6/10

Hellboy

L'enfer est pavé de bonnes intentions.

Et encore un comic-book. A croire que le filon ne pourra jamais se tarir. Devons-nous nous en plaindre ? Il faut avouer que, si l'on considère la masse ahurissante d'adaptations effectuées ces dernières années, le résultat est plutôt mitigé. On passe du bon (Spider-man, X-Men), au moins bon (Hulk, Daredevil), pour finir dans le médiocre (The Punisher, Blade). Et cette fois-ci, pas de casting prestigieux, et encore moins de réalisateur incontestable (Guillermo Del Toro). Hellboy, le cinéma qui voit rouge ?

Le nourrisson Hellboy (Ron Perlman), échappé des enfers à la suite d'une expérience mystique un peu foireuse des nazis, est recueilli par le professeur Broom qui décide de l'élever comme son propre fils. 60 ans plus tard, le voici devenu un solide gaillard mi-homme mi-démon, principal fer de lance d'un bureau gouvernemental spécialisé dans le paranormal. Sa mission : affronter les créatures maléfiques échappées des plus sombres endroits et les renvoyer dans un endroit encore plus sombre, avec ou sans leur consentement...

L'ingéniosité de Hellboy, parce qu'il se montre parfois ingénieux, s'appuie sur deux éléments presque atypiques du cercle des adaptations de BD. Premier lieu, le film se noue judicieusement avec le comic, en partant du principe que celui-ci est né à partir de faits réels (les élucubrations fantaisistes de petits malins inspirés par des photos floues mais néanmoins intrigantes) et qu'il n'est peut-être qu'une façade montée de toute pièce par le gouvernement pour cacher la vérité ; second lieu, Hellboy noue une relation père-fils plutôt déconcertante avec un humain. Car n'oublions pas que Hellboy est un démon des enfers, un gros balèze tout rouge avec une mentalité adolescente bien trempée et bourrée de défauts. Bon point, le héros n'est pas un personnage-héros tout lisse, et son petit côté mauvais garçon qu'il encadre constamment de « ça me gonfle ! » se constitue comme une excellente raison d'apprécier le film. Le reste n'est pourtant pas en sa faveur, malgré un côté plastique fort intéressant particulièrement développé chez les personnages pas tout à fait humains (les "normaux" étant, eux, particulièrement négligés et stéréotypés). Chez les méchants, le monstrueux Kroenen fend l'air de ses épées avec la virtuosité d'un jongleur ; chez les gentils, Abe Sapien (un homme-poisson) frime avec ses pouvoirs divinatoires. A côté, le terrain est balisé de tous les côtés : un type un peu vindicatif (un russe en mèche avec les nazis, ceci explique cela) veut transformer la terre en ravissant petit loft infernal, ce qui plaît moyen à la cellule paranormale cachée par le gouvernement depuis des lustres qui va tout faire pour rester propriétaire. Du classique, en somme, garni de répliques tout autant classiques de films d'action à tendance No Brain (certains appelleront ça « Blagues » ou « Vannes »).

Une adaptation un peu mitigée, assez intéressante sur la forme à défaut de l'être sur le fond. Cela, malgré la teneur d'un personnage principal doté d'un charme très spécial, à mi-chemin entre héros burné classique et l'adolescent un peu incontrôlable. En définitive, on reste assez loin du désastre prévisible, sans pour autant arriver à s'échapper du peloton des adaptations comic-book classiques.

A découvrir

30 ans sinon rien

Partager cet article

A propos de l'auteur

7 commentaires

  • Theartemis

    12/08/2004 à 00h00

    Répondre

    Malgré un scénario tout ce qu'il y a de plus classique, Hellboy jouit d'une ambiance hors normes, j'ai adoré le style de combat de Kroenen avec ses tonfas, et puis il faut l'avouer Hellboy a la classe avec ses fins de cigares.
    Il y a trois mois je ne connaissais pas ce héros de comics, mais un pote me l'a fait découvrir et je ne suis pas déçu de m'être enfermé pendant deux heures dans une salle de ciné.

  • Anonyme

    12/08/2004 à 00h01

    Répondre

    tout commençait bien: la scène d'introduction est bien réussie, assez glauque et introduisant une demi-douzaine de personnages à première vue intéressants. puis, au fil de l'histoire, le film perd en rythme et je me suis bien ennuyé sur la fin. les personnages ne sont pas développés alors qu'avec le début du film il y avait de quoi faire, l'enchainement des diverses scènes et rebondissements est assez sommaire et du coup, je n'ai pas du tout été pris dans l'ambiance du film
    qui est trop long (deux heures).
    les bons points: Kroenen est bien sympathique, dommage qu'il ne soit pas plus important et n'apparaisse que pour les combats.
    les créatures maléfiques sont assez bien faites.

  • Anonyme

    12/08/2004 à 00h02

    Répondre

    Un film somme tout correct mais qui se termine un peu en eau de boudin. A partir du moment où ils débarquent en Russie, c'est franchement moyen. La majorité des personnages sont pas mals (Hellboy bien sûr malgré ses répétitifs "ça me gonfle", Kroenen, Sapiens, le professeur aussi, même Samael qui pourtant ne brille pas par la qualité de son texte) mais certains plombent vraiment le film (Raspoutine un rien foireux, sa nana qui fait potiche, miss "bec bunzen" pas transcendante). La réalisation porte clairement la patte de Del Toro, les effets spéciaux sont pas mal du tout (les maquillages de bleu et rouge en particulier).

  • Anonyme

    14/08/2004 à 00h03

    Répondre

    Film qui suit la trame des scénarios hollywoodiens plus celle plus spécifiques des films de super-héros. Pas de surprise, pas de déception. Hellboy fait parti du lot des "meilleurs" films adaptés de BD (celà ne veut pas dire que je le considère comme une grand oeuvre cinématographique).
    Il y a de l'action, des effets spéciaux, de la romance neuneu (un peu rattrapée par la scène du gosse sur le toit), des phrases sans verbes qui claquent, du glauque en petite quantité, les personnages caricaturaux (normal pour ce genre de production)... Rien de transcendant mais un bon film de divertissement qui ne m'a pas ennuyé.
    Comme d'hab, les puristes papiers et ceux qui n'aiment pas les super-héros vont détester!

  • weirdkorn

    17/08/2004 à 00h04

    Répondre

    Hellboy, voilà une bonne surprise. Le monstre tout rouge pouvait faire peur, finalement jen suis ressorti agréablement étonné. Entre de très bons effets spéciaux et un rythme tout à fait correct, la base du genre y était. Mais Hellboy possède dautres charmes, un scénario sympathique si on fait leffort de rentrer dedans et surtout un super héros charismatique. Ron Perlman incarne superbement ce démon, lui donnant un côté profondément humain et sensible sans jamais tomber dans le ridicule. Les seconds rôles sont aussi bien pensés et la sauce arrive à prendre. On peut seulement regretter une fin un peu convenue mais au final, le divertissement est largement assuré.

  • Gablebo

    22/08/2004 à 00h05

    Répondre

    Un film d'action de la famille Blockbuster d'été. De ce côté là c'est réussi, ça détend, c'est bien carré aux angles, y'a pas à réfléchir trop bref, ça remplit son rôle.
    Les effets spéciaux sont réussis, le héros attachant (pauvre Ron Perlman, pour son premier grand rôle, il est méconnaissable) le minimum syndical est donc rempli et on passe donc un bon moment.

    Mais on est quand même loin d'un Spider-man (1 ou 2, surtout le 2 à mon avis) ou d'un Batman dans le genre super-héros.
    Le film s'égare dans un scénario qui semble trop souvent le dépasser. Tout est tellement gros que la fin en frise le ridicule, avec un énième monstre à tentacules et autre fort potentiel bavant sortant d'un Raspoutine qui n'en finit pas de vivre et mourir en évoquant des forces maléfiques vraiment barbantes au bout d'un moment.

    Enfin bon, c'est tout de même une bonne base pour une suite, pour un été prochain ?

  • nazonfly

    25/08/2004 à 00h06

    Répondre

    Dans la grande vague d'adaptation de comics, Hellboy est un petit peu à part.
    Tout d'abord l'atmosphère est largement plus sombre : nazis, enfer, Raspoutine, cimetières, égoûts et pluie sont au rendez-vous. Même si cette atmosphère n'est pas présente durant tout le film (contrairement à un The Crow par exemple), certains passages sont vraiment visuellement réussis : l'appel du démon au tout début, Kroenen et ses terribles lames...
    Ensuite l'humour est savamment dosé et rentre parfaitement dans le personnage de Hellboy, un personnage d'ailleurs haut en couleurs (rouge ahahaha) qui ne souffre que de la volonté de placer LA réplique qui tue...
    Mais ce film souffre encore de deux trois petits défauts qui n'en font pas un chef d'oeuvre, comme cela a été noté dans les critiques précédentes : des personnages humains relativement peu poussés, un baiser bien trop prévisibles, un final poussif et peu original...
    Mais Hellboy reste un bon film, largement mieux qu'un Spiderman ou qu'un X-Men.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques