8/10

Drive, la vengeance du scorpion

Si vous êtes passés à côté des critiques dithyrambiques de Drive, c'est sans doute que vous habitez sur une autre planète. Car le film dont la mise en scène a été primée à Cannes est sans doute la sensation du mois d'octobre, en tout cas du point de vue de la presse. Étrange pour un film qui ressemble de loin à un Fast and Furious like : des courses de bagnoles, un paquet de pognon, de jolies filles, parfois à moitié nues... Bref le genre de film que l'on fuit généralement d'emblée. Pourtant cette unanimité de la presse et ce prix à Cannes ne peuvent qu'engendrer une certaine curiosité.

Onirisme...

La scène d'introduction est une scène d'anthologie tenant en haleine le
Un mec à la cool
spectateur pendant 5 minutes : c'est le temps qu'il faut au conducteur (qui n'a pas de nom dans le film) pour aider deux truands à disparaître dans la nature après un casse. Cinq minutes d'un suspense qui cloue le spectateur au siège, cinq minutes qui ne peuvent que s'imprimer dans les mémoires. Pourtant, dès la scène suivante, Nicolas Winding Refn (remarqué pour Valhalla rising et Bronson) nous emmène dans une toute autre voie : son héros mutique, cascadeur et mécano le jour, passe plus de temps à découvrir sa jolie voisine et à profiter de la vie avec celle-ci et son jeune fils. C'est bien simple, à certains moments, on croirait presque avoir affaire à du Terrence Malick dans la capacité à filmer l'esthétique lenteur de la vie qui se passe. Mais Nicolas Winding Refn sait s'arrêter à temps : cette plénitude parvient à donner à Drive un côté brumeux, onirique qui berce le spectateur sans l'endormir. D'autant plus que par petites touches, la réalité revient et le conducteur se voir forcé de quitter ce petit monde douillet pour affronter d'abominables truands, juste après un nouveau décompte de cinq minutes qui fonctionne comme un miroir de la scène d'introduction : à ceci près que c'est la violence qui surgit brusquement.

... et réveil brutal

C'est dans l'apparition d'une violence, qu'on imagine larvée dans la première
Un mec toujours à la cool, mais un peu moins
partie, que se situe la principale qualité de Drive : le conducteur gentil, voire gentillet se mue en une machine impitoyable, un véritable Terminator que seule la mort peut stopper. La transformation est saisissante, tellement saisissante qu'on ne peut s'empêcher de penser à ce gars sans nom, sans attaches. Qui est-il vraiment ? Que signifie ce scorpion qui orne son blouson du début à la fin ? Pourquoi n'y a-t-il pas d'appartement 406 entre le 405 du conducteur et le 407 de sa voisine ? Autant de questions qui resteront sans doute sans réponses. Comme restera sans réponse la fin qui appelle à de multiples interprétations.

À l'arrivée, Drive est donc une demi-surprise : il se prélasse pendant la moitié du temps dans une atmosphère quasiment onirique et sombre brusquement dans le polar le plus sordide. Et si par hasard, vous êtes arrivés devant Drive portés par la bande-annonce, comme cette fameuse Américaine nommée Sarah Deming, laissez-vous aller à regarder ce film différent et singulier doté d'une superbe bande originale.

A propos de l'auteur

Intéressé par beaucoup trop de sujets, nazonfly est en charge de la partie Musique Krinein depuis quelques années. Ce qui ne l'empêche pas de visiter les territoires des livres, du cinéma, des médias et même de sciences et tech.

9 commentaires

  • Flob

    18/10/2011 à 13h37

    Répondre

    Il n'y a ptet pas d'appart 406 car il est situé côté pair... ;D
    Sinon, Drive est vraiment l'un des films de l'année, voire même LE film pour moi... (Et cette bande originale !..)http://cinema.krinein.com/drive-vengean ... 17434.html

  • gyzmo

    18/10/2011 à 13h59

    Répondre

    BO type 80's magnifique. Perso principal atypique. Scénario très prenant. Photographie vraiment superbe (avec de beaux cadrages). Violence brutale façon Gaspar Noé (en moins trash). Ron Perlman.

    Effectivement, très bon métrage !

    (pour l'anecdote, une spectatrice américaine - je crois - a porté plainte contre la bande-annonce mensongère qui vendait le produit en tant que clone de Fast and Furious > alors que y'a un peu de bagnole et de poursuite, mais beaucoup moins que ce que le titre laisse imaginé, Drive étant un Polar sombre avant tout).

  • nazonfly

    18/10/2011 à 14h33

    Répondre

    Flob a dit :
    Il n'y a ptet pas d'appart 406 car il est situé côté pair... ;D
    Sinon, Drive est vraiment l'un des films de l'année, voire même LE film pour moi... (Et cette bande originale !..)
    http://cinema.krinein.com/drive-vengean ... 17434.html


    Non, justement, on voit les appart 405, 407, 408. M'enfin c'est ptet différent aux Sssssstates (mais ça m'a occupé l'esprit).

    gyzmo a dit :
    pour l'anecdote, une spectatrice américaine - je crois - a porté plainte contre la bande-annonce mensongère qui vendait le produit en tant que clone de Fast and Furious


    C'est bien la Sarah Deming citée dans l'article

  • Sylvain

    18/10/2011 à 16h40

    Répondre

    Ca faisait des années que ce ne m'était pas arrivé, mais j'ai été subjugué par ce film. Le rythme est OK, les acteurs sont OK, le scénario est OK, la photo est OK, la BO est OK, il n'y a rien a jeter.

  • hiddenplace

    18/10/2011 à 18h58

    Répondre

    Tout pareil que tout le monde

  • alice27

    14/11/2011 à 13h26

    Répondre

    Ce film est surprenant mais fascinant! J'avais peur de n'assister qu'à une série de courses de voitures ... Mais le personnage principal est très intéressant à analyser, et chacun peut en faire une interprétation personnelle, j'ai adoré!

  • froo

    16/11/2011 à 21h40

    Répondre

    Ryaaaaaaan !


    (plutôt chouette comme film sinon !)

  • naweug

    11/12/2011 à 14h55

    Répondre

    Bon c'est loin d'être LE film exceptionnel dont tout le monde parle. C'est sympa, mais ça se réveille et s'enchaîne un peu trop vite/facilement à mon goût. J'aimais bien le départ bien tranquille et le mutisme du perso principal. M'enfin c'est pas mal quand même..

  • Choucroot

    11/12/2011 à 17h50

    Répondre

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques