7/10

Erin Brockovich

Une forte tête

Erin Brockovich, mère de trois enfants, ayant déjà divorcé à deux reprises, est une simple secrétaire dans une petite firme d'avocats. Jugée trop extravagante et naïve, voire même incapable, elle tombe un jour sur un bien curieux dossier, évoquant les malheurs des habitants d'une petite bourgade située à proximité d'une très grande usine. Elle découvre rapidement qu'ils sont les victimes de maux pour le moins graves : céphalées à répétition, saignements de nez et tumeurs. Ces maladies seraient la conséquence de l'emploi et le rejet par cette usine de "chrome 6" reconnu pour ses effets toxiques et destructeurs. Erin Brockovich va à force de courage et de détermination convaincre le patron de sa firme à poursuivre les responsables : les propriétaires d'une très importante multinationale américaine. Ceci au risque de sacrifier sa vie privée.

D'abord, Erin Brockovich raconte l'histoire vraie de cette femme qui a voulu défier les plus hauts placés. Une femme au caractère ardent, à la répartie sans égale, qui n'a pas la langue dans sa poche. Bref, une femme de tête, sensible, un peu exigeante mais terriblement attachante. Il y a en elle la femme proprement dite, qui s'affirme en tant que telle, qui porte des micro-jupes et des décolletés à sa convenance malgré les regards curieux ou moqueurs. Elle est terriblement féminine, et les deux abandons dont elle a été la victime l'ont endurcie. Erin Brockovich est une femme séduisante. Et elle le sait.

Et puis il y a en elle la mère. Ses trois enfants sont toute sa richesse. Vivant au milieu des cafards sans un sou en poche, elle tente de donner à sa descendance une éducation correcte et aussi beaucoup d'amour. Bouleversante de tendresse, elle souffre néanmoins car son travail tend à l'éloigner de sa progéniture.

Et ce personnage d'Erin Brockovich ne serait rien sans Julia Roberts, son interprète. Différente. Elle est différente dans ce rôle. Plus sensible, en proie à des moments de fragilité, voire de folie, et à des effusions de joie et de tendresse, elle vous étonnera. Inspirée et très crédible en combattante acharnée, elle est omniprésente à l'écran. Le deuxième atout du film est sa réalisation : signée Steven Soderbergh, à qui l'on doit Traffic et Sexe, Mensonges et Vidéo entre autres, elle transforme une simple saga judiciaire en une aventure passionnante et mouvementée. Filmé un peu à la manière des reportages, Erin Brockovich nous présente un choc d'univers : celui des multinationales, où l'argent garantit un bonheur suffisant et où le malheur des autres n'a que peu d'importance ; et celui des gens ordinaires, qui aspirent à une vie simple, tendre et sincère.

Le film est une réussite mais il n'est tout de même pas à mettre entre toutes les mains. C'est une oeuvre importante qui donne à découvrir un personnage sidérant qui nous donne une leçon de courage épatante. C'est une oeuvre qui laisse pensif, quant à la véritable nature de l'homme. C'est Rousseau qui disait que l'homme naissait naturellement bon mais que c'était la société qui le corrompait.

A découvrir

Joueurs (Les)

Partager cet article

A propos de l'auteur

2 commentaires

  • soso-tess

    23/12/2003 à 00h00

    Répondre

    Ca alors, quel super film, j'ai été ébahie: je le regarderais avec plaisir plusieurs fois sans jamais me lasser. Julia Roberts y est belle, émouvante, courageuse, c'est une véritable leçon d'amour, d'amitié et de solidarité. Un vrai chef-d'oeuvre, dont le succès est amplement mérité d'après moi.

  • Anonyme

    30/01/2010 à 18h52

    Répondre

    Super film !!! Franchement j'adore.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques