3.5/10

Envy

Envy est la preuve qu'un bon casting ne fait pas forcément un bon film. Avec Ben Stiller, le grand acteur comique déjanté qui a brillé dans de nombreux films tels que Disjoncté, Marie A Tout Prix, Mystery Men, La Famille Tenenbaum, Mon Beau-Père et Moi, Zoolander, Polly et Moi, Starsky & Hutch, Un Duplex Pour Trois ou encore Dodgeball, Jack Black, l'acteur-rockeur surexcité qui a acquis une certaine notoriété avec Mars Attacks!, High Fidelity, L'amour Extra-Large et surtout Rock Academy, Christopher Walken, que l'on ne présente plus et Rachel Weisz (La Momie, Le Retour de la Momie, Pour Un Garçon...), on s'attendait à un minimum de qualité.

Malgré Barry Levinson aux commandes (Good Morning, Vietnam, Rain Man, Toys...), Envy se vautre dans la nullité.
Tout d'abord, passées les premières minutes, on s'aperçoit que le film manque cruellement de moments comiques. Exceptées quelques tentatives infructueuses sous la forme de deux-trois bourdes du personnage interprété par Stiller, de blagues pipi-caca (le produit "Vapoorize" - intraduisible en français - , la voiture avec des plaques d'immatriculation marquées d'un "caca king" et d'un "pooczar") et de gags d'une banalité navrante réalisés sans conviction, on assiste à des scènes qui font presque plus dans le dramatique que dans le comique. En conséquence, on n'esquisse pas l'ombre d'un sourire durant toute la durée de l'heure quarante.
Ensuite, les acteurs apparaissent terriblement sous exploités. Même si Stiller est bon dans le registre quasi dramatique, il sert une histoire qui est si mince que sa performance tombe dans le vide. Jack Black, de son côté, en fait des tonnes, s'excitant pour tout et surtout pour rien. Christopher Walken et Rachel Weisz nous livrent des interprétations sans relief dans des seconds rôles mal définis et creux.
Niveau scénario, Envy donne dans des lieux communs sur la richesse et la jalousie. Enfin, on notera une sorte de narration chantée particulièrement ringarde et irritante.

Compte tenu de tout cela et de l'énorme bide fait aux USA (30 millions de dollars de perte environ), il est donc totalement justifié qu'Envy sorte directement en DVD Zone 2.
Pour ce qui est de voir un Stiller dégénéré, maladroit et excité, on attendra la sortie de la suite de Mon Beau-Père et Moi.

A découvrir

Snatch

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques