9/10

District 9

De la science-fiction au style rugueux et inédit, proposant une plongée sans gilet de sauvetage en pleine ségrégation humains-aliens. Un des grands films de l'année, révélant un cinéaste qu'on espère revoir rapidement à l'œuvre.

On nous bassine depuis un moment avec Avatar, le nouveau film de James Cameron qui sortira en décembre et nous décoiffera la moumoute en s'imposant instantanément comme LE film de science-fiction de l'année. Après avoir vu District 9, on se demande pourtant comment Papy Jim pourrait réussir à se hisser au niveau de cette claque. Malgré (ou grâce à) une promotion sibylline qui misait sur des affiches abstraites parfois traversées de faux slogans, le film a fait le plein de spectateurs dès sa première semaine d'exploitation, et le bouche-à-oreille commence à faire son effet...

Why can't we be friends ?
Why can't we be friends ?
Découvert par rien moins que Peter Jackson, le cinéaste sud-africain Neill Blomkamp travaille depuis quelques années dans le domaine des effets spéciaux : rien d'étonnant à le découvrir, pour son premier long, aux commandes d'un film de science-fiction dont la moitié des protagonistes sont des aliens mi-hommes mi-crevettes entièrement générés en images de synthèse. Première surprise : le résultat dépasse de très loin tout ce qui a pu être fait précédemment en la matière (oui oui, Peter Jackson compris), et donne réellement l'impression que les arthropodes humanoïdes étaient présents tels quels sur le plateau. Deuxième surprise : le film lui-même est loin du simple étalage de prouesse technique, et apparaît essentiellement comme une merveille d'écriture et de réalisation, immersive et intelligente. Les prémisses sont atypiques : les extraterrestres sont arrivés sur Terre en masse il y a 28 ans, mais ont été victimes d'une avarie de leur vaisseau et se sont retrouvés désorientés, sans commandement ni technologie. Le résultat : près de deux millions d'individus débarqués en plein Johannesburg, parqués par l'homme dans une réserve appelée District 9. Wikus Van de Merwe, employé modèle de l'agence MNU (Multi-National United) et beau-fils du patron, est chargé de relocaliser les aliens dans le nouveau camp appelé District 10, à quelques centaines de kilomètres de Johannesburg...

Lorsque le film commence, avec son aspect de simili-documentaire et ses interviews spontanées, on plonge dans la réalité présentée comme s'il s'agissait de la nôtre, tout en redoutant secrètement que le gadget de réalisation ne prenne Malgré son faux air de Predator, il s'agit bien d'une victime
Malgré son faux air de Predator,
il s'agit bien d'une victime
le pas sur la clarté ou l'intérêt de l'intrigue. Bonne nouvelle, le documentaire proprement dit cède la place en cours de route à une narration omnisciente, qui conserve toutefois le côté "caméra portée" et le réalisme ambiant. De l'un à l'autre, le ressenti est le même : cette communauté alien est une métaphore assez évidente des bidonvilles et des ghettos de notre monde, dont la misère flagrante est traitée de loin par ceux qui n'y vivent pas. Le mélange de crainte, de dégoût et de condescendance affiché par les hommes à l'égard des Crevettes paraît une réaction crédible, mais hélas à l'opposé des efforts de compréhension et d'échange que l'on pourrait espérer. Rapports de forces, trafics d'armes et de drogues (de la pâté pour chat !), les sujets abordés flirtent avec la réalité de bien près, mais le font avec la distance que permet la science-fiction, teintée d'une causticité bienvenue mais pas envahissante. Au-delà de cette étude sociale, le film possède une intrigue bien épicée et filmée avec les tripes, évoquant plusieurs classiques essentiels de la science-fiction horrifique : La Mouche, RoboCop, Starship Troopers...

Laissant délibérément plusieurs questions en suspens, ouvrant la fin vers une suite que l'on peut aussi bien espérer voir que se contenter d'imaginer, District 9 possède les épaules d'un classique instantané, un de ces films dont le titre apparaît en gras dans les bouquins consacrés au cinéma de science-fiction. Reste à voir si Neill Blomkamp survivra artistiquement à un premier film aussi marquant.


A découvrir

Delicatessen

Partager cet article
A voir

Pandorum

A propos de l'auteur

14 commentaires

  • Lestat

    27/09/2009 à 10h46

    Répondre

    Tuerie.

    Un Children of Men avec des aliens dedans (ou un Men In Black glauque, c'est selon). Je crois que j'ai jamais vu un truc pareil.

  • hiddenplace

    27/09/2009 à 11h52

    Répondre

    Pareil, vraiment très intéressant, pour ce qu'il raconte, l'endroit où ça se déroule, les aliens qui ne sont pas "juste" des aliens, (et qui sont très bien intégrés au décor) un personnage principal loin d'être parfait (voire qui est même plutôt pas très cool) mais qui évolue...


    Juste je regrette 1) que les aliens soient un peu trop humanoïdes, les gens ne sont décidément pas capables d'imaginer qu'une éventuelle faune d'ailleurs puisse ne pas nous ressembler. 2) la dernière demi heure du film un peu trop bourrine à mon goût (et pas franchement utile) où je me suis un peu (beaucoup^^) ennuyée.  


    Sinon c'est marrant Lestat, je n'avais pas pensé à Children of men (tu parles du film avec Clive Owen c'est ça ?) que j'avais bcp aimé pourtant... mais maintenant que tu le dis.^^ Moi j'ai pensé plus à La Guerre des Mondes, à la Métamorphose de Kafka et La Mouche...

  • gyzmo

    27/09/2009 à 13h07

    Répondre

    Idem.


    Du sang neuf dans le genre SF qui lorgne heureusement plus du côté de Cronenberg que de Emmerich. Dépaysant (super idée que celle d'installer la trame en Afrique du sud !), bourré de bonnes références. Riche, intense, prenant. Bonne surprise. Bémol : un manichéisme à vomir.

  • protoss

    27/09/2009 à 23h16

    Répondre

    Un bon divertissement SF où pour une fois les aliens sont complètement à la masse. Les effets spéciaux sont surprenants de réalisme et se fondent correctement dans le film (hormis les yeux des aliens - effet de bouton humide).


    Juste un bémol pour ma part : l'acteur principale, quelle tête à claque... difficile de se retenir de le baffer... 'fin, il s'en prend plein la tronche heureusement. 


     


     

  • Umbriel

    28/09/2009 à 13h23

    Répondre

    Film vraiment sympa !! (bah alors, pas encore de critique ????).


    Pour l'inscrutation du décor (les aliens qui se fondent bien dans le paysage et tout et tout), ça m'a fait penser à Cloverfield.  Pour le reste, c'était vraiment pas mal du tout...


    La fin ouverte, qui laisse suggérer une suite,  me fait un peu peur... (pourquoi toujours ce besoin d'en faire un deuxième si le premier a marché !!??). 

  • Canette Ultra

    30/09/2009 à 14h10

    Répondre

    Très bon film de SF.


    Je regrette un peu que les "crevettes" me rappèlent tant les "hommes crabes" de South Park

  • Anonyme

    30/09/2009 à 16h10

    Répondre

    Carrément d'accord avec Lestat, j'ai beaucoup pensé à Children of the men et Men in Black glauque (pour reprendre ces propos.


    A quelques menus défauts près, le film est une vraie claque, et le résultat est surprenant vu le budget.

  • Wax

    30/09/2009 à 18h35

    Répondre

    Sans parler de claque ou de tuerie j'ai trouvé ça plutôt bon ,très bien fichu et finalement assez gonflé. Peut être que le battage médiatique m'a un peu refroidi et déssert le film à mes yeux.

  • el viking

    03/10/2009 à 11h42

    Répondre

    erf. excellent film, pour les mêmes avis que dit précedemment...


    en revanche, quelque chose me taraude... on m'avait dit que ce film était une adaptation libre du jeu halo... pourtant, pas moyen de trouver ne serait-ce que les prémisses d'une référence à ce dernier... m'aurait-on menti?

  • gyzmo

    03/10/2009 à 15h08

    Répondre

    Ce film est le prolongement de Alive in Joburg, court-métrage de Neill Blomkamp :


    http://www.dailymotion.com/video/x1rw84 ... g_politics


    Donc, "presque" rien à voir avec Halo. Presque car à la base, je crois que Jackson et Blomkamp devaient bossé pour le compte d'un gros studio ciné sur l'adaptation du célèbre jeu vidéo. Mais le script de ce dernier n'ayant pas été validé, Jackson and Co sont finalement parti sur District 9. Et c'est pas plus mal. Donc, à ma connaissance, pas de relation directe entre ce film et Halo

  • Anonyme

    06/10/2009 à 14h58

    Répondre

    Excellent film. Les menus defauts sont balayés par la classe du scnenario, des effets speciaux et des acteurs.


    Je suis content de ne pas en avoir trop lu a propos de ce film avant d'aller le voir. Bref, chapeau !

  • naweug

    07/10/2009 à 22h08

    Répondre

    Bien aimé aussi. Quelques petites incohérences notées, mais ça ne gâche pas le plaisir du film. Espérons que si suite il y a, qu'elle sera du même calibre.

  • nazonfly

    19/10/2009 à 10h35

    Répondre

    Bien aimé. Pas le film de l'année, ni le film de science-fiction du siècle. Mais c'est très au dessus de ce qu'on voit dans les films de SF habituellement. Imaginez, il n'y a même pas de bimbos qui ne servent à rien!

  • Zanel

    31/01/2010 à 19h10

    Répondre

    Concept original. Humanité montrée du doigt.


    Pseudo happy end laissant présager une suite, un peu décevante bien que le mot soit un peu fort.


    A voir pourtant.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques