1.5/10

Funny Games U.S.

Film sans âme qui ne démontre rien sans s'en soucier, reflet de sa propre image dans un miroir sans teint. Magnifique scénario et grands acteurs malheureusement abandonnés par un réalisateur masturbatoire.

Une famille paisible  de la classe moyenne américaine rejoint sa maison de vacances au bord d'un de ces lacs qui abritent une pépinière de petites fortunes en villégiature. A leur arrivée, ils se rendent comptent que les "Johnsons", leurs voisins, ont deux jeunes invités des plus étranges : ils sont jeunes, blonds, portent des shorts et des gants blancs et jouent au golf dans le jardin. Alors qu'ils installent leur bateau sur le lac qui jouxte la propriété, ces jeunes gens viennent leur emprunter des œufs. En quelques instants, cette situation se transforme en kidnapping. Les deux psychopathes leur proposent de jouer à un jeu malsain en leur demandant de parier qu'ils seront encore en vie dans 12 heures alors qu'eux-mêmes parieront du contraire. Ils n'ont bien sûr pas le droit de refuser...

Remercions tout d'abord Monsieur Haneke pour avoir fait un remake de son propre film. Cela nous permettra de ne pas avoir envie de voir le précédent malgré notre tendance claire à se laisser aller au masochisme des salles obscures. Notez ici que la démarche est en soi assez pénible à supporter. S'auto-citer étant déjà pénible, s'auto-reproduire dénote soit d'une insatisfaction profonde et maudite, d'un manque d'imagination ou encore d'un narcissisme insoluble.

Nos plus sincères salutations pour avoir réussi à égaler la forte dose d'ennui que procurait Last days où un Gus Van Sant en recherche nous avait proposé un plan de fougère de 5 minutes au milieu d'un enssemble cinématographique très proche de Funny Games et Funny Games US (considéré comme une copie quasi exacte par les fans). Notez d'ailleurs que l'acteur principal est commun aux deux réalisateurs et aux deux films, ce qui n'est pas pour le servir malgré son talent indiscutable. Suivre le tortionnaire qui a faim pendant que l'autre reste dans le salon avec la famille et un fusil chargé ne nous propose pas la moindre impression de peur ou d'anticipation malgré un résultat étonnant qui suit la préparation d'un sandwich à la dinde. On ne note donc pas le style absent ou trop présent mais sur-réchauffé dont la dominante molle désanime l'ensemble d'une dynamique passionnante et d'un scénario tout aussi passionnant mais absent d'accompagnement.

Les plans et leur composition restent beaux mais inutiles au point que l'intérêt d'un accompagnement de la caméra en devienne superflu. On préférerait ne pas être pris à la gorge par ce sentiment de dégoût car malheureusement il n'est pas que le résultat de l'intrigue du film dont la gratuité surprend mais n'étonne pas, faute d'un traitement aseptisé. Ce mal-être qui touchera le spectateur n'est autre que son impression d'impuissance et de mise en conditionnement de consommateur d'un produit sans âme. Le ton décalé ne suffit malheureusement ni à détendre une ambiance rance ni à découvrir les prémisses d'un sentiment de compréhension d'une situation au bord de l'intolérable. Les quelques gadgets techniques dont fait preuve l'ingénieux réalisateur (le « rewind » ou le « parle à la caméra ») nous énervent et nous frustrent encore plus tant ils n'ont pas lieu d'être et ne servent à rien.

Remercions-le également pour le choix des acteurs. Tim Roth est bouleversant de faiblesse dans son rôle de père de famille impuissant malgré la force de persuasion qu'on lui connait. La loi psychologique qui régit les deux personnages dominants étant si emprunte d'inégalité que les sentiments en sont palpables. Naomi Watts quant à elle est d'une subtilité dans la détresse et d'une force toute aussi phénoménale dans l'adversité qu'on note son implication technique avec délectation. Le jeune Devon Gearhart impressionne aussi par la maturité de ses réactions. La famille au grand complet est d'une étonnante sobriété dans la douleur et dénote d'un dévouement supérieur à 150% dans la réalisation d'un travail quasi-parfait.

Remercions-le d'autant plus pour avoir su bien les utiliser dans un film sans ambition que celle de faire plaisir à son ego. Cela me permet de préciser que ma note se décerne uniquement auprès des acteurs dont l'angoisse et la détresse majestueuse prouve leur dévouement à un art que le réalisateur à décidé d'opérer en dilettante. Petite motion spéciale au duo meurtrier que forment Michael Pitt et Brady Corbert dont l'équilibre déséquilibré est des plus efficaces.

Et pour résumer, il est des films lapidaires dont on aurait voulu ne pas attendre la fin et filer en douce de la salle obscure. Je suis au regret de vous informer que ce sentiment a été mien dans un moment d'égarement et je voudrais m'en excuser auprès des acteurs. Toutefois mes remerciements au réalisateur seront je pense suffisants (et donc à son image dans cette œuvre) à lui exprimer mon dépit face à ce film masturbatoire et gratuit qui aurait mérité de l'être.

A découvrir

[°Rec]

Partager cet article

A propos de l'auteur

32 commentaires

  • KaSuGayZ

    28/04/2008 à 14h16

    Répondre

    Je suppose que le remake est en soi tout à fait inutile.


    Mais bon la critique fait tiep fait quand même. 

  • Wax

    28/04/2008 à 14h30

    Répondre

    Accuser Haneke de pomper sur Van Sant c'est quand même d'une mauvaise foi... d'autant plus que le Funny Games original précède Last Days de plus de 7 ans. D'après ce que j'ai lu, il s'agit d'un remake quasi plan par plan: on peut difficilement reprocher à Haneke de copier son propre style.

  • Anonyme

    28/04/2008 à 15h25

    Répondre

    Ayant vu le premier, j'ai trouvé ça très puissant et loin d'être masturbatoire, celà repondait aux malaises d'etre complice en tant que spectateur de toutes ces atrocités filmiques et offraiet une reflexion sur la violence. Mais apparement ds cette critique, il y a un manque indéniable de référence ou alors des erreurs. de + en + je remarque que les critiques sur krinein sont des amateurs et loin d'être des spécialistes comme sur mad movies ou télérama (si on me sort le coup du bénévolat, ça n'excuse rien). Cependant il ya eu une critique interessante sur "el topo" et je doute que ce critique ici l'apprecie comme celui qui a fait celle d'el topo.

  • nazonfly

    28/04/2008 à 15h43

    Répondre

    Je crois que nous sommes une majorité "d'amateurs" (et bénévoles oui aussi). Enfin majorité égale tous.


    Mais tout le monde a aussi sa sensibilité et du coup certains films vont être appréciés par certains rédacteurs et beaucoup moins par d'autres. 

  • Anonyme

    28/04/2008 à 15h52

    Répondre

    Ok nazgul, on lui pardonne sa critique objective...

  • riffhifi

    28/04/2008 à 16h03

    Répondre

    Le coup du bénévolat, ça n'excuse peut-être pas les erreurs mais ça justifie pleinement le statut d'amateur. Parce qu'à partir du moment où on est payé, on est par définition des professionnels...


    Quant à Funny Games, je n'ai vu aucune des deux versions, mais je n'aime pas ce que j'ai vu de Haneke et l'individu m'est antipathique. La bande-annonce de Funny Games US pue la prétention et le "je me la pète à la Stanley Kubrick moi monsieur car mes films ne sont pas de simples divertissements".

  • Anonyme

    28/04/2008 à 16h42

    Répondre

    Oui, d'accord toi tu serais meilleur, lol, et pas pretentieux pour un sous, ici c'est le gratin de la critique, les cahiers du cinéma et autres ne sont que des pisses copies. J'aimais bien certaines de vos critiques mais vu un peu la façon dont vous vous surestimés, je vais stopper mon RSS, non mais faut arreter de se la péter comme ça, moi qd j'ai tord j'arrive à reconnaitre mes erreurs de jugement. Ton argument "ba funny games pue la pretention et le "jeme la pete..." remet toi un peu à ta place. Je doute que tu ais vu tout ces films ou alors tu n'as rien compris. Le gratte copie qui eclate en critique un artiste mondialement reconnu il a un sacré ego.

  • riffhifi

    28/04/2008 à 16h47

    Répondre

    On a jamais dit qu'on était le gratin de la critique puisqu'on reconnaît être des amateurs


    J'ai souvent l'impression que tu comprend les choses de travers goodies75, ou alors que tu cherches la confrontation à tout prix là où il n'y a pas lieu de le faire

  • Anonyme

    28/04/2008 à 16h55

    Répondre

    moi j'ai pensé tout le contraire du film...


    quant à la citation à Last Days de Gus Van Sant elle est maladroite, le réalisateur ayant refais son film à l'identique au plan près...


     Après la démarche est certes critiquable et ne pas avoir vu l'original m'a permis "d'apprecier" (c'est difficilement soutenable tout de meme) et d'autres critiquer l'approche (dénoncer la violence par la violence) mais au final le fil m fait réfléchir

  • Anonyme

    28/04/2008 à 16h57

    Répondre

    non, je trouve parfois certains jugement hatif, surtout par exemple celui ci, c'est bien d'avoir aussi une demarche de journaliste et d'avoir vu qd meme quelques films de l'auteur pour comprendre aussi sa démarche car en voyant la critique j'ai l'impression de voir le tyope de personne qui se retrouve devant du picasso et de dire c'est facile , mon gamin sait le faire. Voilà tout. Et donc certaines notes sont abstraites et infondés, pourtant il y a de bonnes critiques parfois mais sur certaine chose c'est fou comme on remarque une critique avec des fondements inconsistants.

  • Anonyme

    28/04/2008 à 17h17

    Répondre

    J'abonde dans le sens de lestat1886 : j'ai aussi eu l'impression inverse sur le film, mais après chacun ses sensibilités donc l'avis de l'auteur de cette critique se respecte... bien qu'il soit malheureusement décrédibilisé par la référence à Gus Van Sant...

  • Kei

    28/04/2008 à 18h50

    Répondre

    Si je peux me permettre, je voudrais ajouter un petit truc sur l'amateurisme et sur le manque de référence.


    Oui, chez krinein, on manque bien souvent de référence. Et oui, c'est lié à un amateurisme certain. Il est clair que si j'étais payé à lire et à réfléchir sur le sujet, mes écrits seraient bien plus profond. Krinein c'est quand même fait par passion, et sans prétention, si ce n'est celle de tenter de se creuser un peu la tête pour pondre des articles au dela du kikoolol. Bon évidemment, de temps en temps ça merde complètement. J'ai merdé plus d'une fois en manga, en livre sans doute aussi (même si personne ne me l'a fait remarquer pour le moment), et en cinéma... J'ai fait un article, sur un film inconnu au bataillon avec pour seul but de le faire découvrir et pas d'en faire une analyse.


    Alors je comprends la frustration de gens comme goodies75 et le fait que Wax et KaSu sautent au plafond pour cette histoire de Gus Van Sant.


    Par contre, stop à la violence les gens ! Tout le monde prend la mouche un peu vite je trouve.


    Pour goodies75 : effectivement, exploser un artiste reconnu ça demande un certain égo. Mais aussi une certaine honnêteté non ?  Dans ce cas précis je ne me permettrais pas de parler, mais il semblerait que la reconnaissance quasi universelle ne soit pas toujours un certain critère. Il est pas question de tomber dans le "nous on est des rebelles, on envoie chier picasso", mais bien de dire que certaines choses ne nous touchent pas du tout, et qu'il y a toute une gamme de personnes qui elles n'ont plus ne passent pas leur temps à se cultiver et à en parler qui le ressentiront probablement comme ça.


    Et puis bon, perso je ne vais lire une critique qu'après avoir vu ou lu le truc en question, comme ça j'essaie d'apprécier le truc sans attentes ou arrières pensées. La critique est intéressant pour discuter. Pour ce qui est de conseiller, c'est trop long, il y a trop de choses dedans. Et ça a tendance à me pourir un peu le plaisir de visionnage lecture. 

  • knackimax

    28/04/2008 à 20h15

    Répondre

    Bonsoir,


    Effectivement je n'ai pas vu le précédent du même auteur. Je lui aurais donc accordé trop de credit en supposant qu'il n'avait pu que réitérer les erreurs d'un Gus Van Sant que j'avais trouvé mauvais, autant pour moi.  Je vais donc reformuler cette phrase pour qu'elle exprimes mieux la chose suivante: ce film m'a autant gonglé que last days et me l'a rapellé en de nombreux points quand a la construction des plans et au traitement en géneral.


    Je regarderais donc l'ancien pour agrémenter le débat et m'assurer de la correction de ma maladresse mais j'ai sincérement trouvé le film que j'ai vu inadmissible et inutile. Pour information la salle dans laquelle je me trouvait n'était pas plus receptive. Je pense concrétement avoir été kidnappé et forcé a voir un film pompeux et pseudo intello.


    Pour l'Ego je ne peux bien évidamment pas me prononcer mais je pense que la renommée ne suffit clairement pas tout comme les recompenses ne signifient pas que je vais ou dois apprécier un film.


    Un éternel amateur...alias Knackimax


     

  • Wax

    28/04/2008 à 23h33

    Répondre

    Si j'ai pu sembler violent je m'en excuse, c'était pas l'intention.


    Sinon pour en revenir à cette histoire de Van Sant, je trouvais la comparaison d'autant plus incongrue que les films de Van Sant m'emmerdent royalement alors que ceux de Haneke arrivent toujours à me captiver.

    Mais à bien y réfléchir, j'imagine qu'on peut trouver une filiation dans le coté radical de la forme. Selon moi, là ou Van Sant fait de la branlette intellectuelle, Haneke sert son propos. C'est particulièrement marquant dans le premier Funny Games ou tout est pensé pour attiser le malaise voyeuriste du spectateur. "Caché", avec Daniel Auteuil et Juliette Binoche reprend parfois les mêmes principes. 

  • Anonyme

    29/04/2008 à 09h15

    Répondre

    au moins on discute... et c'est bien, on debat , on défend ses idées, et ça vit.

  • nazonfly

    29/04/2008 à 10h02

    Répondre

    C'est rigolo, j'ai un peu l'avis opposé à Wax. Autant Van Sant m'a fait tripper avec Elephant, Last Days et surtout Gerry (pourtant proche du néant cinématographique), autant le seul Hanneke que j'ai vu (Caché) m'avait semblé très moyen.


    Ce qui ne m'empêchera pas d'aller voir ce Funny Games. C'est rigolo de sortir une version US de son propre film, la dernière fois c'était Ace of Base non?

  • Anonyme

    29/04/2008 à 10h33

    Répondre

    Funny games "la redite" est très bon, autant que l'original.


    Le choix de faire copie est discutable, tant le film est identique.Seuls les acteurs et les 10 années passées insuflent au long métrage une nouvelle dimension.


    Mais bon ce n'est pas comme si Onteniente réalisait une redite de Disco.  

  • Anonyme

    29/04/2008 à 12h38

    Répondre

    Il aurait eu une meilleure note le remake d'Onteniente ici apparement

  • riffhifi

    29/04/2008 à 12h40

    Répondre

    Ouais enfin Disco il a eu 2.5 sur krinein, pas de quoi se rouler par terre non plus

  • Dat'

    29/04/2008 à 13h25

    Répondre

     "la dernière fois c'était Ace of Base non?"


     


    Je t'aime Naz.


     

  • Anonyme

    29/04/2008 à 23h32

    Répondre

    Bonsoir, juste pour dire que ton point de vue, je le respecte. Mais les petits gars, ils faudraient peut etre arreter d'utiliser le terme "masturbation de l'intellect" pour parler d'une oeuvre cinématographique. Cela me gave particulièrement, je trouve cette formulation particulierement infecte, c'est pas parce que tu n'aimes pas la mise en scene d'un cinéaste (oui parce que Haneke c'est un auteur) que ses films sont destinés à prendre la tete à trois cinéphiles merdiques dans un cinéma de quartier.Bon je vais pas te le cacher parce que j'ai adoré la version allemande de ce film, son ambiance dérangeante, donc tu vas me rétorquer que je suis subjectif.Enfin bref, ce n'est pas un film forcément démonstratif mais plutot une réflexion sur la violence gratuite. Et pour la critique fallacieuse ce n'est aucunement une question d'amateurisme, mais simplement d'humilité.Je me méprise rien, sauf le mépris. LeibnizMais bon, c'est peut etre ça qui fait la force d'une oeuvre non consensuelle, c'est que les avis ne peuvent etre que manichéiste. Cela prouve que le film essaye de faire passer quelquechose, après on adhère ou non, mais on critique posément, on oublie les arguments de café tabac, comme des grands garçons.  

  • Anonyme

    30/04/2008 à 06h38

    Répondre

    Jamais été aussi déçue par une critique de Krinein... o_0


    Comment peut-on écrire un truc aussi baclé?! (et plutot illisible avec ses "remercions-le" pompant.)


    J'ai rien contre l'amateurisme ou sur le fait qu'on puisse détester ce film, mais là c'est vraiment très décevant. J'espère qu'une autre critique mieux construite sera faite par un autre...


     *Ne nous laissez pas ce goût amer dans la bouche!*

  • riffhifi

    03/05/2008 à 01h39

    Répondre

    Je l'ai vu. Je le définirais comme un mélange ultra-prétentieux de Psychose, Scream, Orange mécanique, Maman j'ai raté l'avion et Click. C'est un film d'horreur (avec un mauvais scénario digne de la pire bouse trouvable dans un bac de Prisunic), mais un film d'horreur qui ne s'assume pas, qui se prétend discours philosophique péteux sur la violence. Le réalisateur a des idées de mise en scène, mais il semble avoir une conception purement intellectuelle de ce qui est ludique, et ne s'abaisse jamais à s'amuser de ce qu'il fait. Il applique à la lettre la tactique de l'horreur qu'il a apprise dans les bouquins : suggérer est plus horrible que montrer. Il en abuse, même, tout en se complaisant dans sa certitude de valoir mieux que les honnêtes tâcherons qui triment pour Roger Corman ou ses semblables. A l'arrivée, le film est une merde bouffie de suffisance. Les acteurs sont bons. J'aurais mis 1.5 aussi.

  • gyzmo

    05/05/2008 à 13h22

    Répondre

    En gros, ceux qui aiment ce genre de film "péteux" et/ou "masturbatoire" sont de gros branleurs intellectuels ? Perso, je suis maniaco-pacifiste, mais le dernier qui m'a confondu avec Onan le philosophe, je lui ai confectionné un collier de nouilles avec ses bijoux de famille...


    Sérieux, les gars, faut arrêter de zoner sur les blogs du fan club d'Eve Angeli et de Steevy Boulet

  • riffhifi

    05/05/2008 à 17h14

    Répondre

    Sérieux, les gars, faut arrêter de zoner sur les blogs du fan club d'Eve Angeli et de Steevy Boulet


    Gyzmo, j'espérais mieux de toi

  • Anonyme

    06/05/2008 à 16h33

    Répondre

    Enfin quoiqu'on pense du film (que je n'ai pas vu), on peut affirmer objectivement un détail sur le réalisateur, j'ai lu une interview de lui et je l'ai trouvé très prétentieux et elitiste, je sais qu'il n'est pas le seul mais ces propos m'ont dégouté.


     Pour résumer, pour lui la violence au cinéma n'est bien que si elle illustre un propos reflexif. Donc les gars qui s'éclatent devant saw, vendredi 13 ou Massacre à la tronçonneuse sont des "idiots".


     Par contre, les professionnel du ciné (artistes ou journalistes) qui ont un objectif précis (argent, travail) peuvent se permettre d'apprécier cela.


     Il a à peine argumenter son jugement, je trouve ça un peu triste pour un cinéaste d'auteur de ne pas éprouver le besoin de se justifer plus que ça, ça m'a déçu, je n'ai plus envie de voir l'un de ses films, qu'ils soient bons ou pas.

  • Wax

    06/05/2008 à 16h44

    Répondre

    Haneke est peut être un personnage détestable, je n'en sais rien mais ses films en font à mes yeux un des cinéastes européens les plus intéressant du moment.


    J'aime sa démarche artistique radicale et très "intellectuelle" et réfléchie justement. Personellement je n'y vois pas de la prétention ou de l'élitisme et si j'aime me prendre la tête sur les films de Haneke, je ne dénigre pas le cinéma plus "léger". Et ne pas voir dans ce "léger" un quelconque sens péjoratif. Pour moi ces types de cinéma sont plusieurs facettes d'un même art, sans ordre hiérarchique.


    Finalement ce que Haneke peut dire dans ses interviews je m'en balance un peu. Ses films suffisent et tant pis si je n'y vois pas les mêmes choses que ce qu'il a voulu dire. Je souscris à l'opinion comme quoi quand un film est donné au public, celui ci est libre d'y voir ce qu'il veut.

  • KaSuGayZ

    06/05/2008 à 16h51

    Répondre

    Bref, la question est faut-il voir ce remake ou voir l'ancien ? !

  • hiddenplace

    06/05/2008 à 22h11

    Répondre

    Bon je me fais l'avocat du diable un peu dans le vide, vu que je n'ai vu aucun des deux films, mais d'après ce que j'ai compris, c'est quasiment le film original à l'identique, puisqu'Haneke a repris le même découpage, plan par plan. Il a juste pris un casting américain, pour que ceux-ci puissent voir enfin son film (comme on sait que les EtatsUniens ne sont globalement pas  fans des films étrangers doublés ou sous-titrés)


    Sinon je rejoins Wax sur le fait qu'il existe plusieurs types de cinéma, et qu'on ne va pas voir tous les films avec la même approche. L'approche réfléxive est aussi importante pour moi, ce qui ne me fait pas renier l'approche divertissante (parfois elles se mèlent aussi, d'ailleurs, bien sûr), puisque j'apprécie d'être dans cette approche dans bcp de mes sorties au ciné. C'est pour ça que j'évoque souvent du contexte dans lequel on va voir un film et comment on s''y prépare par rapport à ce qu'on en sait, ou pas (ça prend pas trois heures non plus hein^^)

  • nazonfly

    06/05/2008 à 23h02

    Répondre

    Ayé je l'ai vu aussi. Et non je n'en ferais pas une critique, même si mon avis est loin d'être celui de knackimax. En passant, knacki quand tu dis : "Je pense concrétement avoir été kidnappé et forcé a voir un film pompeux et pseudo intello.", je crois qu'il faut aussi se fier au réalisateur. Je pense qu'on sait quand même à quoi s'attendre avec un film de Hanneke, tout comme avec un film de Van Sant.



    D'ailleurs, et je le redis, j'aime beaucoup certains films de Van Sant (Last Days était très bien, bande de moule à gauffres), mais je n'avais pas beaucoup aimé Caché qui sentait aussi la prétention (comme Van Sant en passant). Mais la bande annonce de Funny Games était largement assez bien foutue pour que j'ai envie d'aller le voir (pourtant je sais qu'il ne faut pas fier à une bande annonce, cf le Village de Shyabidule).



    Bref, après des lignes et des lignes d'introduction, je trouve que ce film est plutôt bon dans son ensemble, et se rapproche à tous les niveaux d'un film comme Orange Mécanique (niveau violence et prétention, un comble que personne n'ait parlé du maître es prétention et c'est pas Lestat qui dira le contraire).



    Dans Funny Games US, il y a cette violence omniprésente qui passe toujours à côté. On parle parfois de suggéré et pas montré, et là ça prend tout son sens. La caméra se détourne de tous les plans choquants (même Naomi Watts nue ce qui est un comble!). Evidemment ce n'est pas un film d'horreur, c'est un film qui joue sur la psychologie et dans lequel soit on rentre, soit on ne rentre pas (et je suis sûr que c'est même indépendant du spectateur et plutôt dépendant de l'état d'esprit dans lequel est ce spectateur). Les deux tueurs sont parfaits dans leur rôle de psychopathes à la violence maîtrisée (oui comme tous les psychopathes).



    Il y a, malgré tout, deux trois détails qui m'ont gêné : cette espèce de rewind débile tout d'abord. Et surtout le début et la fin avec la musique de Zorn. Parce que le classique c'est la beauté et la douceur, mais le metal c'est vraiment pour les violents, semble nous dire Hanneke. On a vu plus fin (par exemple dans Orange Mécanique, mais faut dire que ça venait du livre).



    Ce rewind me permet de revenir sur la critique de knackimax sur la caméra qu'on croise dans le film. Ces scènes ne servent pas à rien, c'est au contraire l'un des éléments importants du film. Ce n'est pas pour rien que le spectateur devient acteur du film, et on peut rapprocher ça des deux scènes avec la télévision, du constat évitement des scènes de violence par la caméra et aussi du dialogue de la fin sur fiction/réalité. C'est là justement qu'un tel film va se démarquer de n'importe quel film sur la violence, il apporte des éléments en plus permettant une réflexion. Du coup, on peut évidemment le trouver pseudo-intellectuel, intello, masturbatoire etc, ce qui n'est pas faux dans un sens. Mais la masturbation intellectuelle n'est pas sale de toute façon.


    Par contre, je ne suis pas convaincu de l'intérêt de sortir ce film en version US. Et là encore c'est de la prétention de croire que ce film était assez important pour attaquer les Etats-Unis. 

  • hiddenplace

    07/05/2008 à 20h02

    Répondre

    Voilà un commentaire intéressant de Naz (oui oui c'est un compliment, j'attends mon chèque^^), qui donne un aperçu du film différent de celui de Knackimax, et qui rejoint l'avis de Gyz sur le film original : http://cinema.krinein.com/funny-games-3175/critique-3185.html


    Je n'avais pas prévu d'aller voir ce film, mais vous me donnez  presque envie^^ Ou alors je regarderai l'original, je pense.


     

  • Sheeno

    15/10/2008 à 00h12

    Répondre

    J'ai personnellement beaucoup apprécié, sans rentrer dans toute votre rhétorique -_-, une sorte d'orange mécanique encore plus moderne et jusqu'au boutiste...8/10

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques