3/10

D-Tox : Compte à rebours mortel

Titre en VO : D-Tox. Titre français : Compte à rebours mortel. Un changement justifié ? Même pas. Rien dans le film ne fera penser à un compte à rebours stressant, mais le mot mortel semble amener la foule (ce qui est paradoxal quand on voit toutes les belles daubes informes flanquées du mot mortel).

Un tueur en série méticuleux assassine des policiers les uns après les autres sans jamais laisser un seul indice aux autorités. Même le FBI, dont l'agent Jack Malloy (Sylvester Stallone), ne peut que se résigner à attendre. Jusqu'au jour où, après un dixième meurtre sanglant, l'assassin élimine Mary, la future Mme Malloy. En quelques mois, Jack tombe dans l'alcoolisme et pense de plus en plus au suicide. Son partenaire Hendricks le reprend en main, et l'envoie dans un centre de désintoxication pour policiers appelé D-Tox, en plein coeur du Wyoming. Mais bientôt, des meurtres inexplicables s'abattent sur les pensionnaires...

On démarre d'une idée prometteuse, d'un flic pourtant meurtri qui n'est pas obsédé par la vengeance, mais qui doit faire face à son traumatisme. Toutes les dix minutes, le réalisateur lui impose quelques secondes de flash-back noir et blanc pour enfoncer le couteau encore plus profond. Puis Sly arrive à son centre D-Tox, et plus rien ne va. Outre un retour éculé de l'assassin qu'on sait pas pourquoi il est venu ici, le scénario part dans un huis-clos où chacun peut être le méchant de l'histoire, un ennemi qui s'amuse d'ailleurs à réduire le nombre de pensionnaires, juste pour ne pas perdre la main. Oubliée, l'idée de la désintox, place à la traque au milieu d'un groupe hétérogène, chacun avec sa petite épine au cerveau. On suit le scénario passivement, sans véritablement chercher à trouver l'assassin (qui une fois révélé nous donne l'impression que les scénaristes l'ont choisi au hasard), et patientant jusqu'à ce que le prochain second rôle se fasse occire. Ce qui nous porte tranquillement à la fin de ce scénario finalement pas terrible, invraisemblable en veux-tu en voilà, qui nous confortent dans les premiers rôles invincibles et nous apportent un assassin intelligent mais sans réel mobile.

D-Tox, ou compte à rebours mortel devrais-je dire, part d'une petite idée intelligente de scénario pour finir dans le schéma du tueur en série-qu'est-dans-la-pièce-mais-chut-on-sait-pas-qui-c'est. Morts sanglantes, flash-back mielleux, et révélations tonitruantes mais pas trop, voilà les maîtres mots du nouveau Sly qui aurait mieux fait de relire deux fois le scénario.

Partager cet article

A propos de l'auteur

0 commentaires

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein cinéma, c'est l'actualité et les critiques de films qui sortent au cinéma, en dvd et en bluray .

Des grands classiques aux films d'actions hollywoodiens. Pas de tabous chez Krinein cinéma, hormis, peut-être, les films français qui sont trop souvent oubliés.

Rubriques