10/10

Dolls

Au risque de passer pour ségrégationniste générationnel (d'entrée de jeu, ça calme non ?), j'affirme haut et fort que ce film ne plaira pas à tout le monde. Les djeun's qui se marrent devant la version longue de L'Exorciste, par exemple, n'ont aucune, mais alors aucune chance d'accrocher à l'entrée en matière de Dolls. Cette représentation filmée de théâtre bunraku risque de déstabiliser l'occidental moyen qui n'en a jamais vu (99% de l'audience, à vue de nez). Idem pour les visages austères qui apparaissent de suite après.

Pourtant, l'envoûtement sensoriel gagnera sans peine le spectateur qui voudra bien se laisser charmer. Débordant de créativité dans la violence et les histoires de yakuzas, Kitano transcende son art pour aborder l'amour fou (donc forcément mortel : socialement, spirituellement, physiquement...) et affiche une maîtrise formelle juste hallucinante. Les plans, toujours aussi admirablement composés, approchent de très près l'art pictural. De trop près, croirons-nous dans notre touchante naïveté. Oui mais non. Rien de gratuit chez Takeshi. Une feuille qui tombe, deux oiseaux qui traversent le ciel, une source de lumière... tous les éléments visuels font sens et forment un passionnant rébus symbolique menant le spectateur vers des dénouements aussi attendus qu'émouvants.

Loin de se cantonner à un beau livre d'images, Kitano mélange les registres avec une certaine maestria. Rêverie, film de vacances, clip pop... les variations servent toujours le propos, tout comme les comédiens. Le cinéaste révèle à cet égard un autre de ses multiples talents : la direction d'acteurs, et plus précisément celle des actrices. Parfaitement contenue dans son rôle de fêlée (qui ne demandait sans doute que le surjeu), Miho Kanno est tout bonnement stupéfiante.

Avec Dolls, Kitano franchit un cap important. Ses films réussissaient déjà à toucher. Celui-ci risque bien de vous rendre amoureux.

A découvrir

Talisman (Le)

Partager cet article

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • nazonfly

    01/02/2005 à 12h26

    Répondre

    Lors d'une conférence sur la prévention du suicide, j'ai eu l'occasion de voir Dolls comme amorce du débat...

    Je dois dire que c'est un film magnifique grâce aux splendides images de Kitano... J'ai en mémoire deux ou trois scènes dans lesquelles transpire la beauté : la marche des deux amants sous les arbres en fleurs ou encore sous les arbres à feuilles rouges...
    Empreint de sérénité et d'un étrange calme, cette histoire est pourtant très violente puisqu'on y parle de suicides, de yakusas, de fans aveuglés par leur amour pour une idole...
    Et pourtant rien n'est fait pour montrer cette violence, seule la marche des deux amants rythme le film, sans bruit, sans paroles.
    C'est un très beau film!

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques