7/10

Harry Potter et les reliques de la mort - 1

Harry commence son chant d'adieu avec une première partie un peu longue mais plus respectueuse de l'oeuvre originale. David Yates continue de s'attirer nos faveurs, à quelques petites erreurs près.

Sept volumes, huit films, telle sera la destinée de la franchise Harry Potter au cinéma. Le premier volet de ce septième et dernier chapitre évite par bonheur la 3D, mais elle ne sera probablement pas ignorée pour le second, prévu pour juillet 2011. Il ne reste en tout cas plus que quelques pages à tourner pour en finir avec une série cinématographique qui a marqué le début du 21ème siècle, en dépit de sa qualité fluctuante et de l'aversion de certaines personnes.


Warner a enfin consenti à traiter les volumes d'Harry Potter à leur juste valeur, même si tout cela a peut-être été motivé par l'appât du gain. Deux films Harry Potter vont forcément engranger plus de dollars qu'un seul, n'est-ce pas ? Et puisqu'on touche à la fin, mieux vaut se mettre à l‘abri du besoin (financier, ils en ont besoin, si si) en étalant un peu plus longtemps l'aura de la franchise. Le problème est que l'intention, louable ou pas louable, arrive un peu trop tard, certains livres de la série auraient largement mérité davantage qu'un seul film pour exposer clairement leur problématique. Les Reliques de la mort a également beaucoup de choses à dire, mais une grosse partie des lecteurs s'accorderont pour dire que certains passages du septième volume manquent pas mal de rythme. Ces longueurs d'écriture, on les retrouve malheureusement sur la pellicule, les scénaristes ayant deux fois plus de temps pour essayer de transposer fidèlement les écrits de Rowling. Ils changent certaines petites choses, font des raccourcis, essayent de caser les informations importantes occultées lors des précédents volets cinématographiques, mais conservent tout de même beaucoup de choses pas spécialement décisives.
Mais s'il y a donc un problème de rythme, le film se montre plus fidèle que ce qui pu être mis en image précédemment. Il y aura bien toujours quelques modifications sans importance qui feront tiquer les fans (« Harry ne portait pas de bermudas à carreaux dans cette scène, mais un kilt en soie »), mais Les Reliques de la mort version grand écran se veut exhaustif et respectueux. Les acteurs ont davantage de champ pour s'exprimer, faire vivre leurs personnages, jouer un peu avec leurs émotions. Le trio de tête demeure néanmoins l'objet de toutes les attentions, et la quasi-totalité des personnages secondaires passe à la trappe, refermant le scénario sur Harry, Hermione et Ron - dommage pour l'univers, mais un bienfait pour l'atmosphère du film : il y a réellement un sentiment d'isolation, de quête brouillonne, d'indécision, les trois héros sont livrés à eux-mêmes sans savoir précisément quoi faire, mais dotés d'une solide conviction et d'un but bien précis.


Amorcée dans le précédent volet (Le Prince de sang-mêlé), David Yates continue d'appliquer sa réalisation macabre à ce volume. L'humour est rare, il laisse sa place au désespoir et à l'inéluctabilité, à l'omniprésence du mal. Les couleurs sont ternes, sombres, les faciès sont meurtris, désespérés, il règne sur le film un sentiment de peur et d'oppression, comme si les forces du mal pouvaient frapper à n'importe quel moment, n'importe où. Cette première partie n'est certes qu'un amuse-bouche comparée aux évènements de la seconde, beaucoup plus tranchée dans ses choix, mais elle constitue néanmoins par son esthétisme un solide avant-goût du dénouement imminent. Parallèlement à ça, le film appuie sur la condition des héros, leur isolement géographique, à travers de nombreux plans larges et de travellings de grande qualité. Il est certes dommage de constater que Yates se heurte aux difficultés des scènes d'action dites « modernes », qui réclament d'une part de l'immersion et d'autre part de la clarté. Le réalisateur penche pour la première option, il agite la caméra comme un fou en charcutant son montage, rendant illisibles la plupart des moments d'intense activité.
Il y a évidemment un sentiment d'inachevé à la fin du film. L'intrigue n'a pas l'air d'avoir beaucoup avancé, le trio se contentant de faire les pires bêtises qui pourrait lui venir en tête, et les fameuses reliques de la mort sont à peine abordées. Là est la malédiction des films en deux parties : l'enjeu est dilué pour laisser place à une frustration qui ne saura trouver son terme que plusieurs mois plus tard. La rupture est un peu sèche, comme si elle n'avait pas été prévue au moment du montage, et présente évidemment un cliffhanger annonçant la couleur : la suite sera encore plus noire.

La longueur ne fait pas tout, certes, mais elle aide Les Reliques de la mort à se rapprocher plus étroitement de l'intrigue de Rowling. Combinée à la solide réalisation de David Yates et à quelques passages plus morbides qu'à l'accoutumée, le film arrive donc à grimper sur le haut de l'échelle Harry Potter. Dommage qu'il faille attendre plus de six mois pour découvrir la suite, une sortie combinée à la Millénium aurait été plus respectueuse des fans, qui y trouveront néanmoins une bonne raison de se replonger dans le livre.


Partager cet article
A voir

Résurrection

A propos de l'auteur

25 commentaires

  • Guillaume

    12/10/2010 à 11h15

    Répondre

    Un excellent moyen de justifier une seconde sortie en salles dans plusieurs mois, quand la 3D sera prête

  • gyzmo

    12/10/2010 à 12h32

    Répondre

    Tant mieux. Ca va m'éviter l'achat d'aspirines à ingurgiter post-visionnage !

  • Guillaume

    12/10/2010 à 13h18

    Répondre

    On devrait lancer un sondage sur la perception de la 3D et les maux de tête


    Moi ça ne me dérange pas la 3D, tant qu'elle est bien faite et qu'elle n'est pas là pour autre chose qu'ajouter du réalisme (un peu comme le passage du noir et blanc à la couleur).

  • Nicolas

    12/10/2010 à 13h31

    Répondre

    L'effet ne me semble pas vraiment nécessaire pour 3/4 des films en 3D, ce qui ne me gênerait pas outre mesure si le prix des billets n'était pas généralement plus cher comparé à une séance 2D.

  • riffhifi

    12/10/2010 à 14h50

    Répondre

    C'est vrai ça. Moi qui pensais économiser 12€ en n'allant pas le voir, je ne vais pouvoir en économiser que 9. La poisse !

  • hiddenplace

    12/10/2010 à 18h02

    Répondre

    Pareil, bien contente de cette nouvelle, d'ailleurs dommage qu'ils ne décident pas la même chose pour la seconde partie.


    D'ailleurs comme Nicolas, le problème de la 3D, c'est qu'il n'y a souvent pas d'autre alternative, et qu'en plus il faut payer un supplément (et comment dire, c'est d'autant plus lourd quand on a déjà la carte illimitée et qu'il faut en plus sortir la carte bleue à côté)

  • Guillaume

    12/10/2010 à 18h19

    Répondre

    Ah bon ? On paie en plus de l'illimitée ?

  • hiddenplace

    12/10/2010 à 19h06

    Répondre

    Oui, malheureusement. Du coup même si je l'ai vu en français, je suis contente d'avoir eu le choix pour Toy Story, surtout après avoir vu Shrek (moins bien en plus) doté d'une 3D qui aurait été dispensable sur tous les plans (qualité et prix)

  • Nicolas

    12/10/2010 à 22h28

    Répondre

    UGC a été tardif à s'équiper, mais fait les choses bien pour les cartes illimitées : on paye juste une fois les lunettes, et on les conserve, pas de surplus pour les autres séances en 3D.

  • hiddenplace

    12/10/2010 à 22h59

    Répondre

    Kôôôôa ??? °o° Mais euh, quand tu dis "tardif" tu veux dire qu'ils se sont équipés dans le mois qui précède ou bien ? Parce que pour Shrek cet été, on nous a bien demandé de rendre les lunettes à la fin, pourtant. (ou alors on était dans un MK2 ? je ne sais plus, en fait) Cela dit, je ne suis pas retournée voir de film en 3D depuis, à cause de ça...

  • Nicolas

    13/10/2010 à 10h08

    Répondre

    Je suis quasiment sûr qu'UGC n'avaient pas la technologie 3D pour la sortie d'Avatar, ils ont été un des derniers gros exploitants à y passer.

    Par contre, je te confirme que mes lunettes 3D m'ont goûté 1€, et qu'elles sont toujours dans ma boîte à gants, en toute légalité. Pas besoin de payer quoique ce soit de plus avec la carte illimitée. C'est peut-être une politique spécifique à l'UGC Ciné Cité près de chez moi...

  • Guillaume

    13/10/2010 à 11h06

    Répondre

    Je crois me souvenir aussi qu'ugc ne faisait pas la 3d pour avatar, j'étais allé chez mk2 pour ça.


    Donc j'en déduis que chez UGC ce ne sont pas les grosses lunettes avec piles et antivol. C'est bien ça, c'est nettement plus confortable (et ça évite le "bug" de disparition du relief quand on appuie sur la partie centrale des montures pour remettre les lunettes qui pèsent trois tonnes sur les yeux).

  • Nicolas

    13/10/2010 à 11h11

    Répondre

    Exactement, c'est des lunettes en plastique toutes bêtes. Mais je n'ai toujours connu que celles-là.

  • siduri

    13/10/2010 à 14h23

    Répondre

    perso, je ne vois pas la 3D donc sur le principe, ça m'embete vraiment de payer en plus pour voir des images moins belles (avec les lunettes, les couleurs d'Avatar étaient quand même considérablement ternies).  


    donc oui à Harry Potter en 2D!

  • Canette Ultra

    13/10/2010 à 14h51

    Répondre

    Je confirme ce que nous affirme Nicolas vis à vis des UGC et de la 3D ainsi que de lunettes.


    Il ne l'avaient pas pour Avatar et je dois possèder la paire de lunettes depuis Shrek 4 donc je pense qu'avant cela, UGC était absent.


     

  • Luz

    13/10/2010 à 15h23

    Répondre

    Et ils ne veulent pas juste annuler le harry potter? Tant qu'à faire...

  • Nicolas

    13/10/2010 à 15h30

    Répondre

    Les fans ont commencé à collecter des fonds pour engager un tueur à gages et te rayer de la surface de la planète.

    Si chaque fan donnait un euro, je pense que même en te barricadant dans un commissariat tu ne t'en sortirais pas vivante !

  • Luz

    13/10/2010 à 17h23

    Répondre

    J'ai un garde du corps personnel, même pas peur !


    Par contre, si les fans d'Harry potter veulent me forcer à aimer, pas de problème : pour même pas 50cents par fans j'abandonne mes convictions !

  • hiddenplace

    13/10/2010 à 20h46

    Répondre

    J'irais pas jusqu'au tueur à gages, mais je viendrais bien de tirer un peu les couettes, Luz ! Boouh !

  • Luz

    13/10/2010 à 21h06

    Répondre

    Si tu apportes des muffins au citron, tu as le droit de me les tirer !

  • hiddenplace

    24/11/2010 à 17h38

    Répondre

    Ah ! Contre toute attente, je crois que c'est la première fois que j'ai le sentiment qu'une des adaptations de Harry Potter est à peu près fidèle, ne laissant (il me semble, je n'arrive pas trop à me mettre à la place des non-lecteurs) pas les néophytes sur le bord de la route. Pour ainsi dire, certaines scènes (les sept Potters, la maison de Bathilda Bagshot,  la destruction du médaillon...) ressemblaient comme deux gouttes d'eau à l'image mentale que je m'en étais faits à la lecture C'est vraiment la première fois. Merci quoi ? merci la séparation de l'adaptation en deux parties, je me demande pourquoi ils ne l'ont pas fait au moins pour Le prince de sang mélé, et peut-être pour La coupe de feu.  (et en plus ça leur rapportait encore plus de sousous, tiens !)


    Pour la première fois, les trois sont obligés de vraiment *jouer*, c'est parfois inégal, mais je suis contente de voir que le personnage de Ron retrouve peu à peu l'importance réelle qu'il avait dans les romans, et qui laissait place dans les films à un simple rang de bouffon et de faire-valoir. D'ailleurs, je trouve que l'acteur a progressé (je trouvait qu'il était plutôt bien aussi dans  la comédie Petits meurtres à l'anglaise vu cet été)


    Il y a juste quelques passages qui sont quand même un peu ridicules mais nécessaires pour pallier les ellipses et les infos capitales zappées dans les épisodes précédents (expliquer à Harry ce qu'est la Trace ??!!) Certains personnages sont également malheureusement passés à la trappe (la plupart des membre de l'Ordre du Phoenix dont on ignore tout si on n'a pas lu les livres, mais c'est fait au profit de la mise en lumière des trois héros) Dans l'ensemble, je suis vraiment agréablement surprise, cet opus cinématographique se place dans mes préférés avec Le prinsonnier d'Azkaban, j'en suis d'autant plus heureuse que le dernier tome est vraiment mon préféré. [img]http://www.krinein.com/forum/images/smilies/love.gif"%20border="0[/img]


    La photo est aussi plus soignée, j'ai l'impression (beaucoup de travellings et de plans de paysage qui montrent l'errance du trio), même si elle reste quand même un peu classique. Le fait de ne plus avoir le même cadre que dans les 6 autres films y est pour quelque chose, j'imagine. 


    Vivement la seconde partie (j'espère pas en 3D !).

  • Guillaume

    28/11/2010 à 17h07

    Répondre

    N'ayant jamais lu un bouquin de la série et ayant vu seulement le premier épisode du cycle, je dois dire qu'autant j'ai trouvé que graphiquement c'était sympa, autant je me suis ennuyé une très grande partie du film.

    Il y a de l'action, beaucoup parfois, mais surtout de longues phases où il ne se passe rien et où l'on s'ennuie. Pour quelqu'un n'ayant pas peur que l'adaptation soit mauvaise, avoir coupé le bouquin en deux films semble une très mauvaise idée pour le rythme. Et ce n'est pas faute de ne pas avoir compris certains trucs, globalement tout est très transparent.


    En tout cas, on se demande comment ces trois empotés parviennent à survivre... Sont pas très futés quand même...

  • hiddenplace

    28/11/2010 à 21h38

    Répondre

     


    En tout cas, on se demande comment ces trois empotés parviennent à survivre... Sont pas très futés quand même...


    Ca honnêtement je le concède, et quand le grand évènement tragique survient à la fin du tome 6, je me suis dit aussi "mais comment ils vont faire, ils sont mal barrés^^ "


    Je pense que le but de JK Rowling, c'est de défendre l'idée du groupe par rapport à celui de l'individualité toute puissante (son héros n'en est finalement pas vraiment un, puisque seul il serait déjà mort^^) 


     


     

  • gyzmo

    02/12/2010 à 23h52

    Répondre

    Lu, puis vu. Sans être vraiment fan de la série, je trouve que cet opus est cinématographiquement un des plus réussis,. Il n'atteind pas toutefois le niveau du Prisonnier d'Azkaban (mon préféré). Quelques longueurs et baillements, mais l'adaptation est très fidèle, dans le fond et visuellement (pour les ambiances et décors, tout ça). Même si les raccourcis du film sont compréhensibles, j'ai pas trop compris la scène rajoutée de la danse sous la tente. Y'avait un truc ambigu qui collait pas à l'intention de l'auteure, mais bon... Le reste est plutôt plaisant, avec de beaux plans contemplatifs et une atmosphère road movie sympatoche. Les premières scènes du film - avant générique d'intro, sont également très chouettes (surtout la partie de Hermione).

  • Anonyme

    22/12/2010 à 19h41

    Répondre

    Il est trop bien (comme le livre)

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques