3.5/10

G.I. Joe : Conspiration - Average Joe

Je n'ai que peu de souvenirs du premier. A la rigueur une vague image de Paris en train de se décomposer, mais ce sera bien tout. Ah si, je me souviens également de Marlon Wayans en train de faire des blagues, d'un ninja muet et d'une paire de nanas dans des combinaisons extra-moulantes. Je tiens peut-être une recette de blockbuster typique ? Si c'est le cas, celle-ci ne s'applique qu'en partie au présent film : Londres s'en prend plein la gueule, une nana vaguement mannequin s'agite les fesses au casting, le ninja fait son retour et pas de sidekick blagueur. Mais peut-être que la véritable constante du film d'action engrange-dollars n'est autre que sa propension à digérer un scénario moyen-moyen pour le déféquer ensuite, et nous mitrailler dessus via un gros canon à caca ? Le tout en 3D ?


"Prend l'air intelligent, on nous regarde !"
"C'est bon comme ça ?"
Duke (Channing Tatum) est désormais le [insérer ici un grade de l'armée américaine] de l'unité G.I. Joe. Au terme d'une mission cruciale et victorieuse, l'équipe est trahie et se fait dessouder façon fête de la Saint-Jean. Ne reste que trois têtes de pipe : Flint, Négligeable militaire sans grande ambition ; Lady Jaye (Adrianne Palicki), une accorte jeune femme approchant les 1M80, munie de belles mensurations et d'un gros fusil ; et Roadblock, qui a trois fois plus de tour de bras que les deux autres réunis (et pour cause, c'est Dwayne "The Rock" Johnson qui prête ses muscles au personnage). A eux trois, aidés par Snake Eyes (Ray Park) et sa copine ninja (Elodie Yung, oui elle est française), ils vont devoir déjouer le vilain plan du Cobra Commander et de ses sbires...


DR.
Alors, question : quel est le MEILLEUR moyen de garder prisonnier un tyran mégalomane et brutal ? Conspiration nous donne une réponse possible : l'enfouir sous terre et le placer dans une cuve d'eau. Seul, ou peu s'en faut. Forcément, c'est débile, surtout que deux connards un peu organisés sont largement capables de prendre d'assaut la "forteresse" et de libérer du vilain. Pour quoi faire, c'est une autre histoire que j'aurais peine à vous spolier puisque rien n'est vraiment très clair. Ou plutôt, tout est à l'image de cette fameuse prison haute-sécurité-top-moderne-super technologie : débile. Un vrai ramassis de conneries ambulant, prétexte à peine masquée pour fournir de la scène d'action musclée, chorégraphiée, explosive, mal filmée éventuellement.
DR.
La caméra s'agite dans tous les sens, on comprend que tout le monde se tape dessus sans trop profiter du travail réalisé en amont. Avec la 3D, c'est encore plus insupportable, mais peut-être est-ce là ce que recherche l'ado lambda évidemment ciblé par le film ? Pas de sang, pas de violence exacerbée, juste de la sueur et du muscle, éventuellement dispensés pas une bande de ninjas acrobates. Sont forts, ces ninjas. En plus, il y en a un habillé en noir, et l'autre est en blanc, ça claque du sabre. Mais à vouloir trop faire dans le cool, on se perd un peu en route, autant dans les scènes d'action (ce kidnapping en montagne, peut mieux faire) que dans les moments de tension (cette rencontre de dirigeants au sommet, de la pure bêtise). Avec un petit remontage, il sera possible de faire de tout ça un gros sport publicitaire pour les figurines, ce qui devrai asseoir financièrement la suprématie d'Hasbro dans le domaine.  

En faisant bien attention à quel moment on allume les neurones, on peut ressentir un plaisir vaguement coupable à voir The Rock jouer de la grosse mitraillette. Mais au-delà, rien ne pourra véritablement être conservé dans ce gros melting-pot d'action qui en oublie son scénario. La présence au casting de Bruce Willis est en harmonie avec le reste : mal amenée, inutile, parfaitement stupide. 


DR.

Partager cet article

A propos de l'auteur

3 commentaires

  • Loïc Massaïa

    11/04/2013 à 11h01

    Répondre

    comment ça à l'air bon !
    question: nanard ou juste navet ?

  • Guillom

    11/04/2013 à 11h58

    Répondre

    Navet, le titre de nanard se mérite (merci zi expandables) ) Leslie Nielsen dans le rôle du Président, ç'aurait été plus crédible.

  • Nicolas

    11/04/2013 à 14h25

    Répondre

    Plutôt navet...

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques