9/10

Le Dernier maître de l'air - Blu-ray

L'avantage du blu-ray, c'est que même un film moyen peut être agréable à regarder chez soi ! Une galette d'un rendu irréprochable, avec pas mal de bonus intéressants.

Le blu-ray


En dépit du film, d'une qualité artistique plutôt discutable, le blu-ray fait partie de ceux qui nous font apprécier la dépense réalisée en équipement.
Au premier regard, déjà, la jaquette présente davantage de sex-appeal que l'affiche déployée lors de la sortie du film en salle, cette dernière se révélant très austère. Nous avons maintenant droit à moins de personnages et davantage de couleurs, ce qui a pour effet d'attirer immédiatement l'œil et de mettre en valeur le côté bon enfant du film. Bon, tout cela est très subjectif, mais c'est déjà un plus à accorder au produit.
Et puis, après visionnage, cette jaquette semble nous représenter convenablement le contenu, en définitive. Malgré quelques scènes un peu en retrait, le blu-ray est un carnaval de couleurs éclatantes et de noirs parfaitement contrastés, les scènes en forêt ou sur la glace sont hallucinantes de beauté visuelle, et nous font un temps oublier les quelques problèmes narratifs du film. Captivés, on tente de reprendre le dessus et de scruter l'écran à la recherche de la moindre petite bête, mais ce sera peine perdue. Pas de grain, pas de problème d'encodage, Paramount réalise un travail éclatant qui enchantera les amateurs de belles images et les enfants.
Le dernier maître de l'air est un film d'action et d'effets spéciaux, et il est donc logique d'avoir porté une certaine attention sur le rendu sonore de l'œuvre. Si la version française, en Dolby Digital 5.1, ne peut pas être considéré comme de piètre qualité (si l'on exclut le doublage audio), on se tournera évidemment plus volontiers vers la piste originale, en DTS-HD. Très détaillée, celle-ci mettra à l'honneur vos enceintes surround et votre caisson de basse, pendant les scènes d'action et même lors des moments plus calmes, tout en ne négligeant jamais la clarté des dialogues.
A noter que le blu-ray n'est proposé que dans la version « combo », c'est-à-dire livré avec le DVD et une copie digitale du film.

Les bonus

Le blu-ray présente deux heures de bonus si l'on ne compte pas le dispositif Picture-In-Picture (45 minutes de plus), ce qui s'avère très correct pour une édition « normale » à 30€. On ne peut s'empêcher de penser que le prix de vente est gonflé par la présence du DVD et de la copie digitale, mais au regard de la qualité du blu-ray et des promotions pré-noël, ce n'est pas encore exorbitant. Le DVD est évidemment moins cher et moins complet, mais présente tout de même quelques bonus (les scènes coupées et le module sur les origines de la série animée).

À la découverte du dernier Maître de l'Air (BR, 58 minutes environ)
Le cœur de la palette de bonus présentée en marge du film se trouve ici, à travers un grand making of atteignant presque une heure. Celui-ci se compose de neuf modules thématiques, d'une durée variant entre quatre et dix minutes, présentant à tour de rôle des explications sur la construction des héros, le tournage au Groenland, la composition de la musique, etc. Plusieurs intervenants, incluant les acteurs, le réalisateur, les créateurs de la série animée, et les chorégraphes de combat, viennent y dire quelques mots, mais la plupart brassent un peu du vide. L'information dispensée se révèlerait donc relativement superficielle si le documentaire n'était pas exclusivement composé de plans montrant l'envers du décor. On y voit les répétitions, le réalisateur au travail, les entraînements aux câbles, un certain nombre de scènes non transformées, et beaucoup d'autres choses qui démontrent que Le dernier maître de l'air a nécessité un énorme travail de fond malgré un résultat à l'écran discutable. Intéressant.

Le siège du Nord (BR, 19 minutes environ)
Un autre module plus long que les précédents, qui s'attarde exclusivement sur la grande scène finale du film, au cœur d'un village recouvert de glace. On y parle effets spéciaux et cascades dans une très large mesure, et tout comme les petits documentaires précédents, ces vingt minutes ne montre que du produit backstage, sans apport additionnel. C'est un réel plaisir de voir Noah Ringer (Ang) et Francis Guinan (maître Pakku) exécuter leurs chorégraphies sans effets spéciaux, admirer le jeu des cascadeurs se faire tirer dans tous les sens par d'immenses réseaux de câbles, mais de voir également l'ampleur du décor reconstruit en studio. Un excellent complément au premier making of.

Les origines de l'Avatar (DVD et BR, 8 minutes environ)
Si les documentaires du blu-ray étaient jusqu'à présent plutôt visuels, celui-ci entend bien être informatif. Les créateurs de la série animée parlent de la genèse du dessin animé Avatar, de leurs sources d'inspiration, de la façon dont ils ont voulu concevoir les différentes nations, des personnages. Leurs propos sont émaillés de croquis officiels.

Une journée avec Katara (BR, 6 minutes)
Quelques minutes d'existence de la jeune Nicola Peltz, seize ans au compteur, au sein de la production du film. Peu développé, le documentaire nous montre la réalisation d'une scène d'action avec le personnage de Katara, où l'actrice doit jongler avec son tournage et ses cours particuliers. Pas grand-chose à se mettre sous la dent, mais l'on peut éventuellement être contaminé par la bonne humeur de la comédienne.

Scènes inédites (DVD et BR, 12 minutes)
Difficile de ne pas être d'accord avec le montage, qui a souhaité écarter ces scènes. La plupart n'apporte rien ni à l'histoire, ni aux personnages, et se positionnent comme de simples anecdotes loin d'être essentielles à la compréhension générale. On retiendra principalement la scène « Embrasement », qui appuie un peu plus sur le degré de méchanceté du peuple du feu.

Bêtisier (DVD et BR, 5 minutes environ)

Notes sur Avatar (BR, 44 minutes environ)
Quelques morceaux d'interviews et de backstage dispensés grâce à la technologie Picture-in-Picture. Quelques petites choses intéressantes ici et là, mais il est nécessaire d'avoir envie de se refaire le film.

Conclusion

Un blu-ray techniquement irréprochable, doté d'une très belle compression et d'un rendu sonore puissant. Les bonus, en quantité suffisante, répondent d'un certain intérêt qui fera plaisir à ceux qui ont apprécié le film, et peut-être même à ceux qui ne le porte pas dans leur cœur.

A découvrir

Faculty (The)

Partager cet article

A propos de l'auteur

9 commentaires

  • Anonyme

    05/03/2009 à 19h22

    Répondre

    C'est mon film préféré.    J'éspère que le livre 3 sera en français

  • Anonyme

    02/08/2010 à 12h36

    Répondre

    Le film est très bien, il est servi certes par une musique orchestrale et des effets spéciaux impressionnants mais la trame de l'histoire, fournie, est fort bien décrite; Qu'on critique ensuite ce qu'il a advenu de ce matériau initial et du jeu des acteurs soit mais dans un film d'action et fantastique, joué par des enfants les personnages principaux, on se retrouve forcément dans un conté de fée.

  • Anonyme

    02/08/2010 à 13h52

    Répondre

    La série originale est de très bonne qualité, s'adressant aux plus jeunes et aux moins jeunes, en proposant une histoire épique et passionnante qui voit ses protagonistes devenir adultes au fur et à mesure que le temps passe et que l'histoire s'assombrit. Donc retranscrire tout ça en une heure et demi (bon ok, un petit peu plus) c'était un challenge que malheureusement Shyamalan n'a pas reussit à relever. Les personnages n'arrivent pas à être crédibles (toujours très sérieux et à fond dans leur truc O_o) et les évenements, à peine justifiés, vont à une telle vitesse qu'ils laissent le spectateur à la porte.


    Ce qu'il y a à sauver ? les scènes de combat, très jolies, et les effets spéciaux de bonne facture. Esperons juste que Shyamalan reussira à relever le niveau dès le second volume (celui de la terre).

  • Anonyme

    25/08/2010 à 17h15

    Répondre

    le film est le plus  nul que j ai vus il ya des scene qui existe meme pas.le moine quond voi dans le passer de aang est black et en plus iro il est mème gros et sa peau est les blanche tandis que seigneur du feu est indou.zao on dirait que c'est le frere du seigneur du feu.


    ps:le film est nul

  • sven

    25/08/2010 à 19h29

    Répondre

    Mais comment peut-on écrire aussi mal?

  • Anonyme

    25/08/2010 à 20h39

    Répondre

    j ai ecrit rapidement sans me soucier de mon orthographe

  • sven

    26/08/2010 à 00h59

    Répondre

    C'est bien dommage sur un forum...

  • Anonyme

    18/09/2010 à 01h43

    Répondre

    je conseille à tout les déçus du film (j'en suis) de se tourner vers la série dont il est adapté

  • naweug

    27/08/2012 à 22h50

    Répondre

    Alors, autant je suis d'accord avec toi concernant les jeux d'acteur, la réal' (que les enchaînements de combats sont mauvais, ainsi que les "bending" qui devraient être beaucoup plus fluides), autant dire que l'histoire d'Avatar est vraiment nulle, ça non.

    Pour réellement l'apprécier, il faut regarder la série TV qui, elle, est très bien. Dire que c'est pour adolescents pré-pubères alors que c'est quand même vachement inspiré du bouddhisme...http://cinema.krinein.com/-13007/dernie ... 10179.html

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques