8/10

Happy Accidents, la comédie romantique dont vous avez toujours rêvé

C'est au moment où Ruby abandonne définitivement l'idée de retrouver l'homme de sa vie qu'elle rencontre Sam Deed, de Dubuke, Iowa. Si mystérieux et si décalé dans un monde si formaté. Lorsqu'ils se retrouvent éperdument épris l'un de l'autre, Ruby croit savourer un bonheur jusqu'à présent rêvé. Mais parfois le comportement de Sam semble curieux, et Ruby commencera à s'interroger sur son passé dont il ne parle jamais. Un jour, elle tombe sur le carnet à dessins de Sam, et constate qu'il est rempli par le portrait d'une même femme, croquée obsessionnellement. Après une grande scène de jalousie, Sam lui avoue venir du futur... Le bonheur ne pouvait pas durer, Ruby est déchirée entre son amour pour Sam et sa peur de vivre avec une personne complètement délirante.

Session 9, The Machinist
DR.
et Transsibérien (les films suivants de Brad Anderson) ont tous les 3 les mêmes qualités et mêmes défauts : une réalisation somptueuse et des acteurs très bien dirigés, mais un scénario sans réelles surprises, qui ressemble à beaucoup d'autres, et une mise en scène inégale (passant de scènes superbes de relations entre personnages à d'autres scènes "de rebondissements" vraiment mal amenées, brouillonnes, souvent attendues, banales).

Pourtant, Happy accidents semble être l'œuvre d'un autre homme.

Si l'on excepte la direction d'acteur, toujours excellente, ce film ressemblerait presque à l'antithèse formelle de The machinist : budget minuscule, photographie neutre, réalisme de la mise en scène (caméra à l'épaule, plans "reportage", acteurs sans contrainte de cadrages...), musique discrète et légèreté de ton dans les dialogues et dans le scénario.

La force de ce film réside réellement dans la relation que Brad Anderson (ici réalisateur et scénariste, comme souvent) a réussi à créer entre les deux protagonistes principaux. Les deux acteurs (formidables !) forment un couple criant de vérité, leurs dialogues et les situations dans lesquelles ils se retrouvent sont souvent drôles, touchants, émouvants, voire les trois à la fois !


DR.
Le scénario lui aussi est un régal. On nous balade du rire aux larmes, en mélangeant les genres sans complexe, tout le début du film fait penser à la comédie romantique que vous rêviez de voir un jour, loin du formatage hollywoodien et sincèrement touchant. Les scènes de disputes, d'un réalisme rare, vous rappelle que l'amour peut être une souffrance. Puis, on bascule dans le doute, Sam est-il dingue ? Vient-il vraiment du futur ? Le scénario alterne sans cesse entre les deux possibilités, on est dans le doute perpétuel, surpris constamment à chaque revirement de situation...

C'est là que réside la réussite de ce film : on est sans cesse étonné, donc on ne s'ennuie pas.

Néanmoins, la fin pourra décevoir car elle est particulièrement téléphonée. Mais on en ressort avec une patate d'enfer, une joie de vivre communicative, et le sentiment d'avoir vu un film qu'on aura envie de revoir souvent !

 

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques