5.5/10

Hollywoodland

Le 16 juin 1959, l'acteur George Reeves, héros du feuilleton télévisé Les aventures de Superman, est retrouvé mort d'une balle dans la tête dans sa maison de Hollywood. Suicide d'un homme dépressif ? Crime passionnel ou intéressé de sa fiancée, la starlette Leonore Lemmon ? Vengeance d'une maîtresse délaissée ? Meurtre commandité par un grand ponte de la MGM ? Personne n'en aura jamais rien su.

Hollywoodland raconte ce fait divers. En effet, le film doit être perçu comme la reconstitution de cette affaire et non comme une fiction. On y voit les coulisses du Hollywood de cette époque, des acteurs objets des studios qui les employaient, des soirées mondaines où les arrivistes entraient en jeu et des relations privées de ce milieu. Ainsi, c'est tout un jeu de liaisons et de comportements autour de George Reeves qu'il faut réussir à dénouer afin de s'approcher de la vérité. Pour une telle mission, quoi de mieux que de faire appel à un détective privé ?

Adrien Brody joue l'enquêteur désabusé qui tient une chance de frapper un gros coup avec cette affaire médiatisée. Un rôle qui a pour but de renforcer l'ambiance de Hollywood de la fin des années 50. Comme son nom l'indique, Hollywoodland est avant tout cela, un film qui retranscrit le pays de Hollywood entre son âge d'or et l'avènement de la télévision. Paillettes, glamour et permanentes sont de sortie pour l'extérieur mais la vie se révèle moins palpitante une fois les projecteurs éteints. Cette atmosphère particulièrement bien rendue constitue clairement le point fort du film et sa véritable raison d'être.

Hormis le jeu d'acteur (Ben Affleck a d'ailleurs reçu le prix du meilleur acteur au festival de Venise !), le reste est moins convainquant. L'histoire, en cherchant les différents points de vue, tourne en rond et ce n'est pas la conclusion qui la sauvera. De même, le film comporte de nombreux temps morts et aurait gagné à être raccourci.

Hollywoodland est une reconstitution historique, un retour sur un fait divers qui n'a jamais été élucidé. Le film est davantage descriptif que démonstratif. Tout ce qui doit nous rappeler le Hollywood des années 50 est ainsi admirable, au détriment d'une histoire qui traîne en longueur.

A découvrir

Coast guards

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques