7/10

Dark Water - 2002

Dans la culture japonaise, l'eau symbolise le malheur, la mort. Elle attire, fascine et terrifie... si ce n'était pas encore votre cas, cela pourrait bien le devenir...

A l'origine, Dark Water est adapté de la nouvelle L'Eau flottante de Kôji Suzuki, (écrivain comparable à Stephen King) déjà auteur du roman Ring qui avait aussi inspiré Hideo Nakata. Dans la lignée de Ring, Nakata réalise un film à ambiance qui suggère plus l'angoisse que ne l'expose par des explosions d'effets spéciaux et d'effusions de sang.
Mais, à l'inverse de Ring dérivé du "slasher movie" et du kwaiden eiga (film de fantômes), Dark Water est un film plus intimiste, plus complexe et plonge le spectateur dans une introspection singulière et troublante.
Selon son producteur Takashige Ichinose, ce « n'est pas un simple film d'épouvante. C'est autant un drame intimiste qu'une chronique désabusée rendant compte d'une certaine réalité de la société japonaise. »

Le film nous introduit dans le quotidien d'une mère divorcée (Yoshimi Matsubara) et de sa fillette de 5 ans (Ikuko), qui viennent d'emménager dans un appartement d'un immeuble lugubre, suintant et vétuste.
La mère psychologiquement fragile lutte pour trouver un travail, conserver la garde de sa fille, et être une "bonne mère". Des phénomènes étranges se produisent : une tache humide au plafond (qui rythme goutte à goutte la plongée en eaux troubles de la vie et de l'esprit de Yoshimi), puis des apparitions (réelles ou imaginaires ?) comme celle d'un sac rouge farceur mais stressant.

Hideo Nakata met en scène une horreur au quotidien ou l'horreur anodine du quotidien par des évènements et des objets d'apparence banale. Son habileté tient à emballer notre imaginaire à partir de riens. Le spectateur éprouve de la peur à partir d'éléments connus ou prévisibles. En effet, Nakata ne nous réserve pas vraiment de véritables surprises, il joue de nos attentes. « J'aime les peurs lancinantes, s'énonçant sur la durée » dit-il. Ce qui est dommage c'est que parfois, on attend tellement le dénouement prévisible que ça en devient agaçant. Si en plus, la musique devient trop suggestive et franchement désagréable, et que les effets sont trop appuyés, ça devient même insupportable. En outre, les scènes finales laissent le spectateur dérouté, songeur voire déçu.

En résumé, Dark Water est un film glauque et angoissant (dont l'ambiance oppressante et certaines scénes peuvent faire penser à Shining). Mais, il se révèle aussi réaliste et émouvant, notamment par la relation mère/fille, qui rappelle la propre enfance de parents divorcés du réalisateur, élevé par sa mère. On peut y voir une projection de son enfance avec les thèmes de la filiation et de l'abandon, ou comment des fantômes du passé et de l'enfance ressurgissent pour venir hanter le présent des adultes, toujours en proie avec leurs craintes et angoisses d'enfant.

A découvrir

Star Trek : Nemesis

Partager cet article

A propos de l'auteur

5 commentaires

  • Lestat

    14/12/2003 à 00h00

    Répondre

    Autant Ring m'avait laissé plutot froid, autant ce Dark Water m'a réellement émerveillé.
    Dark Water est un film superbe et touchant sur la solitude et la détresse, maniant la peur avec justesse et efficacité.
    Emouvant, flippant et surprenant.

    Sans doute l'une des plus belles histoires de fantômes qu'il m'est été donné de voir...

  • lucot

    03/03/2004 à 00h01

    Répondre

    Aucun film n'a atteint une telle profondeur.
    Dark water n'est pas un film d'horreur c'est plutot un film d'angoisse. Hidéo nakata maitrise a la perfection les lumières, la musique si particulière (vf ring) et la gestion des différents plans. HN a su parfaitement jouer avec nos émotions comme les peurs les plus primitives du noir, de la solitude, des fantomes, de l'eau.
    Cela est aussi du a une culture japonaise omniprésente dans ce merveilleux film.
    Mais le réalisateur a su aussi controler pshicologiquement les personnages. Ainsi l'on s'attache a la pauvre mère et l'on observe avec compassion l'amour de la fille pour la mère.
    Le moyen qu'a choisi Hidéo nakata pour nous faire peur n'est absolument pas de nous exposer de la violence ou des choses dans ce genre. Ce qui fait l'atout numéro 1 de ce film (et ce qui fait aussi qu'il faut absolument le voir) c'est que HN réussi a nous faire peur avec des choses toutes simples comme un sac d'enfant (Ahhhh le fameux sac rouge) une goutte d'eau qui tombe ou un regard d'enfant.
    Bref dark water est un chef d'oeuvre et hidéo Nakata est un dieu.

  • Anonyme

    13/06/2004 à 00h02

    Répondre

    Excellent!
    C'est un film à voir, mais que dans certaines conditions...
    Le regarder de preference seul, avec personne pour interagir dans la concentration.
    Etre dans un univers sombre, la nuit etant bien sur le meilleur moment.
    Mettre le son au maximum.
    Pensez également à garder un téléphone à proximité au cas où vous vous sentiriez au bord de la crise cardiaque.

    Hideo Nakata m'a litterallement envouté, il a reussi à maitriser mes peurs et angoisses, juste grace à une petite goute d'eau "splotch, splotch"
    La plupart des films d'horreur bien sanglants comme 'massacre a la tronçonneuse' ou d'autres gores, ne me font plus peur, j'ai enfin trouvé ma nouvelle drogue==> l'eau noire.

  • MM

    18/06/2004 à 00h03

    Répondre

    j'ai beaucoup aimé ce film j'avais deja beaucoup apprécié the ring( l'original bien entendu et non le remake americain).
    Bien qu'un peu déçu par la fin car trop "mystérieuse" a mon goût, le spectateur s'y perd, c'est un film envoutant dont on ne peut se détacher.

  • Anonyme

    24/01/2009 à 18h07

    Répondre

    Ce film est un grand film. Peu d'oeuvre au cinema en effet, vous mene audelà de ce que vous voyez, percevez, ressentez. Ainsi de nombreux spectateurs calibré par les films américains, se sentiraient décus par un fin "attendue" qu'il aurait déjà dévinée...


    Je mets quiconque au défi d'honneteté et me dire sans broncher, qu'audelà de cette fin dont ils parle avec la vanité de ceux qui savent réperer les effets  des films d'hollywood (en gros: la fillette fantome voulant avoir une amie, etc...), ils ont vu la vraie fin du film, l'ultime finale, le but esthethique et morale de toute l'oeuvre....!


    Car le final parle comme rarement filmé au cinéma de l'absolue sens du sacrifice maternel. Un sacrifice de mere qui amène à une damnation!


    La scène est filmée avec une parfaite maitrise du cadre. 


    Que ceux qui ne savent plus voir les films que par le petit bout des recettes d'hollywood apprennent à se liberer. Ce film peut les y conduire...


     

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques