8.5/10

Freudy : les griffes de l'inconscient

"Nique ta mère, Frank !"

Ah, sacré Sigmund Freud. Vous pensiez en être débarrassé après ces quelques cours de philo naviguant entre complexe d'Oedipe et amusements scatophiles ? Monumentale erreur ! Il revient pour vous hanter, vous analyser et surtout... pour vous tuer. Tout commence alors que Frank perd son père, suicidé après une séquence de psychanalyse. Pour lui changer les idées, ses amis l'invitent à changer d'air. En chemin, un petit rituel : brûler Freud, le temps de réduire en cendre quelques ouvrages. Une vengeance symbolique pour Frank, qui passera ainsi ces quelques jours le coeur plus léger. C'est oublier le vénérable barbu, qui tapi dans l'Au-delà n'aime pas qu'on lui cherche querelle...

Il n'y a pas de secret, Freudy s'inspire directement du personnage de Freddy Krueger, introduit dans les années 80 par Wes Craven -outre la trame, on notera un joli clin d'oeil aux Griffes du Cauchemar, le troisième volet de la saga-. Pour autant, Freudy n'est pas une parodie. Bien que capable d'instants plutôt barrés, le film baigne dans un climat étrange, alignant des scènes en soi complètement absurdes mais qui à l'écran de prêtent pas à rire. Ainsi le début du film, alors que l'un des personnages règle son Oedipe de façon radicale : la scène est tellement tordue qu'elle frise l'absurde. Pourtant, le second degré n'agit pas et l'on frôle le sordide. Mine de rien, en adoptant un ton respectueux qui n'oublie pas d'être sérieux, Freudy gagne en fraîcheur et en originalité. Et là où l'on aurait pu craindre une parodie se limitant à son simple concept - Freud analyse ses victimes avant de les trucider salement-, on obtient un film non seulement réussi mais également purement horrifique. Et quelque part, ça fait un bien fou de voir qu'on peut très bien détourner le genre sans s'en moquer complètement.

Un film amateur sur Freud ? Ceux qui craignait un pensum facilitant le transit intestinal porté par des acteurs épouvantables et une caméra vacillante sortiront du visionnage avec le sourire béat du spectateur satisfait. Oui, cette phrase est très longue. Moyen métrage co-écrit et réalisé par Gautier Cazenave, Freudy a en effet plutôt fière allure, tant dans son montage que sa réalisation qui laissent échapper quelques fulgurances inattendues. Quant au casting, sans être exceptionnel, il s'en sort assez honorablement. Numérique et maquillages s'avèrent aussi soignés que l'ensemble et comble du bonheur, quelques effets gores viennent soutenir les exactions de notre atypique tueur. Débordements sanglants qui sans être du Tom Savini ne prêtent pas non plus à rire et s'avèrent efficace à leurs modestes niveaux. Allez, soyons un critique pisse-froid : le son est perfectible et il y a une saute de rythme après le deuxième meurtre. Ce qui n'enlève rien au bon petit pied que procure cette sympathique bande, d'autant que l'écriture est dans le ton. Car bien qu'échevelées, les théories déclamées par l'analyste-boogeyman ne sont pas spécialement absurdes ou traitées par dessus la jambe. Non content d'être bien fait, Freudy se dote donc d'un fond qui se tient, pour qui prend la peine d'en tenir compte.

Soupçonneux de ce concert d'éloges ? Force est de constater que le film amateur le plus mal fichu aura toujours pour lui un certain capital de sympathie. Pour autant, Freudy a suffisamment de qualités pour que celles-ci sautent au yeux sans trop se forcer. Quant au plan final, décalé et jouissif, il achèvera de convaincre les plus sceptiques. En s'enfonçant avec un sujet surréaliste dans un cinéma de genre qui se fait plaisir à être sérieux, tout en nous livrant ce qui restera, peut-être, comme le premier croquemitaine-psy, Gautier Cazenave et son équipe sont partis avec une foultitude d'handicaps pour s'en sortir haut la main. Cela s'appelle le talent.

A découvrir

Hooligans

Partager cet article

A propos de l'auteur

8 commentaires

  • iscarioth

    21/06/2006 à 04h55

    Répondre

    Je l'attends depuis un petit bout de temps ce film, mais je pense pas être en mesure de débourser 12 euros pour le voir. J'ai cru qu'il allait être en téléchargement libre. Dommage

  • riffhifi

    25/06/2006 à 11h42

    Répondre

    Mais si tu es sur Paris le 8 juillet, il y a une projection gratuite au Studio Galande dans le 5ème ! Bon, je sais, tout le monde n'est pas Parisien, il faut arrêter avec la centralisation... Désolé
    Gautier

  • riffhifi

    23/01/2007 à 03h16

    Répondre

    Au fait, pour ceux qui voudraient encore y jeter un oeil, Freudy est désormais téléchargeable (en version pas top du tout malheureusement ) sur le site.
    Si je trouve le moyen de faire une meilleure compression de 200 Mo, je le ferai. Ou alors je me déciderai peut-être à le faire héberger...

  • raidenjeff

    23/01/2007 à 13h25

    Répondre

    J'aimerais voir ton film mais ça serait mieux si tu indiquais l'adresse

  • riffhifi

    23/01/2007 à 17h54

    Répondre

    Eh eh, pas faux : http://www.freudy.org
    Les titres sont illisibles, il faut renoncer à les lire... Mais toutes les infos du générique se retrouvent sur le site !

    Pour info, la phrase d'ouverture est :

    "Comment appelle-t-on un cannibale qui a dévoré son père et sa mère ?

    Un orphelin."
    --Sigmund Freud

  • Vincent.L

    26/01/2007 à 00h07

    Répondre

    Enfin, je vais pouvoir le voir !

    Je reviens après pour en parler

  • riffhifi

    14/02/2007 à 13h50

    Répondre

    Hum, il paraît que le zip que j'avais mis sur le site ne fonctionnait pas
    Qu'à cela ne tienne, je l'ai remplacé par un lien eMule, qui lui devrait être bon !
    Donc pour ceux que ça intéresse toujours , retour sur le site http://www.freudy.org

  • riffhifi

    04/02/2010 à 20h27

    Répondre

    Tiens, juste un message pour dire que Freudy est désormais facilement visible sur Dailymotion. Pour ceux que ça intéresse, vous allez sur dailymotion, vous tapez "freudy", et ça sort en premier. Attention, il y a trois fichiers, il faut commencer par le premier ^^

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques