8.5/10

dernier roi d'Ecosse (Le)

Depuis quelques années, le cinéma anglophone se sent d'attaque pour parler de l'Afrique et évoquer différents maux touchant ce continent. Après Hotel Rwanda et la passivité occidentale, Lord of War et le trafic d'arme ou Blood Diamond et le trafic de diamants, c'est au tour du dernier roi d'Ecosse d'évoquer des problèmes africains en racontant les dessous du pouvoir du dictateur Ougandais Idi Amin Dada. Et encore une fois, c'est une bonne claque qui attend le spectateur.

Moins porté sur le grand spectacle et le divertissement que ses prédécesseurs, Le dernier roi d'Ecosse ressemble davantage à un voyage initiatique tournant au cauchemar. Le personnage principal ne se nomme pas Idi Amin Dada mais Nicholas Garrigan, un jeune médecin Ecossais venu en mission humanitaire en Ouganda chercher un peu d'aventure en terre exotique. Suite à une rencontre inopinée, il deviendra le médecin personnel du nouveau chef d'Etat. D'abord séduit par cet homme charismatique, il va lentement se rendre compte de ce qui se passe dans le pays, à savoir l'élimination de toute forme d'opposition.

Construit comme une lente descente en enfer, le film démarre sur un ton joyeux et plaisantin avant de plonger dans un univers glauque et violent où la tension est à son comble. A ce titre, impossible de ressortir indemne du cinéma après une fin qui vous assomme autant qu'un des meilleurs épisodes de 24. Véritablement porté son duo d'acteurs, en premier lieu par James McAvoy en médecin épicurien et insouciant et ensuite par Forest Whitaker exceptionnel de charisme dans le rôle de l'instable et cruel Idi Amin Dada (oscar 2007 du meilleur acteur qui aurait dû être l'oscar du meilleur second rôle masculin puisqu'on ne le voit pas autant que ça), Le dernier roi d'Ecosse combine parfaitement l'oeuvre de fiction et la réalité historique. Le réalisateur Kevin Macdonald, déjà auteur du remarquable La mort suspendue, réussit une nouvelle fois à combiner ces deux genres tant dans le fond que la forme. Entre documentaire et thriller, entre drame et comédie, le film n'est pas une démonstration de style, simplement une histoire sombre, dure et humaine brillamment racontée.

Véritable concentré d'émotions, de tension et d'aventures, Le dernier roi d'Ecosse est un joli exemple de ce que le cinéma sait nous offrir de meilleur. Parfaitement construit et magistralement interprété, voilà une oeuvre qui marquera l'année 2007.

A découvrir

300

Partager cet article

A propos de l'auteur

1 commentaires

  • Umbriel

    01/08/2007 à 01h50

    Répondre

    Superbe film, dont on ressort transformé...


    On suit les traces d'un docteur imaginaire qui va devenir le médecin d'un tyran bien réel : Amin Dada. Le film est impressionant par son changement de ton au fur et à mesure qu'il avance.


    C'est léger au début, frais, naïf presque, Amin Dada apparait comme un doux dingue, on se dit qu'il lui manque une case, mais c'est pas bien grave, il est charismatique et attachant. Puis lentement, l'atmosphère devient oppressante, lourde, on bascule peu à peu dans un autre film, noir, psychologique, dur... Et les scènes finales ne laissent pas indifférentes : elles marquent à vif...


    Forrest Whitaker est impressionant dans le rôle d'Amin Dada, il le joue à la perfection. Il est tour à tour, charismatique, touchant, presque enfantin, puis, il est effrayant, fou, psychopathe... A noter l'apparition de Gillian Anderson (Scully dans X Files).


    Un film à voir, mais réservé à un public averti.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques