Dossier spécial - Les scientifiques au cinéma

Salut à toi Krinaute,

Aujourd'hui, pour fêter l'arrivée de la rubrique « Sciences et Hi-Tech » de Krinein, voici un petit dossier consacré aux scientifiques au cinéma. En effet, il est devenu de plus en plus fréquent de faire ce qu'on appelle des biopics, c'est-à-dire des films biographiques concernant des personnalités. On a tous en tête les transpositions des vies d'Edith Piaf, Ray Charles, Ed Wood, Serge Gainsbourg etc… Mais le genre ne s'est pas uniquement attaqué aux artistes, différents scientifiques ont aussi eu le droit de voir leur existence transformée en film. La plupart de ces récits dépeignent souvent non pas les travaux eux-mêmes, qui sont parfois beaucoup trop complexes pour pouvoir être compréhensibles par tous, mais plutôt la personnalité des scientifiques. C'est pourquoi les films qui vont suivre ne concernent pas forcément de grands hommes connus par tous qui ont révolutionné la science, mais davantage des personnalités atypiques dont le parcours semblait être un bon sujet de scénario. Voici donc le dossier spécial : les scientifiques dans le cinéma !

 


Clique "J'aime".
Un réseau pour les dominer tous.

La rubrique « Sciences et Hi-Tech » est toute jeune mais elle contient déjà un article sur Facebook, donc ce dossier se doit de commencer avec une référence au petit génie de l'informatique, Mark Zuckerberg, incarné par Jesse Eisenberg dans The Social Network. On a connu David Fincher plus actif dans les thrillers noirs et tordus mais il faut reconnaitre que son film sur le créateur de Facebook a quand même une certaine stature. Pour le coup, le portrait n'est pas vraiment engageant, le petit geek apparaît tour à tour arrogant, frustré, égoïste, manipulateur et malhonnête. Il n'en devient pas pour autant attachant, comme c'est souvent le cas dans ce genre de film, et on finit sur une impression étrange devant ce milliardaire si détestable. L'intérêt du film est aussi de ne pas tomber dans l'écueil de la critique convenue et facile des réseaux sociaux pour davantage se concentrer sur Zuckerberg. Au final on a une plongée intéressante dans un esprit complexe et perturbé.

 


C'est moins évident pour faire ses lacets...
L'éco ça rend fou.

Parlons maintenant un peu d'économie avec Un homme d'exception, la biographie plus ou moins exacte de l'économiste et mathématicien John Forbes Nash Jr. surtout connu pour avoir créé la théorie des jeux. Qu'est-ce que la théorie des jeux me diras-tu ? Et bien je vais te l'expliquer comme on me l'a à moi-même expliqué : imagine deux vendeurs de glace sur une plage. Chacun reste d'un côté de la plage et ils se partagent donc les clients de manière égale. Mais le vendeur A va vouloir se rapprocher du milieu de la plage pour pouvoir empiéter sur les clients de son collègue, cependant, comme le vendeur B va avoir le même raisonnement, les deux vont se retrouver côte à côte et vont devoir baisser leurs prix pour vendre en situation de concurrence. Donc à partir d'un raisonnement rationnel visant à maximiser leur profit, les deux vont arriver à une situation où ils ne gagnent pas autant qu'ils ne le pourraient. Voilà Krinaute c'était la minute économie de Krinein ça t'a plu ? Et le film dans tout ça ? Et bien on voit Nash devenir de plus en plus timbré car il est aussi schizophrène. Russell Crowe est pas mauvais mais personnellement le film ne m'a pas marqué même s'il se laisse regarder avec un petit plaisir. En tout cas un film sur un économiste c'est assez rare pour être signalé et donc il mérite largement sa place dans ce dossier !

 


Maintenant, imagine ce type avec un scalpel...
L'histoire du médecin-clown.

Ce film par contre m'est un peu plus resté en mémoire mais pas pour les bonnes raisons. Il s'agit de Dr. Patch, l'adaptation cinématographique de la vie du docteur Patch Adams qui a révolutionné la médecine dans les années 1970 en mettant le psychisme du patient au centre de sa guérison. Il considérait que le rire et l'écoute pouvait aider le patient à mieux se remettre. C'est un grand médecin auteur de travaux énormes et qui a un look un peu particulier, un peu clownesque justement. Et ce film est l'équivalent cinématographique d'une coloscopie pour le pauvre docteur… En effet, il est incarné par Robin Williams qui joue encore et toujours le même rôle de mec légèrement fou avec un cœur gros comme ça…  Et l'écriture du film massacre complètement le travail d'Adams en le montrant perpétuellement comme un clown qui de temps en temps joue au médecin. Il va même jusqu'à entrainer une de ses collègues à la mort et il cambriole un hôpital pour soigner des patients à domicile sans licence ! Et le pire dans tout ça c'est que tout le film nous le montre comme le gentil à qui tout souris à la fin sans même remarquer les actes stupides que le scénario nous balance dessus. Il ne rend absolument pas justice au travail du vrai docteur Adams qui d'ailleurs n'a même pas aimé le film trop romancé et éloigné de la réalité.

 


On est loin du: "Dîtes 33".
J'en perds mes mots.

J'aurais jamais pensé dire ça un jour mais on va rapidement évoquer un superbe film sur un orthophoniste. Bon d'accord pas n'importe lequel puisque c'est Lionel Logue, l'orthophoniste attitré de Georges VI dans Le discours d'un roi. Son altesse n'arrive pas à aligner deux mots alors qu'il est nommé roi à la veille de la seconde guerre mondiale mais il est sauvé par la patience et l'imagination d'un petit médecin quelconque. Le film s'attarde un peu sur les méthodes de Logue pour pouvoir améliorer le phrasé de « Bertie » et ce sont de loin les parties les plus intéressantes. Le scénario est basé en grande partie sur les relations que les deux hommes entretiennent, comment le futur roi arrive à s'en remettre totalement au savoir-faire du docteur et comment la confiance puis l'amitié naît entre eux. Et puis il faut souligner que Geoffrey Rush est juste parfait en petit médecin pas intimidé le moins du monde par la stature de son patient, ce qui peut le rendre délicieusement impertinent face à l'étiquette de la Couronne. On ne peut donc pas dire que le film soit centré sur le médecin mais tout de même, le rapport patient-médecin est très travaillé et rend l'ensemble du métrage vraiment intéressant à suivre.

 


Ma première euthanasie
c'était McCluskey.
Doctor Pacino and Mister Death.

Le prochain film est un peu particulier puisque c'est avant tout un téléfilm. Je ne suis même pas sûr qu'il soit sorti au cinéma mais au vu de son casting incluant tout de même Al Pacino et des nombreux prix qu'il a gagné, je me permets de le mettre dans ce dossier. Il s'agit de You don't know Jack et il raconte l'histoire du Docteur Jack Kevorkian, un médecin américain surnommé Dr. Death car il a aidé plusieurs centaines de patient à avoir accès à l'euthanasie quand leurs souffrances étaient trop grandes. Pour cela, il a été très critiqué par les milieux religieux et conservateurs et a même fait de la prison pour meurtre au second degré. Il en est sorti à 79 ans et a continué à se battre pour le droit des patients de partir avec dignité. Il est mort l'année dernière, un an après la sortie du film où Al Pacino, extrêmement vieilli pour correspondre au personnage, l'incarne brillamment. Le film peut avoir des moments extrêmement durs, notamment du fait de son sujet mais il ne tombe jamais dans les violons et l'émotion guimauve, c'est ça qui le rend si pertinent et passionnant à regarder. Krinaute, toi qui me lis, je te le conseille vivement !

 

C'était donc le dossier spécial scientifiques, j'espère que ça t'a plu ! J'ai bien conscience qu'il y a davantage de médecins qu'autre chose dans ce dossier mais j'avoue que je manque un peu de références en la matière. Si tu penses à d'autres personnalités que j'aurai oubliées dans ce milieu des sciences et des hautes-technologie, je suis preneur ! Et longue vie à la rubrique Sciences et Hi-Tech de Krinein !

A propos de l'auteur

Je regarde plein de films et sur mon temps libre je suis journaliste. J'ai eu peur devant Paranormal Activity et je me suis endormi devant Interstellar. Mes goûts n'engagent que moi.

8 commentaires

  • Islara

    09/10/2012 à 16h54

    Répondre

    On n'a pas vu le même film. John Nash va mieux à la fin du film qu'au début. Il est d'ailleurs très intéressant de noter que la guérison est intimement liée au moral du patient (plus on est heureux et plus on guérit vite, étonnant, non ?).

    Il est en outre un peu dommage que tu relègues aux oubliettes l'immense humanisme qui ressort de ce film + le grand réalisme avec lequel sont décrites les souffrances des psychotiques (autre nom de la schizophrénie) et ce qu'engendrent les traitements (même aujourd'hui, les médicaments psychotropes sont très éprouvants physiquement et intellectuellement).
    http://cinema.krinein.com/dossier-speci ... 19772.html

  • Hugo Ruher

    09/10/2012 à 19h52

    Répondre

    Il faudra vraiment que je le revoie alors, c'est vrai que ça fait longtemps et que donc il m'était un peu sorti de la tête mais faire ce dossier et lire ton commentaire ça m'a donné envie d'y re-jeter un coup d'oeil.

  • nazonfly

    09/10/2012 à 21h11

    Répondre

    En lisant le titre, j'attendais qu'on parle de Ghostbusters, je vois que ce n'est pas le cas

  • Islara

    09/10/2012 à 21h20

    Répondre

    Pauvre Flammes-and-co, on ne lui fait que des reproches sur ce dossier. Tu me diras ce que tu auras repensé du film, après l'avoir revu.

  • Hugo Ruher

    09/10/2012 à 21h54

    Répondre

    nazonfly a dit :
    En lisant le titre, j'attendais qu'on parle de Ghostbusters, je vois que ce n'est pas le cas


    Et non je ne parle que des vrais scientifiques, sinon y'aurait aussi Dr Jerry et Mister Love, le Professeur Foldingue, le Docteur Doolitle et Godzilla!

  • nazonfly

    09/10/2012 à 22h05

    Répondre

    Oui oui j'avais bien compris. Mais pas à la lecture du titre
    (et non ce n'est pas un reproche, d'ailleurs je me suis creuse vite fait la tête, je ne me souviens pas d'autres scientifiques dont la vie ait été adaptée).

  • naweug

    09/10/2012 à 23h07

    Répondre

    Sympa ce petit dossier !

  • Hugo Ruher

    26/11/2012 à 19h35

    Répondre

    Islara a dit :
    Tu me diras ce que tu auras repensé du film, après l'avoir revu.


    Pour revenir à Un homme d'exception, je viens de le revoir et mon impression est restée la même. Sympa, pas trop mal joué, intéressant dans son propos mais oubliable.
    Les passages d'hallus sont parfois angoissants, certains retournements sont surprenants et la souffrance de John est touchante mais le début est un peu mou du genou et la fin s'étire un peu trop à mon goût.
    Et sinon une musique sympa...

    Après je te rejoins complètement sur l'idée de l'insuffisance (voire de la nuisance) des narcotiques mais d'après moi ça reste secondaire dans le message du film.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques