4/10

L'homme qui rit - Le Joker selon Victor Hugo

Pour faire un film à succès, ce qui marche bien c'est de prendre un livre connu, un grand classique intemporel. Ceci permet d'assurer une certaine reconnaissance à la fois populaire et intellectuelle, et donc un succès public et critique.

C'est certainement ce qu'a dû se dire l'équipe de L'Homme qui rit en proclamant en gros sur l'affiche, « de Victor Hugo » pour préciser à ceux qui ne le sauraient pas que ce film est tiré d'un roman d'un des plus grands auteurs que la France ait connu. Donc c'est forcément un bon film. Voyons un peu tout ça.


Quand elle dort, le jeu est plutôt bon.

Sur le papier, c'est beau.

L'histoire est celle de Gwynplaine, un enfant défiguré dont la bouche affiche un perpétuel sourire à la Joker. Une nuit d'hiver, il tombe sur une petite aveugle, Déa, et trouve refuge chez Ursus, un forain bourru au grand cœur. Mais en grandissant, il s'attire les grâces de la royauté locale et se découvre une origine aristocratique malgré son mode de vie beaucoup plus proche du peuple.

Une telle histoire entre les mains de Victor Hugo ça nous donne à coup sûr un violent réquisitoire contre les classes privilégiées qui s'octroient tous les privilèges et un plaidoyer pour la tolérance envers les différences et les infirmités physiques. Mais avec Jean-Pierre Améris c'est autre chose.

Commençons avec les qualités du film, ne vous inquiétez pas, ça ira vite. La photographie. Voilà, c'est plutôt beau, filmé à l'américaine mais avec des couleurs assez contrastées, des décors féériques et des jolis plans. Cet esthétisme est visible dès la première scène, sombre sous une pluie battante, avec une musique qui fait ressortir la violence et la noirceur de l'ambiance. Puis on passe aux aspects négatifs dès qu'un personnage ouvre la bouche.

En effet, la première réplique hurlée dans la nuit donne une vision quelque peu étrange : la voix est forcée, le texte très théâtral et l'ensemble sonne vraiment, mais alors vraiment faux. On sent que le réalisateur a voulu préserver le texte original malgré le fait que d'autres s'y soient cassés les dents avant lui, et ça ne passe pas. Dans Macbeth, Orson Welles a réussi à donner aux dialogues théâtraux une couleur cinématographique et Baz Luhrmann a poussé la logique à son paroxysme dans Roméo + Juliette, mais lorsque ce sont de mauvais acteurs qui déclament les dialogues du XIXème siècle, l'impression d'assister à une pièce de collège reste prégnante.


Je suis Louis croix vé bâton !

Rien à sauver

Et bien sûr, le mauvais jeu n'est pas réservé à la scène d'introduction et je vous passe les détails sur le jeune Gwynplaine en playboy fade et agaçant, Déa qui joue l'aveugle aussi bien qu'un gosse qui soulève discrètement son bandeau lors d'un Colin-Maillard et la duchesse incarnée par une Emmanuelle Seigner navrante de je-m'en-foutisme. Heureusement qu'il y a Gérard Depardieu dans un rôle pas tellement original mais qui a le mérite de remonter le niveau.

S'il faut trouver un crédit au film, c'est principalement (uniquement ?) dans les scènes de théâtre où les personnages jouent leur propre rôle devant le public. Ici, les textes déclamés scolairement ne font pas tache et les décors sont assez inventifs.

On notera également un scénario très mal mené qui néglige complètement des personnages secondaires qui avaient pourtant l'air d'avoir une grande importance, et qui se finit de manière totalement abrupte… Même s'il faut avouer que l'arrivée du générique provoque un certain soulagement chez le spectateur.

Au final, rien à sauver ou pas grand-chose malgré un projet qui aurait pu être intéressant, surtout lorsqu'on sait que c'est Gwynplaine qui a inspiré plus tard le personnage du Joker de Batman.


"Regarde Gwynplaine, c'est le scénariste qui est parti en congé."

A propos de l'auteur

Je regarde plein de films et sur mon temps libre je suis journaliste. J'ai eu peur devant Paranormal Activity et je me suis endormi devant Interstellar. Mes goûts n'engagent que moi.

2 commentaires

  • jaiina

    07/01/2013 à 10h49

    Répondre

    ET bien, j'hésitais à aller voir le film, mais bon, je crois que je vais économiser mon temps et mieux l'employer!
    Vivement la prochaine adaptation de Victor Hugo: Les Misérables!

  • Hugo Ruher

    30/04/2013 à 17h53

    Répondre

    http://cinema.krinein.com/homme-rit-259 ... 20886.html

    Et bien désolé mais malgré cette contre-critique je continue de me dire que j'ai été gentil dans ma première critique!
    Pour y revenir rapidement, ce que je reproche au film ce n'est pas les libertés qu'il aurait prises avec l'ouvrage, que je n'ai d'ailleurs jamais lu. C'est plutôt son scénario complètement déconstruit avec des arcs narratifs bâclés, le personnage de la duchesse est en cela complètement survolé. Et le discours final sur l'oppression par les puissants, mal amené et beaucoup trop gros pour en faire quelque chose de crédible.
    Et en plus aucun personnage ne m'a paru digne d'intérêt et surtout pas Déa, qui est comme les autres mal définie et sans personnalité.
    Cela dit, je conçois qu'on puisse trouver le tout divertissant en rentrant dans la mécanique et dans l'aspect "conte", mais pour moi ce côté était parfois trop mis en avant (les scènes de théâtre) et parfois complètement laissé de côté (l'histoire du père revenu), ce qui donne un ensemble incohérent et indigeste.

    Mais merci pour le second regard, le mieux reste toujours de se faire soi-même une idée indépendamment de nos avis d'experts émérites

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques