1/10

Fast and furious 3 : Tokyo drift

De la fumée derrière les pneus et du vent entre les oreilles

La voiture est un moyen de transport. Elle nous conduit d'un point A à un point B. Pour certains, la voiture, c'est plus que cela, c'est un signe extérieur de virilité. L'automobile est alors le prolongement de l'organe reproducteur. On s'en vante, on l'exhibe, on le soigne, on en joue. Fast and furious Tokyo drift nous emmène voir ces énergumènes pour qui l'automobile est non seulement une passion, mais aussi une manière de vivre.

Le scénario se détache des deux premiers opus. On découvre le lycéen Sean, interprété par Lucas Black et ses vingt-quatre ans (très crédible). Notre jeune homme est une tête brûlée, renvoyé depuis la tendre enfance de chaque établissement scolaire. Sean est passionné par les voitures et c'est sur une nouvelle course mal terminée que sa mère l'envoie au Japon, rejoindre son père. Là bas, Sean se lance dans les courses de drift, des parcours très circulaires où la maîtrise du dérapage est essentielle.

Ce film, c'est tout d'abord un gros paquet d'hormones. Les hommes sont des gorilles et les femmes des objets. Enfant, on joue à celui qui pisse le plus loin, eux, adultes, à celui qui conduit le plus vite. Réalisation clipée et tambourinante à l'appui, ce troisième Fast and furious insiste démesurément sur les jeux de regards. Sean a la classe, et on nous le montre bien dans une longue scène introductive pendant laquelle notre beau gosse, l'air rebelle et blasé, semble se regarder dans chaque bout de reflet. Lorsqu'un gorille croise un autre gorille, ça se tambourine le torse et finalement, ça se met sur la tronche. Lorsqu'un amateur de grosses voitures en rencontre un autre, ça se regarde méchamment, ça fait vroum-vroum, puis ça va se planter dans le décor. Inutile, presque, de l'expliquer, le scénario de Fast and furious 3 est un torchon prétexte à de multiples scènes automobiles et d'action. On a parfois l'impression d'être dans un manège à sensation plus que dans une salle de cinéma. Les images de course nous sont assénées à grand coup de bande son pétante, avec des morceaux de métal, rap ou techno de très très mauvais goût.

Et les femmes dans tout ça ? Eh bien, une femme, mes chers amis, ça ne vit pas. Les femmes, ce sont juste des jambes emballées dans des minijupes et filmées en contre-plongée. L'idée ne m'est pas venue de compter le nombre de plans fixant un entrejambe ou un déhanché, mais le chiffre doit dépasser facilement la centaine. Dans Fast and furious, la femme n'est pas un être vivant doué de raison, mais une belle petite chose que l'on se dispute en trophée. Au gagnant, à lui les honneurs et la jolie fille. Et ne parlons pas des clichés véhiculés sur le Japon. Comme tout bon navet américain, Fast and furious Tokyo drift se montre méconnaissant des peuples qu'il décrit et dresse une caricature affligeante des japonais. Le pays se résume à un défilé de couleurs, aux yakusas, aux lycéennes, aux téléphones portable dernière génération et à un sumo.

Le film entier semble avoir été conçu dans le but de plaire à son public cible : les jeunes ados et les fans de tuning attardés (non, bande de mauvaises langues, tous les fans de tuning ne sont pas attardés !). Tous les ingrédients sont réunis : de jolies filles qui disent tout le temps oui, des courses, des bagarres, de la gloire, des gentils et des méchants... Après quelques centaines de tonneaux sans une égratignure, le film fait tout de même mourir l'un de ses personnages au volant, histoire quand même de rappeler que ce genre de stupidités sur la route tue.

Fast and furious Tokyo drift, un film qui ne va nulle part mais qui y va à 200 à l'heure. Le contenu, en trois mots : muscles, nichons et voitures.

A découvrir

Entre deux rives

Partager cet article

A propos de l'auteur

14 commentaires

  • KaSuGayZ

    28/07/2006 à 12h25

    Répondre

    Tu aurais pu écrire la critique sans t'infliger le visionnage du film, non ? (:

  • iscarioth

    28/07/2006 à 19h31

    Répondre

    J'ai été obligé de le voir dans le cadre de mon travail.
    J'ai pas payé pour ça, rassure toi

  • Tony Clifton

    28/07/2006 à 23h05

    Répondre

    Gallu a dit :
    Le contenu, en trois mots : muscles, nichons et voitures.


    Ha OK.
    Bon ben, c'est déja ca, j'irais au moins pour les nichons parceque je n'aime pas le tuning

  • naweug

    30/07/2006 à 18h10

    Répondre

    Vu ce que les japonaises ont des jambes affreuses, ça doit faire peur les mini jupes !! sinon cette nouvelle sortie me remplit tellement de joie...

  • hiddenplace

    30/07/2006 à 18h14

    Répondre

    Guewan a dit :
    Vu ce que les japonaises ont des jambes affreuses


  • naweug

    30/07/2006 à 18h16

    Répondre

    Ah si désolée ! Elles ont très souvent les jambes arquées et ce n'est vraiment pas sexy en mini jupe...

    Et je généralise bien sûr.

  • CIRSE

    30/07/2006 à 19h44

    Répondre

    y a un *** ici qui m'a supprimé ma réplique, pourtant elle était dans le cadre du sujet - c'est inadmissible, j'en appelle à l'administrateur principal de ce forum éclectique mais pas trop

  • xalfx

    31/07/2006 à 02h05

    Répondre

    Guewan a dit :
    Vu ce que les japonaises ont des jambes affreuses, ça doit faire peur les mini jupes !!
    pas plus que d'autres natioanlités mais quand on a pas de poitrine il faut bien tourner les regards.
    Sinon pour le film on savais tous à quoi s'attendre (débrancher les cerveaux et ouvrir les yeux) mais il ya tout de même de très bon drifts (celui de la rampe du parking ) et quelques bons titres dans la BOF mais c'est vrai qu'à part cela ...

  • kou4k

    09/08/2006 à 12h15

    Répondre

    honnêtement, je suis allé le voir, sans vraiment être optimiste, et je ne suis pas fan de ce genre de films...

    ben j'ai passé un agréable moment!
    sûr qu'on reste dans le contexte gros moteurs, et qu'on ne vole pas vraiment haut niveau scenar, mais je trouve la critique de Gallu un peu dure.

    la BO est vraiment superbe, qu'on aime pas le rap, c'est une chose, mais les musiques des poursuites sont vraiment bonnes et dans le ton...
    bon, yen a qui aiment pas, moi et ma bande d'ados attardés de 14 ans, fans de tuning et qui respectent pas les filles on a adoré la musique et apprécié le film.

    la japon est carricaturé, mais c'est un film US, et je n'ai jamais vu un seul film US qui ne carricature pas le japon.
    je deteste ça, et je prouverai au monde que tout est normal dans ce pays de tarés au retour de mes vacances sur place en aout prochain(2007)
    mais bon, passons car ce film n'est pas le seul à faire ça et que c'est une spécialité américaine.


    l'acteur principal(hummmm ces poils sur le torse) est toujours le mec qui a la classe, mais qui a du mal à s'incruster.
    c'est vraiment schématisé comme film. le scenar, ben... c'est du F&F...
    donc grosses voitures, bouffons qui se la racontent avec, mais comme ils conduisent bien, ils sont classes(hum...), filles-objets(ça, c'est encore le gros point faible des films).
    La fin, c'est du nawak.
    le chef yakuza qui annule les dettes d'un inconnu et dégage son neveu uniquement avec une course de voiture...
    quand on rajoute le jeune gaijin qui nique la voiture d'un yakuza parcequ'il en a provoqué un autre et qui, comme punition, se voit offrir des voitures de sport, ca fait beaucoup.
    sont vraiment cool ces yakuzas!

    étant moi-même féministe ou gros macho obsédé, selon les situations , je constate clairement que les femmes sont uniquement des s****** et des trophées(mention spéciale à la pouffe blondasse du début et aux donneuses de départ).
    c'est assez moyen je trouve.


    mais la réalisation est correcte, et les scènes de course/poursuites sont vraiment bien tournées.
    les acteurs potables rendent le film supportable, et bow wow n'est pas trop ridicule(encore un eddy murphy! il en faut un dans chaque film d'action maintenant), et s'en sort convenablement.

    le 2 était un navet grotesque, le premier un truc regardable, surtout grace à ses acteurs, et le 3 une bonne surprise.
    et pourtant je n'en attendait vraiment pas grand chose.

    7/10 pour ma part, note grandement attribuée à l'ambiance et à la réalisation correcte.
    si je m'était arrêté sur le fond, ca n'aurait pas volé haut, mais la forme est bonne, et un film, c'est le deux réunis.

  • Anonyme

    26/03/2008 à 11h43

    Répondre

    vous etes tous trop trop marant...


    Dites moi si nous avez vécu au japon et non juste un voyage, parce que ce que critique l'auteur est en faite la vérité... File en mini jupe, t'es marant mais va trainer a Harajuku ou encore shibuya ou n'importe oû tu verra qu'elles sont toute en mini jupe de 1)... 


    Apres tu critique les praole dans le film sur la vie des japonais, mais regarde les un peu...  si tu leur demande il te le dironr par toi-même, leur bie est "taihen" comme on le dit...


    Les paroles de ce film refletent la vie de sjeune dans ce pays...


    Je sais pas, mais j'aimerais te dire de te renseigner avant d'écrire un article. Je sais pas si ce message ve rester tres lontemps sur votre site mdr ^^. 

  • Bung

    24/06/2008 à 18h43

    Répondre

    Je sais pas si ce message ve rester tres lontemps sur votre site mdr ^^.


     


     


    Ce que j'aime la rebelitude... 

  • Anonyme

    13/02/2009 à 19h23

    Répondre

    Très bon fille, sympa ton texte on sent la fille blasé

  • el viking

    14/02/2009 à 12h26

    Répondre

    film excécrable, nanar sympathique...

  • Anonyme

    30/06/2009 à 15h10

    Répondre

    Un avis totalement subjectif de la part de l'auteur de la critique à ce que je vois.


     Pour moi Tokyo Drift est le moins bon de la série F&F qui est une excellente série pour les amateurs du genre. Et seulement les amateurs. Alors bien sûr l'image de l'a femme n'est pas respectée mais, tu seras gentil(le), on pardonnera le réalisateur de refléter la réalité de ce que sont les courses de rue, notamment au Japon.


     Un vrai amateur des films F&F aurait été plus indiqué pour écrire une critique sur le film. Car la tienne n'apporte strictement rien au lecteur qui ne peut que se demander  où trouver un site où l'on note le film en fonction du genre auquel il appartient.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques