8.5/10

Faubourg 36

Un classique de demain à base de recettes d'hier. Le scénario, les images et les acteurs sont éblouissants et Christophe Barratier risque de rééditer le jackpot des Choristes.

A première vue, Faubourg 36 a tout du plat surgelé Picard ou de la recette marketing automatique : un casting de vedettes françaises réuni autour du noyau dur du succès 2004 Les Choristes (Christophe Barratier à la réalisation, Gérard Jugnot et Kad Merad devant la caméra), un pichet de bons sentiments, une louche de nostalgie, quinze minutes au four et vous servez avec des pommes de terre. Le genre de produit qu'on digère sans peine entre le Julie Lescaut de la veille et le Zone interdite du lendemain. Et pourtant, malgré le classicisme absolu du sujet et du traitement, ou peut-être justement à cause de ce classicisme, le film est une éclatante réussite : populaire mais pas démago, émouvant mais pas mièvre, il transcende tous les éléments de sa réalisation avec talent et simplicité. Si Les Choristes était un remake de La cage aux rossignols, on ne serait pas surpris que Faubourg 36 fasse à son tour l'objet d'un remake d'ici quelques dizaines d'années.

1935. Germain Pigoil (Gérard Jugnot), Jacky Jaquet (Kad Merad) et Milou (Clovis Cornillac) travaillent au Chansonia, un music-hall qui ferme ses portes lorsque le cruel Félix Galapiat (Bernard-Pierre Donnadieu) vient en clamer la propriété en remboursement des dettes de son directeur. 1936. Le Front Populaire vient d'être élu, mais Pigoil et Jaquet affrontent les dures réalités du chômage tandis que Milou Milou est un titi.
Milou est un titi.
passe son temps à exhorter les ouvriers à faire grève. Lorsqu'ils décident d'occuper le Chansonia et de lui redonner vie, Galapiat choisit de ne pas s'opposer à ce projet. Il y voit même l'occasion de frotter sa barbe libidineuse au minois avenant de la douce Douce (Nora Arnezeder)...

Destins croisés en interaction régulière, évocation inspirée du Paris de l'entre-deux-guerres, Faubourg 36 témoigne d'une alchimie particulièrement inspirée entre le réalisateur, son sujet, et ses interprètes ; ces derniers possèdent entre eux une connivence acquise sur leurs précédents tournages : Les Choristes évidemment pour Jugnot et Merad, Les Brigades du Tigre pour Cornillac et Jugnot, Le Serpent et Le cactus pour Pierre Richard et Cornillac... Si certains acteurs semblent simplement occuper un rôle taillé sur mesure pour eux (Gérard Jugnot égal à lui-même, François Morel un peu anecdotique), d'autres font des étincelles plus inattendues : Clovis Cornillac est touchant en aspirant communiste, Pierre Richard tient son meilleur rôle depuis longtemps, et Kad Merad se révèle particulièrement impressionnant jusque dans les pathétiques casseroles que son Tu Nora qu'à chanter !
Tu Nora qu'à chanter !
personnage ramasse sur scène.

Le travail de Christophe Barratier est remarquable à tous les niveaux : le scénario, bien que foncièrement manichéen et (avouons-le) nourri aux bons sentiments, est aussi riche qu'agréable et recèle des dialogues extrêmement bien écrits ; la photographie, signée Tom Stern (chef opérateur des derniers films en date de Clint Eastwood) est magnifique et met en valeur la soigneuse reconstitution du Paris des années 30 ; et sa distribution judicieuse mêle plusieurs générations de comédiens talentueux autour de la petite nouvelle Nora Arnezeder, dont le nom est plus difficile à retenir que le visage... Le ton du film oscille entre la comédie et le drame, en ne laissant jamais loin très éloigné de l'autre. S'il fallait pointer du doigt un égarement, ce serait sans doute la longue scène musicale un peu too much « à la Busby Berkeley », qui voit les protagonistes traverser douze mille décors en s'égosillant. Mais le reste est tout simplement aux petits oignons : Faubourg 36 n'est pas seulement un film classique. C'est déjà un classique.

A découvrir

Martyrs

Partager cet article

A propos de l'auteur

3 commentaires

  • Luc lumiere

    03/10/2008 à 18h27

    Répondre

    Le critique de krinein devrait se reconvertir en attaché de presse tant sa prose descriptive, gentille et sans distance s'apparente à de l'honorable  laïus pour carte postale. Faubourg 36  ne décolle de la miaivrerie que dans les séquences où Bernard-Pierre Donnadieu donne de  l'épaisseur à un corpus sinon tout à fait plat où chacun semble jouer "en ligne" façon au théâtre ce soir.Quand à la référence à Busby Berkeley elle fera sourire les amateurs du genre. On est plus dans le registre national de "Ta bouche" mais  là ausi filmé "à plat" sans le lyrisme et les points de vue inattendus et l'agilité de captation du génie de la warner. Parions le contraire de ce que qu'écrit "riffhifi"... la chose sera vite oubliée.


    Luc Lumière.

  • Anonyme

    03/10/2008 à 19h42

    Répondre

     


    8 jours après, Lu Lu fait les comptes ?


    Moi je n'ai pas compté le nombre d'entrées , pas lu non plus les critiques des nombreux journaux, mais ici je vote 8/10 et je vois que beaucoup ont voté comme moi .  J'ai passé un très bon moment devant ce film, que j'ai trouvé très poétique, et j'ai beaucoup aimé le jeu des acteurs : Pierre Richard surtout m'a émue.


    Bien sûr chacun ses gouts , et Lulu est libre de trouver ça "miaivre"  (ça veut dire mièvre ?) . De là à critiquer le critique ......enfin ça aussi sera vite oublié. 

  • systa

    09/10/2008 à 17h20

    Répondre

    J'ai trouvé ça très moyen. Certes, on passe un bon moment,n ne peut s'empêcher de trouver le gamin attachant et Jugnot toujours crédible dans le rôle du bon vieux papi. Mais je trouve cela trop convenu, trop prévisible et surtout, déjà vu. Réunir tous les ingrédients pour faire un bon film ne suffit pas. Il manque une touche d'originalité.


     

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques