal à une articulation il vous fera un plaisir de vous la remettre en place ou de vous agraver la douleur , cela dépend de son humeur !
    Et c'est vrai que même si sur le coup c'est assez sympa d'entendre un pauvre figurant hurler après que son bras se soit retrouvé dans une posture inapropriée , cela devient très vite lassant au bout de la 12ème fois consécutive et on ne peut que regretter les bonnes bastons à l'ancienne d' Ong back.
    Mais pour moi le pire est à la fin lorsque tony a soudain une révélation , pour se débarasser des gros méchants colosses qui l'embêtent , il doit leur couper les centres nerveux .
    Et la tony n'a même pas une seconde d'hésitation et fonce ni une ni deux sur eux et les taillade à chaques parties concernées de leur anatomie , comme s'il avait fait ça toute sa vie . Il est fort quand même ce tony , entre deux bastons il a trouvé le temps de faire des études de médecine moi je dis chapeau !
    Par contre je ne l'ai pas trouvé spécialement mal filmé et les scènes de combats ne m'ont pas apparu brouillonnes ou en tout cas moins que dans certains films du même genre !
    Donc scénario nul , combats très moyens , juste certaines scènes relèvent un peu le niveau comme effectivement le duel contre mr capoeira qui est vraiment excellent , mais cela est vraiment trop peu pour sauver ce film qui finalement peut se résumer par cette mise en garde : Touche pas à mon éléphant

  • Tasslehoff

    20/02/2006 à 14h22

    Répondre

    Quand j'ai vu le film, je me suis dis qu'il avait été fait pour etre décliné en jeux vidéo, un lieu, un type de mechant à combattre, je change de lieu, je change de type d'adversaire (nombreux et faible ou moins mais plus puissant), on a les boss (le mec qui fait de la kapuera, le geant), bref j'avais l'impression d'etre devant un jeux video style "Dragon: The Bruce Lee Story"

  • Goldman, the gold man

    02/04/2006 à 15h20

    Répondre

    J'ai toujours été attiré par les films d'actions (sinon, les comédies), notamment ceux concernant les arts martiaux. Mais, pour que ce genre de film puisse faire parti des films m'ayant le plus marqué, il faudrait un maximum de tactiques, de fougue et de cascade avec un minimum de trucage chez le personnage principal, et non sans humour (en l'occurence, c'est le cas de presque tous les films ces temps-ci, et c'est tant mieux).



    "Mortal Kombat" a été le premier film à m'avoir impressionné au point de devenir mon film préféré pendant près de 9 ans.

    J'ai commencé à le regarder à partir de l'âge de 8 ans et demi (je n'avais pas le droit de regarder un film aussi "violent" à mon âge, mais j'étais loin d'être le seul à avoir désobéhi à la règle).
    J'aimais beaucoup l'histoire de ces trois jeunes personnes, soit Sonia Blade, Jonnhy Cage et Liu Kang participant à un tournoi (d'où son nom : Mortal Kombat), devant se battre contre des êtres venus d'autres mondes aux pouvoirs surnaturels afin de sauver le monde. Pour des humains, ordinaires, il semble impossible de combattre de tels être comme celui capable de congeler des adversaires et de les détruire, un monstre à quatre bras, un grand sorcier se transformant à volonté, lisant et volant des âmes. Et pourtant, ils y arrivent à force de volonté et de perspicacité. Les combats sont très beau à voir, en particulier ceux avec Liu Kang qui réalisedes techniques de combats admirables (et sans trucage). Il y a, en plus, la musique techno du générique de "Mortal Kombat" que j'adore (et pourtant, la techno, ce n'est pas vraiment mon genre de musique, je suis un grand fan de Jean-Jacques Goldman).


    Puis, il y a presqu'un an, j'ai découvert "Le baiser mortel du dragon".

    Les combats sont tous aussi impressionnants (mais plus nombreux, plus réalistes, avec des gestes plus rapides voir plus talentueux) réalisés par le grand Jet Li ! Jet Li sait non seulement très bien se battre, mais, en plus, c'est un excellent acteur. je me souviens de la scène où, Jet Li, jouant le rôle d'un personnage plutôt timide et réservé (un peu comme moi) ose dire, calmement, avec politesse, et surtout avec beaucoup d'émotion : "Monsieur, ça m'ennuie beaucoup de me mêler de vos affaires, mais, je vous serais très reconnaissant... de ne... plus jamais... refaire ça.". C'est ma scène préférée ! Pourtant, Dieu sait combien il y a de l'action et des cascades remarquables dès le début du film. Cette histoire du meilleur policier chinois qui vient en France initialement aider les meilleurs policiers français, des policiers pourris ! Et le personnage principal arrive à s'en sortir dans des cas désespérés, ce qui suscite beaucoup d'admiration. Le personnage est, en plus, très attachant par sa tolérance et sa générosité.
    "Le baiser mortel du dragon" est devenu, à ce moment-là, mon second film préféré.


    Enfin, récemment, il y a quelques mois, je suis allé voir "L'honneur du dragon".

    La bande annonce m'avait déjà beaucoup plu. Je sentais que ce film me plairait et j'espérait ne pas être déçu au point de le classer comme mon 3e film préféré et d'avoir enfin le classement de mes trois films préférés.
    Au début, l'histoire de ce deux éléphant (le père et son fils) était assez touchante (ni plus ni moins). C'était particulièrement la mort de la mère éléphant tuée par des braconniers sous le regard du père éléphant qui était émouvant.
    Peu après l'enlèvement du père éléphant et de son fils, on a pu assisté à une première scène de combat. Sur le coup, je me suis dit que cela se voyait bien qu'il ne s'agissait pas de Jet Li ; les gestes sont assez simples, le personnage principal passe son temps à donner des coups de pieds et des coups de poings sur les côté. Il n'y avait que sa fougue qui atirait plus ou moins mon attention même si j'étais un peu déçu de voir des techniques de combats aussi plats. Serait-ce suffisant ? Puis, quand Tony Jaa (donc l'acteur, le personnage principal) est arrivé en Australie (ou certaines scènes m'ont fait immédiatement pensé à "Le baiser mortel du dragon", mais il ne s'agissait pas de scènes de combats), et qu'il a, à un moment, voulu se battre contre un certain chef, taïlandais un peu barbu, qu'il avait l'air de connaître, pour trouver ses éléphants, le fait d'avoir vu ce chef gagner facilement à coups de pieds, je me suis dit : "Ah, ça y est, j'ai déjà compris, c'est ce gars-là le super adversaire en question que Tony Jaa parviendra à combattre à la fin du film, le classique, c'est trop banal, bof...".
    Jusque-là, rien de bien impressionnant, mais, quand Tony Jaa est entré dans une sorte d'entrepôt et qu'il a dû ce battre contre une cinquantaine de personne pendant un bon moment, c'est là que j'ai commencé à remarquer des techniques de combats et des cascades ahurissantes que je n'avais jamais vu de toute ma vie ! Tous ses sauts incroyables, galipette en arrière à plusieurs reprise, pour donner un coup de pied en arrière, pour attraper un motard par derrière, ces grimpement au mur pour éviter plus facilement les adversaire ou pour les piéger pour qu'ils tombent dans un certain gouffre, ces coups de pieds sautés, le fait de grimper aux grillages !... etc. Là, je me suis dit, d'accord, ce n'est peut-être pas si nul que ça, il y a encore une chance pour que ça devienne mon troisième film préféré.
    Ensuite, quand il a fallu traverser un restaurant et grimper des dizaines d'étages pour trouver le petit éléphant, alors là, niveau combat, on était servi. Ca ne finissait pas, à chaque d'étage, une dizaine d'homme à combattre. Mais ce Tony Jaa est très malin, il sait se faufiler dans les bons endroits et combattre efficacement, c'était un plaisir pour les yeux ! Puis arrivé au dernier étage, encore ce fameux chef barbu à combattre. Alors bien sûr, ce chef en question semblait le vaincre encore une fois assez facilement après lui avoir lancé par terre la cloche de son éléphant. Une fois Tony Jaa par terre, la cloche remuait pour sonner un peu, il a attaché la cloche à son poignet, pour nous offrir un combat mangifique. Là, les gestes ont commencé à être vraiment rapide, il fallait intercepter les coups de pieds de ce barbu et attaquer, mais qu'est-ce que Tony Jaa l'a bien fait et y mettant son coeur, et pas de prblème contre les cinq autres personnes avec ce barbus. Il a réussi à la ridiculiser ! Puis il a récupéré son petit éléphant.
    Un des meilleurs moment du film, c'est ce fameux endroits ou il a dû affronter un combattant de capoéra (ce dernier me faisait penser à Eddy Gordo dans Tekken 3). Un pur moment de bonheur. Au début, c'est ce combattant de capoéra qui dominait le combat avec ses coups de pieds impressionnant, puis Tony Jaa, après avoir reçu un bon coup sur la tête, se réveille ! Là, ce n'est plus de la rigolade, en effet, il arrive à la ridiculiser, mais vraiment. Parce qu'à ce moment là, lorsque ce combattant essaie par plusieurs reprises de se tenir sur les mains pour lancer ces fameux coups de pieds, en vain ! Tony Jaa lui donne à ce moment là des coups de pieds sur le dos ou le fait tomber en donnant des coups de pieds sur les mains qui servaient d'appui. Et enfin, les sauts où Tony Jaa touranit sur lui-même avant de donner à sacré coup de pied, et deux fois d'affillé, dont la deuxième montrée au ralenti, magnifique ! Du jamais vu (et sans trucage, j'en suis convaincu !) ! Tout de suite après, le second personnage avec un sabre à la main, et Tony Jaa qui s'en sort en trouvant deux armes lui aussi, des sortes de bâtons servant à tapper sur une grosse cloche. Mais la manière dont il s'en est emparé, c'est très beau ! Et ce dernier coups de pied un peu comme celui donner au combattant de capoéra mais en mieux car le coup de pied tarde plus à venir. Enfin, le dernier combattant, un grand monsieur chauve extrêmement musclé dont les coups de Tony Jaa ne lui font aucun effet, à part le tout dernier coup de point sur le front qui a fait couler une goutte de sang. Ce monsieur musclé qui allait achevé Tony Jaa par des coups avec une force, on l'imagine, excessivement inhabituel mais qui a dû s'enfuir en entendant la sirène de la police.
    Enfin, voilà Tony Jaa qui revient en compagnie de son petit éléphant pour aller chercher le père. Cette fameuse scène où il arrive avec son petit éléphant et qu'il découvre que le père éléphant à été tué pour ses défenses avec le corps remplacé par de l'or (c'est en rapport avec une certaine croyance chez ceux qui l'ont fait). Voir le petit éléphant s'en aller voyant ça, le voir pleuré avec les autres nombreux combattant qui le frappent, mais lui, ne se débat pas, il se laisse, regarde l'éléphant, se met à genoux, pleure, se remémore des meilleurs souvenir avec l'éléphant en question. C'est très émouvant, j'en avais les larmes aux yeux ! Puis cet instant où il sort soudainement de ses souvenirs au moment où l'un des combattant le poignarde... Il y a un moment de silence. Le combattant, après avoir retiré le couteau, tente de recommencer à poignarder... mais, à ce moment-là, c'est l'explosion, Tony Jaa s'énerve et commence à achever ces nombreux combattant chacun à son tour. J'avais presqu'envie de pleuré, j'étais quasiment dans le même état d'esprit, aussi énervé que lui. Il y a de quoi, on le voyait casser facilement un bras ou une jambe de diverses faàon de chaque adversaire tellement la nervosité était grande. Ca a duré assez longtemps... Une fois terminé, il revient en direction de l'éléphant, en or, désormais, et juste à côté, quelqu'un arrivé, c'est ce fameux monsieur hyper musclé ! Chacun se regarde dans les yeux, et on les voit tous les deux deux courir un vers l'autre. Moi, je m'attendais à ce que ça soit ce musclé qui fasse tomber Tony Jaa avec tout son poid, et non, coup de théâtre, c'est Tony Jaa qui parvient à le faire tomber après un saut avec avec ses genoux. Puis, tous aussi énervé, il réussi à donner des coups sublimes que ce monsieur musclé sent visblement bien, ils font de l'effet. Aussi absurde que ça puisse paraîte, c'était plus fort que moi, j'en ai pleuré, mes larmes ont bien coulé : c'est la premièrefois que cela m'arrivait pour un film. C'était vraiment passionnant, puis tous ces autres musclés à quatre ou cinq autant que le précédent qui arrive tous en même temps, et Tony Jaa qui se sert des défenses de l'éléphant pour tous les achever. Et cette dame, (la chef de chef, la reine si on puit dire), qui s'enfui en prenant l'hélicoptère et que Tony Jaa embêche, et encore, plus étonnant, l'autre homme qui attendais cette dame du haut de son hélicoptère croyant être, lui, en sécurité (moi aussi je le pensais), se reçoit un très haut coup de pied de Tony Jaa sur la tête jusqu'à tomber de l'hélicoptère ! Bleuffant !

    Bref, je ne peux pas raconter le film dans tous ces détails, le mieux, c'est de l'avoir vu ou d'aller le voir, mais, aujourd'hui c'est, de loin, mon film préféré (c'est le seul film que je suis allé voir deux fois au cinéma). Au niveau combat, j'ai bien peur que je ne verrai jamais mieux ! J'ai été assez surpris de voir autant d'avis assi mitigé sur ce film à cause du scénario. Beaucoup disent qu'hormis les combats, le scénario est fait un peu à la va vite et le discours vole bas, se limitant à "Où est mon éléphant ?". Même ma soeur qui avait, par exemple, beaucoup aimé "Le baiser mortel du dragn" n'a pas vraiment aimé "L'honneur du dragon". Lorsque je lui parlait des combats, elle me disait qu'elle les trouvait trop longs. Alors, j'ai li'mpression qu'en fin de compte, pour aimer ce film, il faut aimer les scènes de combats et y être attentif (quand on l'est, on arrive à découvrir plein de détails, j'en ai découvert par la suite beaucoup sur "Mortal Kombat" et "Le baiser mortel du dragon" que je n'avais pas remarqué à première vue) car c'est à ce niveau-là que je considère ce film comme un film de grande qualité ! Le scénario, c'est ce qui concerne les scènes de combat, le reste importe peu. Je ne trouve en aucun cas grotesque l'entêtement du personnage pour retrouver son éléphant, c'est plutôt admirable cet attachement qu'il a pour cet animal (ce qui est assez normal d'après la culture taïlandaise), même s'il répète les mêmes phrases, ça aura le mérite d'être clair, "tu me redonne mon éléphant ou j'irai moi-même le chercher".
    Personnellement, je n'ai absoluement rien à reprocher à ce film, il était... parfait !!!

  • Anonyme

    01/09/2009 à 19h48

    Répondre

    VRAIMENT PLATE! je voulais un film de dragon, pis sa parle d'éléphants!

  • el viking

    27/09/2010 à 20h38

    Répondre

    eh ben... ça promet...

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques