5.5/10

Dérapage

L'affiche présentait en grand "avec Clive Owen, Jennifer Aniston et Vincent Cassel". Voilà un beau coup marketing puisqu'au final Dérapage n'est qu'un thriller comme un autre du genre "surhomme contre psychopathe". Dans le rôle du surhomme, on retrouve l'omniprésent Clive Owen qui joue sans subtilité le type beau, classe et gentil mais qu'il ne faut pas trop chercher. Il reste effectivement quelques têtes connues à côté du bellâtre mais ce n'est pas la Miss Aniston, un peu bouffie, ou un Vincent Cassel tout en exagération qui suffiront à attirer le chaland.

On ne trompe pas sa femme ! Non mais...

D'ailleurs quel est l'intérêt de cet énième thriller si ce n'est de dire que coucher avec quelqu'un d'autre que sa femme, ou que son mari, est synonyme de gros ennuis. Le monsieur a beau représenter la perfection masculine incarnée, il n'en reste pas moins qu'il a voulu passer la nuit dans les bras d'une autre. Bien mal lui en a pris puisqu'il s'est fait tabasser, que sa maîtresse a été violée et qu'on lui extorque depuis de l'argent. Bref, il aurait mieux fait de rentrer chez lui.

Mais appelle la police !
La police ? C'est le nouveau produit de Neutrogena ?

C'est là qu'intervient toute la logique hollywoodienne. A sa place, n'importe qui aurait appelé la police, ce qui s'avère en fait complètement inutile. Pourquoi prévenir les autorités ? Pour qu'ils arrêtent le criminel en 10 minutes et éviter de risquer à la fois la dispute familiale et les foudres d'une maîtresse qu'il ne voit plus ? C'est tellement plus simple de s'en charger soi-même. Certes, obtenir un résultat positif est un peu plus long mais niveau cinéma c'est tout de même beaucoup mieux. Il faut avouer que passées les énormités liées à cette situation, le film marche plutôt bien niveau suspens. Dérapage commence mollement mais finit petit à petit par séduire grâce à son intrigue pas si basique que cela malgré ses nombreux clichés. Il est juste dommage que le film mette véritablement une heure à prendre ses marques, à moins que ce ne soit le temps pour s'habituer aux énormités. Ensuite tout s'accélère, le rythme augmente et l'histoire devient autrement plus prenante.

Dérapage n'est rien de plus qu'un thriller pas bien original mais honnête une fois la première heure écoulée. Un poil de tension, un zeste d'action, quelques grammes de suspens et le tour est joué. Et puis si vous aimez voir Clive Owen sortir à tout bout de champ avec un air de chien battu « I'm sorry », vous allez adorer.

Partager cet article
A voir

Hostel

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques