7.5/10

Good night, and good luck.

Au pied du Murrow

George Clooney est l'exemple type du mec qui a tout pour lui. Il est sympa (ça ce sont les gens qui le disent), il est beau (ça ce sont les filles qui le disent) et il a du talent (ça c'est moi qui le dit). Même si ses débuts restent plutôt flous avant la série Urgences, le rôle du docteur Douglas Ross suffit à lui seul à lui donner une notoriété et quelques opportunités cinématographiques, heureuses (Une Nuit en Enfer, La Ligne Rouge, O'Brother, etc) ou non (Batman & Robin, Le Pacificateur, etc). Non content d'être un acteur reconnu, Clooney se découvre des talents de réalisateur en tournant Confessions d'un homme dangereux, adaptation de la biographie du présentateur vedette Chuck Barris. Avec Good Night and Good Luck, son deuxième film, George Clooney confirme ses prétentions de traiter en tant que réalisateur, mais aussi en tant qu'acteur, des sujets de fond mêlant jeux de pouvoir et médiation.

Dans les années 50, l'Amérique en proie à la Guerre Froide doit subir « la Terreur Rouge », la chasse aux Sorcières organisée par le sénateur Joseph McCarthy visant le communisme et ses sympathisants. Devant l'énormité des dérives, le journaliste vedette Edward Murrow (David Strathairn) et le producteur Fred Friedly (George Clooney) décident de mener bataille contre la politique sénatoriale, au mépris de leurs carrières...

Même si à la sortie du film, notre impression se tourne plutôt vers le film documentaire bien ficelé, le constat avec le recul est tout autre. Good Night and Good Luck critique, pas forcément en montrant les dessous d'une page d'histoire maintenant tournée, mais plutôt en magnifiant le "courage" des piliers journalistiques du siècle dernier, qui ne recule devant aucun sacrifice pour dénoncer et s'exposer, même contre le pouvoir en place (Murrow ne risque pas seulement sa carrière, s'attaquer au pouvoir en place lui colle vite une étiquette de sympathisant communiste, avec tout le poids moral que cela implique). Bref, un regard sur les médias d'aujourd'hui, en possession d'un pouvoir qui n'est pas à négliger, mais qui se borne au sensationnalisme et au politiquement correct en dépit de toute déontologie. Le côté dénonciateur du film, comme je l'ai dit il y a quelques lignes, n'est pourtant pas mis au premier plan comme l'on pourrait s'y attendre. "L'action", si on peut appeler ça "l'action", se restreint fermement au petit monde de Murrow, dans les locaux de la CBS (très peu de décors différents), et le peu de personnages laisse une impression de survol. Clooney ne se livre pas à un travail de fond, mais d'investigation, sans pointer du doigt, et propose un produit ni trop chaud, ni trop froid. Juste un travail de cinéaste qui a quelque chose à montrer, et qui le fait avec parcimonie et distinction, par son éblouissante distribution, et sa belle photographie noir et blanc qui ramène au siècle dernier. Un choix judicieux qui permet d'alterner les prises de vues sobres et maîtrisées de Clooney, et les documents historiques certifiés dans un montage propret, bien que parfois très décousu (pas de réels repères temporels dans l'évolution de l'intrigue).

George Clooney confirme son talent de réalisateur dans ce court sujet de réflexion sur la puissance des médias, basé sur des évènements historiques peu glorieux et difficile à évoquer sans avoir l'air de dénoncer. Clooney s'en tire avec les honneurs par la pertinence de ses choix, aussi bien niveau scénario que niveau mise en scène.

A découvrir

Lord of War

Partager cet article

A propos de l'auteur

3 commentaires

  • Protos

    12/01/2006 à 00h14

    Répondre

    Entièrement d'accord. Good night and good luck est un excellent film, et Georges Clooney m'a totallement épatté : pour un premier film, c'est un film de maître. En plus, en noir et blanc, sur un sujet aussi délicat, c'est à peine croyable, il s'est fait aider par Spielberg ou Coppola, sinon je ne comprend pas comment, étant acteur de série TV à la base, il a pu réaliser un tel film.

    Bon, revenons au film, c'est du grand, du trés bon film. Le style nous ramène directement à l'époque des années 50, on s'y croirait, tout y est fait pour nous bluffer : les acteurs, leurs costumes, leurs coiffures, les musiques, l'ambiance. Le film mélange allégrement les vidéos d'époque et les témoignages, du coup on à l'impression de voir le vrai McCarthy en directe, et d'être dans les studios de la BBC d'époque. Impressionnant.

    Au sujet du fond, je retiens surtout cette dénonciation de la dérive télévisuelle de la part des protagonistes, phénomène que l'on retrouve à notre époque, où si l'on ne prend pas gare, on voit la TV s'engoufrer dans les loisirs et l'abrutissement des masses, dispansant des informations contraires aux libertés et à la dignitée humaine. On voit facillement le parallèle entre l'anti-comunisme des années 50 à l'anti-judaïsme anti-islamisme anti-toutisme de notre époque. C'est un fait, dont on n'ose parler ouvertement aujourd'hui car c'est un sujet trés...brulant...aussi je salut l'approche de Georges Clooney.

    Je n'aimais pas trop Clooney, car je le prennais pour un crâneur d'Hollywood, mais maintenant, je reconnais qu'il a du talent. Ce film est génial.

    Génial.

  • Lizoo

    12/01/2006 à 15h46

    Répondre

    Protos a dit :
    Good night and good luck est un excellent film, et Georges Clooney m'a totallement épatté : pour un premier film, c'est un film de maître.


    Si je ne me trompe pas Good night and good luck est le troisième film de George Clooney en temps que réalisateur.
    les deux premiers étant Solaris et Confessions d'un homme dangereux.
    Cela étant précisé.

    J'ai moi aussi beaucoup apprécié Good night and good luck.
    L'ambiance année 50 est là, le jeu des acteurs est bon.
    et puis : Robert Downey Jr. et George Clooney sont....................
    Bref un film très agréable

  • Wax

    12/01/2006 à 15h53

    Répondre

    Lizoo a dit :

    Si je ne me trompe pas Good night and good luck est le troisième film de George Clooney en temps que réalisateur.
    les deux premiers étant Solaris et Confessions d'un homme dangereux.


    En fait Solaris est un film de Steven Soderbergh, donc sauf erreur, Good night and good luck est la 2ème réalisation de George.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques