7/10

Expendables : Unité Spéciale

Avec son casting affichant pas moins de 24 burnes plus ou moins célèbres (oui oui, divisez par deux pour trouver le nombre d'acteurs), Stallone rame un peu pour fournir à la fois la dose d'action et le développement narratif nécessaire. Parfois, le mieux est l'ennemi du bien, et on frise ici l'indigestion de bonnes choses.

Pour tous ceux qui regrettent les années 80-90, l'époque où les films d'action ne s'embarrassaient de technologie ni dans leur scénario (on ne parlait pas d'informatique) ni dans leur conception (les cascades faisaient mal aux acteurs et à leurs doublures), où les héros étaient de gros machos pétris d'un sens de l'honneur inflexible, l'annonce d'Expendables représentait un rêve fait réalité. Sous la bannière de Sylvester Stallone scénariste-réalisateur (un double poste qui lui a Concours de chapeaux
Concours de chapeaux
permis de remonter dans l'estime générale avec un dernier Rocky et un dernier Rambo), une ribambelle de stars d'action d'hier et d'aujourd'hui sont rassemblées pour offrir le spectacle le plus burné possible. Pour ne pas subir de cruelle désillusion, il convient cependant de savoir quel emploi chacun des acteurs occupe dans le film : on compte ainsi deux acteurs principaux (Stallone et Jason Statham), six acteurs secondaires qui donnent de leur personne (Jet Li, Dolph Lundgren, Terry Crews, Steve Austin, Gary Daniels et Randy Couture), deux acteurs qui se contentent de rôles dialogués (Mickey Rourke et Eric Roberts), et deux acteurs dont l'apparition purement amicale constitue un simple clin d'œil non crédité au générique (Bruce Willis et Arnold Schwarzenegger). On note également les présences appréciables de David Zayas (le sergent Batista dans Dexter) en dictateur militaire, et de Charisma Carpenter (Cordelia dans Buffy et Angel) en bimbo inutile.

« Il y a combien d'hommes avec toi ?!
- Juste ta mère. »

Le scénario est un simple prétexte : l'équipe de mercenaires menée par Barney Ross (Stallone) est chargée de se rendre sur l'île de Vilenia où sévissent quelques... oui, quelques vilains, comment avez-vous deviné ? Tirant les ficelles à l'aide de ses deux gorilles (Austin et Daniels), le milliardaire américain James Munroe (Roberts) est le véritable homme à abattre. Au programme : marrons dans la poire, pruneaux dans le buffet, couteaux à viande dans la carcasse et
"A la queue leu leu" version virile
explosions à gogo. Pas de mensonge sur la marchandise vendue : ça défouraille, ça se castagne, ça vanne un peu (notamment sur la taille de Jet Li - Sly prend même un malin plaisir à l'opposer aux membres les plus géants du casting)... Soucieux de ne pas perdre le spectateur trop tôt dans un déluge de bruit et de fureur, Stallone prend le temps d'exposer ses personnages au cours des premières scènes, traçant parfois d'amusants parallèles avec la carrière ou l'image des acteurs qui les incarnent. Mais ces sous-intrigues ne dépassent jamais le stade de l'embryon, même quand Lee Christmas (Statham) se prend de velléités pseudo-romantiques ; une fois le film fini, on se demande même si quelques bobines n'ont pas été oubliées en route, ou s'il ne reste pas une douzaine de scènes coupées sur le sol de la salle de montage. Même la scène d'action finale, pourtant pétaradante et ultra-longue, donne l'impression de se résoudre trop vite, de manquer de tension dramatique. Les 100 minutes du film étaient sans doute insuffisantes pour développer correctement le potentiel que représentent une douzaine de personnages, et pour prendre en main les thèmes qu'effleure le scénario de trop loin : la ressemblance entre les mercenaires d'un côté et de l'autre, la relation père-fille du général et de la jolie Sandra... On se consolera avec les multiples touches d'humour référencé, les scènes de baston déployées avec méthode et générosité, l'excellente prestation de Dolph Lundgren et la perspective de voir émerger une suite où pourraient apparaître les acteurs absents de ce premier opus pour diverses raisons : Jean-Claude Van Damme, Steven Seagal, Wesley Snipes, Chuck Norris...


A découvrir

Au bout de la nuit

Partager cet article
A voir

Arbre (L')

A propos de l'auteur

15 commentaires

  • riffhifi

    06/11/2008 à 19h09

    Répondre

    Mouais, c'est une nouvelle à prendre avec de grosses pincettes quand même. Le genre de film qu'on annonce programmé alors que c'est juste le fruit d'une discussion de deux producteurs bourrés...

  • Bung

    06/11/2008 à 20h07

    Répondre

    Tiens, belle photo du dépôt de la RTM.


     J la pique, tiens ^^

  • riffhifi

    23/02/2009 à 12h22

    Répondre

    Bon, c'est quand même du lourd ce film. A ce stade, le casting compte Stallone, Jet Li, Jason Statham, Dolph Lundgren, Mickey Rourke, Forest Whitaker et... Arnold Schwarzenegger. Boum

  • el viking

    23/02/2009 à 13h20

    Répondre

    wouah!!!!! c'est quoi ce film de ouf!!! enfin stallone et schwarzi dans le même film!!! aaaaaaahhhhhh!!!


    j'suis content.

  • Nicolas

    18/08/2010 à 17h45

    Répondre

    Si Chuck Norris joue dans le prochain, il les démontera tous en un seul roundhouse kick.

  • gyzmo

    18/08/2010 à 19h04

    Répondre

    Je n'ai pas le droit de lire la critique avant d'avoir vu le film. Mais bon dieu qu'il me tarde de jeter un oeil sur tout ça !!!

  • Anonyme

    18/08/2010 à 23h07

    Répondre

    Personellement, j'ai aimé le film et les scènes de combats. D'accord l'histoire en elle même n'est pas terrible, mais j'ai aimé. Statham est juste hyper sexy pour ne rien gacher.

  • Canette Ultra

    19/08/2010 à 08h15

    Répondre

    je suis d'accord avec toi Nicolas, Chuck représente une armée à lui tout seul. A la rigueur, il peut faire le sergent instructeur ou le président des Etats Unis qui les embauche ou les encourage.

  • Nicolas

    19/08/2010 à 10h56

    Répondre

    Chuck en président des Etats-Unis  Mais pourquoi personne n'y a pensé avant ??

  • sven

    19/08/2010 à 12h51

    Répondre

    Pareil que gyzmo, je lirai tout ça après avoir vu le film!

  • gyzmo

    19/08/2010 à 13h46

    Répondre

    Si l'on enlève le fait que le scénario de Expandables est un condensé boum boum patatra de tout ce que le cinéma d'action nous a ressassé durant les années 80 / 90 ; si l'on retire la séquence balourde de la Chapelle où trois gros costauds ont malheureusement perdus de leur superbe ; si un véritable compositeur s'était occupé de la bande originale pas des plus terribles ; et si les dialogues et punchlines n'étaient pas aussi couillon qu'un direct-to-video de monsieur Seagal ; le film de Stallone aurait pu être un chef d'oeuvre de créativité. Et malheureusement, seuls les personnages de Mickey Rourke et de Dolph Lundgren ont réellement comblé une partie de mes attentes. Pour tout dire, j'ai beaucoup moins pris mon pied devant Expendables que face à la version ciné de l'Agence Tout Risque. Dommage. Mon bonheur sera pour une prochaine fois...


     


     


     


     


    Nan, j'déconne. Je me suis é-cla-té !!!!!!


    (en plus, j'avais la salle A de ciné mk2 bibliothèque quasiment que pour moi ).


     

  • Anonyme

    19/08/2010 à 14h02

    Répondre

    je suis aller voir le film le 18aout et j'ai adoré les scènes de combats et par moment de bonnes rigolades. ca m'a juste fait bizzarre de voir Jet Li avec une arme en main. Mais sinon un trés bon film.


    mais chacun ses goûts

  • Lestat

    19/08/2010 à 14h43

    Répondre

    Ah voila, on sait maintenant : les bobines d'Inglorious Basterds et de l'Agence Tout Risque ont donc été piquées par Stallone.


    C'était juste jubilatoire. Le scénario est très con, Arnold et Bruce ne servent finalement à rien, mais c'est pas grave, en fait. Stallone utilise sa pétoire comme un cow-boy italien, Dolph fait tout exploser en rigolant, Statham se prend pour Steven Seagal, la pasisons des lames en plus, pendant que Steve Austin pulvérise tout à mains nues.


    Que demander de plus ? hein, Jet Li qui fait des cabrioles ?  Voila. Des filles ? Charisma, tu met ce debardeur taille 12 et tu ouvre cette porte, hop voila. Du gore ? Tu as de la chance, on a piqué du ketchup sur le tournage de John Rambo, hop voila. De l'amour ? euh...ah, Jason, tu vas tabasser une équipe de basket pour montrer que tu as un coeur gros comme ça, voila,parfait.


    Merci Sly.

  • el viking

    23/08/2010 à 20h09

    Répondre

    Enfin vu!


    Pur chef-d'oeuvre! Pur chef-d'oeuvre! Un film d'action comme on en faisait dans le temps! Extremement jouissif, j'avais la banane (et je parle bien de mon sourire) jusque tard après la fin du flm.


    Le seul défaut qu'on pourrai lui reprocher est la VF qui, même si elle se défend, perd beaucoup des "subtilités" du dialogue.


    Sans déconner, c'était super. Vivement la suite. Avec Chuck Norris. Et Steven Seagal. Avec un duel entre Chuck Norris et Steven Seagal.


     

  • Anonyme

    25/08/2010 à 10h13

    Répondre

    Ce film est génial.


    On en a rêvé, Stallone l'a fait. Un Delta Force remis au gout du jour.


    Et comme beaucoup l'ont déjà souligné, le film est jouissif comme pas possible.


    Pour finir, juste  un peu déçu par le fait qu'on ne voit pas plus Dolph dans le film.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques