Festival de Cannes 2008 : ouverture, jury et sélection officielle

Le coup d'envoi de la 61ème édition du Festival de Cannes est donné aujourd'hui : jusqu'au 25 mai, vous en mangerez au petit déj, à midi, au goûter et au dîner, alors autant être informés sur les bases... Pour éviter de passer pour une quiche totale à votre cocktail de ce soir, sachez par exemple que le film présenté en ouverture est Blindness de Fernando Meirelles, avec Julianne Moore
et Danny Glover. Un film où les gens deviennent tous aveugles ; bravo, ça va être pratique pour la suite du festival...

Le jury

Présidé par Sean Penn, plus en odeur de sainteté en Europe qu'aux USA pour ses positions anti-Bush (encore que les pro-Bush ne soient plus si nombreux à l'approche des élections), le jury est un patchwork joliment international dont l'élément le plus surprenant est probablement Marjane Satrapi, certes coréalisatrice de l'excellent Persepolis, mais dont le domaine d'activité est avant tout (elle le dit elle-même) la bande dessinée.

Président du Jury Un certain regard : Fatih Akin

Président du Jury Caméra d'Or : Bruno Dumont

Les films


Longs métrages - Compétition

Longs métrages - Hors-compétition

La séance spéciale du Président

  • La troisième vague (Alison Thompson)

Un Certain Regard

  • Afterschool (Antonio Campos)
  • De Ofrivilliga (Robert Ostlund)
  • Hunger (Steve McQueen (pas lui, un autre))
  • Je veux voir (Khalil Joreige, Joana Hadjithomas)
  • Johnny Mad Dog (Jean-Stephane Sauvaire)
  • La Fête de la fille morte (Matheus Nachtergaele)
  • La Nouvelle vie de Monsieur Horten (Bent Hamer)
  • La Vie moderne (Raymond Depardon)
  • Le Sel de la mer (Annemarie Jacir)
  • Los Bastardos (Amat Escalante)
  • Parking (Chung Mong-Hong)
  • Soi Cowboy (Thomas Clay)
  • Tokyo ! (Joon-ho Bong, Leos Carax, Michel Gondry)
  • Tokyo Sonata (Kiyoshi Kurosawa)
  • Tulpan (Sergeï Dvortsevoy)
  • Tyson (James Toback)
  • Versailles (Pierre Schoeller)
  • Wendy and Lucy (Kelly Reichardt)
  • Wolke 9 (Andreas Dresen)
  • Yi Ban Haishui, Yi Ban Huoyan (Fendou Liu)  

Caméra d'Or

  • Acne (Federico Veiroj)
  • Afterschool (Antonio Campos)
  • Blind loves (Juraj Lehotský)
  • C'est dur d'être aimé par des cons (on le saura)
  • Everybody dies but me (Valeria Gaia Germanica)
  • Hunger (Steve McQueen (on vous a déjà dit que c'était l'autre))
  • La Fête de la fille morte (Matheus Nachtergaele)
  • Le Sel de la mer (Annemarie Jacir)
  • Les Grandes personnes (Anna Novion)
  • Moscow, Belgium (Christophe Van Rompaey)
  • Parking (Chung Mong-Hong)
  • Salamandra (Pablo Aguero)
  • Shultes (Bakur Bakuradze)
  • Snijeg (Aida Begic)
  • Synecdoque (Charlie Kaufman)
  • The Chaser (Jin-ah Hong)
  • The Pleasure of being robbed (Joshua Safdie)
  • Tulpan (Sergeï Dvortsevoy)
  • Versailles (Pierre Schoeller)

Site officiel du Festival de Cannes

Le kriblog de Veterini se penche sur les films en sélection

Partager cet article

A propos de l'auteur

8 commentaires

  • nazonfly

    14/05/2008 à 11h17

    Répondre

    Faut que je me tienne à un truc cette année : regarder dans combien de salles sortent les films de la sélection officielle et regarder les entrées qu'ils font. Je suis sûr qu'il y a de quoi rigoler (l'année passée, seulement 1 film de Cannes a dépassé le million d'entrées et a donc figuré par les 41 films les plus vus!)

  • Loïc Massaïa

    20/05/2008 à 07h24

    Répondre

    Alors, pour précision, Persépolis est ce qu'on apelle, de facon barbare, une auto-fiction, une autobriogaphie romancée en somme. Ca n'est pas une stricte autobio.


    Sinon, mais là j'en suis moins sur, il me semble que dans ses BD citées en fin d'articles, certains sont en fait des albums illustrés et non pas de la pure BD (mais ca demande confirmation).


     


     

  • Loïc Massaïa

    20/05/2008 à 07h31

    Répondre

    C'est vrai que Les fils de l'homme est exceptionnellement bien réalisé!


    une vrai claque (pour etre exact, ca ressemble plus a un gros coup de bazooka dans la gueule).


     Ce qui manque a Cuaron maintenant, c'est un peu plus de profondeur dans les personnages et les thématiques abordées, et il pourrait aller loin. Pour l'instant ses films ne sont guère personnel (même Y tu mama tambien, celui qui ressemble le plus à un "film d'auteur' n'est finalement guère personnel, ressemblant a s'y méprendre à tout un tas d'autres films du meme genre...)


    Ca reste un réalisateur a suivre. 

  • riffhifi

    20/05/2008 à 09h44

    Répondre

    Je ne saisis pas bien la différence entre autobiographie et auto-fiction : dans le cas de 99f je veux bien, le personnage s'appelle Octave et tue des gens. Mais dans Persepolis, il s'agit bien de Marjane, et des évènements qui se sont passés dans sa vie. Où est la fiction  ?


    En revanche, Sagesses et malices de la Perse est effectivement un album illustré, collectif de surcroît, qui reprend des contes populaires persans

  • hiddenplace

    20/05/2008 à 22h03

    Répondre

    J'ai revu dernièrement Les fils de l'homme, j'ai eu moins de frissons que la première fois, mais je confirme quand même le coup de bazooka


    (j'avais lu quelque part à l'époque, que le film rappelait/ utilisait des procédés de FPS, mais comme je ne joue pas du tout à ça, je me rends moins compte)


    Sinon par contre, le Harry potter et le prisonnier d'Azkahban est l'adapatation que je préfère, des HP... 

  • Kei

    20/05/2008 à 23h07

    Répondre

    The Assassination of Richard Nixon (1994) de Niels Muller et le très beau Labyrinthe de Pan (1996) de Guillermo Del Toro.


    CE serait pas 2004 et 2006 plutôt ? Je n'y connais rien, mais ça me parait plus cohérent avec le reste.

  • Nicolas

    21/05/2008 à 10h27

    Répondre

    Absolument Kei !

  • Loïc Massaïa

    22/05/2008 à 10h39

    Répondre

    Elle mélange tellement la réalité et la fiction que finalement ca devient impossible de s'y retrouver.


    Elle a prit sa vie, et elle l'a romancée, alors que Begbeider (ca s'écrit comme ca?) s'est inspiré de sa vie et a completement inventé autre chose. c'est un peu différent^^

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques