6.5/10

Dinosaure

On a eu droit aux indiens, aux lions, aux sirènes, maintenant Disney passe aux dinosaures, disparus depuis des millions d'années. Mélangeant habilement images de synthèse et prises réelles, l'équipe Disney nous livre un petit bijou de technique de 1 h 19.

Aladar, un jeune Iguanodon encore dans l'oeuf, est séparé de sa famille et recueilli par un groupe de lémuriens. Des années plus tard, un météore frappe la terre, et Aladar et sa petite famille sont contraints de quitter leur île. Désespérés, ils tombent sur une horde de dinosaures en route pour la vallée de leur enfance...

Niveau scénario, on est en plein dans le petit dinosaure et la vallée des merveilles. Bref, une histoire gentillette qui ravira surtout les plus jeunes. Techniquement le spectacle est grandiose, les effets sont de toute beauté et les paysages réels parfaitement intégrés aux plans. Et si on peut faire la fine bouche en disant que les dinos semblent un brin moins réussis que ceux de Jurassic Park, il faut reconnaître que Disney n'est pas une équipe de mains-cassées en la matière. Et tout cela nous donne un divertissement sympathique, surtout destiné aux plus jeunes, même si on a parfois plus l'impression d'être devant une démonstration technique que devant un film abouti.

Le DVD est très réussi, image et son parfaits, et pas mal de bonus comme un making-of, le clip de "Orange Blue", quelques jeux destinés aux enfants, etc. A noter : Jamel Debouzze a effectué le doublage d'un des lémuriens, Zini.

Partager cet article
A voir

Dune - 1985

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • aladar

    10/12/2003 à 00h00

    Répondre

    A son tour, Walt Disney décide de nous faire son « Jurrasic », agisse plutôt du Crétacé. il faut avouer, comme le soulignait très justement Thibaud Sallé dans Imagivore #11, que la célèbre firme américaine prend de sérieuses libertés avec les réalités paléontologiques, il est nécessaire de replacer DINOSAURE dans le contexte qui lui revient, c'est à dire un grand et magnifique divertissement à l'intention d'un large public, dont celui des enfants, et qui ne voulait aucunement rivaliser avec la superbe reconstitution que nous avait offert la BBC, grâce à son admirable série documentaire, « Sur la terre des dinosaures », réalisée par Tim Haines. De toute façon, Eric Leighton et Ralph Zondag, les deux réalisateurs, annoncent tout de suite la couleur en donnant voix à ces avatars de créatures disparues, leur offrant ainsi un véritable statut de personnage, comprenant raisonnement et sentiment (sans pour autant, comme c'est souvent le cas, les pousser à la chansonnette). Aladar, le héros de cette histoire, est un Iguanodon que les circonstances de sa naissance font se retrouver sur une petite île, peuplée presque uniquement d'inoffensifs Lémuriens (quand je vous disais qu'ils ne s'embarrassaient pas avec les inexactitudes, chez Disney).La scène d'ouverture, sans dialogue, est absolument magistrale. La caméra, surnommée « Dino-Cam », commence à se frayer un passage au coeur d'une colonie de milliers de dinosaures, lui permettant de nous présenter plusieurs dizaines d'espèces, allant des plus petites aux plus gigantesques, sans en oublier les volantes, puisque l'oeuf contenant notre héros va se retrouver parachuté, non sans avoir traversé de nombreux paysages variés, depuis la Floride à l'Australie, en passant par le Venezuela, sur une île aux allures Hawaïenne. Recueilli par Yar, le doyen des charmantes petites bêtes poilues, Aladar grandit paisiblement sur cette petite île paradisiaque, se liant d'amitié avec Zini, un jeune Lémurien aussi espiègle qu'ébouriffé et P'tit Rex, un Ankylosaure, l'un des rares représentants du peuple dinosaure de l'île, assimilé par tous comme le petit chien du groupe.Mais, époque charnière, moment à caractère pédagogique du film, Aladar, devenu adulte et haut de 5 bon mètres, est témoin de la chute d'une énorme masse stellaire, l'une des fameuses météorites qui sont l'argument principal de la disparition des grands sauriens préhistoriques. Obligé de se jeter à l'eau, face à la destruction imminente de l'île, il comprend qu'il peut nager, et transporte les membres de sa famille d;adoption sur le continent totalement dévasté. Face à la menace des Velociraptors, toujours à l'affût des individus plus faibles ou isolés, la petite troupe hétéroclite se joint à l'exode d'un troupeau de rescapés du cataclysme, à la recherche d'un territoire plus hospitalier, qu;ils nomment « la terre des nids ». Rapidement, Aladar va se retrouver confronté à l'autorité de Kron. Un autre Iguanodon adulte, chef autoproclamé de la caravane de reptiles géants, et dont les décisions ne sont gouvernées que par les lois de la sélection naturelle : seuls les plus forts et les plus résistants survivront, et tant pis pour les autres. Mais, le jeune Aladar ne parvient pas à accepter ce manque de compassion. Alors qu;un petit groupe de Carnataures, des prédateurs sanguinaires de 7 mètres de haut, a pris la caravane en chasse, Aladar décide de soutenir les traînards, et va ainsi commencer à s;attirer des sympathies, dont celle de Neera, la propre ;sur de Kron.Bien entendu, face au désastre écologique et aux créatures en présence, le ton de DINOSAURE est assez éloigné des habituelles productions de la compagnie Disney. La violence, la cruauté sont forcément présents dans une épopée de cette envergure, réalisme oblige, mais sans, pour autant, que cela en devienne choquant, même pour le plus jeune public. De toute façon, ce ne sont que les grands sentiments, comme le respect de la différence, l'aide à son prochain et la solidarité dans l;épreuve, qui peuvent remporter les débats, que ce soit sur l';écran ou dans la salle. Toujours est-il qu'avec DINOSAURE, la compagnie Walt Disney frappe fort et continue de bousculer le domaine du long métrage ;animation, tant ces créatures de synthèse, parfaitement immergées dans des paysages réels, sont une totale réussite (mais il me faut avouer, tout de même, avoir un petit faible pour ce genre ;expériences).

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques