Dédicace de 99F au mk2 Bibliothèque

99F, le film de Jan Kounen inspiré du livre de Frédéric Beigbeder, a suscité autant de débats au sein des cinéphiles que le livre chez les littéraires : chef-d'oeuvre dément ou crise bobo nombriliste ?

Les partisans de la première réponse se réjouiront de savoir que le DVD sort le 26 mars en version simple (20€) ou collector (25€), et que Jan Kounen sera au mk2 Bibliothèque pour le dédicacer le samedi 29 mars à partir de 16h30.


Partager cet article

A propos de l'auteur

20 commentaires

  • Anonyme

    27/09/2007 à 14h09

    Répondre

    Je l'ai vu hier soir à sa sortie nationale et je me suis bien marré. C'est un film qui colle plutot bien au livre(en général) et l'interprétation des acteurs est fantastique, on se marre bien, tout en étant filmé avec un style "las vegas parano" par séquences. A voir


     

  • Lestat

    01/10/2007 à 08h27

    Répondre

    Les délires de Dobermann rencontrent la coke de Blueberry. Chef d'oeuvre presque total ! Le grand retour de Jan Kounen, ça fait du bien. Un grand film manipulateur, jubilatoire, glauque, bourré d'idée, plein de séquences folles....

    Je ne regrette que le carton final, entre maladresse et hypocrisie.

    En parlant de Blueberry, 99f est un nouveau hold-up : le film n'a rien à voir avec la bande annonce. On est loin de la comédie familiale...

  • weirdkorn

    01/10/2007 à 23h48

    Répondre

    Effectivement, rien à voir avec la bande-annonce et alors que je partage la même analyse que Lestat, j'ai trouvé le film complètement nul. Il se résume à sexe, drogue et délires psychotiques sur fond de dénonciation publicitaire. Bref, à vomir. Je pige pas pourquoi c'est pas interdit aux moins de 12 ans. Un film qui m'a pas réconcilié avec le monde...

  • Beleg

    05/10/2007 à 17h55

    Répondre

    Du bon du tres bon! De l'humour noir de chez noir servit bien sérré dans une joli tasse sur laquelle on peut lire:


     Fils de pub!

  • Bzhnono

    07/10/2007 à 18h07

    Répondre

    Hallucinant ce film.


    Sans doute l'un des films les plus barré (visuellement) qu'il m'ait été donné de voir. J'adore. Je sais pas trop comment définir ce film. La réalisation sous acide, les acteurs excellents (Dujardin boursoufflé de suffisance, quelle merde), la musique souvent là pour nous exploser les oreilles et les neurones.


    Mais je suis enfin parvenu à adorer un film de Kounen. Doberman m'avait amusé mais pas plus que ça, Blueberry malgré mon adoration pour Marsden et ma sympathie pour Cassel et Lewis m'avait mortellement emmerdé (les délires chamanique...beurk) et pis là...incroyable...ce film m'a fait décoller dès le début et m'a applatit dans mon siège..humour noir et cynique.


    Quelques arrières plans hilarant : la souris sous coke, un must


    Vraiment j'ai adoré et me suis bien fait manipuler pendant 1h45.


    C'est un hold Up : complètement différent de la bande annonce, on nous offre Dujardin dans une grosse production adapté d'un best seller. La je me dis avant d'entrer dans la salle "ça va être un film sympa et délirant sans excès (je sais de quoi Kounen est capable)."


    Et à la sortie, comme une impression de tromperie sur le produit, mais en mieux. 

  • riffhifi

    07/10/2007 à 22h04

    Répondre

    Pareil que Bzhnono, je trouve que c'est le premier bon film de Kounen. D'ailleurs ça commençait à me contrarier de ne pas aimer ses films, parce que le bonhomme lui-même m'est sympathique (malgré sa propension très chiante à citer Kubrick à tout bout de champ - au moins trois fois dans 99f).


    Le film souffre quand même de quelques faiblesses, et la présence de Beigbeder n'a franchement aucun intérêt... Mais ça change quand même des comédies formattées à la con !

  • hiddenplace

    07/10/2007 à 22h17

    Répondre

    Très intéressante chronique de Lestat, pour une film pas moins intéressant, pour plein de raisons...


    Je ne connaissais pas du tout le travail de Jan Kounen, je suis allée voir ce film pour découvrir l'adaptation du roman de Beigbeder. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'à sa manière, cette adaptation est assez fidèle à l'esprit du livre, du plus loin qu'il m'en souvienne (ça fait un moment que je l'ai lu, et ne l'ai pas relu pour le film): le côté bordélique, parfois légèrement facile, mais en de nombreux points affreusement lucide.


    J'ai noté quelques longueurs, même si j'imagine qu'elles étaient volontaires (la fin notamment, mais si tout cela prend son sens dans cette longueur, m'a paru un chouia trop longue) Autre petit reproche, qui tend également certainement de l'intention du réalisateur et bien sûr de l'esprit du livre (ça je m'en souviens assez bien), mais qui m'a quand même déroutée : la barrière tellement mince parfois entre 2nd et 1er degré qu'on est un peu mal à l'aise et qu'on ne sait plus trop sur quel pied danser: rire, s'insurger, s'énerver... Je sens bien que ce film va vite se retrouver dans la catégorie du "tout ou rien": soit on a aimé, soit on a détesté. Comme le livre de Beigbeder, en fait.


    Moi je suis resté sur une vraie bonne impression. Comme pour le livre.

  • Anonyme

    11/10/2007 à 16h57

    Répondre

    Genial!


    Mes bemols: la bande annonce qui n'a rien à voir avec le film réel...pas du tout comedie.


    Les plans trash de cul un peu too much...


    Le reste du film est un sacré moment de gifles en tout genre! Des coups de poing! J'ai du enclencher mon 5eme degre quelques fois 


    Mais au final un trip qui decrit parfois nos vies, notre cerveau et ça remet le cerveau en place.


     

  • riffhifi

    12/10/2007 à 09h46

    Répondre

    Je sais pas où vous avez vu une comédie familiale dans la bande-annonce, tous autant que vous êtes. C'est peut-être parce que je connaissais le bouquin, mais moi j'y avais vu un personnage principal flippé et dépressif en plein trip autodestructeur. Comme dans le film quoi.

  • nazonfly

    16/10/2007 à 10h44

    Répondre

    Jan Kounen a réussi vraiment son tour. Son film mi-série B, mi-film coup-de-poing (un petit coup de poing certes, mais un coup de poing certain) est passé, comme Blueberry, dans toutes les grandes salles. Et le découvrir après un bon quart d'heure de publicités (berk) est d'un cynisme extraordinaire. A se demander d'ailleurs si les programmateurs l'ont vu (ou alors ils sont encore plus bêtes qu'on peut l'imaginer, ou plus sûrement ils préfèrent un petit film qui dénonce de temps en temps, ça fait croire que le cerveau du spectateur est libre).


    Réussir à faire croire à certains que c'était une nouvelle comédie sympathique avec Dujardin sur fond de Beigbéder (que tout le monde connaît sans avoir lu son livre, moi le premier) est là aussi un tour de force.


    Comme tout film, il n'est évidemment pas sans défauts (pour moi, c'est la toute dernière partie "paradisiaque" que j'ai trouvée pas très intéressante) , mais c'est un genre de film qu'on ne voit que trop rarement en dehors des circuits "alternatifs". D'ailleurs il y a sans doute un parallèle à faire entre le bridage de la création dans la publicité et celui dans le cinéma (vaut toujours mieux 1000 fois un Jason Bourne qu'un 99F pour la plupart des spectateurs).


    Pour les sagouins qui ne l'ont pas vus, restez tout de même après le générique. Ya une surprise. 

  • Meow

    22/10/2007 à 14h10

    Répondre

    Houlà! Lestat tu t'emportes! Même si ce film est excellent, aller jusqu'à dire qu'il est (sans doute) le meilleur réalisateur français...


    Bon dans son genre il touche sa bille mais quand même! ^^


     


    Je ne connais pas le bouquin (ben oui faut toujours comparer, pas vrai?) mais ayant lu 'Nouvelles sous exctasy' du même auteur, le 'Doberman' et 'Blueberry' (ce dernier est à oublier vite, vite, vite...) du même réalisateur et après le visonnage des quelques bandes annonces, je ne m'attendais certainement pas à une comédie familiale gentillette.


    Kounen est un furieux de l'image hystérique et Beigbeder un cynique total qui se cache sous la peau du parfait petit snobinard prétentieux : ça ne pouvait être que trash.


     


    C'est un film qui ne dénonce pas la pub, même s'il on y trouve certaines maladresses moralisatrices. C'est avant tout un gros bad trip sur l'hypochrisie générale et avec un 'focus' sur le milieu de la pub (dont Beigbeder est issu). Sur le fond, le film ne repose que sur cette ambivalence permanente d'un personnage pris entre son ambition et sa lucidité.


     


    * Ne pas lire le suite si vous ne voulez pas en savoir plus sur la fin (j'avoue, je ne sais pas mettre un spoiler... )


    Pour ce qui est du final, c'est vrai que c'est que l'idée est complètement déroutante, déjà par ses longueurs abusives après autant de speed et bien évidemment surtout par le concept proposé. Mais au final, vous aurez sans doute remarqué que la boucle est bouclée : on croit pendant un long moment à une fin paradisiaque, standard de l'idéal, pour venir sécraser dans un cynisme absolu quand au bout du compte c'est la première fin qui l'emporte avec un Octave s'écrasant comme la merde qu'il dit être... *


     


    Bref visuellement et musicalement c'est excellent : doppé, agressif, stylisé et jouissif, mais c'est un film de plus qui ne sera pas accessible à ceux et celles qui vivent dans un monde parallèle (comme le web par exemple) et qui croient encore que le sexe, la drogue et le vomi ne sont que des prétextes pour vendre des films...

  • hiddenplace

    22/10/2007 à 20h34

    Répondre

    Bah y a personne qui vit dans le "web", à part les araignées (quoiqu'elles vivent plutôt "sur" le web^^)


    Sinon je ne vois pas pourquoi cette "catégorie" de personne verrait ce film ainsi, en fait. Tu éclairerais pas un peu ta pensée?

  • Vincent.L

    22/10/2007 à 21h27

    Répondre

    surtout depuis que Beigbeder s'est reconverti dans le show-biz


    Euh ?


    Weird a dit Je pige pas pourquoi c'est pas interdit aux moins de 12 ans


    Totalement d'accord !


    Pour le reste, quand Lestat aime un film, il ne le fait pas à moitié ! (perso 7 ou 7.5/10)

  • Meow

    23/10/2007 à 10h21

    Répondre

    >>> Hidden : C'est vrai qu'après relecture le lien n'est pas forcement évident. A mon avis, ce contenter de dire que ce film se résume au sexe à la drogue et la violence c'est un peu se voiler la face. J'ai lu (je ne sais plus si c'est sur Kri d'ailleurs...) des critiques sur le fait, entre autres, qu'il y avait beaucoup de vomis dans ce film comme si c'était le nouveau truc à la mode pour être cool.


    Je m'étonne.


    Serait-ce une découverte pour certains que depuis des siècles les gens qui veulent transgresser les règles le font dans l'alcool, le sexe et la drogue? Serait-ce à ce point nouveau?


    Kounen dépeint avec son style graphique, le quotidien d'un personnage excessif et trash en pleine décadence, comme il en existe beaucoup dans ce monde. Lui faire un procès parce qu'il le montre est soit un acte de mauvaise foi pur et dur soit une preuve d'ignorance.


    Au final, le film ne montre pas que ça, mais je crois profondément que ça arrange certains de n'y voir que ça.


     


    Alors, heureuse?

  • Anonyme

    07/11/2007 à 00h01

    Répondre

    Bonjour,
    J'ai fait un pari avec un ami, je sais, c'est du nimporte koi mais quelqu'un peut me dire le nom de la souris qui meurt sous cocaine en arrière plan dans le bureau au milieu du film.
    Si quelqu'un pouvait me sauver la vie en me disant son nom...
    Merci.

    SInon, très bon film, rien à dire c'est du trash à la Kounen et du psychédélique a la Beigbeder..

    Bowt.

  • Kei

    10/05/2008 à 17h55

    Répondre

    Des mois après tout le monde, j'ai enfin vu le film. Je m'attendais à une claque, à un truc qui me secoue, et en fait non.


    J'étais à deux doigts d'éteindre mon lecteur vidéo après la fin de la première fin, trop heureux de pouvoir reprendre le cours de ma vie après m'être ennuyé férocement pendant une bonne heure, et puis j'ai vu qu'il y avait une fin alternative, qui en fait est encore plus chiante que le reste (mis à part la parodie de l'happy end traditionnel, gentilment bousculé).


    Ca ne m'a pas fait rire. Vraiment. Ca ne m'a pas offensé non plus, pour rien. Je me suis juste fait vraiment chier. Je reconnais Dujardin impeccable dans son rôle, une réalisation pas commune, mais le sujet (au premier ou au second degré) est totalement creux. Un film mi figue mi raisin, qui ne trouve pas sa place entre la satire assumée et la dénonciation à deux sous.


    Je trouve aussi dommage que le personnage principal ne soit pas plus attachant. J'aurais aimé que le film me botte le cul en me faisant aimer une ordure de première catégorie, me mettant face à mes propres contradictions, mais en fait non. Il est une ordure, il le sait, il a du mal à l'assumer. Et ? Et rien.  Je trouve que ça manque sincèrement de substance.

  • hiddenplace

    10/05/2008 à 19h50

    Répondre

    Dans le livre, on ne s'attache pas non plus au personnage principal (voire on aurait tendance à ne pas l'aimer, même) je pense que c'est un des enjeux du film: faire une histoire sur un type détestable (ou plutôt méprisable), qui évolue hypocritement au sein d'un milieu tout aussi détestable.


    Même si la plupart du temps on sent qu'il est complètement largué et que c'est la raison de tous ses actes, on n'éprouve rarement de l'empathie. Mais y manquerait plus que ça, en même temps^^ 


     

  • Anonyme

    08/10/2008 à 00h08

    Répondre

    Personnellement je travail dans la pub et ce film ma fait réflechir, je comprend qu'il ne puisse plaire a tout le monde, mais pour les publicitaires d'aujourd'huit il est très intéresant.

  • pastis-mirabelle

    08/10/2008 à 01h04

    Répondre

    Il a peut-être même inspiré des publicitaires (je pense notamment aux concepteurs de la dernière campagne d'un FAI pas usé).

  • Bizaz

    22/12/2008 à 20h21

    Répondre

    Tant dans le domaine de la contestation ou de la décadence, la france contemporaine fait figure de poid moyen. Pas assez fort pour intéresser, pas assez ridicule pour rigoler. 99 francs le livre était la version écrivaillon du monstrueux Glamorama sortit un an avant outre-atlantique. De même, 99 francs le film (200 est la copie sous marie-jeanne d'un Fight club (1999, usa), sous mescaline inspiré en bonne partie par un Tokyo fist (1995, jap) sous crack. Peut-être 99 francs le film est-il intéressant sans connaître tous ces précédents, mais leur découverte permet de constater toute l'énergie perdue au cours du temps et du passage d'une culture à l'autre.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques