7.5/10

Doom - DVD

Critique du DVD

Si revoir un film que l'on aime bien ne se fait pas sans craintes, laisser une seconde chance à un film jugé frileusement permet parfois de le réévaluer. C'est donc avec les meilleures intentions du monde, bière dans une main, télécommande dans l'autre et canapé sous le fessier que le DVD de Doom bénéficie de cette séance de rattrapage. Le pied. Pas de parking à chercher, pas de course pour arriver à l'heure, pas de faiseurs de troubles à réduire au silence, rien que soi et le gros engin de The Rock.

Son Big Fucking Gun.

Esprits mal placés.

Bref, ça partait bien. Et bien, patatras, rien à faire. Déjà pas génial au cinéma, Doom reçoit le coup de grâce en DVD et éclate au grand jour comme une adaptation frisant l'affront où une poignée de bidasses marchent dans le noir en vidant leurs chargeurs dans les murs. Si le film d'Andrezej Bartkowiak ne manque pourtant pas de qualités -action plutôt lisible, pas d'exposition inutile, casting charismatique, quelques clins d'oeils sympathiques et un incroyable (faux) plan séquence en vue subjective-, et si The Rock, somme toute plutôt fade en héros, s'avère crédible et convainquant en super-méchant, rien ne vient effacer cette impression de gâchis. Quelques monstres, une poignée de zombies, voila pour le bestiaire. Maigre, surtout pour un fan de la première heure. Quand à l'unité d'élite censée sauver Mars, il s'agit de la plus belle bande de bras cassés vue depuis Armageddon. Et qui de tomber dans un trou, et qui de faire dégringoler une boite, et qui de raconter sa vie dans un couloir plein d'écho, et qui d'anéantir un singe à la gatling... Si c'est cela la fine fleure du corps armé, mieux vaut ne pas avoir à faire aux engagés de base.

Pour ne pas partir perdant, Universal nous propose sur son DVD une version longue de Doom, inédite en salle. Hélas, la valeur ajoutée n'est pas très importante ni même intéressante. Un peu plus de gore, quelques dialogues rallongés, la séquence subjective dans sa durée initiale et un gag nul où deux membres du bataillon mitraillent une femme-zombie en tenue d'Eve. Quiconque ne se souvenant plus du montage cinéma ne verra pas grande différence et le film ne gagne pas davantage en intérêt.

Tirer sur cette ambulance serait inutile, aussi stoppons là la critique du film en lui-même. Aux qualités et défauts déjà énoncées s'ajoutent donc le fait que Doom supporte difficilement le revisionnage.

Le DVD

Depuis peu, l'industrie du DVD part en croisade contre le piratage. Aussi, Doom n'échappe pas au spot préventif ('acheter un film piraté, c'est du vol") et non zappable. Lorsque l'on y accède enfin, les menus sont agréables à l'oeil, reprenant les codes du jeux vidéos et en particulier le design du PDA de Doom 3. Petite fantaisie supplémentaire, langues et sous titres se règlent à partir d'une rubrique "configuration". VF, VO et Français DTS sont ainsi aux choix de l'utilisateur, les sous-titres se répartissant quand à eux entre l'anglais, le français, l'arabe et le bulgare. Compte tenu de l'environnement très sombre du film, l'image est de bonne tenue, rendant justice à cet univers de couloirs baignés d'ombres où ne brillent parfois que quelques yeux de prédateurs. La surprise vient des bonus, qui, ne se sacrifiant pas au discours promo de base, s'axent essentiellement sur les effets spéciaux. Entraînement de base nous montre le coaching des acteurs, sous la tutelles d'un ancien militaire. Tirer comme un militaire, marcher comme un militaire, parler comme un militaire, tout un programme auquel durent se confronter The Rock et ses compères afin d'être les plus plausibles possibles. Chacun y participe de bon coeur, The Rock prenant pour sa part la chose très au sérieux, tout en ne manquant pas de rappeler que tout cela n'est jamais que du cinéma. Le second module, le bien nommé Les Transformations de The Rock consiste en une séquence de maquillage, alors que l'ancien catcheur subit -dans le film- les premiers stades de sa mutation. Il est toujours intéressant de voir parler les maquilleurs. Non seulement parce qu'ils expliquent volontiers leurs travaux, mais aussi parce que la manière dont ils s'y emploient, tout à la fois informative, technique et ludique -un maquilleur est rarement avare d'une bonne blague-, est un bonheur pour le néophyte, qui sort généralement de ses entretiens avec l'envie furieuse de mettre les mains dans le latex. Le cas présent de manque pas à la règle et l'on suit tranquillement la création du nouveau visage d'un The Rock sage comme une image. Créatures toujours avec Les Maîtres des Effets Spéciaux, qui revient sur les différents monstres du film. Surprise : ils sont magnifiques, et pleins de détails ! Quelle frustration que de les voir filmés furtivement dans le noir ! Le démon des égouts se dévoile ainsi comme un superbe costume, dont la tête est ornée de plusieurs paires d'yeux. Ce bonus prend également des airs d'ode aux trucages à l'ancienne, ce qui fait toujours plaisir en ces temps d'images de synthèses bâclées. La Séquence du Premier Tireur, traduction pour le moins étrange, décortique en vérité la séquence en vue subjective. Si le reportage n'est pas renversant, voir un figurant costumé en monstre se transformer en torche humaine permet en tout cas de mieux apprécier le résultat final. Comme pour réconcilier les joueurs avec un film ne répondant pas vraiment à leurs attentes, le bonus suivant, La Nation Doom, revient quand à lui sur le phénomène d'un certain jeu sorti durant les années 90. Entre anecdotes et analyses parfois fumeuses -instrument de découpe mis à part, quel rapport entre Doom et Massacre à la tronçonneuse ?-, la Nation Doom n'oublie pas de faire intervenir ID Software, fait un petit virage du côté de Wolfenstein 3D -on admirera la façon "d'oublier" le contexte nazi dudit jeu- et se construit finalement comme un agréable moment de nostalgie. C'est parti !, sans doute le seul supplément vraiment promotionnel du tout, consiste en une sorte de guide de survie pour joueur de Doom 3. Ce qui n'intéressera que les joueurs de Doom 3. Les bandes annonces -Jarhead et Serenity- terminent le tout.

Une partie bonus sans doute un peu trop policée -pas d'intervention du réalisateur, pas un mot sur le budget (élevé) et le rendu final (fauché)...- mais qui a le mérite d'apporter une réelle substance, surtout lorsque l'on s'intéresse aux trucages. Un parti pris qui a son revers, ceux qui espérait une interview fleuve de The Rock ne devront se contenter que de quelques déclarations piochées ici et là. A la vue de sa prestation enjouée chez nos confrères d'ecranlarge, cela aurait sans doute contribué à pardonner ce film morose.

Partager cet article

A propos de l'auteur

25 commentaires

  • Selena

    25/08/2005 à 13h39

    Répondre

    J'aime bien la tronçonneuse sur la fin. (ce doux ronronnement ).

  • kou4k

    25/08/2005 à 18h00

    Répondre

    j'était réticent a l'idée de voir The Rock en marine apres Le Roi Scorpion et l'habitude de le voir en débardeur exotique et queue de cheval dans ses films, mais je dois avouer qu'avec les cheveux courts et en uniforme militaire, il est credible. au moins, il ne sera pas torse nu avec une hache(quoique...).
    en revanche, la vue subjective, l'idée est géniale, mais j'ai l'impression qu'elle sera trop présente... ca pourrrait nuire et donner l'impression de jouer. et moi, j'y ai déja joué et je veux voir quelquechose de différent où ils expliquent les causes plus profondément. parce que je sens l'absence totale de scenario!
    et le hard rock... c'est pas le genre de film ou je verrai ce style de musique, c'est mort pour le coté flippant en gros. dommage.
    je le verrai par curiosité quoi...

  • iscarioth

    11/12/2005 à 14h12

    Répondre

    J'y suis allé pour voir un nanar d'action, avec des punch lines et de gros biscotos. Et j'ai été plutot servi. Je n'ai trop rien d'autre à rajouter à la critique de Lestat. C'est vrai que le film est assez pauvre en monstres (mais où est passé tout l'argent du budget ?) et qu'on ne ressent trop rien au visionnage...

  • Skywalk3r

    21/12/2005 à 14h02

    Répondre

    C'est vrai qu'il est cool ce gars.
    D'ailleur ca se voit aussi dans Be Cool où il a fait preuve d'une grande autodérision en jouant le garde du corps gay dont je sais plus le nom.

    Je le trouve sympa the rock.

  • iscarioth

    22/12/2005 à 21h40

    Répondre

    The Rock and his coconuts
    Il a l'air vraiment très sympa, à quand l'interview Krinein ?

  • gyzmo

    09/02/2007 à 17h04

    Répondre

    Pas tout à fait d'accord sur les râtés au niveau des FX

    Le visuel n'est pas toujours tiptop, mais il y a pas mal de choses très soignées (la bulle de téléportation, le plasma gun, le bonhomme sur roulette et sa version démoniaque toute en image de synthèse). Après, ça reste une grosse production d'action SF un tantinet horrifique qui manque de punch mais qui assure dans le genre huit-clot. Avec un début soporifique, un milieu ennuyeux, 5 minutes de vue subjective bien foutues, et un final dérisoire, limite ridicule. Jouez aux jeux, c'est tout de même plus sympa (et paraît que c'est bon pour la vue )

  • gyzmo

    09/02/2007 à 17h20

    Répondre

    Ah bé nan, je connais pas
    Par contre, j'ai Canal+ (le film passe en ce moment)

  • kou4k

    09/02/2007 à 17h21

    Répondre

    Ce qui est surtout choquant, quant aux effets spéciaux, même si ils sont plutot corrects, c'est que par rapport au jeu... ben on ne voit rien.

    Là ou le jeu réussissait le pari d'angoisser le joueur au point qu'il ne jouait pas plus de 20mn par jour, avec une ribambelle impressionnante de monstres, tout simplement impressionnants, et un contexte bien trouvé(une force extraterrestre, un mélange entre l'enfer et la science fiction, qui n'était pas sans rappeler le très bon et horrifique "Event Horizon" de Paul Anderson, l'un de ses seuls bons films, d'ailleurs).

    Bon avec The Rock, faut pas non plus s'attendre à grand chose, quand on choisit ce genre d'acteurs, on sait ce qu'on veut, mais quand même, une telle pauvreté dans le bestiaire, un concept ultra-supra-sous-exploité, et une mise en scène vraiment pauvre, qui nous donne envie de pleurer quand on voit tout le potentiel de l'univers de DOOM.

    Le pire, c'est que The Rock tire convenablement son épingle du jeu, avec une interprétation, pas non plus allucinante, mais plutôt bonne.

    Il est vrai que quelques passages valent le coup d'oeil, rien que pour l'idée et le visuel, comme le portail entre mars et la terre, et le système de portes, ou encore le streumon de la fin(qu'on voit une bonne dizaine de fois dès le début du jeu, sois-dit en passant, c'est pour dire la différence entre les deux bestiaires, déprimante...).
    Mais doutiou, j'ai été vraiment déçu en mattant cet enième ratage commercial adapté d'un jeu vidéo...

  • Wax

    09/02/2007 à 17h21

    Répondre

    Tiens ça me rappelle Resident Evil que j'ai revu il y a peu. Les monstres en CGI sont ridicules mais faut avouer que le film possède un semblant d'ambiance et quelques idées sympathiques sans être originales (j'ai bien aimé la fin en fait ). Mais bon on est quand même très loin du chef d'oeuvre.

    J'ai trouvé Doom absolument sans intéret, le pire étant la séquence en FPS, franchement ridicule. En fait, une bonne adaptation de Doom pour moi ça ressemblerait à Ghosts of Mars de Carpenter.

  • kou4k

    09/02/2007 à 17h26

    Répondre

    En fait, une bonne adaptation de Doom pour moi ça ressemblerait à Ghosts of Mars de Carpenter.


    Comme on dit, hein... tous les gouts sont dans la nature
    Pour moi, c'est de la même veine que Ghost Of Mars dans le style d'action et de personnages, mais celui-ci était ironique et le gore et l'humour étaient plus volontaires...
    Donc, même si je n'ai pas aimé, c'est justifiable.
    DOOM, ils font même pas exprès

    Ps : doublé de quelques secondes ^^

  • gyzmo

    09/02/2007 à 17h28

    Répondre

    The Rock est pas trop mal dans le film, je trouve aussi :
    Surtout lorsqu'il va se chercher le big gun pour lui tout seul après avoir ordonné à ses hommes d'aller jeter un oeil dans les endroits les plus sombres (conduit d'aération, echelle souteraine...). Genre gros bras, mais pas bête face à l'inconnu du danger, il est terrible

    F'in bon. Film vite vu, vite oublié^^

  • Wax

    09/02/2007 à 18h04

    Répondre

    kou4k a dit :
    En fait, une bonne adaptation de Doom pour moi ça ressemblerait à Ghosts of Mars de Carpenter.


    Comme on dit, hein... tous les gouts sont dans la nature
    Pour moi, c'est de la même veine que Ghost Of Mars dans le style d'action et de personnages, mais celui-ci était ironique et le gore et l'humour étaient plus volontaires...
    Donc, même si je n'ai pas aimé, c'est justifiable.
    DOOM, ils font même pas exprès

    Ps : doublé de quelques secondes ^^


    Ben, perso je trouve que l'un a une mise en scène façon western très bien foutue, une B.O excellente, des personnages certes stéréotypés mais avec au moins un peu de relief et un scénario simple voire simpliste mais au moins bien écrit. L'autre est un show d'images de synthèse sans souci particulier de cohérence qui pourrait être amusant s'il n'était pas profondément ennuyeux. Le film est très bien résumé par la scène FPS, c'est un jeu vidéo sans interactivité: c'est chiant! Au moins le jeu fait peur.

  • darkbreed

    17/02/2007 à 21h00

    Répondre

    Je crois que le gros défaut de ce film c'est qu'on en retient rien! Si on me demande ce qui m'a marquée je ne serais pas trop quoi dire...
    Il s'agit d'un nième film surfant sur une licence jeu vidéo.
    Un des problème des adaptation de jeux vidéos en film c'est que les trois quarts du temps les scénarii qui étaient suffisants pour des jeux ne le sont pas pour des longs métrages.
    Le cinéma s'inspire de la littérature, le jeu vidéo s'inspire du cinéma, donc quand le ciné se met à adapter des jeux on peut considérer la boucle comme bouclée, mais alors après avoir tamisé trois fois un thème il n'en reste que les gros grains!

    Doom le film n'est pas un grand film, mais ça on s'en doutait, ce qui est génant c'est qu'il ne remplit pas non plus son rôle: il n'est ni vraiment flippant(le suspense y est mal rendu), ni particulièrement gore. Ce n'est même pas, un gros nanar pouvant générer des fous rires!
    Il se laisse regarder et oublié...

  • raidenjeff

    10/03/2007 à 02h51

    Répondre

    J'en ai lu tellement du mal de ce film que j'mattendais vraiment à de la merde... Mais j'ai été agréablement surpris. J'ai trouvé le film très fun, sur une histoire classique mais bien ficelé et bouré de bonnes idées. C'est drôle, déjeanté et totalement assumé qui en passant se moque bien de certains clichés des films de monstres. La présence de The Rock, en mode duke nukem revisité, m'a bien amusé également.
    Après tout c'est ça le jeu? Du shoot et du délire, on est pas là pour réfléchir.

    Bref, sans doute pas un chef d'oeuvre, mais loin de moi l'idée d'un nanar. Je dirais plutot un "sous-aliens", largement supérieur, voir incomparable avec Resident Evil ou encore AVP. A voir pour s'amuser !

  • nazonfly

    10/03/2007 à 09h04

    Répondre

    Je suis tombé deux minutes sur le film. Difficile de tirer une conclusion... Mais il y avait une baston entre deux mecs, l'un et l'autre incassable. Ca a duré des plombes, c'était mal fait, mal filmé... Berk.

  • kou4k

    10/03/2007 à 20h37

    Répondre

    En fait, le film peut être digéré si l'on n'a pas joué à DOOM3.

    Mais si on a joué au jeu, prenant aux trippes et avec les bases d'un scenario beton et un contexte excellent, on est vraiment déçu de tomber sur un film bourrin et léger.

    A l'annonce de la future sortie du film(avant que le nom de The rock soit mentionné...), j'était vraiment optimiste car le potentiel d'une adaptation de DOOM3 était phénoménal et aurait pu donner un survival horror scifi/fantastique de très bonne facture.

  • raidenjeff

    11/03/2007 à 03h20

    Répondre

    aurait pu donner un survival horror scifi/fantastique de très bonne facture.


    Ce n'est pas demain la veille qu'Aliens sera détroné

  • iscarioth

    11/03/2007 à 08h20

    Répondre

    Il ne le sera sans doute jamais, puisque c'est lui qui a donné naissance au "genre", et à l'appellation d'horreur suggestive.

  • Lestat

    11/03/2007 à 11h48

    Répondre

    Je suis pas trop d'accord, des quatre films, c'est bien celui de Cameron qui en montre le plus.

  • Mentos le Freshmaker

    11/03/2007 à 22h17

    Répondre

    C'est Aliens (de Cameron donc) qui a en plus montré pour la première fois la reine Alien (niveau suggestion, ce gros machin, c'est pas le top )

  • viandox

    12/03/2007 à 02h31

    Répondre

    Sorti en 1993, Doom est une vraie révolution pour les gamers du monde entier. Hélas, on ne peut pas en dire autant de sa version cinéma. Cette énième transposition de jeux vidéo sur grand écran est encore une fois loccasion de constater que le monde du vidéo ludique et celui du septième art ne font pas bon ménage.

    En 2045 une troupe de soldats délite est envoyé sur une base spatiale pour la nettoyer des monstres en tout genre qui lhabitent. Si le pitch maigrichon rappelle celui du génial Aliens de James Cameron, la comparaison sarrête la.

    Dabord parceque lambiance que Bartkowiak peine à mettre en place est sans cesse désamorcé par des dialogues stupides dignes dun mauvais téléfilm de M6.

    Ensuite a cause des acteurs. « The Rock » remplaçant officiel de Schwarzy a Hollywood semble avoir donné ses secrets dinterprétation a tous les acteurs qui laccompagnent : La mâchoire serré et le sourcil froncé. Même Carl Urban pourtant crédible en cavalier du Rohan dans le retour du roi se fait avoir.

    Pour finir, le réalisateur dorigine polonaise nous sert une séquence filmée à la première personne pour imiter le jeu éponyme. Si il essaye par ce biais de se donner une crédibilité auprès de son public, cest raté. Exactement comme son film.

  • raidenjeff

    12/03/2007 à 17h37

    Répondre

    Séquence de fin très fun et bien calibré d'ailleurs, à l'image de l'oeuvre. J'aimerais voir d'avantage de film comme ça au ciné

  • viandox

    12/03/2007 à 17h54

    Répondre

    raidenjeff a dit :
    Séquence de fin très fun et bien calibré d'ailleurs, à l'image de l'oeuvre. J'aimerais voir d'avantage de film comme ça au ciné



    Si tu aime la bouillie filmique, c'est surement fun. Parceque la caméra va dans tous les sens et a certains moments quand on est en vue FPS, on comprends plus rien. Si tu en veut d'avantage, regarde le début de irreversible en boucle, tu sera servi

  • raidenjeff

    12/03/2007 à 20h06

    Répondre

    Parceque la caméra va dans tous les sens et a certains moments quand on est en vue FPS, on comprends plus rien. Si tu en veut d'avantage, regarde le début de irreversible en boucle, tu sera servi


    Il n'y a pas grand chose à comprendre, c'est un type qui avance et qui dézingue des monstres. Si la caméra part en live, c'est un peu pour retranscrire la sauvagerie du combat. Personellement, je ne conçois pas ce plan avec des mouvements trop propres, ça aurait perdu en pêche.
    Par contre, étant fan de Noé, je ne vois pas le rapport avec le début d'Irreversible... Faut pas tout mélanger. Ce n'est pas parce que la caméra tremble que c'est de la "bouillie filmique".

  • Anonyme

    11/05/2010 à 16h15

    Répondre

    bonjour je voudrai savoir si quelqu'un connaissait la musique au début quand ils sont tous dans la chambre avec la radio s.v.p

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques