9/10

Eternal sunshine of the spotless mind

Tout simplement éternel

A quoi pouvait on s'attendre de la collaboration de Charlie Kaufman, scénariste de l'étrange Dans la peau de John Malkovich, et de Michel Gondry, célèbre clippeur devant l'éternel (notamment du remarqué Human Behavior de l'album Debut). Bien malin qui aurait pu le deviner... Si vous ajoutez à cette équation la présence de stars blockbustériennes type Jim Carrey, Kate Winslet, Kirsten Dunst et Elijah Wood, je comprends que la confusion vous gagne encore un peu plus quant au résultat de cette association. C'est bien un film étonant auquel il faut vous attendre puisqu'il s'agit d'une sorte de 5x2 version Nord-américaine. L'histoire à rebours d'un amour en commençant par la rupture.

Joël vient de se faire larguer par sa Clémentine. Et pas qu'un peu : songez que cette dernière a eu recours à une technologie toute récente pour effacer Joël de sa mémoire. La voilà prête pour recommencer une nouvelle vie. Joël ne supporte pas cette décision et décide de lui rendre la pareille en effaçant lui aussi Clémentine de sa mémoire. Mais au cours de ce processus il commence à regretter son choix. Débute alors pour lui l'ultime combat qui lui permettra de conserver ce qui lui est le plus cher.

Je suis sûr qu'après avoir vu ce film vous vous demanderez si le Jim Carrey que vous y avez aperçu est le même que celui de Bruce tout-puissant. Plus de grimaces ni de jeu caricatural, c'est une interprétation toute en finesse qu'il nous livre là, un ton au dessus du prémonitoire Truman Show. C'est la première pépite d'un film qui en compte beaucoup. Les autres acteurs sont eux aussi bons mais un ton en dessous c'est sûr (on notera tout de même l'hilarante composition de Mark Ruffalo en scientifique allumé de base, lui aussi à mille lieux du calamiteux In the cut).

La destruction des souvenirs commence du plus récent pour aller au plus ancien. C'est donc une histoire d'amour à l'envers, où rien ne nous est épargné, qui se déroule devant nos yeux. Cette disparition progressive prend l'allure d'une course contre la mort, car on sent bien que Joël, d'une certaine manière, meurt au fur et à mesure que la machine traque dans son cerveau la présence de Clémentine. Cela donne un aspect poignant à voir leurs premiers moments, qui deviennent les derniers instants qui restent dans sa mémoire, partir en charpie sous les assauts de la machine.

Ne vous attendez surtout pas à un déferlement d'effets spéciaux. Ce ne sont pas là que résident les joyaux de ce film, mais dans l'évocation toute bête des petits objets qui forment le quotidien et de quelles sont leurs places dans nos mémoires. Ce traitement d'une histoire d'amour sort vraiment de l'ordinaire et émeut par son caractère tragique. Il en résulte une oeuvre à la fois poétique et philosophique en ce sens qu'elle vous fera réfléchir sur votre identité, votre rapport aux autres et à l'amour.

Je dois dire que ce qui m'a le plus frappé dans ce film est sa fin. Ni gnangnan, ni désespérée, elle est un appel au courage et à la volonté. Si 5x2 termine sur un constat d'échec, Eternal Sunshine of the spotless mind est lui un vibrant appel à la détermination. Certaines choses valent tous les efforts, et même plus, même si vous savez que tout ne sera pas rose et parfait. Et si c'était à refaire ? J'y retournerais sans hésiter.

Partager cet article

A propos de l'auteur

32 commentaires

  • cute_angel

    11/10/2004 à 00h00

    Répondre

    Ce film est tout simplement magnifique!
    Le premier qui me fasse autant pleurer que sourire.....
    Les acteurs sont très bien choisis et le scenario fabuleux!!
    Je le conseille à tout le monde il est à voir à revoir à l'infini!!

  • Anonyme

    12/10/2004 à 00h01

    Répondre

    Très très original. Bien joué d'ailleurs. Encore un film (Man on the Moon) où Jim Carrey s'illustre par sa capacité à bien incarner des rôles plutôt sérieux.
    Une petite merveille.

  • Anonyme

    13/10/2004 à 00h02

    Répondre

    Une mise en abîme permanente, une remise en question des couples, un voyage au pays des souvenirs, un scénario époustouflant, un rythme constant, une musique on ne peut plus adaptée, des acteurs qui se surpassent... On peut aller loin comme ça...

    Eternal Sunshine est un très beau film, extrêmement touchant. Mercy à Michel Gondry, Jim Carrey, et Kate Winslet, très surprenante.

  • Anonyme

    18/10/2004 à 00h03

    Répondre

    qui peut me dire comment les amis de Joeyl sont au courant que sa copine l'a effacé de sa mémoire via cette société, comment l'ami a eu le carton de cette société?
    Bref, cette histoire d'enveloppe et de carton...au secours !!!

  • sven

    26/10/2004 à 14h04

    Répondre

    Up (c'est la mode )

    bon, juste pour dire que j'ai été bluffé par ce film...
    certes l'histoire est très belle, très émouvante, etc...
    certes les acteurs sont excellents...
    mais surtout LE MONTAGE!!!
    ils sont combien dans la tête de Michel Gondry, de Charlie Kaufman, et du monteur du film???
    parce que pour reprendre la critique d'un pote avec qui je suis allé le voir: ces mecs ont tout compris au principe du rêve!!!
    je m'explique: Joel est dans une pièce, il parle, et l'instant d'après, sans qu'on ne se rende compte de rien, il est dans une autre pièce, avec la même personne, ou pas, et ça ne l'étonne même pas...
    je ne sais pas pour vous, mais moi, c'est ce qui se rapproche le plus du schéma d'un rêve, dans tout ce que j'ai pu voir sur petit ou grand écran de toute ma vie!!!

    un excellent film, j'en suis à peine remis...

  • weirdkorn

    26/10/2004 à 14h33

    Répondre

    Je suis d'accord sur ce point, le montage est . Par contre, j'ai trouvé qu'on aurait pu réduire le film et que quelques scènes étaient inutiles quand il se retrouve petit sous la table de la cuisine par exemple

    Un fim bien tortueux avec un excellent Jim Carrey. Par contre Kate Winslet en folle excentrique j'ai moins aimé.

  • sven

    26/10/2004 à 14h52

    Répondre

    moi j'ai bien aimé cette scène, je l'ai trouvée marrante et émouvante aussi...
    pareil pour Kate Winslet, que je n'aime pas particulièrement, là je l'ai trouvée pas mal du tout

  • nazonfly

    04/12/2004 à 11h12

    Répondre

    Ayé j'ai enfin vu Eternal Sunshine of a Spotless Mine.
    Commençons par ce que j'ai aimé... L'histoire est très bonne et originale, et permet de réfléchir à ce qu'est l'amour, la séparation (ici la séparation est définitive ou presque par l'oubli de la personne aimée), mais aussi aux "bienfaits" de la science qui pour rendre l'homme heureux est prête à supprimer tous les événements malheureux. La conclusion que je retirerais du film est que l'amour est une chose bien difficile à comprendre et difficile à changer ou effacer.
    J'ai bien aimé aussi l'apparition de la seconde histoire d'effaçage et comment elle intervient sans qu'on sans doute le moins du monde.
    J'ai bien aimé Kate Winslett (erreur corrigée merci Selena et sven) qui a un rôle très intéressant : une femme un peu fofolle, le genre de fille indépendante qu'on connaît tous et qui n'est pas prêt de se laisser enfermer dans la cage du couple.
    J'ai bien aimé les seconds rôles, comme celui par Kirsten Dunst ou encore celui de Elijah "Frodo" Wood. D'ailleurs la première fois qu'on voit Elijah on pense tout de suite au Seigneur des Anneaux, et petit à petit son nouveau personnage prend de la forme et éclipse l'ancien.

    Par contre il y a quelques points que je n'ai pas aimé.
    Jim Carrey en premier lieu. Je vois ici et là qu'il a un rôle touchant. Certes Jim Carrey a un personnage différent de ce qu'il fait habituellement, mais je trouve franchement qu'il n'insuffle pas toute l'émotion qui conviendrait à un tel personnage.
    Un peu dans le même genre d'idée, j'ai trouvé le passage drolistique du personnage quand il est petit un peu longuet et à vrai dire pas très intéressant...

    Je m'attendais à légèrement mieux de la part de Gondry qui avait réalisé un très bon Human Nature.

  • sven

    04/12/2004 à 19h13

    Répondre

    pas claire danes, Kate Winslet, on te dit

  • Daggy

    20/01/2005 à 15h09

    Répondre

    En essayant de ne pas reprendre toutes les observations qui ont été faites sur ce film, je dois avouer avoir été séduit par cette histoire traitée de manière surréaliste et poétique.

    [i]Eternal Sunshine ma littéralement irradié. Ses énergies ont touché des parties de mon cerveau et ont éveillé pas mal dinterrogations. Notamment sur lharmonie du couple et sa dégénérescence au fil du temps. Les marques caractéristiques de Joël et Clémentine sont clairement contraires : timidité dun côté, impulsivité de lautre. Et comme les pôles opposés dun aimant, ils sattirent pour former un tout en apparence complet. Jai trouvé le prégénérique particulièrement drôle et touchant. Et cette "première séquence de rencontre" entre les deux protagonistes imposent déjà une passion mutuelle (qui comble le vide de la solitude, pour ne pas trop en dévoiler) et les conflits à venir (attisés par le trop-plein dantagonismes).

    Volontairement, jai visionné le film sans prendre connaissance de son histoire (comme javais déjà fait pour Dans la Peau de John Malkovich), et je me suis retrouvé au milieu dune armature narrative déroutante. Kaufman est doué pour promener le spectateur dans les méandres de ses scénarios, faisant croire au chaos pour finalement rendre le périple éblouissant. Et le choix davoir construit la majorité de son histoire à rebrousse-poil est en parfaite symbiose avec le processus deffacement de la mémoire de son personnage. Dailleurs, je trouve les quelques effets spéciaux qui illustrent cette lobotomie discrets, certes, mais très élégants et de bonnes factures. A ce sujet, les tentatives de Joël pour échapper à la suppression des souvenirs de Clémentine par léquipe du Docteur Howard Mierzwiak est digne dune course-poursuite danthologie : nerveux, rebondissant et invraisemblable. Invraisemblable dans le sens où le souvenir référentiel de Clémentine se retrouve projeter dans des compartiments de la mémoire où la véritable Clémentine na jamais réellement mis les pieds. Ce qui fait plus penser à une divagation psychosomatique plutôt quà une volonté consciente déchappatoire de la part de Joël (ou de son esprit). Cest probablement le point délicat du film qui ma le plus égaré et sur lequel je médite encore.

    Sinon, à travers les séquences liées aux souvenirs de lenfance, le script de Kaufman laisse quant même un peu doxygène aux délires (ici contrôlés) de Jim Carrey. Jai adoré la séquence du tordage de bras de Joël par un gosse. A métouffer de rire. Quant à la scène de la cuisine, elle fait penser justement que Carrey a été choisi pour le rôle afin de se livrer à cette interprétation décalée de lenfance. Je crois même que Gondy a embauché Carrey pour sa capacité à jouer sobre (cf. Truman Show[/i]) et aussi à endosser impeccablement le ridicule dune telle situation.

    Pour finir, le pseudo happy end du film ma bouleversé. Comme le dit Kassad dans sa juste critique, la fausse romance entre Joël et Clémentine met en relief la difficulté de vivre ensemble. Le courage quils ont de retenter leur chance est louable. On peut y voir en filigrane la triste programmation dun nouvel et perpétuel conflit. Lhistoire parallèle de la secrétaire du Docteur Mierzwiak sen fait la résonance : après effacement de la mémoire, le personnage joué par Kirsten Dunstest est condamnée à dépendre de ses sentiments. Et si Joël et Clémentine partent sur de nouvelles bases, quils ont crevé labcès de leur précédent ménage, je reste frustré de ne pas envisager totalement pour eux le meilleur à vivre. Et en même temps, sils en sont arrivés à vouloir seffacer lun de lautre, cest que leur amour complexe est sûrement trop fort pour être oublié. Pour certaines personnes, souffrir ensemble est peut-être plus facile que de souffrir séparé.

  • Aliak

    22/01/2005 à 12h25

    Répondre

    Je crois que vous avez presque tout dis sur le film.

    Je ne conteste aucun point de ce film. ça a été une vraie surprise pour moi. Je m'attendais toutefois à un truc plus délire. J'avais peur du mot : comédie sentimentale dans lequel il est "rangé", j'y ai trainé deux amis, on en est ressorti tous charmés.

    Je veux m'attarder sur la technique que possède Michel Gondry. Il a réalisé de nombreux clips par le passé et franchement, il a acquit un super savoir faire.
    Pour les curieux et désormais fan de Michel Gondry, la fnac propose en ce moment pour seulement 15 euros : Directors of Works : Michel Gondry. Sur cette galette, se trouve tous ses clips (et plus encore). Je le recommande, j'ai vraiment été content de mon achat. Il est vraiment balaise ce mec. C'est une bénédiction s'il continue à faire des films lol et dire que son prochain projet va réunir Alain Chabat, Charlotte Gainsbourg et Gaël Garcia Bernal. On va en attendre parler, ça c'est sur.

    Le synopsis d'allociné : "Ce qu'il advient lorsqu'un doux rêveur tombe amoureux de sa charmante voisine et se met à confondre ses rêves avec la réalité..."

    Toutefois, on notera aussi que Charlie Kaufmann ne collabore pas avec lui sur ce film.

    Allez vite, Michel, fais le ton film

  • Grrr

    01/02/2005 à 14h04

    Répondre

    ça n'est pas Gondry qui avait réalisé ce clip des Rolling stones reprenant ''like a rolling stone'' de Dylan avec Patricia Arquette en héroïne ?
    certains passages du film m'avaient un peu évoqué le procédé de ce clip

    Tout comme les autres forumeurs , j'ai trouvé que les sensations de rêves étaient vraiment bien mise en scènes , Gondry arrive à filmer un chaos organiser , ça demande une grande maîtrise, il est très fort.

    Le casting est très bien , quoique je trouve Jim Carrey encore un chouïa trop grimaçant^^. S'agissant de Kate Winslet j'ai eu un peu de mal ,au début elle m'énervait, puis j'ai réalisé que c'est parce qu'elle jouait très bien lespersonnes énervantes , que c'était intentionnel^^

    C'est un film original, mais ce qui est remarquable c'est que les astuces visuelles ou scénaristiques n'éclipsent pas le reste de l'histoire, ils la rendent plus proche de nous (je trouve).

    Et j'ai adoré le post de Daggy et l'analyse fouillée des personnages , moi j'avais pas vu tout ça !
    J'ai l'impression que l'antagonisme des personnages représente simplement la difficulté de se lier aux autres , pas seulement sentimentalement, supporter L'Autre et ses différences, qlqn qui n'est pas soit quoi^^.

    Pour la fin , c'est pareil, je m'apperçois que chacun en a une perception différente, je suis assez d'accord avec Kassad , l'idée c'est que ça vaut la peine malgré tout. Je ne crois pas que ce soit la continuation de leur histoire puisqu'ils l'ont oublié, mais juste l'idée que qd bien mm l'issue est mal barrée (les cassettes en témoignent) ils veulent le vivre quand mm!

    Je vois pas trop comment on aurait pu finir sur un pur happy end de toutes façons ?

  • Aliak

    02/02/2005 à 22h20

    Répondre

    Oui c'est bien Michel Gondry qui a réalisé le ce clip là des rolling stone. Il est sur le dvd dont j'ai parlé deux posts plus haut.

    Grrr a dit :
    Je vois pas trop comment on aurait pu finir sur un pur happy end de toutes façons ?


    eh bien, déjà le coup des cassettes en moins, ça aurait surement fait plus happy end, et plus mièvre. non ? Ah j'ai envie de le revoir pour pouvoir en reparler ^^

  • Grrr

    03/02/2005 à 11h01

    Répondre

    Aliak a dit :
    Oui c'est bien Michel Gondry qui a réalisé le ce clip là des rolling stone. Il est sur le dvd dont j'ai parlé deux posts plus haut.

    Je vois pas trop comment on aurait pu finir sur un pur happy end de toutes façons ?


    eh bien, déjà le coup des cassettes en moins, ça aurait surement fait plus happy end, et plus mièvre. non ? Ah j'ai envie de le revoir pour pouvoir en reparler ^^

    Mouais je sais pas, il aurait fallu en plus insinuer que leur histoire serait différente cette fois-ci, mais je ne vois pas comment étant donné qu'ils n'ont pas vraiment changé! Je ne pense pas que ça aurait été mieux comme fin...

    Si tu as le Dvd expliquent-ils dedans le procédé de ce clip? j'avais trouvé ça intéressant et ça se retrouve un peu dans le film lorsque Jim Carrey avance et que tout est flou autour de lui , ça n'est pas exactement pareil que dans le clip cependant (mais ça m'a fait le mm effet je ne sais pas pourquoi )

  • Daggy

    03/02/2005 à 12h03

    Répondre

    Grrr a dit :
    Mouais je sais pas, il aurait fallu en plus insinuer que leur histoire serait différente cette fois-ci, mais je ne vois pas comment étant donné qu'ils n'ont pas vraiment changé! Je ne pense pas que ça aurait été mieux comme fin...

    Mais le pseudo Happy End est très bien. Pourquoi voulez-vous le changer ?
    Par contre, le fait que les deux personnages se soient enfin dit leurs quatre vérités (via les cassettes) et surmonté la douleur d'une telle confidence, peut laisser penser que Joël et Clementine partiront sur de nouvelles bases (pas forcément les meilleures). Cet affrontement psychologique les a probablement plus changer que ce que lon peut croire. Et qui dit changement, peut prétendre à un peu d'espoir, nan ?


    Voilà que je deviens optimiste en amour moi

  • Grrr

    03/02/2005 à 12h36

    Répondre

    Daggy a dit :
    Mouais je sais pas, il aurait fallu en plus insinuer que leur histoire serait différente cette fois-ci, mais je ne vois pas comment étant donné qu'ils n'ont pas vraiment changé! Je ne pense pas que ça aurait été mieux comme fin...
    Mais le pseudo Happy End est très bien. Pourquoi voulez-vous le changer ?
    Par contre, le fait que les deux personnages se soient enfin dit leurs quatre vérités (via les cassettes) et surmonté la douleur d'une telle confidence, peut laisser penser que Joël et Clementine partiront sur de nouvelles bases (pas forcément les meilleures). Cet affrontement psychologique les a probablement plus changer que ce que lon peut croire. Et qui dit changement, peut prétendre à un peu d'espoir, nan ?


    Voilà que je deviens optimiste en amour moi

    ça c'est sur
    tu ne m'as pas compris petit hamster intergalactique
    Je trouve la fin très bien , je répondais juste à Aliak sur "comment faire un happy end avec ça ?"
    maintenant je n'avais pas compris ton appréciation de la fin de cette manière

    Mr Bouh a dit :
    On peut y voir en filigrane la triste programmation dun nouvel et perpétuel conflit. Lhistoire parallèle de la secrétaire du Docteur Mierzwiak sen fait la résonance : après effacement de la mémoire, le personnage joué par Kirsten Dunstest est condamnée à dépendre de ses sentiments. Et si Joël et Clémentine partent sur de nouvelles bases, quils ont crevé labcès de leur précédent ménage, je reste frustré de ne pas envisager totalement pour eux le meilleur à vivre
    . Et en même temps, sils en sont arrivés à vouloir seffacer lun de lautre, cest que leur amour complexe est sûrement trop fort pour être oublié. Pour certaines personnes, souffrir ensemble est peut-être plus facile que de souffrir séparé.


    J'ai cru que tu regrettais qu'il n'y ait pas un authentique Happy end rose bonbon , avec une photo de leur mariage dans un coin de leur salon bourgeois (Clémentine en robe immaculée portant un chignon d'un blond classique sur les marches de l'église ^^, Joël en queue de pie et chapeau haut de forme) entourée des photos de leur têtes blondes, souriants et bien nourris...et enfin un plan large montrant notre petit couple à 75 ans blottis l'un contre l'autre sur leur canapé, Clémentine brodant un napperon et faisant la conversation à Joel, lui-mm en train de fumer la pipe
    Oui j'éxagère (je ne suis pas fan de ce genre de happy end...)

    Quand aux personnages de Kristen Dunst elle n'est pas condamnée à dépendre de ses sentiments (je ne suis pas sur de comprendre ce que tu as voulu dire), l'idée , je crois, est qu'elle devait vivre cette histoire ^^ (mm si je ne suis pas tout à fait d'accord avec ça )

  • Daggy

    03/02/2005 à 15h28

    Répondre

    C'est toujours pareil : on a beau essayé de faire des efforts, on ne parvient pas à se faire comprendre de ses internautes préférés...

    Je reste frustré de ne pas envisager totalement pour eux le meilleur à vivre : quand je ressort d'un film qui m'a plu, j'aime bien me projeter dans le devenir des personnages, comme pour prolonger un peu le plaisir d'avoir vu un récit touchant. Et quand je suis sorti de [i]Eternal Sunshine, j'ai imaginé comment ces deux personnages allaient revivre leur histoire d'amour. Mon imagination, influencée par la tourmente du film, a un peu plombé la relation entre Joël et Clémentine. Et puis, Grrr est arrivé. Il a donné son avis. Il m'a ouvert involontairement d'autres perspectives et à consolider celles de Kassad. Autrement dit, j'ai envisagé dans mon avant dernier post, le meilleur pour ce couple à partir du même pseudo happy end (lequel est très bien).

    Mlle Titi a dit :
    Quand aux personnages de Kristen Dunst elle n'est pas condamnée à dépendre de ses sentiments (je ne suis pas sur de comprendre ce que tu as voulu dire), l'idée, je crois, est qu'elle devait vivre cette histoire ^^ (mm si je ne suis pas tout à fait d'accord avec ça)

    Son personnage tombe amoureux du Docteur.
    Ne supportant pas cela, elle décide de se faire effacer ce souvenir.
    Elle retombe amoureuse du Docteur.
    Affligée par le sort, elle décide de quitter l'environnement du Docteur pour éviter de retomber amoureuse ou de souffrir. Ses aspirations sentimentales l'ont amené par 2 fois à se mettre dans une situation délicate. Pour moi, elle est dépendante de ses affinités. Si elle se refait effacer la mémoire... Paf ! : rebellotte.

    Le procédé d'effacement n'est pas efficace car il remet juste les compteurs à zéro. Dans ce sens, son utilisation est absurde. Mais comme tu le dis, elle doit accepter ses erreurs pour en tirer un enseignement car se faire effacer la mémoire ne résolu rien. Alors que chercher à fuir le souvenir d'un amour (sans passer par l'effacement), cest déjà rentrer dans un processus dacceptation pour avancer et passer à autre chose.

    Idée sadique : si le personnage de Kristen Dunst avait vraiment voulu être libérée de son attirance envers le Docteur, elle aurait dû demander à Kubrick de laider. La méthode "Luduvico" dOrange Mecanique[/i] est parfaitement adaptée pour la dégoûter complètement du genre dhomme auquel appartient le Docteur. Radical !

  • Grrr

    03/02/2005 à 22h27

    Répondre

    Il est précisément correct de ne pas être compris, car par là, on est garanti contre tous les malentendus

    Toi aussi tu es un de mes internautes préférés

    Mr Bouh a dit :
    Et puis, Grrr est arrivé. Il a donné son avis. Il m'a ouvert involontairement d'autres perspectives et à consolider celles de Kassad.

    Ben je comprends ça m'arrive tous les jours

    Bon sérieusement^^:

    [quote]toujours le mm a dit :
    Son personnage tombe amoureux du Docteur.
    Ne supportant pas cela, elle décide de se faire effacer ce souvenir.
    Elle retombe amoureuse du Docteur.
    Affligée par le sort, elle décide de quitter l'environnement du Docteur pour éviter de retomber amoureuse ou de souffrir. Ses aspirations sentimentales l'ont amené par 2 fois à se mettre dans une situation délicate. Pour moi, elle est dépendante de ses affinités. Si elle se refait effacer la mémoire... Paf ! : rebellotte.

    Le procédé d'effacement n'est pas efficace car il remet juste les compteurs à zéro. Dans ce sens, son utilisation est absurde. Mais comme tu le dis, elle doit accepter ses erreurs pour en tirer un enseignement car se faire effacer la mémoire ne résolu rien. Alors que chercher à fuir le souvenir d'un amour (sans passer par l'effacement), cest déjà rentrer dans un processus dacceptation pour avancer et passer à autre chose. [/quote]

    en fait ça dépend de la façon dont on perçoit ''la morale'' de l'histoire.

    -hyptohèse 1::
    Desfois dans la vie on vit des trucs moches, (des histoires d'amour toute nases en l'occurence), mais ça nous apprend et ça nous construit , la vie n'est pas un long fleuve tranquille, ça fait partie de l'apprentissage de la vie bla bla bla ...je suis d'accord, et je pense que c'est l'idée qui ressort de l'histoire de Clémentine et Joël

    -hyptohèse2: c'est ton destin^^
    je n'arrive pas à percevoir s'il y a cette idée dans le film (parce qu'il y a une différence subtile, mais il y en aune) et si c'est le cas ça m'énerve.

    Mais c'est là que Daggy poste , ouvrant par là-mm les voies de la perception , quand tu dis que la machine ''remet les conteurs à zéro" c'est vrai , donc on ne peut plus apprendre de ses erreurs puisqu'on ne se souvient pas les avoir commises^^, donc c'est plutôt ça l'idée finalement!!

    Par conte je ne crois pas qu'elle part e pour ne pas retomber sous l'emprise du Dr ( honnêtement j'ai pas trouvé cette idylle très crédible , mais bon), mais parce que lorsque le récit de son histoire, de ses" erreurs" lui sont restitués , elle en tire les conséquences logiques , elle fait ce qu'elle aurait du faire depuis le début!


    un hamster satanique a dit :


    Idée sadique : si le personnage de Kristen Dunst avait vraiment voulu être libérée de son attirance envers le Docteur, elle aurait dû demander à Kubrick de laider. La méthode "Luduvico" dOrange Mecanique est parfaitement adaptée pour la dégoûter complètement du genre dhomme auquel appartient le Docteur. Radical !

    Oui mais ça fait mal aux nyeux , et puis je ne sais pas de quel" genre d'hommes" il s'agit, mais je pense qu'il est très oubliable (je le trouve mou et avachi , vraiment, c'est pas très crédible!)



    ps: Ce n'est pas mon cochon d'inde qui écrit mes posts ,Titi est trop occuppée pr ses activités secrètes au service de l'Etat


    pps : j'ai oublié de dire qu'en revoyant Bachelorette(clip de Björk) l'autre jour, je me suis dis que Gondry avait depuis longtemps ce talent d'entremêler les histoires, l'est trés trés fort ^^

  • Daggy

    04/02/2005 à 14h18

    Répondre

    Grrr mon copain de la jungle a dit :
    Oui mais ça fait mal aux nyeux , et puis je ne sais pas de quel "genre d'hommes" il s'agit, mais je pense qu'il est très oubliable (je le trouve mou et avachi , vraiment, c'est pas très crédible!)

    Je me suis dit la même chose pour la crédibilité de cet "amour".

    Il me semble que c'est délibéré de la part de Kaufman (le scénariste). C'est surprenant et inattendu. Et invraisemblable, tout comme le procédé d'effacement selectif de souvenirs. Mais bon, on va pas juger quelqu'un sur sa "molle attitude". L'a surement d'autres qualités ce bon monsieur

    Sinon, je trouve que l'escalade de nos réflexions nous amène à explorer les méandres de ce film et nous en tirons quelques pistes de raisonnements plutôt pertinentes. Ca m'a donné envi de le revoir, tiens !

  • Grrr

    05/02/2005 à 11h31

    Répondre

    Dans la série ''posons nous des questions que mm le scénariste n'a pas envisagées "

    Je pense qu'il devait être séduisant avant "leur histoire"! Et c'est pour ça que j'y voyais un peu une théorie de ''prédestination".
    Elle l'avait aimé en quinqua fringant et inventif, et là ça peut être crédible , mais maintenant il est usé par ce qui s'est passé, il ressemble à une ombre, toujours vouté , en conflit avec sa femme (elle aussi ravagée )...difficile de comprendre cette attirance^^(donc c'est son destin de l'aimer quoiqu'il arrive ! je n'aime pas cette idée )

    L'a surement d'autres qualités ce bon monsieur

    Euh , oui peut-être , des talents cachés , pourquoi pas, 'fin il cache bien son jeu alors...

    Moi aussi, ça me donne envie de le revoir

  • Aliak

    07/02/2005 à 22h53

    Répondre

    Grrr, désolé il y a une sorte de reportage sur les expériences de Michel Gondry mais le tout est en anglais non sous titré. Ils n'ont pas pris la peine d'en faire. Du coup je ne les ai pas beaucoup exploré.


    Tout ce que vous avez dis est intéressant. Je ne m'étais posé aucune questions sur le sort du personnage de Kirsten Dust, et je n'ai pas eut le temps de m'en poser que vous y avez répondu.

    Pour essayer de résumer le film, il puise sa force dans le fait que cette idée n'est jamais abandonnée tout au long du film : L'amour n'est pas quelque chose d'éternel. Et comme vous l'avez dis, il y a une lassitude, des différents qui s'installent, etc.
    Il faudrait bien que je revois le film avant de trop m'avancer. Mais il me semble que le film établit cela comme un constat et non comme une hypothèse à vérifier. On ne peut donc pas s'aimer toujours et vivre la même passion pour toujours, les choses peuvent aller mal et pour se construire, rien ne sert d'effacer ses souvenirs.

    A la fin le constat ne change pas mais si ajoute des "closes" : ils repartent en sachant déjà ce que l'un et l'autre pensent de l'autre, c'est un pas vers l'acceptation des défauts de l'autre. Ils vont forcément repartir différement. Et même cette expérience d'effacement de souvenirs aura été bénéfique. Et là c'est la fin, une fin super ouverte finalement. Elle peut donc dérouter un peu ^^.

    En espérant être compréhensible et ne pas m'être trop amballé ^^.

  • Grrr

    10/02/2005 à 11h06

    Répondre

    J'aurai bientôt la réponse à mes questions techniques
    Ce dvd contiendra une partie sur les trucages du film !

    Pour le reste j'en sais rien (il faut que je me hâte de le revoir), par contre ce qui m'étonne c'est que je ne me suis pas posé autant de question pour Lost in Translation , que j'ai pourtant préféré à Eternal sunshine of the spotless mind!
    Pourtant Le film de la Sofia est assez elliptique , c'est drôle

  • hiddenplace

    11/02/2005 à 00h04

    Répondre

    Tiens? en quoi compares-tu ces deux films? (ça ne me serait pas trop venu à l'idée...)
    Autant je conçois les ellipses (de par le côté pèle-mèle du montage/ des souvenirs de Joel) dans Eternal Sunshine, autant je vois assez peu d'ellipses dans Lost in translation. Juste quelques (beaucoup de!) non-dits de la part des personnages, mais pas trop d'ellipses (ou alors des touts petits comme la scène du resto-barbecue)...le récit me semble plutôt linéaire dans ce dernier.

  • Grrr

    11/02/2005 à 00h40

    Répondre

    hiddenplace a dit :
    Tiens? en quoi compares-tu ces deux films? (ça ne me serait pas trop venu à l'idée...)
    Autant je conçois les ellipses (de par le côté pèle-mèle du montage/ des souvenirs de Joel) dans Eternal Sunshine, autant je vois assez peu d'ellipses dans Lost in translation. Juste quelques (beaucoup de!) non-dits de la part des personnages, mais pas trop d'ellipses (ou alors des touts petits comme la scène du resto-barbecue)...le récit me semble plutôt linéaire dans ce dernier.


    fais attention t'es sur le point de flooder

    Je les compare pas vraiment !
    J'ai préféré Lost in translation, film sur lequel je ne me suis posé aucune question^^
    Et c'est ESOTM qui me fait réfléchir finalement !
    La fin de Los in Translation est elliptique qd mm Totorette!! Celle du Gondry est plus ouverte qu'elliptique je trouve.....(oui, en fait je compare les fins....^^)

  • tyler

    11/06/2006 à 01h56

    Répondre

    Je viens de voir ce film suite a un conseil d'un de mes amis qui d'ailleurs m'as surpris sur ce choix

    2 h apres insertion du DVD, le film gagne mon estime et reste un des plus beaux et sinceres film que je j'ai jamais vu (classe seconde place)

    Ce qui est etonnant c'est que Kate Winslet soit dynamique et qeu Carrey joue un personnage (qui me ressemble vraiment dans le comportement, c'est ce qui m'as scotche au canape d'ailleurs) qui est simple, timide et qui ne parle pas beaucoup..

    Michel Gondry realise un film qui ne brille pas par les effets speciaux mais par un scenario tordu mais touchant

    Un film que je conseille a tout le monde vraiment car il est vraiment beau

  • Anonyme

    11/06/2006 à 12h32

    Répondre

    Eternel Sunshine? Magnifique..tout simplement.

  • naweug

    12/06/2006 à 11h57

    Répondre

    J'avais aussi beaucoup aimé à sa sortie.

    Pour le personnage de Kirsten Dunst, je l'ai perçu différemment. En effet, elle a beau s'effacer la mémoire de la première relation, elle ne peut s'empêcher de retomber amoureuse.
    Pour moi cela veut plutôt dire que l'amour n'est pas que dans la cervelle. Cela a un petit côté romantique. Et que l'amour est aussi du ressenti, de l'attirance physique. Se faire effacer la mémoire pour oublier l'autre c'est bien beau, mais on ne peut empêcher, si jamais on vient à être à nouveau en contact avec cette personne, que ces sentiments reviennent. On peut le faire lorsqu'il y a rupture et que chacun des protagonistes est conscient de cela (qu'il y ait eu souffrance ou pas).

    Effacer la souffrance de la rupture oui, mais effacer tout ce qui a pu nous rendre heureux tout le temps d'être avec l'autre non. Il y a toujours des bouts qui sont bien trop beaux pour être oubliés.

  • liloulou

    12/06/2006 à 23h21

    Répondre

    Oserais-je dévoiler ce qui n'est déjà plus un scoop ?

    Le prochain Michel Gondry, "The silence of sleep", est une véritable bombe poétique !! (et oui, j'ai mes sources qui ont déjà vu le film, lol !)

    Donc voilà, il doit sortir en août, un mois pourri je dois dire... Je ne sais pas pourquoi ils ont choisi cette date, surtout qu'au départ, il était prévu pour être présenté à Cannes... Enfin, même si vous vous bronzez sur la plage ou dans des salles d'UV, allez-y : la plupart de la déco des rêves est faite réellement et pas en numérique et de petits bijoux d'animation ont été réalisé par le créateur de Chapi Chapo, en animation traditionnelle ! (Vous commencez à imaginer l'univers du film ?! onirique, drôle et touchant !)
    Du pur Michel Gondry, quoi !
    Je ne dévoile rien de plus, ça serait idiot de ma part !

  • tyler

    12/06/2006 à 23h55

    Répondre

    De toute de facon, Gondry est vraiment un realisateur hors pair. y a qu'a voir ses clips et Eternal

  • hiddenplace

    12/06/2006 à 23h57

    Répondre

    liloulou a dit :
    la plupart de la déco des rêves est faite réellement et pas en numérique et de petits bijoux d'animation ont été réalisé par le créateur de Chapi Chapo, en animation traditionnelle ! (Vous commencez à imaginer l'univers du film ?! onirique, drôle et touchant !)


    Arf, comme je t'avais déjà dit (et surtout au vu de la conception des décors, chose qui suffirait à me convaincre), j'ai vraiment très très hâte de le voir, celui là!!!

    Chapi chapo, en plus, quelle référence!!

  • Anonyme

    17/06/2006 à 22h42

    Répondre

    liloulou a dit :
    Oserais-je dévoiler ce qui n'est déjà plus un scoop ?

    Le prochain Michel Gondry, "The silence of sleep", est une véritable bombe poétique !! (et oui, j'ai mes sources qui ont déjà vu le film, lol !)


    Justement j'allais en parler...
    pour la date de sortie, ben peu de films sortent en aout, c'est le seul moment ou il peut se démarquer, car maintenant la cinéma c'est surtout se faire de la pub, après tout se fait pour la promo dvd...



    Bon sinon, ben c'est génial, poétique, Gondry maitre le sujet sur les souvenirs, les sentiments les rêves de façon tellement surréaliste mais surtout tellement maitrisé qu'on aimerai connaitre l'amour de façon aussi étonnante, son histoire est un générateur de fantasmes.

    Techniquement et scénaristiquement ,c'est mieux que son premier essai, on sent qu'il s'améliore et ses problèmes de rhytme commencent à ne plus déranger.

    J'ai hate...

  • Umbriel

    01/08/2007 à 01h05

    Répondre

    Un des mes films cultes... Sublime, j'avais qu'une envie en sortant du ciné : y retourner, le revoir... Je l'ai regardé une deuxième fois, est ce que la magie allait reprendre et oui, elle a reprit !!!


    Carrey est éblouissant dans ce film, stupéfiant, dans un registre où on ne l'attend pas vraiment : celui d'un homme blessé, amoureux, qui sous le coup de la colère veut faire "comme elle", effacer leur histoire. Et on vit avec lui son histoire, mais à l'envers. On commence par les disputes, les engueulades, les unes après les autres, puis on revient à l'inverse de l'histoire, on retrouve les sentiments du début, on se souvient du "pourquoi on l'aimait", ce qui nous attirait chez l'autre... La mise en scène est superbe, les disparitions, les effets spéciaux assez impressionants (peut être moins après avoir vu plusieurs fois le film)...


    Alors certes, certains trouveront discutables qu'ils se retrouvent que ça fait trop "happy end", non, ils se laissent juste une chance, ils savent qu'ils ont merdés une première fois, ils tentent une seconde fois, en reprenant vraiment à 0 car sans leur mémoire.


    Le film est tantôt touchant, tantôt drôle... J'ai adoré ce film, et je ne m'en lasse pas. 

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques