2.5/10

Espion et demi

Bah Deux et Demi

Tout compte fait, on pourrait affirmer que Rush Hour a relancé l'industrie du Buddy Movie. Reste maintenant à déterminer s'il s'agissait d'une bonne nouvelle, s'il l'on prend en compte les Showtime et autre Bad Company qui se sont empressés de s'engouffrer dans la Tendance Attitude, sans pour autant oublier l'inévitable Rush Hour 2. Le point commun entre tous ces films ? Un noir, et un blanc, opposés sur beaucoup de plans, sont contraints de faire équipe pour la bonne cause, ils se détestent en premier lieu, puis ils s'adorent. C'est beau, c'est chaud, ça fait des entrées, et ça donne Espion et demi.

Alex Scott (Owen Wilson), petit espion sans grande envergure, se voit confier la délicate mission de récupérer le dernier bijou de l'armée américaine, l'avion furtif « Sabre de Feu ». Ravi de pouvoir enfin faire ses preuves, il déchante rapidement lorsqu'il comprend que le plan implique la coopération de Kelly Robinson (Eddie Murphy), un phénomène de la boxe sur-prétentieux s'envolant pour Budapest afin de conquérir sa cinquante-huitième victoire d'affilée...

Pas la peine de faire un dessin, Alex est l'espion un peu maladroit mais néanmoins compétent, Kelly est la Bad Company qui manque de foutre par terre la mission à tout moment. J'ai dit Buddy Movie ? Oui, je l'ai dit. Aussi, les deux compères malgré eux auront quelques problèmes de communication et d'entente, mais rassurez-vous, cela ne durera pas éternellement, le temps que chacun accepte l'autre et mette un peu d'eau dans son vin. Scénario déjà vu, déjà ressassé, déjà revu, déjà re-ressassé, etc.

Conséquence directe, les scénaristes se sont arraché les cheveux à trouver des idées originales sortant un peu du cadre de la banalité. Et visiblement, le scalp fut très peu utile. C'est bien simple, on ne rit pas. Eddie Murphy a beau se démener avec son rôle habituelle de Black très grande gueule mais avec un grand coeur, l'impression qu'il ressort la même soupe à n'importe quelle occasion ne décroche pas une seconde. Et nous survolerons volontairement les rôles de Owen Wilson et de Famke Janssen, dénués de tout aspect comique si ce n'est une amourette de bas étage qui permettra de grapiller quelques minutes supplémentaires. Tiens, je n'ai pas encore parlé de l'histoire ? Franchement, déjà qu'à la base l'idée du Buddy Movie repose presque entièrement sur les deux têtes d'affiche, si en plus l'intrigue se désespère dans une partie maigrichonne d'espionnage d'un genre « sauvons l'Amérique des méchants terroristes », le dépôt de bilan est proche.

Un petit Buddy Movie simpliste dans ses moindres aspects, dénué du peu d'inventivité que réclamerait un projet sérieux, réussissant le tour de force d'ennuyer le spectateur aux moments où il devrait se vautrer par terre de rire. A quand un vrai bon film avec Eddie Murphy ?

A découvrir

Jason X

Partager cet article
A voir

Radio rebels

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques