8/10

Ghost World

Un film avec Scarlett Johansson et Thora Birch est forcément visuellement intelligent. Par chance, l'intelligence de Ghost World ne s'arrête pas au physique.

Cynisme, amour et années 30

La remise des diplômes de l'équivalent étatsunien du baccalauréat est l'occasion pour le spectateur de faire la connaissance d'Enid (Thora Birch) et de Rebecca (Scarlett Johansson), deux jeunes lycéennes au regard acéré et cynique, sans pitié sur des camarades de classe forcément inintéressants, débiles et immatures. Dans quelques minutes, les chapeaux, libérés des têtes studieuses des élèves, s'envoleront dans le ciel. Pour Enid et Rebecca, ça sera surtout le début de la vraie vie. Pour elles, il s'agira de trouver un appartement et un travail, et d'enfin vivre leur propre vie. Le premier accrochage viendra des résultats d'Enid, obligée de passer une partie de son été à repasser ses cours manqués d'art. Un comble pour quelqu'un qui passe son temps à dessiner!

Mais ce qui va changer la vie d'Enid, c'est une simple blague téléphonique qui lui fera rencontrer Seymour (Steve Buscemi) et sa collection de vieux 78 tours.

C'est ça la critique?
C'est ça la critique?

Not an n-ième tee-movie

Tant de thèmes sont abordés dans Ghost World qu'on pourrait sans doute en discuter de longues minutes. Terry Zwigoff (Bad Santa) nous parle notamment de l'art, de sa signification et de son importance. L'art amènera d'ailleurs à une réflexion rapide, mais profonde et intéressante sur le racisme quotidien qui souvent se tait et se révèle de façon détournée. Ghost World est surtout l'occasion d'explorer ce délicat passage entre le monde de l'enfance où on pardonne tout, à ce monde adulte, ingrat, qui ne laisse rien passer. Pour Enid et Rebecca, c'est le moment du choix : le travail ou bien une toute autre idée de la vie. Le choix sera cornélien pour Enid car il s'agira de choisir entre Rebecca et Seymour.

Une relation troublante

Seymour, à l'image de Stephanie, toujous la classe
Seymour, à l'image de Stephanie, toujours la classe
Et le choix d'Enid penchera largement en faveur de Seymour, dans un remix du vieil homme et l'amère. Les performances de Buscemi et Birch sont d'ailleurs magistrales. Buscemi campe avec nonchalance Seymour, véritable anachronisme mal adapté à une société qui a délaissé les années 30 depuis de longues années. De la même façon, Enid ne parvient pas à s'adapter à la compagnie des jeunes de son âge. Au final, elle aura plus de points communs avec cet homme sans âge qu'avec n'importe qui, et même sa meilleure amie Rebecca se révèle au final bien éloignée de son monde. La relation que si construit petit à petit entre Enid et Seymour sera troublante, père-fille, amis, amoureux. Rien n'est simple, ni clair dans ce petit jeu à deux.

Il suffit d'attendre le bon bus

Ghost World n'est pas exempt de quelques défauts : on pourrait lui reprocher d'être trop verbeux, trop longuet, mais le propos frappe tellement précisément que le film a obtenu le Prix du Jury à Deauville, tandis que Thora Birch a reçu le Prix d'Interprétation.

Toi aussi, réveille le chat qui est en toi!
Toi aussi, réveille le chat qui est en toi!
Ghost World
, au final, est une réflexion touchante sur le non-conformisme, sur cette tentation de suivre la même voie que tout le monde trace, une voie dont il est si difficile de s'éloigner. Enid sera la seule, ou presque, à conserver sa différence par rapport à la pression du monde extérieur. Mais c'est une différence qui ne peut malheureusement mener qu'à une seule issue : le départ, imagé ou non, vers un autre monde. Société tu m'auras pas, aurait pu dire Enid dans une autre vie. Et au contraire de Renaud, elle ne s'est pas laissée faire.

A propos de l'auteur

Intéressé par beaucoup trop de sujets, nazonfly est en charge de la partie Musique Krinein depuis quelques années. Ce qui ne l'empêche pas de visiter les territoires des livres, du cinéma, des médias et même de sciences et tech.

6 commentaires

  • Dat'

    28/02/2008 à 19h56

    Répondre

    Tiens bonne idée de faire un article sur cet excellent film !


     

  • Tony Clifton

    28/02/2008 à 20h13

    Répondre

    Quel magnifique film !


    Vu par hasard sur Canal, du temps des diffusions de films inépendants du jeudi soir, ce film m'a vraiment laissé un excellent souvenir. Les acteurs sont bons, Buscemi est étonnant, l'histoire est simple, mais complètement imprévisible. La fin m'a cependant un peu attristé ... 

  • Tony Clifton

    28/02/2008 à 20h16

    Répondre

    J'ajouterai que les personnages m'ont fait penser aux personnages du dessins animé Daria ... ce même genre de synisme ...

  • Kei

    28/02/2008 à 21h00

    Répondre

    Ah ben bien. Comme si j'avais pas assez de truc à voir.

  • Aenem'

    28/02/2008 à 21h20

    Répondre

    Oh que oui, 4 fois oui même! Ce film est tellement immense...les personnages sont tellement ridicules et touchants à la fois et les acteurs y jouent vraiment à merveille...
    Thora Birch sans doute la plus hallucinée là dedans quand même 

  • Anonyme

    28/02/2008 à 21h27

    Répondre

    Ca manquait de fantômes quand même.


     


     

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques