6.5/10

Echange - 2001 (L')

Ex-Gladiateur cherche femme éplorée pour échange

Si le nom Taylor Hackford ne vous dit rien, il garde cependant pour nombre d'entre nous une certaine valeur en tant que réalisateur. Car, dans un paquet de films relativement méconnus, l'un d'entre eux peut se vanter d'avoir recueilli un succès considérable aussi bien publique que critique, L'Associé du Diable (que je recommande chaleureusement). Mais mettons un peu de côté le fantastique, et faisons route vers l'amérique du sud pour un nouvel affrontement avec le terrorisme organisé...

En Amérique Latine, un groupe terroriste réputé pour son activité sur le marché de la drogue capture Peter Bowman (David Morse), un ingénieur américain supervisant les travaux d'un barrage pour une riche compagnie pétrolière. Envoyé sur place pour gérer les négociations de rançon en compagnie de la femme de l'otage, Alice (Meg Ryan), l'expert Terry Thorne (Russell Crowe) est contraint de laisser l'affaire quand la boîte censée assurer Peter met la clef sous la porte. Alice ne peut que s'en remettre aux autorités locales, à moins que Terry n'accepte de travailler sans l'accord de ses supérieurs...

Couple charmant presque au diapason, visage du ménage américain quasiment idéal, frappé dans l'âme et dans le coeur par on ne sait quels monstres de terroristes assoiffés par un paquet de billets verts. Russell Crowe à la rescousse, expert sauvetage-et-rassurage de femme éplorée, qui doit prendre sur lui pour entamer les négociations et ramener M. Bowman sain et sauf. Car il s'agit bien de pourparlers, surtout de pourparlers, bras de fer entre l'australien - négociateur et un dirigeant terroriste méchamment accenté, entrecoupé de quelques reportages sur Peter et sa nouvelle vie trépidante. Le pèpère va tout de même y rester quelques mois ! Pourtant majoritairement dénué d'action, l'Echange parvient à conserver un certain rythme en orchestrant savamment le jeu que se livrent terroristes et sauveteurs, si l'on excepte les quelques actions « explosives » qui ne montrent finalement pas beaucoup d'intérêt pour l'histoire, et un certain nombre de passages assez creux. Les deux têtes d'affiche se contentent de suivre à la lettre l'indicatif de leurs personnages, tous les deux plutôt moyens au regard de ce qui aurait pu en être fait. Peut-être la faute à un scénario un brin moins profond qu'il ne voudrait s'en prétendre, et à quelques sous-histoires (le terroriste revanchard, la compatissante, etc.) brèves et vite expédiées.

Néanmoins une belle réussite, compte tenu d'un scénario tout de même assez basique, et d'un soupçon de problématique amoureuse inappropriée. Mais le joli minois de Meg Ryan et l'assurance du gladiateur Russell Crowe, associés à une réalisation presque au poil, parvient à effacer l'ardoise et nous contenter pendant deux heures.

A découvrir

Studio 54

Partager cet article
A voir

Ponette

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques