Festival de Cannes 2008 : le palmarès

Il fallait bien que ça arrive : nous sommes dimanche, le Festival de Cannes se termine, et les bons points ont été distribués. Les frères Dardenne ne repartent pas les mains vides (ce sont les chouchous), Benicio del Toro a eu son prix pour le rôle de Che Guevarra (tout le monde s'en doutait), et la Palme d'Or a été remise au film de Laurent Cantet Entre les murs, avec son histoire d'école à la frontière entre le documentaire et la fiction. Certains disent qu'il s'agit là d'une Palme d'Or typique, représentant "un certain type de cinéma", ennuyeux et pontifiant, axé sur la conscience sociale plus que sur l'art cinématographique proprement dit ; mais peut-être doit-on cette rumeur à de mauvaises langues...

Rendez-vous l'an prochain pour de nouvelles aventures de Bruno Dumont, des frères Dardenne et de leurs amis !


Le jury et les films de Cannes 2008
Sean Penn
Alfonso Cuaron
Marjane Satrapi
Sergio Castellitto
Alexandra Maria Lara
Jeanne Balibar
Natalie Portman
Rachid Bouchareb
Fatih Akin
Bruno Dumont
Apichatpong Weerasethakul

A propos de l'auteur

57 commentaires

  • Anonyme

    27/05/2008 à 11h07

    Répondre

    j'ai jamais vue le film mais ila l'air super


    What else ? 

  • riffhifi

    27/05/2008 à 11h45

    Répondre

    Si tu n'étais pas à Cannes, c'est normal que tu ne l'aies pas vu : il sort en octobre

  • Guillaume

    29/05/2008 à 16h40

    Répondre

    Depuis que j'ai vu l'"affiche" du film sur le blog de veterini, j'ai envie de le voir !

  • Anonyme

    29/09/2008 à 18h25

    Répondre

    je suis allée voir entre les murs je trouve que c'est un super film

  • Anonyme

    30/09/2008 à 16h45

    Répondre

    c'est un film, ça ? je croyais que c'était un documentaire : pas d'intrigue, pas de suspense, pas de dénouement, un simple reportage dans une classe (dans laquelle je pense qu'on ne mettrait jamais nos enfants : on paie des professeurs pour qu'ils leur transmettent un savoir, non ?)  Voir un bobo adulescent  discutailler sans fin avec la Star Ac', je ne vois toujours pas où est la performance cinématographique :  il a eu l'oscar de quoi ce documentaire ?

  • Danorah

    30/09/2008 à 17h13

    Répondre

    Tiens tiens, ce commentaire m'a donné l'idée d'aller voir la définition du mot "film" dans mon fidèle Larousse 2000 (promis, en 2010, je change).


    Donc.


    Film : oeuvre cinématographique.


    Cinéma : art de composer et de réaliser des films.


    Voilà. Avec tout ça, j'espère avoir bien fait avancer le débat. (En tout cas je ne le ferai pas avancer plus que ça, parce que je n'ai pas vu ce "film" et que je n'irai sans doute pas le voir.)


    Oh allez juste une question, comme ça, en passant. Un documentaire ne peut-il pas être un film ? Un film ne peut-il pas être qualifié de documentaire ? Les ensembles "films" et "documentaires" sont-ils disjoints ?


    N'ayant pas d'avis préconçu sur cette épineuse question, je me garderai quant à moi d'y répondre.

  • riffhifi

    30/09/2008 à 17h16

    Répondre

    Un documentaire est un film : c'est un film documentaire. Par défaut, on assimile souvent "film" à "film de fiction". En l'occurence, Entre les murs est une fiction, puisque les personnages sont joués par des acteurs et pas saisis dans leur quotidien. Après, la mise en scène semble brouiller les pistes, mais comme je n'ai pas vu le film...

  • pastis-mirabelle

    01/10/2008 à 09h46

    Répondre

    Question ouverte : à qui ce film s'adresse-t-il ? Pour ma part, la quatrième ne remonte pas à si loin donc aller au cinéma pour voir mon quotidien d'il y a quelques années, je ne vois pas trop l'intérêt...

  • hiddenplace

    01/10/2008 à 13h39

    Répondre

    Je pense que ce n'est pas pour voir le quotidien, mais pour interroger d'une certaine manière le (enfin UN) rapport entre prof et élève dans une ZEP.


    Le bouquin (que je suis en train de lire) montre vraiment le point du vue  de Bégaudeau (le prof donc) avec une distance assez particulière, alors que cela s'inspire évidemment de sa propre expérience. Je suis curieuse de voir comme il l'a transposée à l'écran.


    En tout cas, d'après mes collègues, le point de vue du livre est déjà partagé chez les profs qui l'ont lu, (certains ne se sont pas du tout retrouvés dans sa manière de faire... heureusement, car chaque prof est différent, même face à un public difficile) donc je pense qu'il ne faut pas oublierq ue ce film N'est PAS forcément représentatif du milieu scolaire en ZEP. C'est une situation, avec des personnages de fiction, ne l'oublions pas... [img]http://www.krinein.com/forum/images/smilies/smile.gif"%20border="0[/img]


    Et à conseiller en parallèle, la lecture de la BD de Vidberg:  Le journal d'un remplaçant (qui se passe en élémentaire)


     

  • nazonfly

    05/10/2008 à 09h19

    Répondre

    Entre les murs est véritablement un bon film. Tout simplement, parce qu'il a un goût de réalité, et qu'il est de ces films qui posent des questions sans y répondre, qui laissent une grande part de réflexion.


    Au début, on a pourtant un peu peur avec un antagonisme visible entre le "bon prof" qui fait tout pour aider ses élèves et les "mauvais profs", chevaliers blancs de la sanction. Heureusement petit à petit les rôles se brouillent (enfin surtout celui du "bon prof").


    On est loin ici aussi des sempiternels discours sur l'illumination des élèves par le théâtre, par ceci ou cela. C'est finalement presque un constat d'échec de l'école qui est décrit, notamment avec une dernière scène plutôt dure pour celle-ci.


    Bref, pour ces raisons et plein d'autres, Entre les murs est un véritablement très bon film.

  • hiddenplace

    05/10/2008 à 11h58

    Répondre

    Je suis contente de lire ça, parce que je suis toujours dans le livre (il est pas hyper long, mais je prends mon temps ), et j'avoue que je me pose bcp de questions pour l'instant sur le rapport que le prof a avec les élèves. Rapport de force d'une certaine manière, comme bien souvent en ZEP, et aussi un certain "désespoir" latent... que je pense bcp de profs ressentent à ces moments-là. Mais tout ça (pour l'instant) sans altérer une vraie envie d'avancer quand même...


    Sinon oui ça a un goût de réalité, puisque même s'ils sont castés, les acteurs sont quand même tous de jeunes amateurs (tous du même lycée ! et bcp issus de ma maternelle ) donc je pense qu'à certains moments, la part de naturel l'emporte volontier sur la part de jeu. Dans le livre par exemple, je pense que la retranscription des scènes de "conflit" entre le prof et les éléves est quasiment texto.


    Là où les histoires de lycéens sauvés par le théâtre et la poésie peuvent paraître factices (pourtant des films que j'aime bien, parce que je pense que malgré tout, la créativité peut aussi "sauver" une motivation en berne), je pense surtout que c'est la manière dont c'est mis en scène (romancé) qui peut le rendre faux. Ici, c'est vrai que c'est presque cru (c'est pas un film américain, non plus, hein^^)... je parle toujours du livre pour l'instant, hein...


    Bon je vais attendre d'avoir fini ma lecture pour aller le voir, quand même, mais en tout cas, j'ai très hâte !

  • lagash

    06/10/2008 à 22h27

    Répondre

    ce qui m'a marquée en voyant Entre les murs , c'est la sensation de familiarité que ça a fait naitre en moi.


    Je travaille avec des petits de 4-5 ans, et pourtant leur histoire c'est aussi celle des adolescents du film.


    Et puis les interrogations de profs sont aussi les nôtres. La sanction est-elle indispensable, voire souhaitable? A quoi sert-on vraiment?


    C'est un film juste qui a sans doute le mérite de poser les bonnes questions mais il  est trop systématique, et trop didactique, pour acquérir une dimension supplémentaire. Certaines scènes ne semblent exister qu'en vue de souligner un peu lourdement les points de vue de l'auteur. La discussion autour des prénoms choisis dans els phrases d'exemple, le silence éloquent des collègues lorsque un prof pète un plomb au sujet d'une classe, la lecture de Platon par la dure à cuire de la classe, ou le scène finale où on voit une élève avouer qu'elle ne comrpend rien à ce qu'elle fait au collège. Et puis il y a le personnage de Souliman. Je l'ai trouvé réaliste, et la scène du conseil de discipline est assez criante de vérité (bon j'avoue je ne sais pas du tout si ça passe vraiment comme ça). cependant les evenements  qui consuisent à son excluision s'enchainent à mon avis beaucoup trop bien ,la logique est beaucoup trop limpide.


    Il a quelque chose de très lisible dans ce film et cela l'empêche de dépasser son sujet. Il traite de l'école ( et c'est un grand sujet, ne me faites pas dire ce que je 'nai aps dit), mais il ne traite que de ça.  


     

  • Anonyme

    10/10/2008 à 20h07

    Répondre

    Spécial. 

  • systa

    15/10/2008 à 11h35

    Répondre

    Ce film ne parle qu'aux profs, qu'aux collégiens ou ex-collégiens de ZEP, qu'aux établissements scolaires, qu'à l'éducation nationale. Eux s'y retrouvent..Les autres découvrent.


     Je trouve ce film trop raccoleur et trop stigmatisant. Les élèves ne sont pas aussi bêtes que ça et les profs n'ont jamais une répartie comme celle la. Faire un film sur des clichés, dans le but de faire réfléchir et scandaliser les moeurs..c'est un peu facile.


     

  • hiddenplace

    15/10/2008 à 11h47

    Répondre

    Mais ce n'est pas un documentaire, crotte ! c'est une fiction inspirée d'une expérience réelle, ça ne se veut pas représentatif du milieu scolaire en ZEP en général. Cela dit, il y a plein de choses très authentiques, quand même.


    Et les élèves ne sont pas bêtes.

  • Frite

    18/10/2008 à 22h42

    Répondre

    Entre les murs expose doctement, et ce pendant une heure, des poncifs lénifiants, et ce dans avec une camera tremblotante imitant un documentaire .


    Circulez, y'a rien a voir .

  • hiddenplace

    21/10/2008 à 23h56

    Répondre

    Bon et bien ça y est, j'ai enfin fini le bouquin, et enfin vu le film, et je suis globalement très très touchée par chacune des expériences.


    Outre le fait que les élèves ressemblent bcp (quasiment le même quartier, mais pas tout à fait le même âge) à ceux que j'ai eus et que j'ai aujourd'hui, je me sens très habitée par le questionnement de François Bégaudeau, par la recherche  (parfois vaine) de solutions, par l'impuissance aussi face à des situations qui dépassent toutes nos attentes (et anticipations^^, l'impuissance aussi face à la détresse de certains élèves.


    Je ne suis pas d'accord avec la stigmatisation, puisque même en tant que fiction, cette histoire ne se veut pas universelle, comme je l'ai dit plus haut. Cependant, il faut quand même reconnaître qu'il y a des scènes tellement réalistes (pour ne pas dire vécues) qu'elles ne peuvent s'empêcher de remuer le spectateur. Spectateur quel qu'il soit d'ailleurs, parce que la salle où je l'ai vu était presque remplie, mais je ne pense pas qu'elle l'ait été uniquement de profs (même si je pense qu'il y en avait quand même un paquet^^)


    A ce propos, je me permets quand même de rebondir sur le commentaire plus haut, avec lequel je ne suis pas d'accord d'ailleurs, mais qui affirme que ce film ne parle qu'aux profs et aux collégiens en ZEP. Je pense (enfin je crois) que la critique de Guillaume est déjà dénuée de ce facteur-là, l'avis de Naz presque (parce qu'il fréquente quand même indirectement l'Education Nationale^^), et pourtant ils ont perçu quand même, je crois, ce que j'ai perçu...


    Pour le petit bémol : pour avoir enchaîner la lecture du livre sur le visionnage du film, je n'ai pu m'empêcher de faire des comparaisons, et de déceler moins d'intensité dans le film, par rapport au livre. Dans le livre, tout est plus extrême, à commencer par les comportements des élèves ET du prof, qui je trouve à l'écran (pas de surprise, puisque l'auteur du livre joue donc son role principal) semble bcp moins téméraire que dans la narration écrite. L'écriture incisive, enlevée, et quasi "textuelle" du livre est très difficilement retranscrite à l'écran, et cela m'a manqué, personnellement.  Surtout que j'ai davantage reconnu des élèves potentiels dans le roman que dans le film, même si je pense que les jeunes collégiens acteurs étaient très naturels. Mais d'une certaine manière, ça donnait une vision un peu différente entre les deux points de vue (et puis le point de vue est aussi celui de Cantet, donc c'est normal...) En revanche, on s'attache aux élèves avec une intensité particulière, notamment aux 3 élèves principaux, koumba, Souleymane et Esmeralda, les 3 seuls d'ailleurs à incarner un réel personnage du livre, puisque tous les autres personnages ont pris le prénom de la vie réelle de leurs acteurs. (même Wei, qui incarne globalement le personnage de Ming dans le roman)


    Bref je ne vous cache pas que j'ai été personnellement très touchée par le film, et pas que parceque ça me touche directement au quotidien. Je pense qu'il pose de vraies questions (sans savoir y répondre, comme l'a dit Naz) et tente d'atteindre un public très large sur ce plan là... Il mérite bien sa palme, rien que pour ça. (même si la Palme, ça veut pas dire grand chose^^)

  • hiddenplace

    22/10/2008 à 00h02

    Répondre

    Au fait, Guillaume, j'ai remarqué dans deux critiques déjà, (notamment celle-ci ! je me souviens plus de l'autre...) que tu spoilais à mort ! C'est pas sérieux, quand même, ça (et accessoirement c'est pas cool^^)

  • Anonyme

    22/10/2008 à 10h37

    Répondre

    je comprends que hiddenplace compatisse avec les autres profs, mais je me demande si, au lieu de faire un film, Bégaudeau n'aurait pas dû envoyer ses doléances à des gens bien placés au ministère de l'éducation nationale plutôt qu'à monsieur tout le monde, qui ne peut rien y faire ...


    on a assez de soucis comme ça nous-mêmes, on va au cinéma pour rêver un peu , pas pour voir les soucis des autres !

    Enfin j'ai préféré retomber en enfance avec Prudence et Bélisaire : ça sort d'où ce prénom rigolo ?

  • hiddenplace

    22/10/2008 à 13h11

    Répondre

    En même temps, il s'agit quand même des jeunes citoyens de notre pays ici, pas que du cercle des profs... donc évidemment ça nous concerne tous.


     Quant au cinéma qui ne sert QU'à rêver, le débat à ce sujet est sans fin, et pour ma part bien sûr, cet art et média ne sert pas qu'à ça, il sert aussi à faire réfléchir, à transmettre une émotion (quelle qu'elle soit) etc.


     

  • nazonfly

    22/10/2008 à 14h43

    Répondre

    D'autant plus que les films qui font rêver, il y en a finalement très peu (entre les films intellos français chiants, les films qui font réfléchir, les films qui font rigoler et les films américains qui pètent tout ce qui bouge).

  • Wax

    22/10/2008 à 14h54

    Répondre

    Rêver, réfléchir, rigoler voire péter tout ce qui bouge... Suis-je le seul à ne pas voir pour quelle raison toutes ces choses seraient forcément mutuellement exclusives?

  • hiddenplace

    22/10/2008 à 14h57

    Répondre

    Je crois que ne comprends pas ta question, Wax


    Est-ce- que tu sous entends qu'on sous-entend (^^) qu'un film doit être soit l'un, soit l'un, soit l'un, soit l'autre ? Si c'est ta question, personnellement je n'ai jamais sous-entendu cela... et Entre les murs répond à plein de critères sur ce plan-là. (réfléchir, émouvoir, rire, ironiser...)

  • Anonyme

    22/10/2008 à 15h07

    Répondre

    On est allée voir se film avec la formatrice de français c'était géniale..


     

  • Wax

    22/10/2008 à 15h36

    Répondre

    Arf désolé... pourtant je m'étais relu pour m'assurer d'avoir bien mis les mots dans le bon ordre Voilà ce que c'est de vouloir faire du français pompeux...


    Mais bon tu as bien compris ce que je voulais dire  Un film peut faire rêver en faisant réfléchir et accessoirement péter tout ce qui bouge au passage.


    Je ne dis pas que tu as sous-entendu cela. Ce que je connais de toi à travers ce forum m'incite même à penser le contraire. C'est juste un argument qui revient souvent dès qu'on parle d'un film un tant soit peu "intellectuel", que rêver = mettre son cerveau en stand-by. Perso je trouve que c'est exactement l'inverse.

  • hiddenplace

    22/10/2008 à 16h21

    Répondre

    Ah OK, là c'est plus clair, et je suis donc on ne peut plus d'accord avec toi

  • dymE

    22/10/2008 à 16h43

    Répondre

    je comprends que hiddenplace compatisse avec les autres profs, mais je
    me demande si, au lieu de faire un film, Bégaudeau n'aurait pas dû
    envoyer ses doléances à des gens bien placés au ministère de
    l'éducation nationale plutôt qu'à monsieur tout le monde, qui ne peut
    rien y faire ...



    Justement, un film que des centaines de milliers de personnes regardent a bien plus d'influence qu'une simple cassette envoyée au ministère... "On ne peut rien y faire", bien sûr que si : y réfléchir, être touché par le message, ce qui conduit à une prise de conscience et une prise de position ensuite politique qui permet de faire bouger les choses (les politiques sont toujours influencés par l'avis d'une grande masse, je vous rassure). Ca prend du temps bien sûr, hein, c'est pas immédiat.


     

  • Anonyme

    22/10/2008 à 17h34

    Répondre

    Ne pas contrarier un prof, j'avais oublié. Donc vous avez raison hiddenplace, et il s'agit bien de jeunes citoyens de zep.  Mal en point d'accord,  mais que voulez-vous que la boniface. . .


    Si je choisis d'aller voir la vie de Sagan, ou de Coluche, on ne me "transmet" pas une émotion, je la ressens ou pas, c'est tout. 


    Et puis si je préfère rêver avec "Faubourg 36" ou "le crime est notre affaire",  j'ai le droit ? Ce n'est pas un débat, c'est un choix.

  • riffhifi

    22/10/2008 à 17h43

    Répondre

    De même que Bégaudeau et Cantet ont fait le choix de faire un film plutôt qu'un cahier de doléances, et que les spectateurs ont le droit d'aller voir ce film et de l'apprécier

  • Anonyme

    22/10/2008 à 18h17

    Répondre

    ça c'est vrai, on aime ou on n'aime pas.


     C'est seulement triste pour les jeunes de zep d'être condamnés à rester les éléments d'un spectacle. 


    C'est encore un choix. 


     

  • nazonfly

    22/10/2008 à 18h21

    Répondre

    En même temps (et ce n'est que mon avis), les jeunes de Zep ne sont pas plus un spectacle que les bobos parisiens. Même si on fait des films sur les uns et les autres. Je trouve justement que Entre les murs évite certains écueils des films """"sur la banlieue".

  • Anonyme

    22/10/2008 à 18h33

    Répondre

    alors à quand le film sur les suicides en prison ? je sais que ces fims ont un effet cathartique mais je ne vois pas quels problèmes ils résolvent. En l'espèce, je crois qu'il y a plus urgent à faire qu'un simple spectacle. 


     Enfin ce n'est qu'un avis personnel. Je sais que les bobos qui voient ce film se dépêchent d'inscrire leurs enfants ailleurs, merci Bégaudeau ?  


     

  • nazonfly

    22/10/2008 à 18h41

    Répondre

    A mon avis, tu te trompes. Les bobos (bon faudra bien finir par arrêter de leur/nous taper dessus) n'iraient jamais mettre leur enfant en banlieue. En plus, je ne sais pas si c'est possible avec la carte scolaire.


    Bref, non ces films ne résolvent rien. Comme Fahrenheit 9/11 n'a rien résolu aux USA. Comme  Viva Zapatero n'a rien résolu en Italie. Ce genre de film est surtout une façon de montrer certaines choses telles qu'elles le sont (même s'il y a toujours le filtre du réalisateur).


    Encore qu'un exemple me vienne avec le film avec Jamel Debbouze, Roschy Zem, Samy Nacéri et le quatrième que j'ai oublié. Il n'a rien résolu, mais il a rappelé certains faits nécessaires. C'est plus ou moins la même chose dans Entre les murs, certainement pas au même niveau.

  • riffhifi

    22/10/2008 à 19h07

    Répondre

    et le quatrième que j'ai oublié


    Sami Bouajila

  • Anonyme

    22/10/2008 à 19h21

    Répondre

    les premiers bobos que j'ai rencontrés habitaient le XI°, et puis le XX° , maintenant ils achètent à Montfermeil, St Denis etc , ces banlieues où les écoles vont si mal ! d'où les carbistrouilles pour caser leurs enfants ailleurs . Enfin je ne juge personne, j'observe avec consternation, c'est tout.


    Un jour une femme aux USA a été témoin d'une pollution sévère dans sa région. Elle a commencé par résoudre ce problème , via avocats, hommes de lois etc etc ça a été long cette histoire d'eau polluée. Ensuite le film est sorti  ( film américain mais j'ai oublié le titre moi aussi) . Eh bien je préfère ça.  Bravo.


    Mais je comprends Bégaudeau, il s'est fait beaucoup d'argent, avec des acteurs amateurs, un décor pas cher,  c'est un choix de mec. Et si le film marche bien en plus, youpi !


     

  • nazonfly

    22/10/2008 à 19h26

    Répondre

    Erin Brokovich avec Julia Roberts?


    Mais tu ne peux pas comparer un problème relativement simple à résoudre au problème de l'Education (si problème il y a). Tu fais quoi? Tu engages des hommes de loi? Tu en parles à Darcos? A Jack Lang? Si on pouvait faire des gamins des adultes éduqués et intelligents, on aurait trouvé le moyen depuis que l'école existe

  • hiddenplace

    22/10/2008 à 19h28

    Répondre

    Vous vous trompez, je suis bien placée (en tant qu'instit, pas en tant que parent) pour savoir que certains "bobos" mettent un point d'honneur à assurer, d'une certaine façon, la mixité des élèves (et je trouve ça assez louable) et à inscrire leurs enfants (enfin du moins à les laisser, parce qu'à ce jour il y a encore une carte scolaire, même si elle a tendance à disparaître) en ZEP. Après je n'ai pas de chiffres pour appuyer ça, juste mon expérience... Dans le quartier du film, le haut du 20ème, qui est aussi le secteur de mon école, il y a pas mal de "bobos", même si dans certaines rues, il y a davantage de familles en (grande) difficulté.


    Après on reste dans Paris intra muros, pas en banlieue c'est vrai. Je ne connais personnellement pas le public de certaines banlieue en ZEP très sensibles, où effectivement le taux de familles de classe moyenne ou plus aisées est certainement très inférieur. Mais le Nord et l'Est de Paris comportent également pas mal d'endroits qui commencent vraiment à se ghettoiser. Il y a une vraie réflexion à mener sur ce point. Bégaudeau et Cantet montrent des choses dans ce collège-là, mais ailleurs c'est encore très différent.


     

  • hiddenplace

    22/10/2008 à 19h37

    Répondre

    Zut, vous avez posté plein de trucs entre temps.


    Guyonne, la dernière partie de ton message me semble vraiment être de l'interprétation pure, et tu vois du profit et de la vénalité là où je pense qu'il n'y en a pas. Bégaudeau a sorti son  livre il y a deux ans, qui a eu son petit succès mais pas la médiatisation qu'il a aujourd'hui (grâce à la Palme entre autre)


    Je pense que toute cette démarche est d'exorciser quelque chose que l'on peut ressentir au quotidien quand on est prof en ZEP, de mettre en lumière la difficulté d'être élève et de ne pas réussir quand socialement il y a plein de choses qui clochent, ça permet de faire connaître ça à un public qui bien souvent est empli de préjugé véhiculés par des médias souvent pas bien renseignés... Et honnêtement je suis très contente qu'il ait pris des comédiens amateurs (et issus directement du milieu qu'il a cotoyé pendant tant d'années), prendre de vrais acteurs qui n'y connaissent rien, ça n'aurait pas eu autant de sens. Et de ce fait, c'est vrai qu'on est pas loin du documentaire. Sauf que c'est une fiction. Le jeune homme qui interprête Souleymane n'est pas forcément comme son personnage dans la vie.

  • Anonyme

    22/10/2008 à 19h43

    Répondre

    ah oui ! Erin Brokovitch ! merci nazgul666 . Et je suis d'accord avec toi, le problème de l'éducation nationale c'est une autre pointure . . .


    Mais je dois dire à hiddenplace qu'elle ne connait pas les enfants de bobos qui ne sont pas dans sa classe , moi oui  : ils ne sont pas officiellement répertoriés, because circuits parallèles (complètement hidden ), ne soyons pas naïfs.

  • hiddenplace

    22/10/2008 à 19h55

    Répondre

    Ben évidemment que je ne connais pas les enfants de bobo qui ne sont pas dans ma classe Comme tu ne connais pas les familles que j'ai eu l'occasion de croiser... Sinon je ne fais pas de généralité, évidemment il y aussi bcp de familles qui détournent la carte scolaire... mais de là à parler de majorité dans ces quartiers... je sais que les chiffres  de dérogation augmentent, mais il y a quand même aussi bcp de familles qui restent dans leur secteur.


    Après, je suis contente que ce film amène une réflexion sur ce sujet, car c'est aussi une des données du problème...

  • Luz

    22/10/2008 à 20h02

    Répondre

    Décidément, Bobos a beaucoup d'enfants ! C'est tout ce que je vois !


    Sinon, vous me donnez envie de voir le film, histoire de me faire une idée avant de rentrer dans le débat. S'il passe la semaine prochaine je vais me programmer ça, tiens.

  • Sylvain

    22/10/2008 à 21h41

    Répondre

    Il me semble que la reussite scolaire est plutôt liée au statut socio-economique des parents qu'a la geographie. je veux dire que des enfants de profs, meme si scolarisé en ZEP, réussissent mieux que des enfants d'ouvriers, meme scolarisé dans le 6eme. Bien sur je parle en moyenne, pas la peine de me jeter la pierre avec des trucs du genre "c'est faux, je connais bien le fils d'une ami du cousin de mon oncle dont la mere était concierge et qui a reussi à l'X...".


    Par ailleurs j'ai dit "il me semble", je ne suis donc pas sur de moi (meme si ma prof experience de prof, mais dans le superieur me laisse penser que je suis dans le vrai). 

  • dymE

    22/10/2008 à 22h39

    Répondre

    Sylvain, je ne veux pas être méchant, mais je trouve que tu prends bien trop de précautions. En gros, tu affirmes quelque chose mais tu ne fais que des suppositions et quelqu'un qui te dira le contraire ensuite pourra facilement avoir raison. Je ne dis pas que tu n'assumes pas tes propos, mais tu prends le sujet avec tellement de pincettes que ton avis ne vaut que ta propre expérience et non une vision globale du système. (tu parles de ton expérience de prof)


    On peut dire plein de choses avec des formules telles que "il me semble que..." "cela pourrait être..." "il y a des éléments qui indiquent que...". Ton opinion n'est donc pas claire et, même si je suis d'accord avec toi, n'est pas suffisamment argumentée pour pouvoir débattre sur des arguments, puisque tu n'en énonces pas

  • Cineman

    22/10/2008 à 23h40

    Répondre

    Tout à fait d'accord avec Sylvain qui affirme quelque chose
    Dyme mais qui anticipe juste sur des futurs réponses qu'il va très
    certainement recevoir. ( le coup du " c'est faux, je connais bien le
    fils d'une ami du cousin de mon oncle dont la mere était concierge et
    qui a reussi à l'X..." je le prédis à 100 % ). De toute façon on ne
    peut que parler de sujet comme l'éducation du point de vue de sa propre
    expérience ce que fait d'ailleurs par exemple Hiddenplace. En ce qui concerne le
    film je ne vais pas rentrer plus dans les détails mon avis calquant
    inutilement celui d'Hiddenplace ou de Nazgul ! Il mérite amplement son succès en
    tout cas rien que pour les reflexions qu'il nous apporte !



    Ha si quand meme j'ai noté quelques scènes 
    assez irréalistes comme celle des deux filles  qui ont un fou rire  en
    plein conseil et qui ne se font pas sortir , même pas engueuler. C'est
    un peu gros je trouve ! 

  • Anonyme

    22/10/2008 à 23h57

    Répondre

    Tout le monde sait que la carte scolaire c'est du pipeau (même hiddenplace le reconnait).


    Tout le monde sait que les fils de prof' réussissent mieux que les fils de concierges ( pardon, "gardiennes d'immeubles ou techniciennes de surfaces"  il faut parler politiquement correct) .


    Alors arrêtons d'enfoncer des portes ouvertes.   Et si tout le monde est content vive la France.

  • Anonyme

    26/10/2008 à 20h16

    Répondre

    Des élèves en marge de par leur environnement, des profs qui "craquent" devant tant d'indiscipline et ce, malgré leurs bonnes volontés, un autre qui veut y croire et se bat bien souvent seul... c'est vrai, il s'agit d'un constat et non pas de fiction, mais pour un film (long métrage) , je ne trouve pas ça très intéréssant ? A saluer cependant, le jeu des "acteurs" criant de vérité.

  • Anonyme

    02/11/2008 à 12h51

    Répondre

    si on parle de "constat" ......entre un prof qui fait un film et puis s'en va, et un instituteur qui fait de l'humour  et continue à apprendre ce qu'il peut à ses élèves,  je vote pour le 2° :    vous connaissez les sketches de Jean Dell  ? 

  • Anonyme

    20/11/2008 à 18h02

    Répondre

    ce film pourrait être bien, mais moi qui suis une adepte des films d'action je l'ai trouvé vraiment ennuyeux, mais de toute façon je m'en doutais avant même d'être entrée dans la salle, mais mon ami voulait absolument le voir!


    Je m'ettone encore de ne pas m'être endormie!

  • Anonyme

    17/12/2008 à 09h32

    Répondre

    oue pas mal

  • Anonyme

    19/12/2008 à 15h30

    Répondre

    je trouve se film attéressant, il donne de la discipline et fait comprendre que la force ne fais pa la violence.

  • Anonyme

    18/02/2009 à 12h57

    Répondre

    Perso je n'ai pas trouver ce livre et ce film exeptionnel bien au contraire je le trouve navrant. A la fin je suis rester sur ma fin, j'ai vu des clichés mis les uns à la suites des autres sans liens. De plus j'ajouterai que l'auteur est assez culoté de critiquer alors qu'il est juste écrivain et qu'il faut errter de se prendre pour le roi du monde avec une oeuvre pareillle. Bref il a quand même était sacré. A vous de voir mais moi je suis déçue

  • nazonfly

    18/02/2009 à 14h04

    Répondre

    L'écrivain a quand même été prof de français... Je redis de français

  • Anonyme

    16/04/2009 à 10h44

    Répondre

    Même si le film se déroule toujours au même endroit on a beaucoup aimé. Ce qu'on a aimé c'est que c'est de l'improvisation.  C'est un film qui relève de l'humour.

  • hiddenplace

    16/04/2009 à 11h59

    Répondre

    Juste pour info : même s'il y a certainement eu une petite part d'impro pdt le tournage, ce n'est pas de l'impro en général, il y a un texte à la base...

  • Anonyme

    17/04/2009 à 11h20

    Répondre

    Oui c'est vrai  j'ai oublié de le préciser !!

  • Anonyme

    01/01/2010 à 00h09

    Répondre

    oui il et bien mais a la fin c pa bien =)

  • Anonyme

    22/09/2010 à 13h35

    Répondre

    Un tres bien film!

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques