Festival de Cannes 2009 : James Gray

Pour finir notre tour d'horizon des membres du jury, penchons-nous sur James Gray, un cinéaste qui tourne peu (quatre films en 15 ans), et fête cette année ses 40 ans.

Né en 1969 à New York, James Gray étudie le cinéma en Californie, et sort très jeune son premier long métrage : Little Odessa, un thriller avec Tim Roth, Edward Furlong et Vanessa Redgrave. Le film lui
vaut un Lion d'Argent à la Mostra de Venise, et tout le monde s'attend à revoir bien vite le cinéaste, alors âgé de 25 ans. Pourtant, son deuxième film ne voit le jour que six ans plus tard, en 2000 : The Yards, avec Mark Wahlberg, Joaquin Phoenix et James Caan, est à nouveau un drame policier tendu, explorant cette fois les rouages d'une famille problématique. Salué par la critique, Gray met à nouveau un temps fou à présenter son nouveau film : La nuit nous appartient (2007), avec Joaquin Phoenix et Robert Duvall, présente un sujet sensiblement similaire à celui de The Yards. Surprise, le réalisateur propose dès l'année suivante son quatrième film qui, re-surprise, n'est pas un polar mais une histoire d'amour tragique ; on retrouve dans Two Lovers le ténébreux Joaquin Phoenix, ainsi que la blonde Gwyneth Paltrow.

Ses trois derniers films ayant été présentés à Cannes, on ne s'étonne pas de retrouver James Gray dans le jury 2009, en attendant son nouveau projet que l'on espère pour 2010 : The Lost City of Z, avec Brad Pitt.

 

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Anonyme

    13/05/2009 à 12h02

    Répondre

    800 tonnes de langoustes commandées pour faire la fête : dommage qu'on ne soit pas invités.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques