6/10

Ecole pour tous (L')

« L'école pour tous ». Une devise aux fortes valeurs républicaines mais seulement applicable aux étudiants, l'inverse, une école ouverte à n'importe quel enseignant, semblant plus ardu à concrétiser. Cette situation insensée fait néanmoins un bon sujet de comédie comme l'ont déjà prouvé Rock academy et le manga GTO où des professeurs peu qualifiés enseignent d'une matière très particulière et s'attirent par la même les égards de leurs élèves. Pour la version française, on transfère simplement ces concepts en banlieue.

Suite à un improbable concours de circonstances, Jahwad, petit délinquant looser, remplace Monsieur Despalin, professeur agrégé de français dans son nouvel établissement, une ZEP. Quid d'un comportement suspicieux, Jahwad réussit sa supercherie et est vite séduit par la nouvelle stature que lui apporte cet emploi ainsi que par sa jolie collègue. Seul problème, il n'y connaît rien en français.

Ce nouveau petit film comique est l'occasion de découvrir une nouvelle tête d'affiche comique : Arié Elmaleh, frère de Gad et connu pour ses apparitions dans les pubs SFR. Un choix qui s'avère aussi judicieux que crédible tant l'acteur tient parfaitement son rôle et sait se montrer drôle. D'ailleurs, le casting est la principale qualité du film puisque tout le monde joue juste, de l'élève dissipé à la professeur hystérique. Un fait suffisamment rare à signaler pour une comédie française. Vincent Desagnat réalise même sa meilleure performance dans le rôle d'un prof névrosé. Le reste du film est moins concluant. L'histoire reprend la trame basique du genre avec son lot de démagogie. Le collège semble aussi bien trop propre et carrément dépeuplé pour être crédible. Jahwad n'enseigne ainsi qu'à une seule classe. Heureusement, les scènes comiques étoffent ce scénario faiblard puisqu'on y appréciera quelques bonnes trouvailles ou formules bien senties. Rien de génial mais assez de bons moments pour sourire, voire plus.

L'école pour tous ne va pas révolutionner la comédie française mais n'en avait nullement l'intention. Le film est ce qu'il prétend être : un bon petit divertissement. Pas de quoi se plier de rire ni de rester stoïque tout le long mais assez pour changer les idées pendant une heure et demie. Et c'est toujours ça de pris.

A découvrir

Pulse

Partager cet article

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Anonyme

    19/08/2010 à 16h51

    Répondre

    incoherence totale :


    déjà dans un collège un professeur enseigne plusieurs classes et dans le film "l'usurpateur" n'a que une classe . C'est pourri !


     GTO c'est 100 fois mieux


    passez votre chemin

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques