5/10

eXistenZ

eXistenZ... autant le dire tout de suite, ce titre m'avait intrigué, avec ses X et Z majuscules. Je ne savais pas ce qui allait suivre. Et je peux dire que j'ai été plutôt déçu. Le thème semblait prometteur : une immersion dans l'univers du jeu vidéo traité de manière décalée. Je m'attendais à une bouffée d'air frais ! Et il ne reste qu'un vague goût de dégoût... Bien que les acteurs soient sympathiques, le scénario n'est pas à la hauteur. Sans trop en dire, sachez qu'il n'est pas tellement original : tout commence avec une réunion de présentation d'eXistenZ, un nouveau jeu vidéo, une tentative de meurtre et une fuite forcée pour échapper aux éventuels poursuivants. Mais cette fuite n'est pas seulement physique, elle est aussi rendue psychique grâce à la possibilité de s'immerger dans eXistenZ. Ensuite, le film n'est plus qu'une suite de péripéties où les acteurs n'ont plus leur libre-arbitre (le jeu se met en boucle aussitôt qu'un personnage ne fait pas ce qu'il doit faire, c'est-à-dire permettre la progression dans le jeu). Quant à la fin... on ne peut pas dire qu'elle soit surprenante, même si on ne s'attend pas forcément à celle-ci (le film donne un tel sentiment de linéarité que l'on reste stupidement passif devant les événements, ne cherchant même pas à comprendre l'intrigue).

Un autre aspect intéressant d'eXistenZ est sans aucun doute sa forme graphique. Elle peut sembler ridicule, si peu elle est crédible, mais elle est somme toute assez réussie : les matières organiques envahissent toujours le champ de l'image. Que ce soit sous forme de manettes de jeu à aspect membraneuses, d'armes inquiétantes ou de cadavres de reptiles, les chairs, souvent ouvertes et sanguinolentes sont omniprésentes. On perçoit plus ou moins un message à travers eXistenZ : la tentative de dénoncer l'aliénation du jeu vidéo et la suppression du libre-arbitre. Mais si c'est vraiment le propos recherché, c'est raté. J'ai bien peur que l'essentiel se soit évaporé !

Partager cet article

A propos de l'auteur

Guillaume est le fondateur et le rédacteur en chef de Krinein. Curieux et passionné par la culture au sens large, il poursuit sa route sur les chemins tumulteux de la critique culturelle.

4 commentaires

  • Anonyme

    26/06/2003 à 00h00

    Répondre

    scénario simple à prioris à la base, mais qui devient au fur et à mesure trop compliqué, trop tordu.On ne cherche plus à comprendre qui est qui, pourquoi celui la est là,pourquoi sont ils arrivé là.C'est de plus en plus débridé. je suppose que c'est voulu, pour égarer le spectateur, mais là on est plus égarer, on totalemet perdu...
    Un conseil accrochez vous ou regardez le 2 fois...par curiosité.

  • Anonyme

    18/05/2004 à 00h01

    Répondre

    Un des but du film, outre l'aliénation mentale de l'univers ludique est de donner un appercu entre le faible espace qui existe entre la réalité et le virtuel. Si vous prenez un ouvrage comme le Dieu venu du centaure de Philip k Dick, vous remarquerez que l'histoire elle aussi peut être assez linéraire et que l'on est facilement dérouté par la question est-il sorti du virtuel ou pas?
    Dans le cas d'eXistenZ c'est un peu pareil et si l'on fait attention, on remarque que dès le départ ils sont dans le jeu. Par exemple dans la station service avec le petit reptile. Ou encore devant le faible nombre de personne qu'ils croisent dans leur route. Le pompiste, le professeur, ainsi qu'un nombre limité de décor tout comme un "vrai jeu". C'est pour celà que le film peut paraitre au premier abord linéaire tout comme "un jeu" dont on ne sait pas que l'on est le héros.

  • Luz

    24/08/2008 à 21h51

    Répondre

    Alexy, tu la refais, mais sans vulgarité, merci


     

  • KaSuGayZ

    24/08/2008 à 22h42

    Répondre

    Prudish !

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques