3/10

Hitman

Un Olyphant dans un magasin de porcelaine.

47 (Timothy Olyphant) est un tueur à gages, un vrai, un de ceux qui ne se laissent pas arrêter ou surprendre. Son prochain contrat : Bellicof, candidat populaire aux élections russes, à qui il loge une balle en pleine fosse nasale. Quand le politicien ré-apparait miraculeusement sur les écrans de télévision, indemne, tout s'accélère : traqué par sa propre organisation et par Interpol, 47 va devoir faire la lumière sur cette affaire, et faire couler le sang...


" C'est juste une toute petite araignée..."
Dans le cadre de notre très célèbre série "j'adapte un jeu vidéo en film et je me vautre comme une grosse truie défoncée aux amphets", nous allons aujourd'hui apprendre un nouveau terme : "erreur de casting". Partons d'un personnage synthétique, crâne rasé, code barre sur la nuque, regard vif et glacial, muscle contracté, sang-froid freshmaker en toute situation, en résumé le tueur implacable. regardons le résultat à l'écran : Timothy Olyphant. Un benêt qu'on verrait davantage dans une comédie musicale ou dans une guimauve romantique classique que dans un film d'action. Ils auraient pris Mike Myers, ça n'aurait pas été pire (enfin si, mais il faut parfois faire dans le sensationnalisme et marquer son désarroi). Impossible de le comparer au bonhomme affiché sur les jaquettes du jeu vidéo, impossible de croire une seule seconde que ce type est un tueur froid et méthodique, même si Xavier Gens, le réalisateur, tente par tous les moyens de dresser des parallèles avec son modèle (comme des plans vus de dos, pour simuler le gameplay du jeu). Un bon parallèle aurait pu être de coller un tant soit peu à l'histoire de la série, mais visiblement cela était encore trop demander. 47 devient membre d'une organisation de tueurs entraînés dès la naissance, et se bat pour élucider les zones d'ombre d'un contrat foireux. Enfin, je crois, la lisibilité n'était pas non plus dans le cahier des charges, à la différence de la "nana à poil qui sert à rien" qui, elle, a été pas mal rentabilisée. A côté de tout ça, et bien, ça tire et ça explose un peu n'importe comment, histoire d'atteindre le minimum syndical de scènes d'action que l'on pourrait attendre d'une production Besson (car oui, c'est une production EuropaCorp !). Une bien belle façon de perdre son temps.

Les fans du jeu, pour autant qu'il y en ait, vont se tordre de douleur et convulser frénétiquement au cours de la séance. Hitman, le film, n'a non seulement rien à voir avec l'histoire et la problématique du jeu, mais de plus, transpose un personnage de pixel froid et charismatique en Timothy Olyphant, une bonne blague quand on constate à quel point le bonhomme est à la ramasse, dans son interprétation comme dans sa condition physique. Allez Xavier, tu as une deuxième chance avec ta boucherie annoncée (Frontière), ne la foire pas.

A découvrir

Lust, Caution

Partager cet article

A propos de l'auteur

7 commentaires

  • bousk8

    15/06/2005 à 14h37

    Répondre

    Ahhh Vin Diesel, avec un nom pareil pas étonnant de ne faire que des films de bourrins.

    Serait-ce le nouveau Steven Seagal de part son jeu d'acteur implacable ?

    Avec The Rock il bataille pour obtenir l'oscar de l'acteur le plus cérébral !

  • Selena

    15/06/2005 à 14h39

    Répondre

    Le film est produit par la Fox qui n'a révélé aucun nom que ce soit pour le réalisateur ou le scénariste et il devrait sortir au moment du lancement du prochain Hitman. D'ailleurs, les concepteurs du JV souhaiteraient que Vin Diesel prête sa voix et son visage à 47 pour le nouvel opus.

  • Aliak

    15/06/2005 à 17h43

    Répondre

    Selena a dit :
    Le film est produit par la Fox qui n'a révélé aucun nom que ce soit pour le réalisateur ou le scénariste et il devrait sortir au moment du lancement du prochain Hitman. D'ailleurs, les concepteurs du JV souhaiteraient que Vin Diesel prête sa voix et son visage à 47 pour le nouvel opus.


    Ah bé non, je ne veux pas qu'ils fassent ça XD, je veux que mon monsieur propre garde ses traits.
    Mais comme pour le moment tout reste à l'état de négociations, je garde espoir.

    Pour le film... que dire... il va falloir qu'il soit réaliser par qq'un de bon pour rélever le défi.
    L'essence du jeu est la possibilité d'agir avec plusieurs possibilités, en autre terme, c'est surtout le gameplay qu'on aime... (enfin pour moi). Je ne vois pas comment faire une histoire intéressante et comment ne pas tomber dans le "classique".

    Aller, vivement plus d'infos... mais je reste sceptique,
    autre bon point que j'espère : il faudrait que la bande son soit fait par le compositeur du jeu : Jesper Kid.

  • Anonyme

    23/01/2008 à 01h47

    Répondre

    Moi je l'ai trouvé bon le timothy olyphant

  • Anonyme

    23/01/2008 à 21h07

    Répondre

    A préciser qu'il est difficile de considérer ce film comme une réalisation de Gens. A la base, ce n'est qu'une commande. On lui a donné le film, scénario en main et vas-y que je me débrouille avec les moyens du bord. De plus, Gens a été exclus du montage après une première version monté qui aurait été rejeté par les producteurs car trop trash. Des scènes ont été tourné par un autre réal' pour remplacer la première version de Gens. Un vrai foutoir donc et par conséquent, je n'en blâmerais pas Gens pour le résultat catastrophique.Frontière est un excellent film parait il, bien que tourner il y'a deux ans ^^'' (Pourquoi il est sorti après Hitman ? Aucune idée.) 

  • Anonyme

    25/01/2008 à 15h57

    Répondre

    Hitman est sorti avant Frontières pour propulser Xavier Gens sur le devant de la scène. Lui faire de la publicité avant la sorti de son film plus personnel et moins grand public. Pour Frontière(s), il y a pas mal de défauts récurrents au premiers films mais l'ensemble est plutôt impressionnant et de bonne facture.

  • Anonyme

    03/11/2008 à 16h37

    Répondre

    Salut,


    je réagis peut-être un peu tardivement par rapport à la sortie du film, mais je l'ai vu seulement hier en DVD : je le trouve vraiment très bof.


    D'abord la première incohérence : pourquoi aurait-il laissé la clef de la cathédrale dans sa malette, afin que l'inspecteur qui le poursuit la prenne, alors qu'au moment où il laisse sa mallette il ne sait même pas encore qui est le commanditaire ni où il va le retrouver ?


    Deuxième incohérence : quand il tue le candidat russe (enfin, le double), il tire d'abord sur un garde du corps : pourquoi n'y-en-a-t'il qu'un ? Pas très logique, surtout dans un pays comme la Russie. Et s'il y en a d'autres, et bien ils manquent vachement de réflexes.


    Troisièmement : à chaque fois qu'il est poursuivi par les flics/soldats russes, c'est marrant comment ceux-ci se baladent comme pour faire cible idéale. Moi si j'entends tirer des coups de feu, je courre pas au bout du couloir et je ne me met pas bien en évidence, mais je jète un coup d'oeil discret et j'avance avec un collègue pour me couvrir.


    Et enfin bonjour le ketchup, c'est marrant comment le sang gicle facilement, on se croirait dans une parodie.


    Et son tatouage : vachement discret le tueur chauve avec un tatouage sur la nuque, bon OK c'est l'adaptation d'un jeu, mais un minimum de camouflage ne nuirait pas à la crédibilité.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques