7/10

Dracula : mort et heureux de l'être

Leslie Nielsen est mort. Quelle tristesse ! On aurait aimé qu'un vampire le morde et qu'il puisse vivre à tout jamais. Mel Brooks en avait bien fait un Dracula de parodie, mais c'était pour de faux.

Dracula, nous dit-on souvent, est l'un des personnages les plus adaptés au cinéma. Parmi ceux qui ont porté la cape, on peut évidemment citer Max Schreck, Bela Lugosi, Christopher Lee ou... Leslie Nielsen. Le regretté Leslie Nielsen a en effet prêté sa classe naturelle et son humour pince-sans-rire à la parodie Dracula : mort et heureux de l'être signée par l'inénarrable Mel Brooks à qui l'on doit Frankenstein Junior et le désopilant Sacré Robin des Bois. Un tel titre sent la traduction foireuse mais il s'agit simplement de la traduction littérale de Dracula : dead and loving it. Rien de bien original dans cette nouvelle adaptation qui suit fidèlement le roman de Bram Stoker.

Les enfants de la nuit, je vous laisse constater la pagaille qu'ils sèment

La classe transylvanienne
La classe transylvanienne
À partir de cette histoire plus que connue, Mel Brooks base principalement son film sur une succession de gags assortis à des jeux de mots que même les rédacteurs de Krinein n'oseraient utiliser. Un simple exemple avec cette échange entre Van Helsing et le Dr Seward, le père de Minna :

- Est-ce que vous avez Nosferatu ?
- Oui, nous avons vos Sferatu, nous les avons reçus aujourd'hui par la poste.

Hum. Voilà. J'ai presque honte de l'écrire (d'autant plus que la blague n'est pas d'origine). Heureusement le film est truffé de situations comiques : des jets de sang impromptus, des ombres très indépendantes de leur propriétaire, des maladresses et quiproquos inévitables et surtout des chutes en tout genre, des chutes que l'on guette comme on regardait auparavant (mais jamais sans le dire) Vidéo Gag. L'entrée de Dracula se fait ainsi sur une très belle chute dans les escaliers de son manoir, tandis le gag de la fenêtre qui se referme sur Dracula transformé en chauve-souris est tout simplement imparable. On appréciera ou pas, mais le fait de découvrir Dracula : mort et heureux de l'être assez jeune est certainement un plus pour rire de ces blagues.

Elle deviendra l'une de ses semblaaaaaaaaableus

Certainement pas un enfant de l'ennui
Certainement pas un enfant de l'ennui
En réalité, le film tient surtout sur la performance d'un trio d'acteurs au sommet : Leslie Nielsen dans le rôle de Dracula, Mel Brooks dans celui de Van Helsing et Peter MacNicol dans celui de Renfield. Ce dernier, qu'on avait vu dans SOS Fantômes II et qui a depuis connu la célébrité en jouant John Cage dans Ally McBeal, joue un rôle désopilant de fou zoophage dévorant mouches et cafards : personne ne peut avoir oublié cette fameuse scène où, se jetant sur une sauterelle, il nie l'avoir avalée tout en laissant une patte dépasser de sa bouche. Véritablement LE personnage le plus drôle du film. Mel Brooks, quant à lui, campe un Van Helsing à l'accent tranché ; le voir tenter d'expliquer que l'on a affaire à un fompyr est l'un des grands moments de Dracula : mort et heureux de l'être. Enfin le rôle majeur va à ce fameux Leslie Nielsen qui s'est fait une deuxième jeunesse dans la comédie avec ses apparitions remarquées dans Y a-t-il un pilote dans l'avion ?, Y a-t-il un exorciste pour sauver le monde ?Scary Movie 3 & 4 et bien sûr dans la série des Y a-t-il un flic ? (pour sauver la Reine, pour sauver le Président, pour sauver Hollywood, pour sauver l'Humanité). Dans la peau de Dracula, il parvient à endosser deux attitudes antinomiques : très classe, il incarne la noblesse polie du Comte quelques secondes avant de voir inévitablement ses plans se réduire en miettes et en éclats de rire. Nous citerons en exemple la scène où il tente vainement d'hypnotiser l'ouvreuse du théâtre.

Ajoutez à ce brillant tableau quelques donzelles apparemment recrutées plus pour la taille de leur poitrine que pour leur jeu et vous avez une parodie très drôle, visuellement réussie (les décors et costumes sont réellement magnifiques). En bref, du tout bon avec des répliques éminemment cultes.

A découvrir

Holiday

Partager cet article

A propos de l'auteur

Intéressé par beaucoup trop de sujets, nazonfly est en charge de la partie Musique Krinein depuis quelques années. Ce qui ne l'empêche pas de visiter les territoires des livres, du cinéma, des médias et même de sciences et tech.

14 commentaires

  • nazonfly

    29/11/2010 à 10h08

    Répondre

    Ah non c'est pas juste !

  • Anonyme

    29/11/2010 à 12h46

    Répondre

    Tout un pan de ma jeunesse qui part.


     Bon voyage.

  • Nicolas

    29/11/2010 à 18h40

    Répondre

    Pareillement, j'ai été un grand amateur des pitreries de Franck Drebin, et je regardais coupablement les productions plutôt moyennes qui ont suivi.


    See you later.

  • gyzmo

    29/11/2010 à 19h01

    Répondre

    Police Squad et ses génériques de fin, c'était quelque chose quand même. Me regarderais bien les six épisodes de la série  un de ces jours !


    Nielsen, ça muscle les zygomatiques.

  • anotherpotatoworld

    29/11/2010 à 22h04

    Répondre

    Heureusement que la relève est déjà là, avec des films comme "mords-moi sans hésitation".....


    ...


    ...


    Oh non, c'est trop dur ! Reviens Leslie !!!

  • sven

    30/11/2010 à 00h43

    Répondre

    Y a-t-il un flic pour sauver le président? restera à jamais le film le plus drôle que j'ai vu au cinéma...



    RIP Leslie

  • el viking

    30/11/2010 à 19h11

    Répondre

    et ben... décidemment, c'est toujours les meilleurs qui partent en premier!

  • Canette Ultra

    03/12/2010 à 10h11

    Répondre

    la scène du fompyr est ce qui m'a le plus marqué (sauterelle mis à part)

  • Lestat

    03/12/2010 à 15h15

    Répondre

    c'est dans ce film que Dracula mord dans une poupée gonflable ?

  • nazonfly

    03/12/2010 à 15h16

    Répondre

    Non

  • Lestat

    03/12/2010 à 15h18

    Répondre

    alors c'est dans Dracula Père et Fils.

  • Anonyme

    03/12/2010 à 17h52

    Répondre

    un grrrand coup !!!!

  • riffhifi

    06/12/2010 à 13h12

    Répondre

    Le titre "dead and loving it" est à mon avis un clin d'oeil à Max la Menace, créé par Mel Brooks.


    "Max, you will be risking your life every minute!

    - And loving it."

  • Anonyme

    21/12/2010 à 22h40

    Répondre

    Faudrait quand même pas qu'elle devienne une de ses semblables à la fin du film.... les spectateurs de mon acabis risqueraient de trouver le temps long.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques