7/10

Demons 1&2

Critique de Demons 1 et 2

Inutile de présenter Dario Argento, le réalisateur. Argento le producteur est par contre moins connu. A la fin des années 80 et au début des 90, il est ainsi mentor de Michele Soavi, dont il chaperonne deux films avec parfois un peu trop d'attention : Sanctuaire, dont le sens visuel s'inspira du grand artiste Boris Vallejo, et la Secte, une très honnête resucée de Rosemary's Baby. Bien auparavant en 1985, Dario Argento payait sa dette spirituelle à Mario Bava, en encadrant son fiston Lamberto, alors lui-même en début de carrière. Une présence peut être lourde à assumer pour ce réalisateur attachant bien qu'inégal, dont l'étiquette "fils de" continu de lui coller à la peau, surtout lorsqu'il a le malheur de ne pas partir dans les délires baroques qu'affectionnait tant son père. On a peut être trop cherché un Mario 2 dans le cinéma de Lamberto, et les Demons sont ici pour nous rappeler que, sous les quolibets lancés à un réalisateur hâtivement taxé de tâcheron, il reste une filmographie, bancale mais réelle, à explorer d'un oeil neuf.

Si l'on en croit Dario Argento, l'intention de départ était de livrer avec Demons une sorte de triptyque infernal en forme de critique sous-jacente des médias. Information qu'il vaut mieux s'empêcher d'oublier devant le résultat final, pas très riche, plutôt fun et peuplé de zombies pas contents. De fait, mieux vaut voir en Demons I et II une sorte de réponse italienne à Evil Dead, et s'en tenir là. Par ailleurs, le pointilleux ne manquera pas de noter l'existence de non pas un mais deux Demons III. L'un est en fait un retitrage commercial d'un autre film de Lamberto Bava, La Maison de l'Ogre. Quand à son compère, il s'agit du Black Demons d'Umberto Lenzi, qui pour le coup se veut une véritable suite.

L'histoire de Demons premier du nom est à la fois très simple et très compliquée. Dans un cinéma où se projette un film d'horreur précédé par une promotion monstre, une jeune fille se coupe avec un masque de démon présent dans la décoration. Peu après, celle-ci se transformera en horrible créature, reproduisant là avec un étrange mimétisme ce qu'il se passe sur grand écran. Heureusement la suite est plus limpide, se limitant à une succession de chassés-croisés entre zombies/démons et humains, sans que le parallèle monde réel/monde fictif soit davantage mis en avant. L'affaire pourrait s'arrêter là, mais Demons a de quoi tenir tête à la concurrence. Des maquillages et effets tout crades signés Sergio Stivaletti. Une musique dynamique de Claudio Simonetti, leader des Goblins, qui en quelques leitmotivs bien placés vient rehausser quelques instants avares en tension. Et par dessus tout, un aspect décontracté, qui, outrepassant un budget l'on devine faible, permet quelques réjouissantes fulgurances. Comment oublier cette scène où le héros traverse le cinéma à moto (!) pour botter les fesses de ses adversaires dégoulinants. Au centre du casting, la trop rare Fiore Argento, "fille de" et "soeur de", illumine le tout de son charme subtil. Pas mauvaise actrice et plutôt jolie, son absence de carrière restera un des mystères du XXème siècle. Réalisation carrée pour spectacle rigolo, Demons sans être un chef d'oeuvre est un film rythmé, gentiment gore, parfaitement linéaire et porté par une bande son au diapason. Et puis un film qui termine mal ne peut pas être mauvais.

Plus tard en 1986, Dario Argento a de la suite dans les idées et embraye sur une suite de Demons, astucieusement baptisée Demons II. La trame, sensiblement identique, nous entraîne dans un immeuble en proie audites entités, à la différences que cette fois-ci, elles sortent directement des télévisions façon Videodrome. Inutile donc de chercher une quelconque originalité par rapport au premier opus, les péripéties étant orchestrées de la même façon : visionnage d'un film maudit+un peu de sang=grosse calamité. Pourtant, Demons II comme son aîné tire son épingle du jeu, cette fois par sa générosité. Le bestiaire s'agrandi, la métamorphose touche hommes, femmes, mais aussi enfants et chiens, les lieux d'action se multiplient...A l'aise derrière sa caméra, Lamberto Bava s'amuse et se prend pour Romero, trouvant le feu sacré lors d'une attaque dans un parking souterrain qui ne manque pas de piquant. Echantillon humain piégé -dont Asia Argento-, zombies aux design irrésistibles, Dead Can Dance à la musique, Demons II remplit son cahier des charges. L'amateur trouvera largement son compte dans cette série B dynamique malgré quelques maquillages douteux.

Vastes succès à leurs sorties, les Demons sont des dignes représentants de ce que le cinéma bis italien pouvait avoir de divertissant, de jusqu'au-boutiste et de créatif. Quand bien mêmes elles sont parfois ridicules, Demons I et II et leurs scénarios de série Z fourmillent d'idées et de scènes folles. A leur niveau, se sont des petits classiques du genre.

A découvrir

Jeremiah Johnson

Partager cet article
A voir

Zim and co

A propos de l'auteur

11 commentaires

  • Anonyme

    04/09/2006 à 11h45

    Répondre

    Un film pour fan de argento et de films italiens en pleine époque colorée italo disco (oui je sais je suis vache) ça vaut juste le coup pour voir les délires de l'époque mais ça ne vole pas bien haut !!!

    il est ainsi mentor de Michele Saovi


    c'est qui saovi ????

    (je vous l'avez dit que j'étais vache )

  • Lestat

    04/09/2006 à 11h52

    Répondre

    saperlipopette...Soavi

    Réalisateur de Dellamorte Dellamore et dernièrement de ceci.

    Quelle idée d'avoir un nom pareil aussi.

  • Anonyme

    04/09/2006 à 14h56

    Répondre

    Lestat a dit :

    Quelle idée d'avoir un nom pareil aussi.


    c'est sur, surtout que son retour parait miraculeux, le sois disant nouveau prodige que tout le monde imaginais déja comme le futur réal d'horreur qui devait la sois disant relève a fait un joli plouf, il revient avec un film que j'ai quand même hate de voir...

  • Lestat

    04/09/2006 à 15h17

    Répondre

    Il est discret au cinéma. Mais je préfère que Saovi face quatre films du niveau de Dellamorte ou la Secte que quinze avec une moitié de navets. D'ailleurs son dernier a été bien apprécié par la critique.

  • Anonyme

    04/09/2006 à 17h57

    Répondre

    Lestat a dit :
    Il est discret au cinéma. Mais je préfère que Saovi face quatre films du niveau de Dellamorte ou la Secte que quinze avec une moitié de navets. D'ailleurs son dernier a été bien apprécié par la critique.


    oui encore saovi décidément, moi je te parle de soavi (je me régale désolé )

    alors je crois avoir vu la secte et sanctuaire, je sais plus qui est qui, la secte et le film ou la femme voit une tête de bouc derrière une fenêtre et après q uelle couche avec un homme qui se transforme en oiseau, c'est ça ???

    Car bizzarement j'ai pas de souvenir de sanctuaire, et encore pire j'ai pas vu le parait il fabuleux dellamorte dellamore ( oui je sais j'ai honte crois moi).


    Par contre c'est pas lui qui a fait la cathédrale ??? ou des gens sont coincés dans une église, épatant petit film tu l'as vu ?

  • Lestat

    04/09/2006 à 18h41

    Répondre

    Non, j'ai vu que la Secte et DD.

    C'est dans Sanctuaire, ta scène.



    Et la peinture de Vallejo :

  • iscarioth

    04/09/2006 à 20h41

    Répondre



    Superbe peinture !

    Les courbures de la deuxième madame sont bien plus gracieuses que celles de la première

  • Anonyme

    04/09/2006 à 21h05

    Répondre

    Ben en fait, ouai, mais j'ai pas souvenir de ce film et pourtant de cette image oui, mais je suis sur d'avoir vu la secte aussi, en fait j'ai vu un paquet de film de lui (ah oui il se fait très discret).


    Mais je trouve qu'il est un peu surestimé ce réal, par contre quelque part je suis sur que son dernier film est interessant.

    dans la cathédrale, un groupe de gens sont coincés dans une cathécrale qui renferme un terrible secret, les portes sont coincés à cause d'un mécanisme déclanché je ne sais plus comment, mais cette cathédrale était constitué de stanansite au lieux de catholique et l'ambiance maléfique engendre des meurtre (au grand jour, pas façon slasher).Parmis le groupe une classe d'école est venu pour visiter l'église et deux de ces jeunes garçons se retrouvent attiré par des pulsions soudaines, le plus marrant c'est que c'est la seule scène du film qui est soft.

    Voila tu sais tout....

  • jojo90

    12/09/2009 à 22h23

    Répondre

    salut a tous je cherche depuis pas mal de temps les 2 demons c est un des premier film d'horreur que j ai vu je devais avoir 12 ans j en ai 32 now quelqu un aurait il un tuyau pout l avoir ???

  • Lestat

    13/09/2009 à 01h20

    Répondre

    Les deux sont sortis en DVD Z2. Il ya mêmeun coffret qui regroupe les deux. Voila voila.


     

  • jojo90

    15/09/2009 à 09h36

    Répondre

    merci lestat ............ par contre j ai adore la bo dans le 1 avec le groupe AcCept 

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques