Dante 01 : Marc Caro en solo

On leur doit deux films majeurs du cinéma français des années 90 : Jean-Pierre Jeunet et Marc Caro, travaillant en binôme, ont livré Delicatessen en 1991 et La cité des enfants perdus en 1995. Depuis, Jeunet a fait bande à part, menant la carrière que l'on sait : Alien la résurrection (1997), Le fabuleux destin d'Amélie Poulain (2001), Un long dimanche de fiançailles (2004) et bientôt Life of Pi (2009).

Pique et pique et collégram
Pique et pique et collégram
Et Caro ? Caro a tourné deux-trois courts métrages et participé au design de Alien la résurrection, Vidocq et Blueberry. Mais sa créativité n'a jamais eu l'occasion de s'exprimer pleinement. D'où la décision de se lancer enfin sur un long métrage en solo, de la S-F pure et dure au visuel torturé visible en janvier prochain : Dante 01 mettra en scène un Lambert Wilson chauve et prisonnier d'une geôle high-tech.
Un projet bien alléchant qui, s'il a du succès, peut laisser espérer que Marc Caro mène une carrière solo dans la réalisation, à défaut de faire à nouveau équipe avec Jean-Pierre Jeunet...

Partager cet article

A propos de l'auteur

5 commentaires

  • gyzmo

    23/08/2007 à 23h47

    Répondre

    Même si l'intrigue de départ (géôle high tech, escapade &
    compagnie) n'inspire rien de bien original, Marc Caro en réa, ça reste
    très prometteur d'un point de vue esthétique. Cela dit, le bonhomme
    étant avant tout un très bon technicien (et pas forcément un narrateur
    d'envergure à ma connaissance), j'ai un peu peur que ses défauts
    Pitofiens (du patronyme d'un autre bon technicien d'FX mais narrateur à
    vomir de l'esbroufe insipide : Vidocq, Catwoman) ne verole quand même ce Dante 01. Puis bon, Lambert Wilson, depuis l'Hiver 54, l'a tourné dans beaucoup de navets...

  • nazonfly

    27/08/2007 à 12h36

    Répondre

    Ouais Lambert Wilson.... bof bof

  • Lestat

    07/01/2008 à 11h10

    Répondre

    Dommage, ça partait bien. J'ai vraiment aimé aux trois quarts. Et là c'est le drame, Caro ne sait pas comment finir son film et part dans l'expérimental.


    On reconnaitra à Dante 01 une belle galerie de gueules cassées, un visuel soigné...et le mérite d'exister.

  • Lestat

    09/01/2008 à 09h35

    Répondre

    N'empêche, il y  a un truc qui m'éclatera toujours dans ce genre de film (mais c'est ce qui fait son charme) :


     la solution pour tout débrancher ou passer en pilotage manuel se trouve toujours dans un petit local introuvable, à moins de passer par un chemin labritynthique hyperdangereux accessible par le trou des toilettes. Les ingénieurs du futur sont taquins....

  • Anonyme

    23/01/2008 à 01h55

    Répondre

    C'est des scientologues qui ont écrit le scénario?non? Sinon je trouve le film assez chouette au final.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques